for Journals by Title or ISSN
for Articles by Keywords
help
  Subjects -> BIOLOGY (Total: 2952 journals)
    - BIOCHEMISTRY (230 journals)
    - BIOENGINEERING (104 journals)
    - BIOLOGY (1412 journals)
    - BIOPHYSICS (45 journals)
    - BIOTECHNOLOGY (205 journals)
    - BOTANY (212 journals)
    - CYTOLOGY AND HISTOLOGY (26 journals)
    - ENTOMOLOGY (63 journals)
    - GENETICS (161 journals)
    - MICROBIOLOGY (255 journals)
    - MICROSCOPY (10 journals)
    - ORNITHOLOGY (26 journals)
    - PHYSIOLOGY (69 journals)
    - ZOOLOGY (134 journals)

BIOLOGY (1412 journals)

The end of the list has been reached or no journals were found for your choice.
Journal Cover Médecine Nucléaire
  [SJR: 0.119]   [H-I: 7]   [0 followers]  Follow
    
   Full-text available via subscription Subscription journal
   ISSN (Print) 0928-1258
   Published by Elsevier Homepage  [3039 journals]
  • Place de la scintigraphie digestive au pertechnétate (99mTcO4−) dans
           l’orientation diagnostique des hémorragies digestives chez
           l’enfant – cas de la hernie hiatale – à propos de deux
           observations cliniques
    • Abstract: Publication date: Available online 21 September 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): S. Nabih Oueriagli, I. Ghfir, H. El Guerrouj, N. Ben Raïs Aouad
      En dépit de son incrimination fréquente dans la genèse de certaines formes de reflux gastro-œsophagiens chez l’enfant, la hernie hiatale peut également coïncider ou être à l’origine d’une hémorragie digestive haute par le biais d’une ulcération du collet. La difficulté du diagnostic étiologique de ces hémorragies digestives amène souvent le clinicien à réaliser un bilan complet, incluant la scintigraphie digestive au pertechnétate (99mTcO4 −) de sodium à la recherche d’un diverticule de Meckel ou d’une volumineuse hernie hiatale. En effet, la fixation du pertechnétate par la muqueuse gastrique permet le diagnostic de certaines anomalies gastriques qui peuvent être à l’origine d’une hémorragie digestive haute chez l’enfant. À travers deux cas de hernie hiatale de découverte fortuite lors d’une scintigraphie au pertechnétate, les auteurs discutent l’intérêt de cette technique d’imagerie dans l’orientation diagnostique des hémorragies digestives chez l’enfant. Despite its frequent role in the genesis of some forms of gastroesophageal reflux disease of the child, hiatal hernia may coincide or be the cause of gastrointestinal externalized bleeding. The etiological research for this gastrointestinal bleeding leads the clinician to assessments, including a digestive pertechnetate scintigraphy (99mTcO4 −) looking for Meckel's diverticulum, or a voluminous hiatal hernia. Indeed, the pertechnetate uptake in the gastric mucosa allows the diagnosis of certain gastric anomalies responsible for upper gastrointestinal bleeding. Through a case of two fortuitous discoveries of hiatal hernia in scintigraphy with pertechnetate (99mTcO4 −), authors try to elucidate the interest of this imaging technique in the detection of such defects.

      PubDate: 2016-09-25T02:41:49Z
       
  • Diagnostic de la maladie d’Alzheimer : apport de l’imagerie au
           florbétapir et autres radiopharmaceutiques de la plaque amyloïde
    • Abstract: Publication date: Available online 15 September 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): F. Semah, W. Deberdt, M. Ceccaldi
      La maladie d’Alzheimer est une affection neurodégénérative progressive et irréversible, caractérisée cliniquement par une perte de mémoire et un déclin cognitif, et sur le plan physiopathologique par une atrophie cérébrale et par une perte neuronale et synaptique. Les plaques séniles et les dégénérescences neurofibrillaires sont les deux lésions neuropathologiques caractéristiques de la maladie. L’accumulation de peptide bêta-amyloïde est un critère diagnostique nécessaire mais non suffisant de maladie d’Alzheimer, car le lien chronologique entre la survenue des dépôts bêta-amyloïdes et l’apparition du déclin cognitif n’est pas clairement établie. Le diagnostic certain de maladie d’Alzheimer était jusque-là porté à l’autopsie, mais la recherche récente menée sur les biomarqueurs de la maladie permet aujourd’hui de porter un diagnostic du vivant du patient avec un haut degré de probabilité. La recherche actuelle porte sur la mise en évidence des dépôts amyloïdes par les techniques de neuro-imagerie et sur la mise au point du dosage dans le liquide céphalorachidien des peptides amyloïdes et de la protéine tau constitutive des agrégats de neurofilaments. Dans cet article, nous passons d’abord en revue les données physiopathologiques connues sur la maladie d’Alzheimer, plus particulièrement le rôle du peptide bêta-amyloïde, à la lumière des techniques diagnostiques disponibles. Nous présentons ensuite les récentes avancées de l’imagerie moléculaire en tomographie par émission de positons (TEP-amyloïde) et analysons les propriétés de trois radiopharmaceutiques marqués au fluor 18 dont l’usage diagnostique a été autorisé par les autorités de Santé. Nous discutons enfin de la façon d’intégrer l’imagerie moléculaire dans notre future pratique clinique. Alzheimer disease (AD) is an irreversible, progressive neurodegenerative disorder characterized clinically by memory loss and cognitive decline and pathophysiologically by synaptic dysfunction and neuronal loss with significant brain atrophy. Of the two neuropathologic hallmarks of AD (β-amyloid plaques and neurofibrillary tangles), β-amyloid aggregation is a necessary criterion for confirmed AD diagnosis, but it is not sufficient, as the timing of deposition and its relation to cognitive decline is not yet clearly defined. In the past, a definitive diagnosis could not be made until autopsy but recent research has enabled increased confidence in clinical diagnoses through use of biomarkers. Research is now focused on imaging β-amyloid deposition in the brain or measuring its levels in the cerebrospinal fluid, as well as CSF levels of tau (a protein found in neurofibrillary tangles). We review in this article the pathogenesis of AD with a focus on the role of β-amyloid in the context of the available diagnostic methods. We then review recent advances in PET β-amyloid imaging and discuss the three approved 18F tracers. We conclude with a discussion of how PET β-amyloid imaging is likely to be incorporated into clinical practice in the future.

      PubDate: 2016-09-21T19:06:08Z
       
  • Imagerie fonctionnelle et métabolique du neuroblastome en 2016
    • Abstract: Publication date: Available online 31 August 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): M. Breton, N. Jehanno, V. Lebon, J.L. Alberini, M. Wartski
      Le neuroblastome est le cancer le plus fréquemment rencontré chez le nourrisson et le jeune enfant et présente une très grande hétérogénéité clinique, génétique et histologique. La scintigraphie utilisant la 123I-MIBG reste actuellement l’examen clé pour le diagnostic, la stadification, le pronostic et le suivi du neuroblastome. La scintigraphie à la 131I-MIBG ne doit plus être utilisée actuellement en imagerie diagnostique. La tomoscintigraphie à la 123I-MIBG couplée au scanner apparaît indispensable pour le bilan d’extension initial et le suivi, notamment pour l’étude des masses résiduelles en situation post-chirurgicale. Elle permet d’améliorer la résolution spatiale, de mieux localiser les lésions et de réduire le nombre de faux positifs et faux négatifs par rapport à l’imagerie planaire. Dans le bilan d’extension, la scintigraphie osseuse n’est plus indiquée et remplacée par la tomographie par émission de positons (TEP) au 18F-FDG. Bien que cette dernière n’ait pas montré une meilleure sensibilité que la scintigraphie 123I-MIBG pour la détection des lésions ostéomédullaires lors du bilan d’extension initial et du suivi des neuroblastomes de stade 3 et 4, elle est recommandée dans le cas des neuroblastomes ne captant pas la 123I-MIBG. La TEP à la 18F-DOPA représente, aujourd’hui, une alternative réaliste à la scintigraphie 123I-MIBG, avec une spécificité de ce traceur pour le neuroblastome et l’absence d’interaction médicamenteuse. D’autres traceurs TEP (124I-MIBG, 18F-MFBG) et surtout les peptides marqués au 68Ga représentent en tant qu’agent théranostique une perspective pour des débouchés thérapeutiques. Neuroblastoma is the most common extracranial neoplasm in children. This disease has a great heterogenity in his presentation and prognosis. 123I-MIBG remains currently a key and reference exam for diagnosis, initial staging, prognosis and follow-up of neuroblastoma. SPECT/CT increased the diagnostic certainty of 123I-MIBG scintigraphy interpretation and help to reduce false negative and false positive results. Bone scan is yet not indicated. 18FDG-PET/CT is not superior to 123I-MIBG in stages 3 and 4. 18FDG-PET/CT is recommended in case of non-avid 123I-MIBG neuroblastoma. 18F-FDOPA PET/CT could represent an alternative exam to 123I-MIBG scintigraphy because of better spatial resolution and no interference with therapy. Other PET radiopharmaceuticals as 124I-MIBG or 18F-MFBG could be interesting and particularly 68Ga-peptides PET/CT as a theranostic agent in providing valuable information for pretherapeutic staging of neuroblastoma.

      PubDate: 2016-09-01T01:44:40Z
       
  • PET/CT management in a pediatric oncology center
    • Abstract: Publication date: Available online 20 August 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): N. Jehanno, M. Wartski, H. Pacquement, J. Michon, M. Luporsi, T. Cassou-Mounat, D. Orbach
      Background There are increasing indications for PET imaging in pediatric oncology. However, few PET units have reported imaging experience in children, probably due to supposed constraints of organizational procedures and need of sedation practice. Objective To share our experience in the management of 18F-FDG PET/CT imaging in children, as a cancer research center, for which PET/CT can be performed without sedation and with no substantial external radiation hazard for both technologist and the accompanying person. Materials and methods Two hundred and twelve consecutive PET/CT scans performed in 118 children, median age 10.7 years (range 2–18). All PET were carried out without sedation or drug preparation. Parents were allowed to stay with their child wearing an external operational dosimeter. Delivered dose to parent and technologist was registered at the end of procedure. Results PET/CT indications were assessment of lymphoma (n =121), bone (n =30) and soft tissue sarcomas (n =19), neurofibromatosis with suspected malignancy (n =8), head and neck cancer (n =8), gliomas (n =8) and miscellaneous (n =18). Parent's median effective delivered dose was 12.5μSv (range: 4–50): 18μSv when child under 5 years, 11μSv between 6–12 years and 10μSv when older than 12. Technologist median radiation exposure was 1.23μSv per patient. Conclusion PET/CT imaging in pediatric oncology is a feasible and non-invasive procedure, and can be performed routinely even in the young children. Sedation could be avoided in most cases, with skilled and trained technologists, implication of both parents and children and reassuring environment. The effective dose delivered to the technologist the accompanying parent is low, with regard to the diagnostic and prognostic PET/CT benefit in children's medical care.

      PubDate: 2016-08-23T01:39:31Z
       
  • Évaluation de la stratégie optimale d’imagerie osseuse scintigraphique
           dans le bilan d’extension initial des patients avec un adénocarcinome
           prostatique à risque métastatique intermédiaire ou élevé
    • Abstract: Publication date: Available online 22 July 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): N. Muller, A. Didon-Poncelet, E. Rust
      Introduction La scintigraphie osseuse est indiquée dans le bilan d’extension des adénocarcinomes prostatiques à risque métastatique intermédiaire ou élevé selon la classification de d’Amico. L’équipe de médecine nucléaire du centre hospitalier de Haguenau réalise depuis février 2014, en plus du balayage corps entier, une acquisition TEMP/TDM double-lit systématique dans le bilan d’extension initial des adénocarcinomes prostatiques. L’objectif de cette étude est d’évaluer la valeur ajoutée de cette pratique. Matériels et méthodes Tous les patients ayant bénéficié d’une scintigraphie osseuse pour le bilan d’extension d’un adénocarcinome prostatique entre février 2014 et juillet 2015 ont été inclus rétrospectivement. Les acquisitions planaires et TEMP/TDM ont été cotées par région d’intérêt, selon un score diagnostique dépendant de l’interprétation des foyers d’hyperfixation. Les résultats obtenus à partir des acquisitions planaires, TEMP/TDM simple-lit et TEMP/TDM double-lit ont été comparés. Résultats Au total, 201 patients ont été inclus rétrospectivement. L’acquisition TEMP/TDM a permis de reclasser 81,4 % des examens non conclusifs sur l’acquisition planaire. Seuls 2,4 % des examens auraient été faussement négatifs en l’absence d’acquisition TEMP/TDM double-lit réalisée d’emblée. Trois pour cent de la population présentait des hyperfixations sur l’acquisition planaire, situées en dehors des champs de la TEMP/TDM double-lit. Conclusion Notre étude confirme l’intérêt d’une acquisition TEMP/TDM double-lit réalisée d’emblée dans le bilan d’extension des patients présentant un adénocarcinome prostatique à risque métastatique intermédiaire ou élevé. Bone scintigraphy is indicated for first extension work-up in prostatic adenocarcinoma with intermediate or high metastatic risk according to d’Amico classification. Since February 2014, Haguenau Hospital nuclear medicine team systematically performs a double-field SPECT/CT to carry out the extension work-up of adenocarcinoma of prostate. The aim of this study was to assess incremental value of this method. Patients referred for initial staging of prostate cancer between February 2014 and July 2015 were retrospectively included. Planar and SPECT/CT imaging were evaluated by regions of interest with a diagnosis score, based on interpretation of radiotracer uptake. Data from the results of planar imaging, simple-field and double-field SPECT/CT were compared. A total of 201 patients were retrospectively included. SPECT/CT imaging allowed to reclassify 81.4% of inconclusive planar imaging. Only 2.4% of exams would have been be falsely negative without a systematic double-bed SPECT/CT. Three percent of study population showed suspicious uptake on planar imaging located outside of double-field SPECT/CT. Our study confirmed that a double-field SPECT/CT systematically undertaken is interesting to evaluate bone metastases in prostatic adenocarcinoma with intermediate or high metastatic risk.

      PubDate: 2016-07-25T05:36:46Z
       
  • Étude de la robustesse des paramètres d’hétérogénéité en TEP-FDG
           des lymphomes du manteau inclus dans l’étude LyMa
    • Abstract: Publication date: Available online 4 July 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): C. Bailly, M. Hatt, S. Le Gouill, F. Kraeber-Bodéré, D. Visvikis, C. Bodet-Milin, T. Carlier
      Objectifs L’analyse de texture des images TEP connaît un essor particulièrement important ces dernières années. Nous avons souhaité identifier les indices de texture les plus robustes et pertinents chez des patients atteints de lymphome du manteau (LCM), hémopathie pour laquelle l’utilisation de la SUV reste controversée. Matériel et méthodes Les patients inclus dans cette étude sont issus d’une étude ancillaire à l’essai multicentrique de phase III LyMa. Pour chaque patient, la lésion métaboliquement la plus active a été segmentée selon 3 différentes méthodes : Fuzzy Locally Adaptive Bayesian, 40 % de la SUVmax et un seuil de SUV à 2,5. Quinze paramètres de texture différents liés à l’hétérogénéité tumorale ont été calculés pour chaque lésion, soit 45 mesures au total. Résultats Les données TEP-FDG de 92 patients provenant de 28 centres différents ont été incluses. Cinq paramètres étaient très significativement dépendants de la méthode de segmentation. Les 15 différents indices de texture étaient corrélés entre eux. Les différents indices de texture les plus corrélés entre eux ont été regroupés en fonction de leur index de corrélation, permettant ainsi d’identifier 4 groupes. Les corrélations entre SUV et index de texture étaient faibles. Huit paramètres étaient très corrélés au volume et trois de ces index devenaient indépendants au-delà d’un certain volume-seuil. Cinq paramètres étaient indépendants des volumes d’intérêt dans lesquels ils avaient été calculés. Conclusion Seuls quelques paramètres de texture semblent avoir une valeur ajoutée en apportant une information quantitative non redondante et complémentaire des indices déjà existants. Objective The use of texture analysis of PET images has known a significant growth in recent years. The objective of this study was to identify the most robust and relevant textural features indices for patients with mantle cell lymphoma (MCL), in which the use of the SUV remains controversial. Materials and methods Patients enrolled in this study were derived from an ancillary study of the multicenter phase III LyMa trial. The most intense focus was extracted for each patient using three delineations methods: Fuzzy Locally Adaptative Bayesian approach, 40% of the SUVmax and a threshold of 2.5 of SUV. Fifteen different textural features have been calculated for each lesion for a total of 45 measurements. Results FDG-PET data of 92 patients from 28 different centers were included. Five textural feature parameters were very significantly dependent on the segmentation method. All textural features exhibited high inter-correlation and the most inter-correlated parameters were grouped according to their correlation index allowing us to identify four groups. Correlations between SUV and textural features were low. Eight parameters were highly correlated to volume and three of these became independent above a specific volume. Five parameters were found to be independent of the volume of interest in which they were calculated.
      PubDate: 2016-07-08T06:46:44Z
       
  • Identification des sites de récidive sur la TEP/TDM initiale dans les
           cancers des VADS traités par radiochimiothérapie
    • Abstract: Publication date: Available online 23 June 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): F. Legot, F. Tixier, T. Pinto-Leite, C. Gallais, R. Perdrisot, X. Dufour, C. Cheze Le Rest
      Objectif Les cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS) traités par radiochimiothérapie ont un taux de récidive locale important. Il a été suggéré que la TEP au 18FDG initiale pourrait identifier des zones particulièrement actives qui constitueraient alors des cibles pour une intensification de l’irradiation. Notre objectif était de comparer la localisation des lésions hypermétaboliques initiales et celle des récidives après radiochimiothérapie dans les cancers des VADS. Méthode Cinquante-quatre patients traités par radiochimiothérapie pour un cancer VADS ont été inclus rétrospectivement. Leurs examens TEP/TDM au 18FDG réalisés avant et après traitement ont été recalés de façon rigide. Sept sous-volumes métaboliques initiaux ont été définis avec des seuillages en pourcentage du SUVmax (I30, I40, I50, I60, I70, I80, I90) et ont été comparés avec 2 sous-volumes post-traitement (R40, R90) en cas de récidive locale ou de maladie résiduelle. Différents indices ont été utilisés pour apprécier le chevauchement des sous-volumes : indices de Jaccard et Dice, fraction de chevauchement, volume commun/volume de la récidive et volume commun/volume initial. Résultats Les volumes tumoraux initiaux étaient plus importants pour les 18 patients ayant une récidive ou maladie résiduelle avérée (21,2 cc vs 11,2 cc ; p =0,0005). La concordance entre les volumes initiaux et post-thérapeutiques était modérée, avec une fraction de chevauchement variant de 0,25 à 0,4 pour R40 et I30 à I60. Conclusion Dans notre étude, la concordance entre les volumes tumoraux initiaux et post-thérapeutiques était modérée. Ces observations préliminaires seront à réévaluer sur une plus grande population en standardisant le positionnement des patients. Objective Head and neck squamous cell carcinoma (HNSCC) treated by radio-chemotherapy have a significant local recurrence rate. It has been previously suggested that 18F-FDG PET could identify the high uptake areas that can be potential targets for dose boosting. The purpose of this study was to compare the location of the initial hypermetabolic lesions and with the location of the relapses after radio-chemotherapy in HNSCC. Materials and methods Fifty-four HNSCC patients treated with radio-chemotherapy were retrospectively included in this analysis. A rigid registration was performed on both baseline and follow-up 18F-FDG PET-CT. Seven metabolic tumor sub-volumes were obtained on the baseline scans using a fixed percentage threshold of SUVmax (I30, I40, I50, I60, I70, I80, and I90) and were subsequently compared with two post-treatment sub-volumes (R40, R90) in cases of local recurrence or residual disease. Overlap fraction, Dice and Jaccard indices, common volume/baseline volume and common volume/recurrent volume were used to estimate the overlap of the different estimated sub-volumes. Results The initial tumor volume was significantly higher for 18 patients with proven local recurrence or residual disease (21.2 cc vs. 11.2 cc; P =0.0005). The overlap between baseline and follow-up sub-volumes were moderate with an overlap fraction range from 0.25 to 0.4 for R40 and I30 to I60.
      PubDate: 2016-06-24T05:38:57Z
       
  • Place de la scintigraphie cérébrale de perfusion dans le diagnostic des
           AVC ischémiques du tronc cérébral : à propos d’un cas
    • Abstract: Publication date: Available online 23 June 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): K. Regaieg, M. Bahloul, F. Hamza, K. Chtara, M. Bouaziz
      Les accidents vasculaires ischémiques du tronc cérébral sont caractérisés par des manifestations cliniques aspécifiques. Une autre difficulté diagnostique est l’habituelle normalité de la tomodensitométrie. L’imagerie par résonance magnétique est l’examen de référence par excellence. Cependant, cette dernière exploration peut être non disponible ou contre-indiquée dans plusieurs situations. La scintigraphie cérébrale de perfusion peut être une alternative diagnostique. Elle permet d’objectiver la diminution ou l’interruption du débit sanguin cérébral et d’identifier la topographie et l’étendue du territoire ischémique. Nous rapportons le cas d’un patient admis en réanimation pour un coma et chez qui le diagnostic d’un accident vasculaire ischémique du tronc cérébral a été confirmé par la scintigraphie cérébrale de perfusion. Brain stem ischemic stroke are characterized by nonspecific clinical manifestations. Another problem is the usual normality of cerebral CT scan. Cerebral magnetic resonance imaging is the gold standard for diagnosis. However, this exploration can be not available or contraindicated in many situations. Brain perfusion scintigraphy can be a diagnostic option. It allows objectifying interruption or significant impairment of blood supply to the brain and detecting both the presence and the extent of infarction. We report the case of a patient who is admitted in intensive care for coma in whom the diagnosis of brain stem ischemic stroke is confirmed by brain perfusion scintigraghy.

      PubDate: 2016-06-24T05:38:57Z
       
  • TEP/TDM à la 18-fluorocholine dans le cancer de prostate : quel
           protocole d’acquisition '
    • Abstract: Publication date: Available online 16 June 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A. Bakhsh, Y. Venel, M. Courtehoux, S. Maia, C. Perault, M.J. Santiago-Ribeiro, B. Erra
      Objectif Définir un protocole d’acquisition optimale pour la TEP/TDM à la 18-fluorocholine (18-FCH) dans le cancer de la prostate (PCa), devant l’absence de recommandations standardisées des sociétés savantes. Matériel et méthodes Vingt-quatre patients atteints de PCa ont été inclus et ont eu une TEP/TDM à la 18-FCH en trois phases : dynamique pelvienne pendant les 10 premières minutes post-injection du traceur (PI), statique de la base du crâne à mi-cuisse à 20 et 60minutes PI. Une analyse quantitative de l’activité du traceur était réalisée sur des cibles pathologiques et témoins à 20 et 60minutes PI à l’aide de régions d’intérêt pour calcul du SUVmax. Une analyse statistique a été réalisée sur les valeurs de SUVmax des cibles à 20 et 60minutes PI. afin de rechercher une différence entre les résultats obtenus et également entre les cibles et les témoins. Résultats Notre étude montre l’absence de différence significative concernant les valeurs de SUVmax des cibles à 20 et 60minutes (p =0,98). Il existe une différence significative entre cible et témoin sain (p prostate =0,006 à 20 et 60minutes, p ganglion =0,016 à 20minutes, 0,0047 à 60minutes). Notre effectif était insuffisant pour obtenir une différence statistique entre cible et os sain. Conclusion Cette étude montre l’absence de différence significative entre les valeurs de SUVmax en TEP/TDM à la 18-FCH obtenus à l’acquisition à 20 et 60minutes PI dans le PCa. Nous proposons ainsi un protocole d’acquisition dynamique pelvienne pendant les 10 premières minutes PI, puis une acquisition TEP/TDM de la voûte crânienne-mi-cuisse à 20minutes PI. Objective To define an optimal acquisition protocol for 18-fluorocholine (18-FCH) PET/CT in prostate cancer (PCa), due to lack of standard guidelines from the nuclear medicine associations. Materials and methods Twenty-four PCa patients were included and have had an 18-FCH three phase PET/CT: dynamic pelvic study during the first 10minutes post-tracer injection (PI), static base of skull–mid thigh at 20 and 60minutes PI. A quantitative analysis of tracer activity was performed on target tissue and healthy ones at 20 and 60minutes by drawing regions of interest and measuring the SUVmax. A statistical analysis was performed on the SUVmax values of the lesions obtained at 20 and 60minutes PI in order to find a difference between the results and also between the lesions and healthy tissue. Results Our study showed no significant difference in the SUVmax values measured at target tissue between 20 and 60minutes (P =0.98). However, there is a significant difference between target and healthy tissue (P prostate =
      PubDate: 2016-06-20T05:39:48Z
       
  • Concordance entre les gamma-caméras conventionnelles et les
           gamma-caméras à semi-conducteurs pour l’évaluation de la viabilité
           myocardique
    • Abstract: Publication date: Available online 17 June 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): B. Vagne, R. De Paola Chequer, N. Mikaïl, H. Regaïeg, A. Halkovich, F. Hyafil, D. Le Guludec, F. Rouzet
      La tomographie par émission monophotonique (TEMP) de perfusion myocardique avec injection de 201Thallium est une technique validée dans l’exploration de la viabilité myocardique. Une nouvelle génération de gamma-caméra à détecteurs semi-conducteurs (caméras CZT) a récemment vu le jour. L’objectif de notre étude était d’évaluer la concordance entre les images acquises par les caméras conventionnelles et les caméras CZT pour l’évaluation de la viabilité myocardique avec injection de 201Thallium. Les patients étaient inclus de façon consécutive et prospective dans l’étude. Ils bénéficiaient d’un examen de viabilité sur une caméra conventionnelle (INFINIA) et sur une caméra CZT (D-SPECT). Des analyses automatiques par territoire vasculaire et par segment cardiaque ainsi que des analyses utilisant des régions d’intérêt (ROI) créées manuellement étaient mises en œuvre par deux observateurs du même centre sur des acquisitions réalisées 4heures après injection sur les deux caméras. Les patients étaient suivis pendant 351±136jours en moyenne. Durant ce suivi, nous nous sommes intéressés au traitement des patients, à l’évolution de la fraction d’éjection du ventricule gauche (FEVG), à la survenue d’événements majeurs cardiovasculaires et à la mortalité globale. Les analyses concernaient 57 patients (moyenne d’âge : 67ans ; 12 % de femmes). Les figures de Bland-Altman mettaient en évidence une moyenne des différences (INFINIA–D-SPECT) égale à 2,0 % [−11,0 ; +15,1] pour le pourcentage de fixation par territoire vasculaire et une moyenne des différences (INFINIA–D-SPECT) égale à 0,05 segments cardiaques [−1,60 ; +1,71] pour l’étendue des défects. Lorsque l’on classait chacun des défects en « viables », « non viables » ou intermédiaires », on obtenait un coefficient κ pondéré égal à 0,70. Il existe une bonne concordance entre les images de perfusion acquises sur les deux types de caméra dans l’évaluation de la viabilité myocardique, aussi bien en termes de fixation du traceur qu’en termes d’étendue. 201Thallium myocardial single photon emission tomography (SPECT) is a well-validated technique to assess myocardial viability. A new generation of solid-state detector gamma-cameras (CZT cameras) has recently emerged. The objective of our study was to evaluate the agreement between perfusion images obtained on conventional cameras and on CZT cameras with 201Thallium for the assessment of myocardial viability. Patients were consecutively and prospectively included in the study. The myocardial viability was assessed with images acquired on a conventional camera (INFINIA) and on a CZT camera (D-SPECT). Automatic analysis based on vascular territory segmentation and standardized myocardial segmentation and analysis using manually drawn regions of interest (ROI) were performed by two observers from the same department, on acquisitions performed 4hours after injection with both cameras. Patients were followed-up for 351±136 days. During this follow-up, we collected the following data: treatment, left ventricular ejection fraction (LVEF) evolution, major adverse cardiovascular events and all-cause mortality. The analysis involved 57 patients (mean age: 67 years; 12% women). Bland-Altman plots for quantitative values showed a mean difference (INFINIA–D-SPECT) equal to 2.0% [−11.0; +15.1] for the percentage of the activity by vascular territory and a mean difference (INFINIA–D-SPECT) equal to 0.05 cardiac segments [−1.60; +1.71] for the extent of the defects. We obtained a weighted κ coefficient equal to 0.70 when we classified each defect as “viable”, “not viable” or “intermediate”. This study shows a good agreement between the two types of cameras in the assessment of myocardial viability, in terms of both tracer uptake and extent of perfusion defects.

      PubDate: 2016-06-20T05:39:48Z
       
  • Évaluation préopératoire comparative de 43 gliomes de grade II et III
           par TEP au 18F-FDG et à la 18F-DOPA : corrélation aux données
           histologiques et moléculaires
    • Abstract: Publication date: Available online 16 June 2016
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): Q. Sala, P. Metellus, O. Chinot, L. Boyer, E. Bialecki, H. Dufour, E. Guedj
      Objectifs Caractériser et comparer l’information biologique apportée par le 18F-FDG et la 18F-FDOPA, analysés séparément puis conjointement, en relation avec les facteurs pronostiques, notamment histologiques et moléculaires dans le bilan préopératoire des gliomes de grade II et III. Méthode Quarante-trois patients ayant bénéficié d’une TEP au 18F-FDG et à la 18F-FDOPA dans le bilan préopératoire de gliome ont été rétrospectivement inclus (35 gliomes de grade II et 8 grade III). Les captations tumorales en 18F-FDG et en 18F-FDOPA étaient déterminées en utilisant des méthodes qualitatives pour le 18F-FDG et semi-quantitatives pour la 18F-FDOPA (ratio tumeur/striatum), puis étaient comparées aux caractéristiques cliniques (âge, sexe), chirurgicales (type de chirurgie, localisation tumorale), histologiques et immuno-histochimiques (histologie, grade, index Ki-67) et moléculaires (mutation IDH, codélétion 1p19q, mutation de la protéine p53 et statut « triple négatif »). Pour analyser l’impact relatif des deux radiotraceurs, nous avons divisé les patients en fonction des différentes combinaisons possibles des résultats des TEP au 18F-FDG et à la 18F-FDOPA pour créer 3 groupes : groupe −/−, groupe −/+ et groupe +/+ que nous avons comparés 2 à 2. Résultats Une captation en 18F-FDG positive était associée à un index de prolifération Ki-67 plus élevé (p =0,021). En utilisant le ratio tumeur/striatum, une captation 18F-FDOPA plus élevée était associée à la présence d’une mutation IDH (p =0,037) et d’une codélétion 1p19q (p =0,030). Il existait une corrélation positive entre l’index Ki-67 et le ratio tumeur/striatum (r =0,33, p =0,029). En comparant le groupe −/− et le groupe −/+ la codélétion 1p19q était plus fréquemment présente dans le groupe −/+ que dans le groupe −/− (p =0,027). Il en était de même pour la mutation IDH (p =0,028). En comparant le groupe −/− et le groupe +/+, il y avait dans le groupe −/− plus de gliomes présentant un index Ki-67 moins élevé (p =0,038). Conclusion La TEP au 18F-FDG et à la 18F-FDOPA apportaient toutes deux séparément des informations sur la prolifération cellulaire. La TEP à la 18F-FDOPA pourrait apporter des informations supplémentaires sur le versant moléculaire. Enfin, l’association de la TEP au 18F-FDG et à la 18F-FDOPA pourrait permettre de renseigner sur la prolifération cellulaire ainsi que sur la présence d’une codélétion 1p19q et d’une mutation IDH. Objective To characterize and compare the biological information brought by 18F-FDG and 18F-FDOPA, analyzed separately and together, in relation with prognostic factors including histological and molecular factors in the preoperative assessment of grade II and III gliomas. Methods Forty-three patients who underwent 18F-FDG and 18F-FDOPA PET in the preoperative assessment of glioma have been retrospectively included (35 grade II and 8 grade III). 18F-FDG and 18F-FDOPA uptakes were determined using qualitative method for 18F-FDG and semi-quantitative method for 18F-FDOPA (tumor/striatum ratio), and were compared with demographic (age, sex), surgical (type of surger...
      PubDate: 2016-06-20T05:39:48Z
       
  • Intérêt de la TEP/TDM initiale au 18FDG pour prédire la récidive des
           cancers ORL localement avancés traités par radio-chimiothérapie
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): F. Legot, F. Tixier, T. Pinto Leite, M. Hadzic, X. Dufour, R. Perdrisot, L.-R. Cheze
      Objectifs La TEP/TDM au 18FDG joue un rôle essentiel pour la stadification pré-thérapeutique des cancers des VADS. Le SUVmax est utilisé en routine clinique pour caractériser la fixation tumorale. De nouveaux indices quantitatifs peuvent être dérivés des images TEP et permettent de compléter la caractérisation de la distribution du FDG au sein d’une lésion tumorale. L’objectif de cette étude est d’évaluer dans les cancers des VADS localement avancés, la valeur prédictive de la réponse thérapeutique de nouveaux paramètres tels que l’hétérogénéité de la distribution intra-tumorale du traceur et la forme de la lésion hypermétabolique en complément des paramètres d’intensité de fixation et de volume métabolique. Matériels et méthodes De 2010 à 2015, nous avons inclus rétrospectivement 60 patients porteurs d’un cancer des VADS localement avancés et traités par radio-chimiothérapie. Pour chaque patient, une TEP/TDM au 18FDG initiale a été réalisée dans le cadre du bilan d’extension pré-thérapeutique. La réponse thérapeutique a été établie de façon usuelle à partir des données cliniques et d’imagerie. Les paramètres dérivés des images TEP étaient les suivants : 6 paramètres quantitatifs d’hétérogénéité, le volume tumoral métabolique (MTV) déterminé par une méthode de segmentation automatique (FLAB), le TLG (Total Lesion Glycolysis), le SUVmax et la sphéricité. Nous avons déterminé leur valeur prédictive de mauvaise réponse thérapeutique ou de récidive. Résultats La classification TNM et le poids initial des patients ressortaient comme des facteurs prédictifs de la réponse thérapeutique (p <0,05) sur l’analyse univariée. Le MTV, le TLG, certains paramètres de texture (SUVcov, entropie et dissemblance) et la sphéricité étaient également prédictifs de la réponse thérapeutique. Le MTV était peu corrélé à l’ensemble des paramètres d’hétérogénéité dérivés de la TEP que nous avons étudiés. Conclusions Pour les cancers ORL traités par radiochimiothérapie, il est possible d’extraire de la TEP au 18FDG, de nouveaux indices de texture et de forme prédictifs de la réponse thérapeutique, en complément de paramètres usuels tels que le volume métabolique. Ces résultats confortent avec ce volet quantitatif l’intérêt de la TEP initiale pour optimiser la prise en charge des cancers ORL.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Radiomarquage du NODAGA RGD par le gallium 68 : premiers résultats avec
           l’automate Trasis miniAIO
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): N. Veran, S. Remy, C. Collet, G. Karcher
      Objectifs Les intégrines sont des récepteurs cellulaires capables de se lier au cytosquelette d’actine et permettant à la cellule d’interagir avec son environnement. En oncologie, elles jouent un rôle clé dans l’angiogenèse tumorale, participant ainsi à la croissance et à la dissémination des cancers. En cardiologie, elles participent au recrutement des globules blancs lors des phénomènes inflammatoires et sont essentielles lors du remodelage ventriculaire suivant l’infarctus du myocarde. Le ciblage de l’expression des intégrines constitue donc une piste prometteuse en imagerie nucléaire. L’objectif de ce travail est de déterminer les conditions de marquage optimales du NODAGA-RGD par le gallium-68, sans prépurification, à l’aide de l’automate miniAIO. Matériels et méthodes Le générateur 68Ge/68Ga utilisé est le modèle IGG100 de Eckert & Ziegler. Le NODAGA-RGD a été acheté chez ABX. L’automatisation des radiosynthèses est réalisée sur le module miniAIO (Trasis®). Le développement analytique a été réalisé sur une chaîne CLHP Alliance e2695 (Waters) avec un détecteur de radioactivité Herm LB500 (Berthold) couplé à une détection chimique par UV (PDA 2998). L’activimètre utilisé est un Capintec CRC-25R (Berthold). Le marquage au gallium-68 a été réalisé selon une méthode n’utilisant pas de prépurification. L’influence de trois paramètres sur le rendement d’incorporation a été testée : la quantité de précurseur (5, 10 et 15μg), le temps de réaction (5, 10 et 15min) et la température (30, 60 et 90°C). Résultats La quantité de précurseur influence peu le rendement d’incorporation qui reste supérieur à 95 %, même pour des quantités comprises entre 5 et 10μg. Le rendement de la réaction dépend du temps de mise en contact de l’éluat avec le précurseur : le rendement est maximal lorsque le temps de réaction est au moins de 10minutes. Le rendement d’incorporation reste élevé et stable pour des températures de 30°C à 90°C. Les conditions optimales sont donc 10μg de peptide NODAGA-RGD dans 1mL de tampon acétate de pH 4,9 pendant 10minutes à 30°C. La pureté radiochimique a été systématiquement supérieure à 97 % (n =20). Pour les 3 lots de validation, le produit était stérile et conforme pour les endotoxines. Conclusions Ce travail a permis de mettre au point sur l’automate miniAIO une procédure de marquage du NODAGA-RGD rapide (inférieur à 15minutes), sans prépurification, reproductible et avec un important rendement d’incorporation. Cette méthode est transférable en un procédé BPF. Elle sera testée sur d’autres peptides dans l’avenir.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Utilité clinique de la TEP cérébrale à la 18F-FDOPA dans la prise en
           charge des syndromes parkinsoniens
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): A. Schiazza, C. Zwarthoed, M.-J. Ouvrier, D. Benisvy, K. Tifratene, J. Darcourt
      Objectifs La maladie de Parkinson est la seconde maladie neuro-dégénérative la plus fréquente après la maladie d’Alzheimer. Si l’exploration de l’activité dopaminergique striatale reste dominée par la tomoscintigraphie des transporteurs pré-synaptiques de la dopamine, les données de la littérature montrent que la TEP cérébrale à la 18F-FDOPA (TEP-DOPA) obtient des performances diagnostiques au moins équivalentes. Il est intéressant d’étudier en quoi cet examen aide au diagnostic des syndromes parkinsoniens (SP) et s’il entraîne un changement de prise en charge des patients qui en ont bénéficié. L’objectif de notre étude clinique monocentrique prospective est d’évaluer l’utilité clinique de la TEP-DOPA dans les SP par un questionnaire auprès des médecins neurologues prescripteurs. Matériels et méthodes Sur une période de 6 mois, les neurologues ayant prescrit une TEP-DOPA dans le service de médecine nucléaire du centre A.-Lacassagne de Nice ont reçu un questionnaire par voie postale (n =192). Le questionnaire en trois parties évaluait l’indication de l’examen et les symptômes, puis l’hypothèse diagnostique avant l’examen, le diagnostic retenu par le clinicien, la corrélation entre la clinique et le résultat TEP et enfin, il évaluait l’aide au diagnostic, la prise en charge et le suivi. Une interprétation visuelle était parallèlement réalisée par un médecin nucléaire. En s’appuyant sur le diagnostic final retenu par le neurologue, nous avons évalué notre interprétation visuelle et tenté de définir des seuils diagnostiques fiables. Résultats Nous avons obtenu 91 réponses pour les examens de 91 patients, d’un âge moyen de 71,4ans ; soit un taux de réponse de 47 %. L’examen clinique du neurologue était cohérent avec le résultat de la TEP dans 78 % des cas (n =71/91). La TEP a permis de changer le diagnostic retenu dans 1/3 des cas lorsqu’une maladie de Parkinson était suspectée et dans 1 cas sur 2 lorsqu’un autre syndrome extra-pyramidal était suspecté. Selon les neurologues, la TEP a renforcé leur confiance dans leur diagnostic et a confirmé leur diagnostic dans 71,4 % des cas. Dans 57 % des cas, la TEP a induit de façon certaine un changement de prise en charge du patient qui correspondait dans 73 % des cas à une modification thérapeutique. Enfin, la sensibilité de l’analyse visuelle était de 78 % et la spécificité de 98 %. Conclusions L’utilité clinique de la TEP cérébrale à la 18F-FDOPA dans le diagnostic des SP n’avait jamais été évaluée auparavant et notre étude montre que cet examen réalisable en routine contribue au diagnostic et influence d’une façon non négligeable la prise en charge du patient. Il apparaît être un élément majeur dans la démarche diagnostique des SP, et ce, dès les stades précoces de la maladie.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Imagerie hybride TEP/IRM dans le bilan des pathologies
           neurodégénératives : retour d’expérience
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): M.-O. Habert, P.-M. David, A. Bertrand, G. Bera, N. Yeni, M. Bertaux, N. Pyatigorskaya, D. Dormont, A. Villanueva, A. Kas
      Objectifs L’imagerie hybride TEP/IRM permet de combiner de façon précise l’information moléculaire fournie par la TEP avec une grande variété de séquences IRM. L’acquisition des deux examens en une session unique minimise les désagréments pour le patient tout en maximisant les informations collectées grâce à la fusion spatiale et temporelle des deux modalités. Dans ce travail, nous discuterons, à partir de cas cliniques, l’apport des deux modalités IRM et TEP dans le bilan des pathologies neuro-dégénératives, notamment la maladie d’Alzheimer (MA), la démence fronto-temporale (DFT), l’aphasie primaire progressive (APP), la démence à corps de Lewy (DCL), l’atrophie corticale postérieure (ACP) et le déficit cognitif léger (MCI). Matériels et méthodes Cent vingt-trois patients ont été adressés dans le service entre le 2/10/15 et le 12/01/16 pour un bilan de troubles cognitifs. Les acquisitions ont été réalisées avec le TEP/IRM SIGNA (GE Healthcare) qui combine une technologie TEP temps de vol avec des photomultiplicateurs au silicium et une IRM 3T. Le protocole IRM a compris des acquisitions 3DFLAIR, 3DSWAN, 3DT1 et axiales diffusion. L’acquisition TEP-FDG (2 MBq/kg) centrée sur le cerveau a été réalisée simultanément aux séquences IRM en un pas de lit de 16minutes (champ de vue axial de 24,4cm). Les reconstructions étaient réalisées avec l’algorithme Vue Point FX (8 itérations, 28 sous-ensembles, fréquence de coupure 3mm) incluant correction de résolution spatiale et le temps de vol. La correction de l’atténuation était basée sur un atlas TD. Résultats Les images TEP et IRM sont de qualité très satisfaisante pour une durée d’examen d’environ 30minutes. Il n’a pas été identifié d’artéfact de correction lié à l’atlas gênant l’interprétation. Dans les formes jeunes de MA, d’ACP et de DCL, la TEP-FDG montrait souvent des anomalies marquées du métabolisme alors que l’IRM était normale ou montrait une atrophie non spécifique. Dans les formes plus focales (DFT, démence sémantique), les anomalies IRM et TEP étaient généralement associées. Les lésions vasculaires (leucopathies, microsaignements, séquelles d’AVC) sont facilement détectées sur les nouvelles séquences de susceptibilité magnétique (3D SWAN) ; la TEP met en évidence une éventuelle composante dégénérative associée, voire le retentissement (désafférentation) d’une lésion sous corticale. Conclusions La fusion des images TEP de haute résolution spatiale avec le 3DT1 permet d’améliorer la confiance diagnostique, en faisant la part entre un effet de volume partiel en cas d’atrophie ou lésion et un véritable déficit fonctionnel. L’interprétation simultanée par le médecin nucléaire et le neuroradiologue apporte au clinicien un résultat diagnostique optimisé, en particulier dans les cas complexes.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Étude internationale multicentrique randomisée contrôlée de l’impact
           de l’imagerie TEP amyloïde au florbetapir (18F) sur la prise en charge
           des patients
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): W. Deberdt, G. Dell’agnello, A. Chevrette, M. Lu, M. Pontecorvo
      Objectifs L’objectif de cette étude internationale randomisée contrôlée était d’évaluer l’impact de la TEP amyloïde sur la prise en charge des patients et le déclin cognitif en fonction du statut amyloïde. Matériels et méthodes Des médecins en France, Italie et aux États-Unis ont identifié des patients avec une altération cognitive pour laquelle la maladie d’Alzheimer était une cause possible (<85 % certain). Le médecin devait noter la démarche diagnostique et le plan de prise en charge. Après un PET-scan au florbetapir, les patients ont été randomisés avec soit une information immédiate, soit une information différée (1 an) au médecin sur le statut amyloïde. Les patients étaient revus à 3 mois et 1 an pour une actualisation du diagnostic, le recueil de la prise en charge réelle et le devenir du patient et de l’aidant. Les analyses ont porté sur l’impact de l’information immédiate ou différée du statut amyloïde sur le diagnostic et la prise en charge. Le futur du patient a été évalué en fonction du statut amyloïde. Résultats Six cent dix-huit sujets ont été randomisés dans le bras information immédiate (308) ou différée (310), dont 174 patients en France, 221 en Italie et 223 aux États-Unis. Six cent deux sujets ont accompli la visite de suivi de 3 mois et 560 la visite de suivi de 1 an. L’analyse est actuellement en cours. Les résultats préliminaires indiquent que le pourcentage de patients pour qui la prise en charge réelle recueillie à 3 mois est différente du plan initial était significativement plus élevé pour le groupe qui a reçu une information immédiate sur le statut amyloïde que pour le groupe avec information retardée. Conclusions Cet essai randomisé contrôlé soutient l’hypothèse que la connaissance du statut amyloïde tel que déterminé par l’imagerie TEP au 18F-flobetapir modifie la prise en charge des patients.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Quelle information est délivrée aux patients explorés par une TEP/TDM
           d’indication oncologique ' Résultats d’une enquête nationale
           portant sur les pratiques de 250 médecins nucléaires
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): S. Gonzalez, P. Le Coz, M. Tondeur, A. Loundou, N. Griffon, C. Colavolpe, O. Mundler, D. Taieb
      Objectifs L’information du patient en France est encadrée par des obligations réglementaires et non réglementaires qui sont toutefois très générales. Aucun consensus n’existe sur le contenu de l’information à délivrer, notamment tenant compte des singularités de chaque spécialité. La relation médecin nucléaire-malade étant très spécifique : comment délivrer alors à un patient d’oncologie (situation fréquente et très délicate), lors d’une consultation unique et rapide, le résultat d’un examen déterminant pour la suite de sa prise en charge, qui peut constituer une mauvaise nouvelle ' L’objectif de notre étude a été d’étudier les pratiques des médecins nucléaires français concernant l’information délivrée au patient réalisant une TEP d’indication oncologique, en particulier sur le résultat de l’examen. Matériels et méthodes Nous avons inclus prospectivement les médecins nucléaires et internes de 3e et 4e année français ayant répondu à notre questionnaire anonyme qui a été adressé par courrier électronique (via les mailing listes de la SFMN et de l’ACOMEN) entre le 25 juin et le 20 juillet 2015. Il est le premier questionnaire français traitant de l’information au patient d’oncologie dans sa globalité. Il comportait 4 parties et 28 questions : description des caractéristiques socio-démographiques du médecin nucléaire répondant, pratiques habituelles des médecins nucléaires français vis-à-vis de la consultation et de la délivrance des résultats avant et/ou après une TEP oncologique, volet éthique (mensonge et dissimulation d’information…) et stratégies proposées pour améliorer les recommandations actuelles. Résultats Deux cent cinquante médecins nucléaires et internes ont été inclus (taux de réponse de 31,3 %). Leurs pratiques apparaissent très hétérogènes. Concernant la consultation, si 56 % des médecins voient les patients systématiquement, 35 % adaptent leur attitude au cas par cas et 9 % ne les voient jamais. Concernant la délivrance orale du résultat, 63 % des médecins adaptent leur attitude au cas par cas, 24 % ne le donnent jamais et 13 % le délivrent toujours. Les déterminants influençant l’annonce du résultat (analyse multivariée) sont : un âge (p =0,002) et un nombre d’années d’exercice plus élevés (p =0,001) du médecin, l’exercice en centre privé (p =0,033) et la pratique d’une consultation après la TEP (p >0,001). Il apparaît que les recommandations actuelles ne sont pas assez claires pour 80 % des médecins. Conclusions Cette hétérogénéité des pratiques résulte probablement du fait qu’actuellement aucune conduite à tenir claire n’est établie pour les médecins nucléaires qui prendrait en compte les particularités de leur relation avec les malades. Ainsi, une réflexion collégiale, pluridisciplinaire et éthique reste à mener pour clarifier leur rôle dans l’information de patients atteints d’une pathologie grave.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Analyse quantitative voxel-à-voxel de la relation entre leucoaraïose et
           métabolisme cérébral en TEP au 18F-FDG chez des patients âgés
           hypertendus
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): A. Verger, A. Kearney Schwartz, S. Bracard, V. Roch, A. Van Der Gucht, R. Fay, G. Hossu, A. Benetos, P.-Y. Marie, L. Joly
      Objectifs Les lésions de la substance blanche, appelées leucoaraïose, sont fréquemment rencontrées chez les patients âgés hypertendus, bien que leurs conséquences sur le métabolisme cérébral restent débattues. Cette étude vise à évaluer les changements du métabolisme cérébral liés à la leucoaraïose en TEP au 18F-FDG et de les cartographier à l’aide d’une analyse quantitative voxel-à-voxel. Matériels et méthodes Soixante-six patients âgés hypertendus (75±5ans, 37 femmes) ont été prospectivement recrutés pour une TEP au 18F-FDG et une IRM cérébrale. Une analyse quantitative du métabolisme cérébral a été utilisée pour évaluer la corrélation entre la distribution du FDG au niveau cérébral et la leucoaraïose telle que déterminée par le score de Fazekas sur les images IRM en séquence Flair. Résultats Le score de Fazekas était inversement proportionnel au métabolisme cérébral en TEP au 18F-FDG dans 14 aires de Brodmann, principalement situées dans le lobe frontal. Le métabolisme frontal en FDG était inversement proportionnel au score de Fazekas (p =0,005), indépendamment de l’âge et du volume total de matière grise exprimée en % du volume crânien, un indice d’atrophie cérébrale globale. Conclusions Les lésions de substance blanche sont associées à une diminution significative du métabolisme cérébral, principalement dans les régions frontales et indépendamment des effets concomitants de l’âge et de l’atrophie cérébrale globale.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Le mot du président. 2e Journées francophones de médecine
           nucléaire
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): D. Fagret


      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • La TEP au 18FDG dans les différents sous-types d’épilepsie du lobe
           temporal : validation en SEEG et valeur prédictive post-opératoire
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): E. Guedj, F. Bonini, M. Gavaret, A. Trébuchon, S. Aubert, M. Boucekine, L. Boyer, R. Carron, A. Mcgonigal, F. Bartolomei
      Objectifs L’objectif de cette étude était de caractériser, par une approche cerveau-entier à l’échelle du voxel, le profil d’hypométabolisme en TEP au 18FDG des différents sous-types d’épilepsie du lobe temporal (ELT), comme définis par Stéreo-Électro-EncéphaloGraphie (SEEG) et de déterminer la valeur prédictive de l’examen TEP sur les résultats post-opératoires. Matériels et méthodes Quarante-quatre patients avec ELT pharmaco-résistante ont été rétrospectivement inclus après évaluation pré-chirurgicale, permettant de définir : 7 ELT latérales, 18 ELT mésiales, 14 ELT élargies et 16 ELT bilatérales. L’analyse statistique à l’échelle du voxel était réalisée pour chaque sous-groupe de patients en comparaison de 23 sujets sains et une classification individuelle était conduite par validation croisée à partir des clusters extraits. Un index métabolique était, par ailleurs, calculé pour chaque patient à partir du Z-score le plus significatif. Une analyse de régression logistique était utilisée pour estimer les facteurs associés au devenir post-opératoire (classification d’Engel), incluant : l’âge, la durée de la maladie, la fréquence des crises et les résultats de l’IRM et de la TEP. Résultats Différents profils d’hypométabolisme étaient retrouvés, au sein et en dehors de la zone épileptogène, parmi les sous-groupes distincts d’ELT, en comparaison des sujets sains (P <0,001 ; corrigé pour le cluster). À l’échelle individuelle, la validation croisée montrait une classification satisfaisante des 4 sous-groupes de patients avec une exactitude comprise entre 71,4 et 88,2 %. L’analyse multi-variée montrait que la TEP au 18FDG était l’unique prédicteur significatif du devenir post-opératoire (P =0,037). Conclusions Cette étude en TEP au 18FDG valide les profils spécifiques d’hypométabolismes des différents sous-types d’ELT définis par le gold-standard de la SEEG et la relation avec le pronostic post-opératoire.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • TEP-IRM en neuro-oncologie : premier retour d’expérience
           dans la pratique clinique
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): M. Bertaux, N. Pyatigorskaya, M.-O. Habert, N. Yeni, L. Raissa, G. Bera, D. Galanaud, M. Breton, P.-M. David, A. Kas
      Objectifs L’imagerie hybride TEP-IRM cérébrale permet, en une seule session d’examen, d’étudier de façon combinée et optimale le profil métabolique en TEP, l’extension anatomique, la perfusion et la cellularité tumorales en IRM 3T des tumeurs cérébrales. L’analyse combinée des différents marqueurs d’imagerie est optimisée, compte tenu de leurs acquisitions simultanées permettant de s’affranchir des problèmes de recalage spatial et d’éventuelles variations temporelles. Notre objectif est d’évaluer la faisabilité et l’intérêt potentiel en pratique clinique de la TEP-IRM dans les cas difficiles de diagnostic différentiel entre progression tumorale et radionécrose en neuro-oncologie. Matériels et méthodes Entre décembre 2015 et janvier 2016, 8 patients (56±14ans) suivis pour des tumeurs cérébrales malignes antérieurement traitées et présentant une prise de contraste équivoque en IRM (1 médulloblastome, 4 glioblastomes, 2 gliomes mixtes anaplasiques et 1 métastase cérébrale d’un cancer du sein) ont été adressés en TEP-IRM au FDG (n =6, 200 MBq) ou à la FDOPA (n =2, 150 MBq) pour le diagnostic différentiel entre progression tumorale et radionécrose. Les acquisitions ont été réalisées sur une TEP-IRM TOF 3T Signa GE, à 1h et 4h post-injection pour la TEP-FDG et 20min post-injection pour la FDOPA. Les images TEP étaient reconstruites avec un algorithme itératif incluant correction de résolution spatiale et temps de vol. La correction de l’atténuation était basée sur un atlas TDM. Résultats Le protocole d’examen consistait en une acquisition simultanée de la TEP et d’une IRM comportant les séquences 3DT1 SE sans et après injection, 3D Flair, diffusion, perfusion, SWAN, ASL et spectroscopie, d’une durée totale de 30minutes. La qualité du contraste tissulaire, la sensibilité, la résolution spatiale en TEP-IRM étaient cliniquement satisfaisantes. Sur les 8 patients, 6 résultats étaient concordants en TEP-IRM : 3 évocateurs de poursuite tumorale évolutive associant un hypermétabolisme pathologique, une hyperperfusion et/ou une hypercellularité et 3 évocateurs de radionécrose. Dans les 2 autres cas, l’hypermétabolisme était considéré comme douteux car modéré en TEP-FDG alors qu’il existait une progression morphologique en IRMn, néanmoins sans hyperperfusion. Conclusions Notre expérience confirme la faisabilité clinique de la TEP-IRM et la très bonne qualité des images TEP et IRM 3T en neuro-oncologie. Elle montre le potentiel de cette imagerie hybride dans la caractérisation phénotypique de l’évolution tumorale après traitement. L’étude simultanée des différents éléments morphologiques et métaboliques apportés pourrait permettre d’obtenir une meilleure précision.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Le volume tumoral métabolique préthérapeutique influence la réponse au
           brentuximab-vedotin et la survie dans le lymphome de Hodgkin réfractaire
           ou en rechute
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): Y. Al Tabaa, M. Meignan, E. Scherman, C. Haioun, P. Brice, C. Theblemont, P. Merlet, G. Cartron, D. Mariano Goulart
      Objectifs Le volume tumoral métabolique total (VTMT0) apparaît être un facteur pronostique au diagnostic du lymphome de Hodgkin (LH) et jouerait un rôle dans le traitement des lymphomes non-LH par des anticorps monoclonaux. Ce volume tumoral métabolique pourrait alors influencer l’efficacité de l’anti-CD30 brentuximab-vedotin (BV). Nous avons donc évalué l’influence du VTMT0 pré-thérapeutique sur la réponse au traitement par BV en monothérapie chez des patients LH en situation réfractaire ou en rechute (LH-RR), ainsi que sa valeur pronostique. Matériels et méthodes Une étude rétrospective multicentrique a inclus 41 patients LH-RR. Une TEP/TDM au 18-FDG a été réalisée avant (TEP0) et après 4–6 cycles de traitement par BV (TEPi), définissant deux groupes de patients : un groupe avec une réponse métabolique complète (groupe RMC, 23 patients) et un groupe de patients qui n’étaient pas en RMC (groupe non-RMC, 18 patients), en utilisant l’échelle visuelle à 5 points et le score de Lugano. Le VTMT0 a été mesuré en utilisant un seuil fixe de 41 % de la SUVmax. Les caractéristiques des patients, les paramètres TEP, la réponse au traitement, la survie sans progression (PFS) et la survie globale (OS) ont été analysés et comparés. Résultats Le VTMT0 s’étalait de 14 à 213cm3 chez les 41 patients (médiane : 62cm3) et était significativement plus élevé dans le groupe non-RMC que le groupe RMC (médiane : 96 et 30 cm3, respectivement, p <0,001). L’atteinte extranodale était plus représentée dans le groupe non-RMC (p =0,003). Les patients ayant une RMC avaient de meilleures PFS et OS que les patients non-RMC (p <0,001 et p <0,001, respectivement). Une valeur de VTMT0 de 57 cm3 et l’atteinte extranodale étaient prédictives de la réponse au BV, la PFS et l’OS (p <0,001 et p =0,004 ; p <0,001 et p =0,001 ; p <0,001 et p =0,016, respectivement). En analyse multivariée, Le VTMT0 et l’atteinte extranodale étaient les seuls paramètres influençant la PFS (p =0,001 et p =0,041, respectivement) tandis que seul le VTMT0 influençait l’OS (p =0,004). Conclusions Le volume tumoral métabolique total pré-thérapeutique et l’atteinte extranodale influencent la réponse au traitement par BV en monothérapie et sont prédictifs de la survie chez les patients LH-RR, offrant des axes de recherche potentiels dans le développement de nouvelles stratégies de traitement en fonction du volume métabolique initial.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Valeur diagnostique et pronostique de la TEP/TDM au 18F-FDG dans la prise
           en charge des carcinomes adénoïdes kystiques des glandes salivaires
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): G. Bera, R. De Laroche, C. Bertoïa, G. Herve, M. Bandini, M. Bertaux, M. Sahli Amor, A. Giron, C. Bertolus, A. Kas
      Objectifs Les carcinomes adénoïdes kystiques (CAK) sont des cancers rares des glandes salivaires de métabolisme variable et de croissance lente, comportant néanmoins un risque élevé de récidive loco-régionale (en raison d’engainements périnerveux) et de métastases à distance. Le diagnostic histologique préopératoire repose sur la cytologie (compte tenu du risque fonctionnel), mais son rendement est variable. Le grade histologique défini selon le profil prolifératif tubulaire, cribriforme ou solide de la tumeur reste d’intérêt pronostique controversé bien qu’un contingent solide de plus de 30 % (haut-grade) soit considéré comme péjoratif. L’objectif est d’évaluer l’intérêt diagnostique et pronostique de la TEP/TDM au 18-fluorodesoxyglucose (TEP-FDG) dans le diagnostic préchirurgical des CAK. Matériels et méthodes Quatorze patients (52±14ans) ont bénéficié d’une TEP-FDG (5 MBq/kg–caméra Philips Gemini GXL) dans le bilan d’extension préchirurgical de CAK dont 5 haut-grades, des parotides (n =5), des glandes sous-maxillaires (n =2) et des glandes salivaires accessoires (n =7). Le métabolisme tumoral a été évalué par une double lecture indépendante s’appuyant sur les SUVmax, le volume tumoral métabolique (VTM) et le total lesion glycolysis (TLG). Ces résultats ont été confrontés au diagnostic histologique définitif de la pièce d’exérèse et au suivi du patient. Des analyses de corrélation ont été faites entre les index métaboliques et à la fois le grade histologique (test de Wilcoxon non paramétrique) et le suivi (analyse univariée). La médiane de suivi était de 30 mois (1 mois–35ans). Résultats Le métabolisme de la tumeur primitive est variable avec un SUVmax médian de 5 (range 2,8–13,8), un VTM à 4mL (1,3–65), un TLG à 22,6g (3–150). La TEP a révélé une extension osseuse locale chez 8 patients, une atteinte de la base du crâne, une atteinte ganglionnaire chez 2 et des métastases à distance (n =6). L’extension périneurale n’était jamais détectée. Le grade tumoral était significativement corrélé au SUVmax (p <0,02) et au TLG (p <0,04). Un VTM>3,9mL et une valeur de TLG>31g étaient associés à un pronostic péjoratif (risque élevé de récidive et de métastases). Conclusions La TEP-FDG présente un intérêt dans le bilan préthérapeutique des CAK et apporte des arguments pronostiques qui pourraient orienter le comité pluridisciplinaire dans la stratégie de prise en charge.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Charge amyloïde évaluée par TEP au 18F-flutemetamol et performances
           cognitives chez le sujet âgé non dément
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): M. Meyer, P. Zanotti Fregonara, F. Lamare, G. Catheline, C. Helmer, K. Peres, M. Allard, J.-F. Dartigues, P. Fernandez
      Objectifs Contexte : dans les phases précoces de la maladie d’Alzheimer, l’impact de la charge lésionnelle sur les performances cognitives est variable, notamment chez les sujets de haut niveau d’études, du fait du phénomène de réserve cognitive cérébrale. De précédentes études ont montré qu’entre 20 et 50 % de sujets âgés asymptomatiques présentaient une charge amyloïde élevée. Objectif de l’étude : évaluer la relation entre charge amyloïde, performances cognitives et niveau d’études chez des sujets âgés non déments. Matériels et méthodes Il s’agit d’une analyse préliminaire de l’étude EDUMA, portant sur les 89 premiers sujets inclus. La charge amyloïde a été évaluée par TEP au 18F-flutémétamol. Nous avons également recueilli pour chaque sujet : l’âge, le sexe, le statut ApoE, le niveau d’étude, le score MMSE, le score au test de Grober et Buschke (mémoire épisodique) et le score au test d’Isaacs (mémoire sémantique). Nous avons également effectué une analyse de sous-groupe sur 36 sujets pour lesquels nous avons calculé une pente de déclin cognitif sur les 10 années qui ont précédé le passage de la TEP. Résultats Vingt-quatre pourcent des sujets présentaient une TEP au 18F-flutémétamol positive. Ils étaient significativement plus âgés (p =0,003), présentaient une mutation de l’ApoE (p =0,035), une atteinte de la fonction d’encodage (p =0,028) ainsi que de la mémoire sémantique et de la fluence verbale (p =0,013). Les sujets avec un haut niveau d’études présentaient de meilleures performances cognitives, malgré un âge plus avancé et une charge amyloïde identique. Enfin, une charge amyloïde élevée est un facteur associé au déclin cognitif (p =0,018). Conclusions Chez des sujets âgés non déments, l’impact de la charge amyloïde sur les performances cognitives est modulé par le niveau d’éducation. Ceci confirme l’intérêt de la TEP au 18F-flutémétamol pour le diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Étude prospective de phase II sur la tolérance et l’efficacité
           d’un boost de radiothérapie (RT) basée sur une TEP au F-Miso, dans le
           cancer pulmonaire (RTEP5)
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): P. Vera, S. Thureau, P. Chaumet Riffaud, A. Pallardy, P. Olivier, A. Berriolo Reidinger, C. Houzard, M.-C. Eberlé, I. Brenot Rossy
      Objectifs L’hypoxie tumorale est responsable d’une chimio- et radiorésistance. La TEP au F-Miso permet d’étudier l’hypoxie tumorale in vivo. Notre objectif a été d’étudier prospectivement des pts atteints d’un cancer pulmonaire non à petites cellules stade III qui devaient bénéficier d’une radio-chimiothérapie (RCT) à visée curative. L’analyse de l’hypoxie par TEP-FMiso a été réalisée par 3 experts via le réseau SFMNnet et les volumes FDG et F-Miso ont été définis de manière centralisée. Les patients ayant une TEP-F-Miso positive ont bénéficié d’un complément de dose de RT sur les volumes hypoxiques. Nous présentons les résultats préliminaires. Matériels et méthodes Les patients ont bénéficié d’une TEP-FDG avant et après la CT d’induction. Les patients qui avaient une TEP-FDG positive après la CT d’induction ont eu une TEP-F-Miso. Si la TEP-F-Miso était positive, les patients ont eu une délinéation des volumes cibles FDG et F-Miso, transmis ensuite au radiothérapeute local, qui prescrivait un boost à la dose maximale sur les zones hypoxiques. Si la TEP-F-Miso était négative, les patients avaient une RCT standard de 66Gy. Les examens ont été recalés, puis différents volumes cibles ont été définis par seuillage relatif pour le FDG (40, 50, 60, 70, 80, 90 % des SUVmax) et par seuillage absolu pour le Fmiso (SUV à 1,4). Les volumes des traceurs ont été comparés (Dice et Jaccard). La tolérance et le contrôle local (RECIST1.1) ont été évalués à 3 et 1 an post-RT. Résultats Soixante-dix-neuf patients (60a) ont été inclus. Cinquante-quatre patients sur 79 évaluables en pré-RT ont bénéficié d’une TEP-F-Miso. Trente-quatre patients sur 54 (62 %) avaient au moins 1 lésion hypoxique et 20/54 étaient non hypoxiques. Vingt-quatre patients sur 34 (70 %) hypoxiques ont pu bénéficier d’une augmentation de dose de 70 à 86Gy. Aucune toxicité grade 4 n’a été observée et seulement 1 toxicité grade 3. Le SUVmax Fmiso était de 2,6 pour les patients hypoxiques et de 1,5 pour les patients normoxiques (p <0,001), le SUVmax FDG, respectivement, de 13 et 7 (p =0,1) et les volumes tumoraux moyens (seuillage FDG à 40 %) de 20 cm3 et 14 cm3 (p <0,0001). Les indices de Dice et de Jaccard étaient, respectivement, de 0,5 et 0,4 entre le seuillage FDG à 40 % et le seuillage F-miso. Pour l’ensemble des autres sous-volumes métaboliques, les indices étaient tous inférieurs à 0,4. Conclusions Les résultats préliminaires de l’étude multicentrique RTEP5 montrent que la réalisation d’un complément de dose de RT basée sur la TEP-F-Miso est faisable. Aucune toxicité grade 4 n’a été observée et le contrôle local des patients ayant eu une augmentation de dose est de 59 % à 3 mois. Les sous-volumes les plus hypermétaboliques et les volumes hypoxiques sont deux zones tumorales distinctes.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Intérêt de la TEP/IRM en cancérologie maxillo-faciale et faisabilité
           en pratique clinique : premier retour d’expérience
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): R. De Laroche, N. Pyatigorskaya, G. Bera, C. Bertolus, G. Herve, M. Sahli Amor, M. Soret, M. Bertaux, P. Maksud, A. Kas
      Objectifs En cancérologie cervico-maxillo-faciale, l’imagerie hybride et simultanée TEP/IRM semble prometteuse pour la caractérisation phénotypique tumorale dans cette région où l’anatomie est complexe. Elle permet en effet de combiner de façon optimale les informations métaboliques apportées par la TEP et les résultats de l’IRM morphologique et multiparamétrique permettant l’étude de la vascularisation et de la cellularité tumorales. Notre objectif est d’évaluer en pratique clinique, la faisabilité et l’intérêt potentiel de la TEP-IRM au FDG en cancérologie cervico-maxillo-faciale. Matériels et méthodes Entre octobre 2015 et janvier 2016, 29 patients de 64±15ans (22 carcinomes épidermoïdes, 3 carcinomes adenoïdes kystiques, 2 carcinomes muco-épidermoïdes, 1 adénocarcinome, 1 liposarcome) ont bénéficié d’une TEP-IRM au 18FDG pour bilan d’extension initial (n =16), suspicion de récidive (n =11) et adénopathie sans porte d’entrée (n =2). Les acquisitions simultanées ont été réalisées sur la TEP-IRM-3T TOF Signa (GE Healthcare) à 1h post-injection. Un travail de sélection des séquences IRM pertinentes et d’optimisation du temps caméra a été réalisé pour permettre une exploration cervico-faciale exhaustive et le bilan d’extension à distance. Pour la correction d’atténuation (CA), deux méthodes sont testées : séquence DIXON et l’atlas TDM fourni par le constructeur. Résultats Le protocole d’imagerie sélectionné comprenait l’acquisition simultanée d’une TEP cervico-faciale et d’une IRM comportant les séquences axiale T1, axiale et coronale T2 IDEAL, axiale diffusion et, après injection de gadolinium 3D, T1 SE et axiale T1 IDEAL, suivie d’une acquisition thoraco-abdomino-pelvienne (4 bed en TEP couplée à une IRM pondérée en T1 post-injection). La durée totale de l’examen était de 50minutes. La CA était réalisée via la séquence Dixon, les cartes d’atténuation issues de l’atlas n’ayant pas été satisfaisantes. Sur les 29 patients, 12 étaient suspects d’envahissement ganglionnaire, 4 de métastase. La qualité des images, la délimitation de l’extension tumorale et la résolution spatiale étaient jugées satisfaisantes. Conclusions Notre expérience confirme la faisabilité en pratique clinique de la TEP-IRM et la très bonne qualité des images TEP et IRM 3T en oncologie cervico-faciale. Des améliorations sont néanmoins attendues sur la correction d’atténuation de cette région avec le développement de séquences IRM prenant en compte l’atténuation osseuse (ZTE).

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • La TEP/TDM au FDG lors du bilan initial prédit la survie chez les adultes
           atteints de sarcomes d’Ewing
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): B. Jamet, T. Carlier, L. Campion, E. Bompas, D. Rusu, V. Fleury, S. Girault, F. Borrely, F. Kraeber Bodéré, C. Rousseau
      Objectifs La TEP/TDM FDG est indiquée dans le bilan d’extension initial des tumeurs de la famille des sarcomes d’Ewing (ESFT). Cependant, la valeur pronostique de la TEP FDG au diagnostic dans une population homogène d’ESFT n’a pas encore été décrite. Nous avons évalué, sur la TEP initiale, la capacité des indices quantitatifs à prédire la survie des patients adultes atteints d’ESFT. Matériels et méthodes Trente-deux patients (sex-ratio : 14/18) issus de 3 centres de médecine nucléaire, atteints d’ESFT et traités selon le protocole Euro-Ewing 99 ont été inclus rétrospectivement. Plusieurs index quantitatifs (SUV [max, peak et mean], metabolic tumor volume [MTV] et total lesion glycolysis [TLG]) ont été recueillis sur la tumeur primitive avant traitement. Des tests du Logrank ainsi que des analyses uni- et multivariées par modèle de Cox ont permis de comparer les courbes de survie et d’isoler parmi ces indices ou les paramètres cliniques standards (statut métastatique, localisation axiale, taille de la tumeur>10cm, sexe et âge≥20) des facteurs pronostiques en évaluant la survie sans progression (PFS) et la survie globale (OS). Résultats La médiane de suivi a été de 2,7ans avec un âge médian de 21ans [15–61]. Dix-neuf patients étaient métastatiques d’emblée (poumons et/ou os). Le MTV et le TLG n’étaient prédictifs ni de la PFS ni de l’OS en analyse univariée. En analyse multivariée : la SUVmax (HR : 1,17 ; IC 95 % : 1,02–1,35 ; p =0,021) et la SUVpeak (1,27 ; 1,02–1,61 ; p =0,037) étaient indépendamment associées à l’OS. La SUVmax (1,12 ; 1,02–1,24 ; p =0,019) et la présence de métastase (5,84 ; 1,52–22,46 ; p =0,01) étaient indépendamment associés à la PFS. Conclusions Il s’agit de la première étude montrant l’intérêt pronostique de la TEP FDG au diagnostic chez des adultes atteints d’ESFT. Ces index obtenus dès le bilan initial de la maladie, associés à la présence ou non de métastase, seraient une aide précieuse à la planification de la stratégie thérapeutique, à confirmer par des études prospectives multicentriques.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Évaluation d’un protocole double isotope « low dose »
           99mTc-Sestamibi/201Thallium pour l’étude de la perfusion myocardique
           sur une caméra CZT D-D-SPECT™
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): V. Roch, L. Imbert, W. Djaballah, G. Karcher, P.-Y. Marie
      Objectifs La tomoscintigraphie myocardique (TSM) en double isotope (99mTc/201Tl) est difficilement réalisable sur les caméras conventionnelles, principalement à cause d’une dosimétrie élevée (environ 29 mSv). Notre étude a évalué une méthode d’acquisition double isotope de TSM en caméra CZT à semi-conducteurs, avec de faibles doses de 99mTc-Sestamibi utilisé pour les acquisitions de stress et de 201Tl pour les enregistrements de repos. Matériels et méthodes Chez 82 patients ayant eu le protocole simple isotope (MIBI stress, puis MIBI repos), une acquisition double isotope a été ajoutée une heure après l’acquisition d’effort MIBI standard et 5min après injection de 36 à 63 MBq de 201Tl. Les enregistrements ont été réalisés en caméra CZT D-SPECT™ et les acquisitions en double isotope reconstruites avec un algorithme de correction des photons diffusés. L’analyse des images a été effectuée : (1) par soustraction des activités segmentaires entre stress et repos, comparativement entre les protocoles simple (ΔTc) et double isotope (ΔTl) ; (2) dans les segments identifiés comme ischémiés (lacunes et anomalies de cinétique de stress réversibles au repos) ou nécrosés (non réversibles au repos) visuellement sur les images conventionnelles en simple isotope. Résultats La dose efficace moyenne était de 13,9±1,4 mSv en double isotope. Le ΔTl est considérablement plus élevé pour les 42 segments ischémiés que pour les 89 segments nécrosés (14,5±10,2 % vs. 6,5±8,9 %, p <0,001). Cependant, les ΔTc sont plus faibles dans les deux cas (8,4±6,4 % et 2,5±7,2 %, p <0,001), probablement à cause du bruit de fond plus élevé en 201Tl par comparaison au 99mTc sur l’acquisition de repos. (Rapport bruit de fond/myocarde 0,33±0,9 vs. 0,27±0,15, p <0,001). Les seuils optimaux, pour différencier les segments ischémiés des segments nécrosés, étaient plus élevés en double isotope (ΔTl>13 %), qu’en simple isotope (ΔTc>8 %). Conclusions La TSM en double isotope réalisée sur les caméras CZT, permet une réduction de doses de plus de 50 % par rapport aux protocoles sur caméras conventionnelles (14 vs 29 mSv). Cependant, ce protocole avec injection de 99mTc-Sestamibi pour le stress génère un bruit de fond assez élevé sur les images de repos en 201Tl, ce qui nécessite une adaptation des seuils définissant la réversibilité au repos.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Valeur pronostique de la scintigraphie de perfusion myocardique normale
           avec un protocole double isotope sur caméra à semi-conducteurs CZT :
           résultats intermédiaires
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): L. DjaÏleb
      Objectifs L’utilisation de nouvelles gamma-caméras à détecteurs semi-conducteurs cadmium-zinc-telluride (CZT) représente une avancée technologique considérable. Peu d’études pronostiques utilisant ces caméras ont été publiées et aucune n’a étudié la valeur pronostique de la scintigraphie myocardique avec perfusion normale en associant l’utilisation d’un protocole double isotope ultra-rapide (thallium-201 au stress et technetium-99m au repos). Matériels et méthodes Entre mai 2011 et septembre 2012, 1159 patients ont été identifiés rétrospectivement, suite à une scintigraphie normale ou avec une anomalie de perfusion non significative (SSS<4). Cette étude rapporte une analyse intermédiaire de 607 patients. Un protocole double isotope ultra rapide sur caméra à semi-conducteurs est utilisé, après une épreuve d’effort ou un stress pharmacologique. Le critère de jugement principal est la survenue d’un décès d’origine cardiovasculaire ou d’un infarctus non fatal. Résultats Le critère de jugement principal est survenu chez 25 patients pendant le suivi. Le taux d’évènements annualisé était de 1,3 %. Le taux d’évènements était de 0,43 % par an dans le sous-groupe de patients ayant pratiqué une épreuve d’effort et 1,82 %/an dans le sous-groupe de patient ayant réalisé un stress pharmacologique. En analyse multivariée, l’âge (HR 1,14 [1,08 ; 1,20], p <0,0001) et la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) au repos en tomoscintigraphie synchronisée à l’ECG (HR 0,95 [0,92 ; 0,98], p =0,008) étaient des facteurs prédictifs indépendants de décès cardiovasculaire ou d’infarctus non fatal. En analyse de survie, les patients avec une FEVG de repos altérée (<45 %) présentaient plus d’évènements que ceux ayant une FEVG de repos normale (16 % vs. 3,8 %, log-rank=0,003). Conclusions L’utilisation d’un protocole double isotope ultrarapide avec une caméra CZT apporte une information pronostique comparable aux données obtenues avec les caméras d’Anger.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Place de la 18F-FDOPA dans la caractérisation des lésions expansives ne
           prenant pas le contraste en IRM
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): C. Bund, A. Imperiale, M.-P. Chenard, F. Lefebvre, S. Kremer, F. Proust, I.-J. Namer
      Objectifs Le diagnostic des tumeurs cérébrales gliales repose principalement sur l’IRM avec injection de gadolinium. Habituellement, les tumeurs de haut-grade sont responsables d’une rupture de la barrière hémato-encéphalique, responsable d’une prise de contraste en IRM. Cependant, cela n’est pas toujours vérifié. Il est crucial pour la prise en charge thérapeutique et pour le pronostic de reconnaître rapidement le profil d’agressivité de la tumeur, en particulier pour les gliomes présentant une absence ou une prise de contraste atypique. L’objectif de ce travail est d’évaluer la valeur diagnostique de la TEP/TDM à la 18F-FDOPA dans la détermination de l’agressivité initiale de la tumeur. La relation entre fixation en 18F-FDOPA et la spectroscopie RMN a également été étudiée. Matériels et méthodes Cinquante-deux patients ont été inclus prospectivement : 35 gliomes de bas-grade et 17 gliomes de haut-grade selon la classification de l’OMS 2007, prouvés histologiquement. Aucun des patients inclus ne présentait de prise de contraste franche en IRM. Chaque patient a bénéficié d’une TEP/TDM à la 18F-FDOPA avec acquisitions dynamiques et à +30min. La SUVmax a été mesurée pour chaque tumeur avec normalisation par rapport au côté sain. Les patients ont aussi bénéficié d’une spectroscopie RMN avec mesure de différents rapports de métabolites : nCho/Cr, nCho/NAA, nNAA, Lac/Cr. Le meilleur seuil de SUVmax a été obtenu à partir d’une courbe ROC en maximisant la somme des sensibilité et spécificité. Un test de Mann Whitney a été utilisé pour la comparaison entre les groupes. Résultats Un seuil de SUVmax de 2,16 permet d’obtenir une sensibilité de 60 %, une spécificité de 100 %, une VPP de 100 % et une VPN de 83,33 % pour discriminer les patients ayant un gliome de haut-grade de ceux ayant un gliome de bas-grade (p <0,01). L’intégration du paramètre dynamique n’a pas modifié ces valeurs. Les rapports nCho/Cr et nCho/NAA discriminent les gliomes de bas-grade versus haut-grade de façon statistiquement significative (p =0,03 et 0,04, respectivement). La corrélation entre TEP et SRM permet la distinction entre les gliomes de bas et haut-grade avec une sensibilité de 100 % et une spécificité de 73,08 % (p <0,01), démontrant l’impact de l’imagerie fonctionnelle et, en particulier, de la TEP à la FDOPA, qui permet d’évaluer le potentiel agressif des gliomes. Conclusions L’intégration des données du métabolisme d’acides aminés (18F-FDOPA), utilisées seules ou en association avec la spectroscopie RMN (notamment avec l’étude de la choline et donc du métabolisme lipidique), permet de discriminer les gliomes de bas-grade des gliomes de haut-grade sans prise de contraste en IRM et pourrait avoir un impact sur la stratégie thérapeutique.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Efficacité diagnostique et pronostique de la 18F-FET TEP/TDM dans la
           prise en charge des gliomes hémisphériques de l’adulte classés bas
           grade à l’IRM initiale
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): M. Sinigaglia, A. Benouaich Amiel, A.-S. Salabert, A.-L. Aziz, P. Payoux
      Objectifs L’IRM standard est actuellement le seul examen d’imagerie recommandé dans le bilan initial des gliomes. Certaines études décrivent jusqu’à 30 % de diagnostics erronés concernant le grade tumoral. Du fait de l’importante hétérogénéité tumorale de ces tumeurs, le diagnostic anatomo pathologique est parfois incertain même après biopsie ou chirurgie. D’autre part, les facteurs pronostiques radiologiques connus sont parfois pris en défaut, notamment dans les gliomes de bas grade. Notre travail avait donc pour objectif principal d’évaluer l’apport diagnostique et pronostique de la TEP/TDM à la 18F-Fluoro-ethyl-L-tyrosine dans les gliomes hémisphériques de l’adulte classés bas grade à l’IRM. Matériels et méthodes Tous les patients présentant une IRM cérébrale en faveur d’un gliome de bas grade se sont vus proposer le protocole, à la suite d’une réunion de concertation pluridisciplinaire. Chaque patient a bénéficié d’une TEP/TDM à la 18F-FET (2,6 MBq/Kg) et une IRM (comprenant au minimum les séquences T1, T2 flair, T1 gadolinium) avant tout geste chirurgical. Une preuve histologique par biopsie ou chirurgie a été réalisée dans le service de neurochirurgie. Les patients ont ensuite suivi un parcours de soins adapté au grade de la maladie. Une analyse visuelle qualitative, puis une analyse quantitative (SUVmax lésionnel, volume 75 % SUVmax, volume 85 % du SUVmax, rapport SUVmax lésionnel/SUVmoy controlatéral et rapport SUVmax lésionnel/SUVmoy cérébelleux) ont été réalisées par deux médecins nucléaires. Résultats De novembre 2010 à juin 2014, 30 patients ont été inclus de façon prospective. Sept patients ont été exclus. Dix patients présentaient un gliome de haut grade. Cinq patients sont décédés et 12 ont présenté une récidive. Concernant la valeur diagnostique, la sensibilité de l’analyse visuelle a été de 80 % et la spécificité de 77 %. Le diagnostic a été rétabli pour 8 gliomes faussement classés bas grade à l’IRM. Les rapports SUVmax lésionnel/SUVmoy controlatéral et SUVmax lésionnel/SUVmoy cérébelleux obtenaient les meilleurs résultats (respectivement, AUC=0,685, p =0,14 et AUC=0,677, p =0,15). Concernant la valeur prédictive, le rapport SUVmax lésionnel/SUVmoy cérébelleux obtenait les meilleurs résultats avec un temps avant 25 % de décès=35,8 mois et un temps avant 25 % de récidive=12 mois, quand<2,3 (NS). Conclusions La TEP à la 18F-FET a permis de rétablir le diagnostic de gliome de haut grade pour 35 % des patients classés bas grade à l’IRM. Le nouveau paramètre SUVmax lésionnel/SUVmoy cervelet, jusque-là non exploré dans les travaux sur le même sujet, est intéressant à la fois à visée diagnostique et pronostique. Ce travail confirme la complémentarité de l’IRM et de la TEP/TDM à la 18F-FET.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Apport d’un nouveau score visuel pour l’analyse de la TEP/TDM FDG lors
           d’une suspicion de récidive ganglionnaire des cancers ORL : résultats
           préliminaires
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): F. Borrelly, M. Colombié, E. Bardet, O. Malard, C. Ferron, K. Buquet, L. Campion, D. Goulon, F. Kraeber Bodéré, C. Rousseau
      Objectifs La TEP/TDM FDG a démontré sa place dans la stratégie diagnostique de recherche de récidives des cancers ORL localement avancés traités initialement par radiothérapie±chimiothérapie, avec une VPN très élevée. Néanmoins, sa sensibilité reste faible, avec un taux de faux-positifs non négligeable, conduisant à des chirurgies de rattrapage post-radiques et des taux de morbidité importants. Dans la littérature, les critères d’interprétation sont très disparates. Notre objectif est d’étudier différentes échelles visuelles et/ou semi-quantitatives, afin de proposer une méthode d’interprétation fiable et reproductible. Matériels et méthodes Vingt patients suivis pour cancer ORL traités par radiothérapie±chimiothérapie, suspects de récidive ganglionnaire loco-régionale, à plus de 3 mois de la fin du traitement ont été inclus rétrospectivement. Une preuve anatomo pathologique a été obtenue pour tous les patients. L’analyse des comptes-rendus TEP FDG a été confrontée à l’interprétation réalisée en aveugle par 2 médecins nucléaires. Trois échelles pour décrire le métabolisme glucidique ont été testées : une échelle visuelle binaire, une échelle visuelle 5 grades « Deauville like » (les scores 1,2,3 considérés comme négatifs ; 4 et 5 comme positifs) et l’étude de différents index quantitatifs. Les sensibilité, spécificité, VPP, VPN et la concordance inter-observateur ont été calculées pour ces différentes échelles. Résultats Dix-huit patients (90 %) étaient en récidive ganglionnaire sur l’analyse anatomopathologique. L’analyse des comptes-rendus de routine TEP FDG retrouvait 4 faux-positifs (FP), 2 vrais-négatifs (VN) et 14 vrais-positifs (VP) soit une sensibilité, spécificité, VPP et VPN, respectivement, de 100 %, 33 %, 78 % et 100 %. L’échelle binaire permettait de reclasser 1/4 FP sans autre modification soit un impact sur la spécificité et la VPP avec, respectivement, 40 % et 83 %. Avec l’échelle « Deauville like », 4/4 FP ont été reclassés conduisant l’ensemble des indicateurs à 100 % (p <0,02). Le taux de concordance inter-observateur pour l’échelle « Deauville like » était excellent avec k=0,87 (p <10–4). L’étude semi-quantitative n’a pas démontré de valeur statistique. Conclusions Ces résultats préliminaires encourageants montrent l’intérêt potentiel d’utiliser une échelle visuelle standardisée, en particulier l’échelle « Deauville like » pour l’interprétation des TEP FDG en suivi post-thérapeutique des patients porteurs d’un cancer ORL suspects de récidives. Celle-ci permet de mieux sélectionner les patients qui bénéficieront d’un curage ganglionnaire de rattrapage.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Quantification des blastes médullaires par la TEP à la
           18F-fluoro-thymidine (FLT) dans un modèle murin de syndrome
           myélodysplasique
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): L. Sarda Mantel, B. Hosten, L. Goursaud, N. Vignal, M.-H. Noguera, V. Tsoupko Sitnikov, M. Pla, N. Rizzo, C. Chomienne, R.-A. Padua
      Objectifs Le syndrome myélodysplasique de haut risque (SMD-HR), caractérisé par une diminution de l’apoptose des précurseurs de la moelle osseuse, est à risque de transformation en leucémie aiguë myéloïde (LAM) et de mauvais pronostic en l’absence de chimiothérapie efficace. L’évaluation de nouveaux traitements dans les modèles animaux est entravée par l’absence de biomarqueur fiable permettant de suivre in vivo l’efficacité thérapeutique, la biopsie médullaire étant impossible chez la souris. La TEP-FLT permet de quantifier in vivo la prolifération cellulaire et a été suggérée comme outil de diagnostic et de suivi thérapeutique chez les patients atteints de LAM. Notre objectif était d’évaluer la TEP-FLT pour la quantification in vivo des blastes médullaires chez la souris. Matériels et méthodes Nous avons étudié 3 groupes de souris FVB/N : contrôles normales (n =4), souris porteuses du gène muté NRASD12 sous régulation du promoteur myéloïde MRP8 (n =6) et modèle transgénique MMTVtTA/TetoBCL-2/MRP8NRASD12 de SMD-HR (n =7). Toutes les souris ont une TEP/TDM à la FLT entre 10 et 19 semaines de vie. Des images statiques (10 mns) ont été acquises 1h après injection du radiotraceur. Le % de dose de FLT injectée par g de moelle osseuse (%ID FLT/g) a été quantifié sur les images au niveau des vertèbres dorsales et des épiphyses fémorales. Juste avant la TEP, des prélèvements sanguins ont été effectués pour la numération des plaquettes sanguines et la mesure de l’expression du transgène BCl-2. Après l’imagerie, la moelle osseuse des fémurs a été recueillie pour analyse cytologique. Résultats Les chiffres de plaquettes sanguines était de 1496±688/mL et 966±226/mL (NS) chez, respectivement, les souris contrôles et les souris transgéniques ; l’expression de BCl-2 était de 1,2±1,1 % vs 24,3±15,1 % (p <0,01) ; les taux de blastes médullaires de 5±1 % vs 12±2 % (p <0,003) ; les %/ID/g moyen de FLT étaient de 1,3±0,9 % vs 2,7±1,2 % (p <0,02) dans les fémurs proximaux. Les taux de blastes médullaires n’étaient pas corrélés aux chiffres de plaquettes sanguines (r =0,43, NS), ni à l’expression de BCl-2 (r =0,35, NS). Par contre, ils étaient corrélés au %ID/g de FLT dans la moelle osseuse des vertèbres dorsales (r =0,85 ; p <0,0001), des fémurs proximaux (r =0,73 ; p <0,002) et des épiphyses fémorales distales (r =0,82 ; p =0,0001). Conclusions La TEP-FLT est corrélée au taux blastes médullaires dans notre modèle murin de SMD-HR. Par contre, le taux de plaquettes sanguines et l’expression de BCl-2 n’apparaissent pas corrélés à l’infiltration blastique de la moelle osseuse. La TEP-FLT pourrait permettre le diagnostic de transformation des SMD-HR et éviter les biopsies de moelle osseuse répétées au cours du suivi thérapeutique.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Évaluation in vivo de l’effet anti-tumoral d’un ligand
           d’AAC-11 par imagerie TEP/TDM au FDG dans des xénogreffes de mélanome
           
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): L. Sarda Mantel, E. Kotula, F. Hontonnou, N. Vignal, B. Hosten, V. Tsoupko Sitnikov, N. Rizzo, J.-L. Poyet
      Objectifs AAC-11 est une protéine membranaire dont l’activation entraîne l’inhibition de la mort cellulaire E2F1-dépendante. La surexpression de cette protéine dans plusieurs types de cellules cancéreuses est associée à un mauvais pronostic et à une progression métastatique. Des peptides capables de se lier au domaine leucine-zipper (module d’interaction protéine-protéine) d’AAC-11 inhibent ses effets anti-apoptotiques. L’objectif de cette étude était de mesurer au cours du temps l’effet anti-tumoral d’un inhibiteur spécifique d’AAC-11 par la TEP/TDM au FDG dans des xénogreffes de mélanome pigmenté chez la souris. Matériels et méthodes Des xénogreffes de mélanome ont été effectuées au niveau du flanc chez des souris B6-albinos par injection sc de 500 000 cellules B16F10l. Deux groupes de souris ont été étudiés : 1 traité (G1, n =6) avec un peptide non actif, 1 traité avec le peptide actif (G2, n =6). Les traitements ont été démarrés 5jours après l’induction du modèle et ont consisté en 15 injections i.p. quotidiennes de peptides (5mg/kg). Une TEP/TDM au FDG (caméra Invéon Siemens ; acquisitions statiques de 10 mins 1h après i.v.) a été effectuée après 2 doses (j2) et 9 doses (j9) de peptides. La taille des tumeurs et la captation tumorale du FDG (% de dose injectée par gramme de tumeur) ont été quantifiées sur les images TEP/TDM (ROIs volumétriques). Le volume tumoral a également été évalué in vivo par la mesure au Calliper. Résultats Les images TEP/TDM étaient positives au niveau de la xénogreffe chez toutes les souris à j2 et j9. Le volume tumoral évalué en TEP/TDM était plus élevé dans G1 que dans G2 à j2 (71±7 vs 22±10 mm3, p =0,03), mais pas à j9 (1157±646 vs 489±235, NS). Le % DI/g max dans la tumeur était plus élevé dans G1 que dans G2 à j2 (27,4±7,7 vs 10,2±4,5 ; p =0,03) et à j9 (22,4±4,1 vs 17,3±1,4 ; p <0,04). Les mesures de volume au Calliper étaient corrélées à celles mesurées en TEP (r =0,99), mais n’étaient pas différentes entre les 2 groupes à j2 et j9. Conclusions Dans cette étude effectuée sur un petit nombre d’animaux, la TEP/TDM au FDG a permis de mettre en évidence précocement un effet anti-tumoral du peptide inhibiteur d’AAC-11 après 2 doses, en termes à la fois de volume et de métabolisme. La quantification TEP/TDM est plus exacte et plus robuste que la mesure au Calliper.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Comparaison prospective de la TEP/TDM au 68Ga-DOTATATE et à la 18F-FDOPA
           chez des patients atteints de phéochromocytomes et paragangliomes
           d’origines diverses
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): A. Archier
      Objectifs Les analogues de la somatostatine marqués au 68Ga ont montré d’excellents résultats dans la localisation des phéochromocytomes (Phéos)/paragangliomes (PGLs), notamment chez les patients avec mutations germinales de la sous-unité B du gène de la succinate déshydrogénase (SDHB) et les PGLs de la tête et du cou (TCPGLs). Cependant leur valeur dans les cas sporadiques et les phéochromoyctomes reste à établir. Ainsi, le but de cette étude est de comparer la TEP/TDM au 68Ga-DOTATATE, la TEP/TDM à la 18F-FDOPA et l’imagerie conventionnelle chez des patients atteints de Phéos/PGLs d’origines diverses, en s’intéressant notamment aux cas sporadiques et en incluant les localisations surrénaliennes. Matériels et méthodes Une TEP/TDM au 68Ga-DOTATATE (TEP-DOTATATE), une TEP/TDM à la 18F-FDOPA (TEP-DOPA) et des modalités d’imagerie conventionnelle (IC) (TDM avec injection de produit de contraste et IRM avec séquences d’angio-IRM) ont été prospectivement réalisées chez 30 patients atteints de Phéos/PGLs au diagnostic initial ou en rechute (8 avec mutation SDHD, 1 mutation MAX et 21 cas sporadiques). Résultats Les sensibilités par patient étaient de 93 % (28/30), 97 % (29/30) et 93 % (28/30) pour la TEP-DOTATATE, la TEP-DOPA et l’IC, respectivement. Les sensibilités par lésion étaient de 93 % (43/46), 89 % (41/46) et 76 % (35/46) pour la TEP-DOTATATE, la TEP-DOPA et l’IC, respectivement (p =0,042). La TEP-DOTATATE a détecté plus de TCPGLs (30/30) que la TEP-DOPA (26/30 ; p =0,112) et l’IC (24/30 ; p =0,024). La TEP-DOTATATE a manqué 2 Phéos millimétriques et un plus grand Phéo récurrent. Une lésion a été considérée comme faux-positif en TEP-DOTATATE, correspondant en IRM à une lésion typique de dysplasie fibreuse. Sur les 11 lésions manquées en IC, 7 ont été détectées a posteriori en connaissance des résultats de TEP/TDM (4 TCPGLs, 2 adénopathies, 1 Phéo récurrent). Conclusions La TEP-DOTATATE est la modalité d’imagerie la plus sensible dans la détection des TCPGLs, notamment les tumeurs avec mutations SDHD, pouvant être petites et concentrant difficilement la 18F-FDOPA. Son indication devrait être étendue à tous les patients avec TCPGLs, quel que soit leur génotype. Elle semble néanmoins inférieure à la TEP-DOPA dans la détection des Phéos.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • La TEP au FDG initiale dans le cancer du sein révèle-t-elle davantage de
           métastases chez les patientes jeunes que chez les patientes
           âgées '
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): V. Lebon, V. Diéras, J.-Y. Pierga, J.-L. Alberini, N. Jehanno, M. Wartski
      Objectifs Les femmes jeunes (<40a) atteintes de cancer du sein ont une mortalité spécifique supérieure aux femmes plus âgées (>40a). Ceci est vrai pour les stades I et II pour lesquels le bilan d’extension par imagerie n’est pas recommandé. L’hypothèse d’un plus grand nombre de métastases non détectées au diagnostic initial dans cette population de femmes jeunes a été émise. Les objectifs de cette étude ont été : (i) de déterminer le taux de métastases à distance révélées par la TEP-FDG initiale dans une population atteinte de cancer du sein âgée de moins de 40ans (groupe<40a) ; (ii) comparer ce taux à un groupe de patientes âgées de plus de 40ans (groupe>40a) ; (iii) comparer ces taux à la stadification clinique initiale. Matériels et méthodes L’étude rétrospective mono centrique a porté sur des patientes prises en charge à l’Institut Curie pour un cancer du sein entre 2006 et 2015. Les critères d’inclusion pour le groupe<40a étaient : patiente asymptomatique sans antécédent carcinologique, TEP au FDG initiale moins de 3 mois après le diagnostic anatomopathologique et avant chimiothérapie, radiothérapie ou hormonothérapie, âge<40ans le jour de la TEP. Les critères d’inclusion pour le groupe>40a étaient identiques sauf pour l’âge. Tous les examens TEP-FDG ont été relus par des médecins nucléaires expérimentés et le taux de métastases à distance (M+) a été déterminé pour chaque stade clinique (stades I à III). L’analyse statistique des différences de M+ entre les 2 groupes d’âge a été effectuée par un test exact de Fisher. Résultats Pour chaque groupe d’âge, 107 patientes ont été incluses, avec le même nombre pour chaque stade (12 patientes de stade I, 32 de stade IIA, 30 de stade IIB et 33 de stade III). Les âges moyens étaient de 34,5±4,0ans pour le groupe<40a et de 56,0±10,7ans pour le groupe>40a. Pour les femmes<40a, les taux de M+ étaient de 8 % au stade I, 9 % au stade IIA, 17 % au stade IIB et 42 % au stade III. Aucun de ces taux n’était significativement différent pour les femmes>40a (8 % au stade I, 13 % au stade IIA, 13 % au stade IIB et 45 % au stade III). Indépendamment de l’âge, le taux M+ était de 8 % pour le stade I, 11 % pour le stade IIA, 15 % pour le stade IIB et 44 % pour le stade III. Conclusions Le taux M+ révélé par la TEP-FDG initiale n’est pas plus élevé chez les femmes de moins de 40ans que chez les femmes plus âgées, infirmant l’hypothèse d’un plus grand nombre de métastases non détectées au diagnostic initial chez les femmes jeunes. Nos résultats confirment, cependant, un taux élevé de métastases à distance révélées par la TEP-FDG initiale dans le stade II, indépendamment de l’âge.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Valeur pronostique d’une scintigraphie myocardique normale avec
           1 millisievert. Étude prospective avec 1288 patients et 39 mois de
           suivi
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): M. Bertaux, M. Guernou, D. Hivoux, D. Lussato, M. Queneau, G. Bonardel
      Objectifs L’efficacité de comptage des caméras cardiaques CZT permet de réduire fortement l’activité injectée. Les nouveaux protocoles ont été validés par comparaison avec la coronarographie dans les cas pathologiques. Mais il n’existe pas de données sur la validité d’une scintigraphie très faible dose normale. L’objectif de cette étude était de suivre les patients sans antécédent coronarien inclus prospectivement avec une scintigraphie très faible dose normale, afin de contribuer à la validation des protocoles très faible dose avec une caméra CZT. Matériels et méthodes Mille neuf cent un patients sans coronaropathie connue ont été adressés pour scintigraphie myocardique d’effort en 2011. Elle a été réalisée avec une caméra CZT General Electric après injection de 1,5 à 2 MBq de sestaMIBI ou tétrofosmine marqués au Tc99m. Nous avons exclu les patients dont l’épreuve d’effort était sous-maximale (271) et ceux dont la scintigraphie était anormale (230). Les 1400 patients restant ont été inclus prospectivement et suivis 39 mois. Le critère d’évaluation primaire était la survenue d’événements cardiaques majeurs (décès cardiaques ou infarctus non léthaux). Les critères d’évaluation secondaires étaient la survenue d’événements cardiaques mineurs (revascularisation) ou les décès non-cardiaques. Un critère composite associait événements cardiaques majeurs et mineurs. Résultats L’activité injectée moyenne était de 145±37 MBq, la durée moyenne d’acquisition de 10±0,7 mn et la dose efficace de 0,91±0,13 mSv. Cent vingt-deux patients (8 %) ont été perdus de vue et 1288 (92 %) suivis au moins 39 mois. Nous avons observé 12 événements cardiaques majeurs, 10 événements cardiaques mineurs et 16 décès non-cardiaques. Les taux annualisés étaient de 0,30 % pour les événements cardiaques majeurs, 0,25 % pour les événements cardiaques mineurs et 0,37 % pour la mortalité non-cardiaque. Conclusions Ce résultat confirme la validité d’une scintigraphie myocardique très faible dose normale avec une caméra CZT, avec un taux annualisé d’événements cardiaques inférieur à 1 %, identique à celui de la population générale. La dose efficace est inférieure à 1 mSv, ce qui constitue un élément de réponse aux préoccupations concernant l’irradiation médicale.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Étude préliminaire en 18F-FDG-TEP de la stimulation cérébrale profonde
           bilatérale du GPI postérieur dans le syndrome de Gilles de La Tourette
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): P.-M. David, S. Carai, S. Drapier, M. Verin, F. Le Jeune
      Objectifs À l’heure actuelle, seules quelques études se sont intéressées aux anomalies métaboliques cérébrales chez les patients atteints du syndrome de Gilles de la Tourette (SGT), et peu d’entre elles ont étudié les effets sur ce métabolisme des thérapeutiques et pathologies associées. La stimulation cérébrale profonde (SCP) bilatérale du Globus Pallidus Interne (GPI) dans sa portion postéro-ventrale, thérapeutique innovante émergente, semble offrir un réel bénéfice clinique. Notre étude consiste d’abord à comparer le métabolisme cérébral en 18F-FDG-TEP de patients atteints de SGT candidats à une SCP par rapport à des sujets sains et ensuite à évaluer les modifications du métabolisme cérébral après SCP bilatérale du GPI postérieur en fonction de l’efficacité clinique. Matériels et méthodes Les analyses statistiques ont consisté en une analyse voxel à voxel avec le logiciel SPM des TEP pré (M-3) de patients atteints de SGT versus celles des témoins sains, puis des TEP pré- versus post-stimulation (M+14). Nous avons également corrélé les données avec l’existence d’une comorbidité (en particulier le trouble obsessionnel compulsif et le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité), l’efficacité thérapeutique et la position des électrodes. Résultats Six patients ont été inclus dans notre étude. En pré-opératoire, nous mettons en évidence un hypermétabolisme étendu bilatéral cortico-sous cortical prédominant à gauche (cortex prémoteur, aire motrice supplémentaire, ganglions de la base) par rapport aux sujets sains. L’analyse en pré-versus post-opératoire d’une SCP bilatérale du GPI postéro-ventral démontre une augmentation du métabolisme dans des régions corticales droites et une disparition des anomalies préopératoires de l’hémisphère gauche. L’efficacité de la SCP bilatérale du GPI serait diminuée en cas de comorbidité avec des modifications métaboliques moins prononcées. Conclusions Les résultats primaires encourageants de notre étude TEP au 18F-FDG dans le SGT démontrent l’existence d’une dysfonction du circuit cortico-striato-pallido-thalamique et des ganglions de la base, notamment gauches. Cette latéralisation des anomalies métaboliques à gauche pourrait permettre à l’avenir d’envisager une stimulation cérébrale unilatérale dans le traitement des SGT.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Comparaison entre TEP/TDM à la 18F-FDOPA avec carbidopa et scintigraphie
           aux récepteurs de la somatostatine pour examen des TNE pancréatiques non
           fonctionnelles
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): M. Helali, P. Addeo, J. Detour, C. Heimburger, B. Goichot, P. Bachellier, D. Taieb, I.-J. Namer, A. Imperiale
      Objectifs Les tumeurs neuroendocrines pancréatiques (TNEP) représentent 25 % des tumeurs neuroendocrines. La majorité des TNEP sont non fonctionnelles et le diagnostic est souvent établi à un stade avancé de la maladie. La place de la TEP/TDM à la 18F-fluorodihydroxyphenylalanine (18F-FDOPA) pour la détection des TNEP est actuellement limitée en raison d’une faible sensibilité de détection, liée surtout à l’absorption intense et prolongée de la 18F-FDOPA par le pancréas exocrine mature. Nous avons évalué les performances diagnostiques de la TEP/TDM à la 18F-FDOPA avec prémédication par carbidopa (CD) qui diminue drastiquement l’accumulation pancréatique du radiotraceur, comparée à la tomoscintigraphie hybride à l’111In-pentetréotide (SRS) chez des patients présentant des TNEP non fonctionnelles. Matériels et méthodes Nous avons inclus rétrospectivement, entre janvier 2009 et octobre 2015, les patients avec TNEP prouvées histologiquement, ayant bénéficié de deux examens au CHU de Strasbourg. La population était composée de 16 patients (8 hommes, 8 femmes) ayant pour âge moyen 58ans. Ils ont bénéficié d’une TEP/TDM à la 18F-FDOPA (4 MBq/kg, 200mg de CD per os) et d’une SRS. La TEP comportait une acquisition précoce (5min après injection) centrée sur la région pancréatique et une acquisition corps entier standard (20 à 30min après injection). L’anatomopathologie était considérée comme le gold standard. Le test de Fisher a été utilisé pour comparer les performances diagnostiques. Résultats Seules les tumeurs G1 et G2 ont été analysées, avec un Ki67 % inclus entre 1 et 15, et taille moyenne d’environ 29mm. Pour la tumeur primitive, la TEP/TDM était positive dans 13/16 cas (81 %), alors que la SRS ne l’était que dans 11/16 (69 %). Les faux-négatifs ont été observés dans les deux examens pour 3 TNEP kystiques, dont une visualisée uniquement sur le champ précoce de la TEP. Chez deux patients, la SRS n’a pas détecté 2 TNEP de 10 et 12mm. Au-delà de la détection du primitif, et contrairement à la SRS, la TEP-TDM a correctement détecté tous les patients avec métastases ganglionnaires. Concernant la détection de métastases viscérales ou osseuses (M+), TEP/TDM et SRS ont, respectivement, identifié 5/5 et 4/5 patients M+. Le faux-négatif à la SRS était un patient métastatique splénique. Conclusions Notre étude élargit l’intérêt d’une prémédication par CD à la TEP/TDM à la 18F-FDOPA pour la détection et le bilan d’extension de TNEP. Elle suggère l’utilité d’un champ précoce TEP/TDM sur le pancréas pour la détection de lésions à composante kystique. Ces performances diagnostiques devront être comparées à celles de la TEP aux analogues de la somatostatine marqués au gallium 68.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Intérêt de la TEP-choline dans le bilan d’hyperparathyroïdie :
           résultats préliminaires
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): J. Dubreuil, I. Morelec, A. Skanjeti, P. Got, J. Tordo, V. Lapras, M.-L. Denier, F. Giammarile, J.-C. Lifante
      Objectifs La confirmation et la localisation des adénomes parathyroïdiens restent, à ce jour, difficile en imagerie. Souvent, plusieurs examens d’imagerie sont nécessaires à la localisation de l’adénome (échographie, scintigraphie). Récemment, des séries limitées ont montré un intérêt potentiel de la TEP à la fluorocholine. Nous rapportons ici les résultats préliminaires de notre série prospective en cours. Matériels et méthodes Les patients étaient adressés pour bilan d’hyperparathyroïdie après échographie et scintigraphie au MIBI jugées négatives, discordantes ou douteuses. Un consentement libre et éclairé était recueilli pour chaque patient. La TEP à la fluorocholine était réalisée 20min après injection de 3 MBq/kg de fluorocholine. Les acquisitions comportaient une acquisition cervico-thoracique classique (2min/pas ; 4 pas) suivie d’une acquisition cervicale spécifique (4min/pas ; 2 pas). Une injection de produit de contraste iodée était réalisée lorsque la fonction rénale le permettait. L’analyse des images était réalisée par deux médecins (IM & JD), en aveugle du contexte clinique, avec consensus. Les résultats ont été confrontés à l’exploration chirurgicale et à l’anatomopathologie. Résultats Entre février et décembre 2015, 32 patients ont été inclus, d’âge moyen 62ans (28–89). À ce jour, 13 ont été opérés, avec un total de 15 adénomes réséqués. Aucune récidive post-chirurgicale immédiate n’a été diagnostiquée. Sur la TEP choline pour ces même patients, un total de 16 foyers de fixations ont été identifiés comme suspects d’adénome parathyroïdien. Tous les adénomes ont été visualisés en TEP. Un seul foyer a été considéré comme faux-positif (ganglion controlatéral à l’adénome bien identifié avec une SUL à 2,18 contre 4,57 pour l’adénome). Conclusions Les résultats préliminaires confirment l’intérêt potentiel de la TEP choline dans le diagnostic de l’adénome parathyroïdien, du fait de sa haute sensibilité.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Étude de la cinétique de fixation de la 18F-FDOPA dans les
           paragangliomes de la tête et du cou avant traitement et après chirurgie
           ou radiothérapie
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): C. Heimburger, F. Veillon, S. Riehm, A. Charpiot, B. Goichot, I.-J. Namer, A. Imperiale
      Objectifs L’objectif de ce travail était d’étudier la cinétique de fixation de la 18F-FDOPA dans les paragangliomes de la tête et du cou (PGLs-TC) avant et après traitement par chirurgie ou radiothérapie (RT). Les recommandations européennes suggèrent en cas de PGLs la réalisation d’une acquisition TEP entre 30 et 60min après l’injection de la 18F-FDOPA. Il a été démontré que dans certaines pathologies comme le cancer médullaire de la thyroïde (CMT) des acquisitions précoces étaient plus sensibles. Une seule étude comprenant principalement des phéochromocytomes s’est intéressée à la cinétique de la fixation de la 18F-FDOPA dans les PGLs, montrant une captation intense et précoce. Les auteurs notent toutefois une fixation significativement moins intense des PGLs-TC par rapport aux phéochromocytomes. Matériels et méthodes Vingt patients avec PGLs-TC explorés par TEP/TDM à la 18F-FDOPA avec acquisitions précoce (5–30min après injection), standard (35–70min après injection) et tardive (75–100min après injection) ont été inclus. Sept patients n’étaient pas encore traités. Huit et 5 patients étaient en récidive locale après chirurgie ou radiothérapie externe ou métabolique. Seul un patient était porteur d’une mutation SDHC. Pour chaque patient des 3 groupes, une ROI a été placée manuellement sur la lésion fixant et au versant controlatéral afin d’estimer la SUVmax tumorale (T), le bruit de fond (NT) et leur rapport (T/NT) aux 3 temps de l’examen. Les différents examens ont été comparés par le t-test de Student pour échantillons appariés ou non appariés. Résultats Le groupe des récidives après RT présente aux 3 temps de l’examen une SUVmax T et un T/NT globalement inférieur à ceux des autres groupes. La SUVmax T diminue au cours du temps avec des valeurs moyennes supérieures à 10 pour tous les groupes. Pour le T/NT, on observe une tendance globale à l’augmentation au cours du temps liée à la diminution progressive du NT. La valeur de SUVmax T/NT la plus basse est de 1,9 pour un patient du groupe non traité au temps précoce, témoignant d’un bon contraste dans les images. Conclusions Les PGLs-TC montrent une décroissance de la SUVmax T et une augmentation du T/NT dans le temps. L’acquisition précoce permettrait de détecter un éventuel CMT associé dans le cadre d’une NEM2a et de ne pas méconnaître un petit résidu tumoral post-RT. L’acquisition tardive pourrait être utile dans les cas douteux infracentimétriques et faiblement fixants.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Intérêt d’un dépistage systématique du phéochromocytome chez les
           patients porteurs d’une neurofibromatose de type 1
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): A.-L. Giraudet, L. Képénékian, J.-C. Lifante, C. Houzard, T. Mognetti, F. Borson Chazot, P. Combemale
      Objectifs Le phéochromocytome (PHEO) est une complication survenant chez 0,1 à 5,7 % des patients présentant une neurofibromatose de type 1 (NF1). Selon les recommandations, il n’est recherché qu’en cas de symptômes évocateurs. Cependant, certaines publications font état de formes asymptomatiques, voire de tumeurs non sécrétantes. La prévalence de cette tumeur classiquement de 1 % est peut-être sous-estimée. L’objectif de l’étude est d’évaluer sur une grande série la prévalence du PHEO dans cette population. Matériels et méthodes Étude prospective monocentrique avec inclusion consécutive de tous les patients de plus de 18ans consultant pour NF1 à partir de janvier 2014. Après accord du patient, sont recueillies les données cliniques en particulier la tension artérielle et la recherche de symptômes évocateurs. Il est réalisé systématiquement une imagerie standard (scanner abdominal ou, si refus, échographie abdominale) et dosage des dérivés méthoxylés urinaires. En cas de positivité des deux examens ou de l’imagerie, une scintigraphie à la 18F-DOPA (ou MIBG-123I) était réalisée. Le diagnostic de PHEO secrétant (PHEO-S) est retenu si scintigraphie positive et dérivés méthoxylés élevés ; non secrétant (PHEO-NS) en cas de scintigraphie positive et de dérivés normaux. Résultats Entre janvier 2014 et août 2015, 234 patients ont été inclus. Cent cinquante-six patients (66,7 %) ont réalisé le dosage et l’imagerie standard. Trente-huit patients n’ont réalisé aucun examen. Sur ces 156 patients, 12 PHEO ont été diagnostiqués, soit une prévalence de 7,7 %, incluant 6 PHEO-S ne se traduisant cliniquement que chez 2 patients par une HTA. La taille des lésions surrénaliennes était plus importante que chez les patients présentant un PHEO-NS (25,2±6,6 versus 14±6,9mm, p =0,0165) ; la métanéphrine et la normétanéphrine étaient 3,2±2,6N et 2,8±1N, respectivement. Seulement les PHEO-S et les PHEO-NS mais avec une lésion de plus de 2cm étaient opérés. Les 4 patients opérés avaient des lésions intrasurrénaliennes présentant au moins un critère d’agressivité anatomopathologique. Conclusions Cette étude, la plus grande à ce jour sur le sujet, montre que la prévalence du PHEO dans la NF1 est de 7,7 % et non de 1 %. La fréquente absence de traduction clinique des lésions sécrétantes doit faire revoir la stratégie actuelle de n’explorer que les patients symptomatiques, afin de ne pas faire courir aux patients les risques inhérents à l’existence de PHEO méconnus.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Radiothérapie interne vectorisée des tumeurs endocrines:
           expérience lyonnaise
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): J. Tordo, C. Bournaud, C. Moreau Triby, C. Lombard Bohas, T. Walter, C. Bolot, E. Levigoureux, F. Giammarile
      Objectifs Les tumeurs neuroendocrines (TNE) sont des tumeurs à l’incidence faible, mais en constante augmentation. Majoritairement représentées par les tumeurs gastro-entéro-pancréatiques, leur évolution est habituellement lente. Au stade métastatique, les possibilités thérapeutiques se sont considérablement développées ces dernières années mais les résultats restent imparfaits, au prix d’une tolérance souvent médiocre. La radiothérapie interne vectorisée (RIV) des TNE métastatiques repose sur l’injection d’analogues de la somatostatine marqués au 177Lutetium ou à l’90Yttrium. Efficace et bien tolérée, elle restait jusqu’à récemment peu utilisée en France de par la législation actuelle. Matériels et méthodes Nous rapportons l’efficacité de la RIV chez 35 patients suivis aux hospices civils de Lyon pour des TNE métastatiques hépatiques (n =33) et/ou osseuses (n =20), avec un suivi médian de 15 mois. Vingt-huit patients présentaient une maladie en progression radiologique RECIST et 24 avaient déjà reçu plus de 3 lignes de traitement. Les patients ont bénéficié de leur traitement dans trois services de médecine nucléaire à Bâle (Suisse), Munich (Allemagne) et Lyon (France). Vingt-quatre patients ont bénéficié d’un traitement par une association de 90Y-DOTATOC et 177Lu-DOTATOC et 11 patients ont été traités par 177Lu-DOTATATE seul. Résultats L’évaluation a pu être effectuée chez 31 patients, quatre patients n’ayant pu être évalués en raison de leur décès avant d’avoir bénéficié d’un cycle de traitement complet. Une réponse morphologique partielle a été observée chez 5 patients (16,1 %), une stabilisation radiologique chez 12 patients (38,7 %), la maladie a progressé chez 14 patients (45,2 %). Après un suivi médian de 15 mois, la maladie n’avait pas progressé chez 17 patients. La fréquence des effets secondaires de faible et moyen grade liés au traitement était globalement faible et la tolérance satisfaisante, avec toutefois 4 effets secondaires sévères observés lors du suivi des patients. Conclusions Notre expérience confirme l’efficacité de la RIV en traitement des TNE métastatiques, avec toutefois un taux de réponse tumorale moindre qu’habituellement rapporté, probablement en lien avec les maladies particulièrement évoluées des patients traités.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Impact sur la survie d’une approche empirique ou dosimétrique du
           traitement par iode radioactif des métastases à distance du cancer de la
           thyroïde différencié
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): D. Deandreis, C. Rubino, H. Tala, S. Leboulleux, M. Terroir, E. Baudin, S. Larson, J. Fagin, M. Schlumberger, M. Tuttle
      Objectifs L’objectif de cette étude rétrospective est de comparer l’impact sur la survie des patients avec métastases à distance de cancer de la thyroïde traités par iode radioactif administré selon une approche empirique (administration répétée d’une activité standard) à Gustave-Roussy (GR) ou une approche dosimétrique (calcul d’activité personnalisée selon une dosimétrie corps entier) au Mémorial Sloan Kettering Cancer Center (MSKCC). Matériels et méthodes Trois cent cinquante-deux patients (231 à GR et 121 au MSKCC) avec métastases iodo-fixantes d’un cancer de la thyroïde, traités par au moins 1 administration d’iode radioactif et avec un suivi moyen après le diagnostic des métastases de 7,1ans (0,4–31) ont été évalués rétrospectivement. À GR, les patients ont été traités par une activité standard de 100 mCi après sevrage en hormones thyroïdiennes, répétée tous les 6–12 mois avec une moyenne de 4 traitements par patient et une activité cumulée moyenne de 400 mCi. Au MSKCC, les patients ont été traités avec des activités comprises entre 75 et 503 mCi par administration, calculées selon une dosimétrie individuelle après sevrage ou rhTSH et répétées avec en moyenne 3 traitements par patient et une activité cumulée de 654 mCi. L’objectif principale était la comparaison par log-rank test de la survie globale de ces deux groupes de patients. Résultats La survie médiane brute était de 86,8 % et 79,9 % à 5ans, et de 73,2 % et 53,1 % à 10ans chez les patients traités, respectivement, à GR et au MSKCC (p <0,01), mais les caractéristiques initiales des patients étaient différentes dans les 2 groupes. Après correction par le sexe, l’âge au diagnostic des métastases, le siège et l’extension des métastases, les survies n’étaient pas différentes dans les deux groupes (p =0,22). La survie médiane à 5ans était de 96 % et 96 % chez les patients âgés de moins de 40ans avec micro-métastases, 70 % et 67 % chez les patients âgés de plus de 40ans avec macro-métastases et 93 % et 87 % chez les patients âgés de moins de 40ans mais avec macro-métastases ou âgés de plus de 40ans avec micro-métastases et traités, respectivement, à GR et au MSKCC (p =NS). Conclusions L’utilisation en routine de la dosimétrie ne paraît pas impacter la survie des patients avec métastases à distance de cancer de la thyroïde par rapport à l’approche empirique. L’utilisation de la dosimétrie pourrait être envisagée dans des cas sélectionnés.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Quantification en TEMP/TDM, logiciel Q.Metrix &amp; 99mTc-MAA
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): M. Ricard, S. Grimaldi, M. Terroir, L. Tselikas, C. Michel, J. Lumbroso
      Objectifs Les traitements sélectifs des lésions hépatiques par micro-sphères marquées au 90Y présentent un réel intérêt clinique. Leur réalisation nécessite d’évaluer le shunt pulmonaire et de réaliser une estimation de la dosimétrie du foie sain et tumoral ainsi que des poumons. Lors de cette première étape, on utilise des MAA marqués au 99mTc. Les images statiques obtenues sont exploitées grâce à des régions d’intérêt tracées sur la moyenne géométrique des vues antérieures et postérieures. Le but de ce travail est d’évaluer l’apport du logiciel Q.Metrix (GE Healthcare) qui permet une quantification des images au moyen de volumes d’intérêt 3D, lorsque les données sont acquises en TEMP/TDM. Matériels et méthodes Le logiciel de quantification Q.Metrix nécessite de définir un coefficient de sensibilité (cps/MBq/s) pour une configuration matériel donnée (Discovery NM670, cristal 5/8”, collimateur HRBE). Le fantôme anthropomorphe TORSO (Data Spectrum) avec inserts pulmonaires et hépatique a été utilisé afin de déterminer sa valeur dans le cas de sources étendues de densité différente (foie - poumon). Une activité de 287 MBq de 99mTc a été diluée dans l’insert hépatique pour une activité pulmonaire totale de 55 MBq. Les paramètres d’acquisition et de reconstruction, ainsi que les corrections, sont identiques à ceux utilisés en routine clinique. La segmentation 3D des secteurs hépatique et pulmonaire a été réalisée dans Q.Metrix. Deux cas cliniques permettent d’évaluer les performances de ce logiciel. Résultats La valeur du coefficient de sensibilité est de 72,4 cps/MBq/s lorsque le contenu de la région hépatique est pris en compte. Dans ces conditions, l’activité présente dans les inserts pulmonaires droit et gauche est, respectivement, approchée avec des écarts de −5,5 et −5,9 %. Le premier patient exploité présente un shunt pulmonaire de 2,1 %, lorsque le calcul est réalisé à partir des images statiques antérieures et postérieures et de 0,1 % lorsque Q.Metrix est utilisé. Pour le second, en appliquant la même méthodologie, les valeurs du shunt sont de 4,1 % et 1,4 %, respectivement. Dans les deux cas, la tendance est la même, les valeurs du shunt pulmonaire sont plus faibles lorsque les images tomographiques sont utilisées, ce qui pourrait contribuer à élargir les indications thérapeutiques. Conclusions Dans le cas de l’application qui nous intéresse ici, les résultats obtenus démontrent que le logiciel Q.Metrix est utilisable pour la quantification des images tomographiques en TEMP/TDM. Sans préjuger de l’exactitude des valeurs obtenues, on note que ce logiciel, grâce aux mesures sur fantôme, fait appel à une méthodologie plus robuste que celle mise en œuvre avec des images planaires.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Microparticules à base d’amidon radiomarquées au 188Re et 68Ga comme
           agent théranostique pour la radiothérapie interne sélective du
           carcinome hépatocellulaire
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): E. Verger, P. Drion, G. Meffre, C. Bernard, A. Bouvier, N. Lepareur, O. Couturier, F. Hindre, R. Hustinx, F. Lacoeuille
      Objectifs La radiothérapie interne sélective (SIRT) du carcinome hépatocellulaire (CHC) est basée sur l’utilisation de 2 vecteurs. Les différences, en taille et en morphologie, entre ces 2 vecteurs (macro-agrégats d’albumine humaine [MAA] marqués au 99mTc et microsphères marquées à l’90Y) peuvent conduire à observer des différences importantes de biodistribution, problématiques pour prédire d’éventuels effets secondaires et pour une évaluation dosimétrique pré-thérapeutique de précision. Le but de ce travail était de développer, valider et optimiser le radiomarquage de microparticules à base d’amidon (SBMP) par le 188Re et le 68Ga sous la forme de kits de radiomarquage prêts à l’emploi, afin d’obtenir un vecteur théranostique unique pour la SIRT du CHC. Matériels et méthodes La formulation et la composition de kits lyophilisés pour le radiomarquage au 188Re et au 68Ga ont été optimisées en évaluant la pureté radiochimique (PRC) après radiomarquage. La stabilité in vitro a été évaluée en milieu sérique et en présence d’agents complexants. Comme preuve de concept, une étude de la biodistribution in vivo (TEP/CT) des microparticules radiomarquées au 68Ga (68Ga-SBMP) injectées par voie intra-artérielle dans un modèle d’hépatocarcinome chimio-induit chez le rat a été réalisée (n =3). Résultats Toutes les réactions de radiomarquage au 188Re (n =46) et au 68Ga (n =34) ont été réalisées à température ambiante. Des kits prêt-à-l’emploi dédiés au radiomarquage par le 188Re ont été développés avec une PRC>95 % avec la composition suivante : 300mg de SBMP, 1mg de SnCl2 et 30mg de gluconate. Une PRC≥98 % a été obtenue avec 100mg de SBMP par marquage direct des kits avec un éluat de 68GaCl3. Ces résultats ont été optimisés en ajoutant un tampon acétate de pH4.1 lors du marquage pour atteindre une PRC>99 % après 5min de réaction. Les acquisitions réalisées en TEP, 20min après l’injection de 68Ga-SBMP dans l’artère hépatique des rats, ont mis en évidence une bonne stabilité du marquage in vivo avec une activité hépatique localisée au niveau de la tumeur. Conclusions Les microparticules SBMP, en étant capable d’être radiomarquées rapidement, de manière reproductible, sous forme de kits prêts à l’emploi, par du 188Re et du 68Ga, se révèlent être un outil théranostique prometteur pour le traitement du carcinome hépatocellulaire.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Évaluation quantitative de la réserve coronaire par étude dynamique
           sous caméra-CZT : méthodologie et aspects pratiques
    • Abstract: Publication date: May 2016
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 40, Issue 3
      Author(s): C. James, C. Guineau, M. Leprovost, T. Georges, M. Maguet, C. Nganoa, F. Lemonnier, A. Manrique, D. Peyronnet, D. Agostini
      Objectifs Les nouvelles caméras à semi-conducteurs CZT dédiées cardiaques dotées d’une meilleure sensibilité de détection, meilleure résolution spatiale et énergétique que les caméras conventionnelles permettent d’envisager des études quantitatives du débit sanguin coronaire et de la réserve coronaire (RC) avec des acquisitions SPECT dynamiques. La mesure de la RC par une caméra CZT pourrait permettre une identification de patients à haut risque cardiaque avec des lésions tri-tronculaires passant parfois inaperçues en scintigraphie conventionnelle ou de patients ayant une pathologie de la microcirculation. Le travail ci-dessous présente les modalités pratiques de la réalisation de cette scintigraphie dynamique de perfusion myocardique. Matériels et méthodes Un protocole « repos-stress pharmacologique » en un jour est réalisé. Les patients sont à jeun de dérivés xanthiques (café, thé, chocolat.) depuis au moins 24h, positionnés en décubitus dorsal sous la caméra, immobiles, sous surveillance ECG et tensionnelle (bras gauche) pendant toute la durée de l’examen. Deux séquences d’acquisition synchronisées à l’ECG se succèdent : (1) une acquisition dynamique de repos (3,5 MBq/kg 99mTc-sestamibi en pousse-seringue automatique 4mL/s vol=20mL), suivie immédiatement d’une acquisition précoce (early), puis d’une acquisition standard de repos (6+6min) ; (2) une acquisition dynamique d’effort (400μg regadenoson, puis bolus de 10 MBq/kg 99mTc-sestamibi), suivie immédiatement d’une acquisition précoce (early), puis d’une acquisition standard d’effort (6+6min). Résultats La réalisation de ce protocole dynamique de scintigraphie myocardique est utilisée en clinique dans le cadre d’un projet de recherche (protocole Waterday). Ce protocole a été utilisé sur plus de 30 patients permettant d’aguerrir notre équipe à la réalisation de cet examen. La contrainte de cet examen pour le patient est le temps-caméra de 75minutes qui va se restreindre prochainement. Une évaluation de la réserve coronaire globale et régionale du ventricule gauche est en cours d’analyse par comparaison avec la TEP à l’eau marquée ([15O]H2O). Conclusions La mesure non invasive du flux et de la réserve coronaire par scintigraphie dynamique de perfusion myocardique sous caméra CZT est une technique très prometteuse pour évaluer la maladie coronaire chez les patients à haut risque.

      PubDate: 2016-05-02T21:07:34Z
       
  • Synopsis du Programme Scientifique
    • Abstract: Publication date: Available online 1 April 2016
      Source:Médecine Nucléaire


      PubDate: 2016-04-04T01:09:18Z
       
 
 
JournalTOCs
School of Mathematical and Computer Sciences
Heriot-Watt University
Edinburgh, EH14 4AS, UK
Email: journaltocs@hw.ac.uk
Tel: +00 44 (0)131 4513762
Fax: +00 44 (0)131 4513327
 
Home (Search)
Subjects A-Z
Publishers A-Z
Customise
APIs
Your IP address: 54.160.187.160
 
About JournalTOCs
API
Help
News (blog, publications)
JournalTOCs on Twitter   JournalTOCs on Facebook

JournalTOCs © 2009-2016