for Journals by Title or ISSN
for Articles by Keywords
help
  Subjects -> BIOLOGY (Total: 2989 journals)
    - BIOCHEMISTRY (236 journals)
    - BIOENGINEERING (108 journals)
    - BIOLOGY (1427 journals)
    - BIOPHYSICS (44 journals)
    - BIOTECHNOLOGY (216 journals)
    - BOTANY (218 journals)
    - CYTOLOGY AND HISTOLOGY (28 journals)
    - ENTOMOLOGY (65 journals)
    - GENETICS (162 journals)
    - MICROBIOLOGY (255 journals)
    - MICROSCOPY (10 journals)
    - ORNITHOLOGY (25 journals)
    - PHYSIOLOGY (60 journals)
    - ZOOLOGY (135 journals)

BIOLOGY (1427 journals)

The end of the list has been reached or no journals were found for your choice.
Journal Cover Médecine Nucléaire
  [SJR: 0.119]   [H-I: 7]   [1 followers]  Follow
    
   Full-text available via subscription Subscription journal
   ISSN (Print) 0928-1258
   Published by Elsevier Homepage  [3089 journals]
  • Radioprotection de l’entourage des patients traités à
           l’iode 131 pour des cancers différenciés de la thyroïde :
           comparaison de deux méthodes d’estimation des temps de restriction de
           contact
    • Authors: I. Bessières; J.M. Vrigneaud; M. Toubeau; A. Cochet; I. Dygaï-Cochet
      Pages: 397 - 404
      Abstract: Publication date: November–December 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 6
      Author(s): I. Bessières, J.M. Vrigneaud, M. Toubeau, A. Cochet, I. Dygaï-Cochet
      La législation française impose de donner des recommandations écrites de radioprotection suite à un traitement à l’iode 131 de la thyroïde. À ce jour, il n’existe pas de méthode réglementaire pour déduire des temps de restriction de contact afin de limiter l’exposition de l’entourage des patients. Dans cette étude, nous avons comparé deux méthodes de calcul des temps de restriction de contact pour les cancers différenciés de la thyroïde : une première méthode dite Globale qui suit des recommandations généralistes et une seconde méthode dite PaDe qui permet la personnalisation des recommandations à l’aide de l’estimation de la période effective propre à chaque patient. Pour nos calculs, les paramètres d’entrée pour les deux méthodes étaient les contraintes de dose, les situations d’exposition, le débit de dose final mesuré en fin d’hospitalisation, la période effective et le facteur de correction du débit de dose avec la distance. Pour la méthode Globale, ces paramètres étaient fixes. Pour la méthode PaDe, la période effective et le débit de dose final ont été estimés et mesurés pour chaque patient. La comparaison des résultats pour les deux méthodes a été faite pour 103 patients. Pour 68,0 % des patients, aucune restriction n’était nécessaire avec la méthode PaDe, alors que la méthode Globale requérait jusqu’à 2 jours de restriction de contact. Pour près de 16,5 % d’entre eux, les temps de restriction qui ont été estimés par la méthode PaDe étaient systématiquement plus faibles. Pour les 15,5 % restant, les restrictions ont été renforcées pour au moins une situation d’exposition. Par ailleurs, pour près de 97,0 % des patients, les restrictions données avec la méthode Globale étaient les mêmes. Ces résultats montrent la limite de la méthode Globale qui ne prend pas en compte les paramètres biologiques propres à chaque patient. Finalement, le recours à une méthode personnalisée PaDe permet d’optimiser la radioprotection en améliorant le confort de vie des patients ou en renforçant la protection de leur entourage. In France, it is required to give patients some written radiation safety advice following an iodine-131 therapy of thyroid. However, there is no regulatory methodology proposed to assess the restriction times required to limit radiation dose received by their family and by third persons. In this study, we compared two methods to perform the calculation of restriction times for differentiated thyroid cancer: the first one, called Global method, follows general recommendations and the second one, called PaDe method, provides customized recommendations based on the effective half-life measured for each patient during the 48h of hospitalization. For these simulations, the input parameters for both methods were dose constraints, contact patterns, final dose rate measurement at discharge of the patient, effective half-life and dose rate variation with distance. For the Global method, these parameters were set and were not changed. For the PaDe method, the effective half-life and the final dose rate were adjusted for each patient. Comparison between the two methods was carried out for 103 patients. For 68.0 % of the patients, no restrictions were necessary according to the PaDe method whereas the Global method required restrictions to be applied during up to 2 days. For almost 16.5 % of them, restriction times estimated with the PaDe method were systematically lower. For the remaining 15.5 %, at least one contact pattern restriction had to be increased according to the PaDe method. Furthermore, with the Global method, the same instructions were given to 97.0 % of the patients. These results showed the limits of the Global method which does not consider individually tailored biological data. Eventually, the use of the personalized PaDe method optimizes the radiation protection by improving the well being of the patient or reinforcing the family and third person's protection.

      PubDate: 2017-12-11T14:46:24Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.03.007
       
  • Fixations extra-osseuses inhabituelles de diphosphonates technétiés dans
           un cas de cancer bronchique
    • Authors: O. Ait Sahel; I. Ghfir; S. Oueriagli; Y. Benameur; H. Guerrouj; N. Benrais
      Pages: 426 - 429
      Abstract: Publication date: November–December 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 6
      Author(s): O. Ait Sahel, I. Ghfir, S. Oueriagli, Y. Benameur, H. Guerrouj, N. Benrais
      Les fixations extra-osseuses viscérales lors d’une scintigraphie osseuse sont peu fréquentes. Nous rapportons l’observation d’un patient de 53 ans, présentant un adénocarcinome bronchique gauche. La scintigraphie osseuse réalisée dans le cadre du bilan d’extension avait objectivé une hyperfixation humérale droite, mais aussi une fixation viscérale intense inhabituelle de la paroi gastrique, ainsi qu’une discrète fixation hépatique et pulmonaire droite. Le bilan biologique a objectivé une hypercalcémie maligne. Ainsi, la découverte inhabituelle de calcification métastatique à la scintigraphie doit alerter le praticien et le conduire à mener une enquête étiologique à la recherche d’une pathologie méconnue nécessitant un traitement en urgence. Visceral uptake of radiobiphosphonates on bone scan is infrequent. A 53-year-old man, with untreated left lung cancer was referred to our department for a bone scan. The bone scan showed a bone metastasis at the right humeral shaft, and uncommon visceral uptake throughout the gastric wall, the liver and the right lung parenchyma. The serum biochemistry revealed a malignant hypercalcemia. Thus, the incidental observation of metastatic calcifications on bone scintigraphy should alert the physician, and lead to an etiological investigation to search an unknown calcium metabolism disturbances requiring emergency treatment.

      PubDate: 2017-12-11T14:46:24Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.03.005
       
  • Inguinal lymphadenopathy of cat-scratch disease mimicking malignant
           hemopathy on 18FDG-PET/CT
    • Authors: A. Prost; P. Trémolières; M. Hachemi; N. Denizon; C. Boursot
      Pages: 430 - 432
      Abstract: Publication date: November–December 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 6
      Author(s): A. Prost, P. Trémolières, M. Hachemi, N. Denizon, C. Boursot
      18-Fluorodeoxyglucose positron emission tomography/computed tomography (18FDG-PET/CT) is a valuable imaging technique for the diagnosis and staging of malignant pathologies. Nevertheless, false positive exams exist, especially in the case of infectious or inflammatory diseases. We report a case of a 39-year-old man who presented a cat-scratch disease (CSD), which was revealed through hypermetabolic inguinal lymphadenopathy on 18FDG-PET/CT mimicking malignant hemopathy. Finally, biopsy and PCR analysis revealed Bartonella henselae infection.

      PubDate: 2017-12-11T14:46:24Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.03.008
       
  • Les carcinomes papillaires de la thyroïde révélés par examen TEP/TDM
           au 18F-FDG : à propos de deux cas et revue de la littérature
    • Authors: Y. Benameur; O.A. Sahel; S.N. Oueriagli; H. Bouyaallaoui; A. Biyi; A. Doudouh
      Pages: 442 - 446
      Abstract: Publication date: November–December 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 6
      Author(s): Y. Benameur, O.A. Sahel, S.N. Oueriagli, H. Bouyaallaoui, A. Biyi, A. Doudouh
      Les incidentalomes thyroïdiens sont rarement découverts lors d’examens TEP/TDM réalisés pour pathologies extrathyroïdiennes. Nous rapportons deux observations de cancers thyroïdiens papillaires découverts lors d’examens TEP/TDM réalisés dans le cadre de la prise en charge de lymphomes hodgkiniens. À travers ces deux observations, nous soulignons l’intérêt d’explorer tout foyer thyroïdien hypermétabolique visualisé sur TEP/TDM, par cytoponction à l’aiguille fine afin de déterminer sa nature qui peut être néoplasique. The authors report the cases of two patients followed up for Hodgkin lymphoma, whose control PET/CT during chemotherapy revealed incidental papillary thyroid carcinoma as hypermetabolic thyroid foci. These incidental uptakes of 18F-FDG in the thyroid gland are rarely encountered in day-to-day practice of oncological PET/CT. However, they deserve an exploration to determine their etiology.

      PubDate: 2017-12-11T14:46:24Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.03.004
       
  • Intérêt de la TEP-FDG dans le syndrome d’hyper-IgG4 : à propos
           d’un cas et revue de la littérature
    • Authors: O. Ait Sahel; A. Majjad; S. Oueriagli; H. Bouyallaoui; Y. Benameur; A. Biyi; A. Doudouh
      Pages: 447 - 452
      Abstract: Publication date: November–December 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 6
      Author(s): O. Ait Sahel, A. Majjad, S. Oueriagli, H. Bouyallaoui, Y. Benameur, A. Biyi, A. Doudouh
      Le syndrome d’hyper-IgG4, ou maladie systémique associée aux IgG4, est une entité de description récente caractérisée par une atteinte fibro-inflammatoire systémique avec le plus souvent une élévation des IgG4 sériques. Ses caractéristiques histologiques communes comprennent une fibrose et un infiltrat inflammatoire lymphocytaire et plasmocytaire. Les principaux organes concernés sont le pancréas et les voies biliaires, les glandes salivaires, lacrymales, les ganglions médiastinaux et le rétropéritoine. Nous rapportons une localisation inhabituelle de cette maladie au niveau du cavum chez un patient de 84 ans, pour lequel le diagnostic a été posé grâce à l’immunomarquage à IgG4 au niveau des lésions biopsiées, et nous illustrons le rôle potentiel de la TEP/TDM au 18F-FDG dans cette affection. Hyper-IgG4 syndrome, or IgG4-related systemic disease (IgG4-RSD), is a recently described entity of fibro-inflammatory systemic damage. Multiorgan lesions can occur synchronously or metachronously in a same patient. The common histological features include a lymphoplasmacytic infiltration (especially to IgG4), and fibrosis. Elevated serum level of IgG4 is also often present. The main concerned organs are: pancreas, biliary ducts, mediastinal lymph nodes, peritoneum, lacrimal and salivary glands. We report a case of an unusual location of this disease at the nasophyrnx in a patient of 84years for which the diagnosis was made through immunolabelling with IgG4 in lesions biopsied, and we illustrate the potential role of PET-FDG in this systemic disease.

      PubDate: 2017-12-11T14:46:24Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.09.001
       
  • Le volume métabolique initial influence l’exposition au rituximab et la
           survie dans les lymphomes B diffus à grandes cellules
    • Authors: Y. Al Tabaa; M. Tout; O. Casasnovas; T. Lamy; F. Morschhauser; G. Salles; E. Gyan; D. Ternant; G. Cartron; M. Meignan
      First page: 144
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): Y. Al Tabaa, M. Tout, O. Casasnovas, T. Lamy, F. Morschhauser, G. Salles, E. Gyan, D. Ternant, G. Cartron, M. Meignan
      Introduction Le rituximab (MabThera®, Rituxan®) en association avec une chimiothérapie (CHOP ou ACVBP) a amélioré la survie dans les lymphomes B diffus à grandes cellules (LBDGC). Cependant, le pronostic reste mauvais chez les patients réfractaires ou en rechute précoce. Un modèle murin a montré que la charge tumorale pourrait affecter l’exposition au rituximab et son efficacité. Le but de cette étude était d’évaluer l’influence du volume métabolique tumoral total initial (T-MTV0) évalué par la TEP au 18-FDG et la pharmacocinétique du rituximab (PK) dans les LBDGC. Méthodes Une étude rétrospective a été réalisée, issue de deux études prospectives multicentriques (GOELAMS 0203 et GELA 073B). Les données T-MTV0 (seuil fixe de 41 % de la SUVmax) et pharmacocinétiques du rituximab (AUC) étaient disponibles pour 108 patients LBDGC qui ont reçu quatre injections de rituximab (375mg/m2), associées à la chimiothérapie tous les 14jours (CHOP-14 or ACVBP-14). La réponse métabolique a été évaluée après C4 selon des critères IHP. L’association T-MTV0 et exposition au rituximab (AUC) avec la réponse métabolique, la survie sans progression et la survie globale ont été évaluées. Résultats Les patients en stade localisé (n= 19) ont été inclus à partir de l’essai GOELAMS 0203, les patients en stade disséminé (n= 89) à partir de l’essai GELA 073B. La médiane du TMTV0 était de 313 cm3 (0,8–4339 cm3). La réponse métabolique complète après C4 était de 50,5 %. L’exposition au rituximab diminuait lorsque le TMTV0 augmentait (R2=0,41 ; p< 0,0001). Les patients ayant une exposition au rituximab à la première cure (AUC1) supérieure à 9600mg·h/L (n= 48 ; 44 %) avaient une meilleure réponse (OR=1,65 ; p= 0,0006), PFS (87 % vs 62 % ; HR=0,33, p= 0,025) et OS (96 % vs. 72 % ; HR=0,066, p <0,001). Par ailleurs, la dose standard de 375mg/m2 serait appropriée pour des patients avec un TMTV0 de 216 cm3. Conclusions Le TMTV0 influence significativement l’exposition au rituximab qui prédit la réponse et la survie dans les LBDGC traités par immunochimiothérapie, donnant des perspectives intéressantes dans l’évaluation de l’individualisation de dose en fonction du volume métabolique initial mesuré en TEP au 18-FDG.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.024
       
  • Détection de l’infiltration médullaire sur la TEP FDG
           pré-thérapeutique des lymphomes folliculaires : analyse de 3 études
           prospectives
    • Authors: B. Emsen; A.S. Cottereau; A. Versari; L. Chartier; R.O. Casasnovas; M. Federico; E. Itti; J. Trotman; S. Luminari; M. Meignan
      First page: 145
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): B. Emsen, A.S. Cottereau, A. Versari, L. Chartier, R.O. Casasnovas, M. Federico, E. Itti, J. Trotman, S. Luminari, M. Meignan
      Introduction La TEP FDG remplace la biopsie osseuse dans la détection de l’infiltration médullaire (IM) dans le lymphome de Hodgkin et la majorité des lymphomes B diffus à grandes cellules, mais son rôle dans le lymphome folliculaire (LF) n’est pas établi. L’objectif est de déterminer à l’aide d’analyses visuelle et quantitative chez des patients atteints d’un LF de forte masse tumorale si la TEP FDG pré-thérapeutique détecte l’IM et quelle en est la valeur pronostique. Méthodes Cent soixante-huit TEP pré-traitement ont été rétrospectivement analysées (études PRIMA, PET-FL et FOLL05 du LYSA et de la FIL). Le suivi médian était de 64 mois. En analyse visuelle, le diagnostic d’IM (TEP+v) était défini par au moins un foyer hypermétabolique ; les patients étaient classés en 3 groupes : un foyer, 2 à 6 foyers et>6 foyers. Le SUVmax des foyers était mesuré. Pour l’analyse quantitative, le SUVmax de 8 pièces osseuses était systématiquement mesuré (T5, L4, L5, deux ailes iliaques, deux fémurs, sternum) et le rapport entre ces SUVmax et le SUVmax du foie calculé. Le diagnostic d’IM était défini (TEP+q) si le rapport était >1. Les résultats des biopsies de moelle étaient disponibles pour 159 patients. Résultats Soixante-deux patients présentaient des lésions focales : 17 avaient une seule lésion, 11≤ à 6 lésions et 34>6 lésions. Parmi les 87 patients positifs à la biopsie, seulement 31 étaient TEP+v, mais 31 patients étaient TEP +v avec biopsies négatives. Une biopsie positive prédisait une faible SSP (survie sans progression) 46,8 %, vs. 69,4 % p = 0,02 mais n’influençait pas la SG (Survie globale) (p =0,19). L’existence de lésions focales (TEP+v) n’avait pas de valeur pronostique (p= 0,12 pour la SSP et 0,61 pour la SG), et ce quel que soit le nombre de lésions. Combinée à la biopsie, la TEP stratifie mieux le risque, en identifiant 3 groupes ayant des pronostics significativement différents : ceux avec TEP-v et biopsie négatives, ceux avec une TEP+v ou une biopsie positive et ceux ayant les deux examens positifs ; respectivement, la SSP était de 72,6 %, 53 % et 38,5 % (p =0,03). L’approche quantitative n’améliore pas la prédiction du risque des patients avec un pronostic similaire à l’analyse visuelle. Conclusion La TEP FDG ne remplace pas la biopsie dans le FL. Cependant, le risque de progression augmente avec la présence de lésion focale chez les patients ayant une biopsie négative.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.026
       
  • Intérêt de la TEP/TDM au 18FDG dans les sous-types histologiques
           agressifs de cancers thyroïdiens (oncocytaire et peu différencié)
    • Authors: Bigueur M.H.; Bouin Pineau Hadzic J.L. Kraimps Perdrisot Cheze Rest
      Abstract: Publication date: November–December 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 6
      Author(s): Q. Bigueur, M.H. Bouin Pineau, M. Hadzic, J.L. Kraimps, R. Perdrisot, C. Cheze Le Rest
      Introduction Notre objectif était d’évaluer les performances de la TEP/TDM au 18FDG dans les cancers différenciés thyroïdiens agressifs et son impact thérapeutique. Méthode Trente-trois patients (22 carcinomes oncocytaires, 11 carcinomes peu différenciés) ayant bénéficié de 58 examens TEP/TDM ont été inclus rétrospectivement. Neuf examens ont été effectués lors du bilan d’extension initial, 16 pour une suspicion de récidive (dont 11 avec une élévation de la thyroglobuline [Tg]), 3 pour réévaluer des lésions métastatiques et 30 systématiquement lors du suivi. Les résultats ont été confrontés aux données histologiques et au suivi. Résultats Treize sur 18 examens positifs ont été confirmés (8 atteintes locorégionales, 5 récidives à distance). La majorité d’entre eux avaient été réalisés pour une suspicion de récidive avec une Tg élevée (8) ou un bilan initial (2). Les sensibilité, spécificité, VPP et VPN étaient, respectivement, de 81,2 %, 88,1 %, 72,2 %, 92,5 %. Pour les carcinomes oncocytaires et peu différenciés, les sensibilité et spécificité étaient, respectivement, de 100 % vs. 57 % et 86 % vs. 93 %. Les TEP systématiques étaient le plus souvent négatives (26/30) et exactes. Il en était de même en cas d’examens effectués pour une Tg initiale indétectable (16/22). La TEP a modifié la prise en charge dans 14 % des cas. Conclusion Cette étude confirme les bonnes performances de la TEP/TDM au 18FDG dans les cancers thyroïdiens agressifs lors du bilan initial et en cas d’élévation de la Tg lors du suivi. Elle ne semble pas pertinente sans point d’appel ou en cas de Tg non informative. Introduction The objective of our study was to evaluate the performance of 18FDG PET/CT in aggressive histological subtypes of differentiated cancer of the thyroid and its therapeutic impact. Method Thirty-three patients (22 Hürthle cell carcinoma and 11 poorly differentiated carcinoma) who underwent FDG PET/CT were retrospectively included. Nine scans have been performed for initial staging, 16 for suspicion of recurrence (with 11 having a rising Tg), 3 for the reassessment of metastatic disease under systemic treatment and 30 systematically during follow-up. The results of PET/CT were confronted with histological data and follow-up results. Results Thirteen out of 18 positive scans were confirmed (8 locoregional recurrences and 5 distant metastases). The majority of them were performed for a suspicion of recurrence (8) or for initial staging (2). The sensitivity, specificity, PPV, and NPV were respectively 81.2%, 88.1%, 72.2% and 92.5%. For Hürthle cell carcinoma and poorly differentiated carcinoma, the sensitivity and specificity were respectively 100% vs. 57% and 86% vs. 93%. Systematic PET scans were most of the time negative (26/30) and in accordance with histological and follow-up results. It was the same in case of scans performed for undetectable initial Tg (16/22). PET/CT modified patient management in 14% of the cases.
      PubDate: 2017-12-11T14:46:24Z
       
  • Index des auteurs
    • Abstract: Publication date: November–December 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 6


      PubDate: 2017-12-11T14:46:24Z
       
  • Index des mots clés
    • Abstract: Publication date: November–December 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 6


      PubDate: 2017-12-11T14:46:24Z
       
  • Un test rapide d’évaluation des anticorps humains anti-souris
           (HAMA)
    • Authors: C. Lamesa; M.-D. Desruet; R. Mazet; J.-P. Vuillez; A.-S. Gauchez
      Abstract: Publication date: Available online 22 September 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): C. Lamesa, M.-D. Desruet, R. Mazet, J.-P. Vuillez, A.-S. Gauchez
      Les progrès en radioimmunothérapie (RIT) doivent tenir compte des principes de base d’utilisation des anticorps en thérapeutique humaine et notamment les conséquences possibles de l’immunisation contre les fractions murines des anticorps monoclonaux. Un test rapide pour la détection qualitative d’anticorps humains anti-souris (Quickline HAMA, Milenia Biotec Quick-test) fournit une alternative intéressante au test quantitatif jusque-là utilisé. Ce test peut être utilisé au chevet du patient pour l’évaluation du statut HAMA. The progress in radioimmunotherapy has to take into account basic principles of use of antibodies in human therapeutics in particular the possible consequences of the immunization against the murines fractions of the monoclonal antibodies. A fast test for the qualitative detection of Human Antimouse Antibodies (Quickline HAMA, Milenia Biotec Quick-test) supplies an interesting alternative in the up to there used quantitative test. This fast test can be used at the bedside of the patient for the evaluation of the status HAMA.

      PubDate: 2017-09-23T22:23:46Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.07.010
       
  • La médecine nucléaire en onco-urologie – Session 3
    • Authors: S.R. Toch
      Abstract: Publication date: Available online 31 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): S.R. Toch


      PubDate: 2017-09-06T05:39:15Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.07.005
       
  • Évaluation thérapeutique des tumeurs solides –
           Session 6
    • Authors: Girard
      Abstract: Publication date: Available online 26 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A. Girard


      PubDate: 2017-08-30T05:34:31Z
       
  • Imagerie et radiothérapie vectorisée des tumeurs neuroendocrines en
           France : état actuel et développements futurs – Session 5
    • Authors: Girard
      Abstract: Publication date: Available online 26 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A. Girard


      PubDate: 2017-08-30T05:34:31Z
       
  • Radiopharmacie et physique médicale – Session 7
    • Authors: Girard
      Abstract: Publication date: Available online 26 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A. Girard


      PubDate: 2017-08-30T05:34:31Z
       
  • Hématologie : du lymphome vers le myélome –
           Session 1
    • Authors: S.R. Toch
      Abstract: Publication date: Available online 24 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): S.R. Toch


      PubDate: 2017-08-30T05:34:31Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.07.003
       
  • Tumeurs cérébrales – Session 4
    • Authors: Sgard
      Abstract: Publication date: Available online 24 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): B. Sgard


      PubDate: 2017-08-30T05:34:31Z
       
  • Traitement par iode 131 des cancers thyroïdiens différenciés :
           recommandations 2017 des sociétés françaises
           SFMN/SFE/SFP/SFBC/AFCE/SFORL
    • Authors: S. Zerdoud; S. Leboulleux; J. Clerc; L. Leenhardt; C. Bournaud; A. Al Ghuzlan; I. Keller; S. Bardet; A.-L. Giraudet; L. Groussin; F. Sebag; R. Garrel; P.-J. Lamy; M.-E. Toubert; É. Mirallié; E. Hindié; D. Taïeb
      Abstract: Publication date: Available online 24 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): S. Zerdoud, S. Leboulleux, J. Clerc, L. Leenhardt, C. Bournaud, A. Al Ghuzlan, I. Keller, S. Bardet, A.-L. Giraudet, L. Groussin, F. Sebag, R. Garrel, P.-J. Lamy, M.-E. Toubert, É. Mirallié, E. Hindié, D. Taïeb


      PubDate: 2017-08-30T05:34:31Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.03.001
       
  • Maladie veineuse thrombo-embolique – Session 2
    • Authors: Sgard
      Abstract: Publication date: Available online 23 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): B. Sgard


      PubDate: 2017-08-30T05:34:31Z
       
  • Les hormones sexuelles : comment les doser et quelles performances en
           clinique '
    • Authors: V. Moal; J. Brossaud
      Abstract: Publication date: Available online 18 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): V. Moal, J. Brossaud


      PubDate: 2017-08-19T05:26:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.07.002
       
  • Epidémiologie, diagnostic et pronostic du cancer de la prostate
    • Authors: M. Terrier; J.E. Terrier; P. Paparel; N. Morel-Journel; A. Baldini; A. Ruffion
      Abstract: Publication date: Available online 10 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): M. Terrier, J.E. Terrier, P. Paparel, N. Morel-Journel, A. Baldini, A. Ruffion
      Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers et représente la 3e cause de mortalité par cancer chez les hommes de 50 ans ou plus, en France et en Europe. L’incidence diminue grâce à une pratique plus ciblée du dépistage et à l’amélioration des outils diagnostiques. Le dépistage de masse n’est pas recommandé. Le diagnostic individuel précoce repose sur un dosage du taux de Prostate Specific Antigene (PSA) associé au toucher rectal, annuellement, chez les hommes entre 50 et 75 ans ayant une espérance de vie supérieure à 10 ans. En cas de suspicion clinique et/ou biologique de cancer de prostate, des biopsies prostatiques sont réalisées. Les examens recommandés dans le bilan d’extension des cancers prostatiques de risque intermédiaire et élevé sont l’IRM prostatique, la scintigraphie osseuse, le TDM TAP (forme métastatique) et, parfois, le PET scan à la choline. Les thérapeutiques curatives sont proposées aux hommes ayant une probabilité de survie≥10 ans, atteints d’un cancer localisé ou localement avancé. Les prises en charge standards pour les tumeurs localisées sont la surveillance active, la curiethérapie, la chirurgie (prostatectomie) et la radiothérapie externe, seule avec l’hormonothérapie et/ou la chirurgie. Les prises en charge expérimentales pour des tumeurs localisées sont les traitements focaux (photothérapie dynamique, ultrasons focalisés). Pour les formes les plus agressives, l’intérêt de la chimiothérapie est en cours d’étude. Le cancer de la prostate évolue lentement. Il est de bon pronostic s’il est pris en charge précocement. La mortalité est tardive et en diminution. Prostate cancer is the most frequent of cancers and represents the third leading cause of death by cancer, for men over 50years, in France and Europe. The incidence decreases since about ten years. Mass screening is not recommended. Individual early diagnosis is based on a yearly exam including Prostate Specific Antigene (PSA) blood test and a digital rectal exam. The target for this diagnostic approach are men from 50to 75years with more than 10years of life expectancy. A series of prostatic biopsy are carried out in case of clinical and/or biological prostate cancer suspicion. The additional examinations recommended in the assessment of extension of prostate cancer with intermediate and high risk are: MRI, bones scintigraphy, scan CAP (metastatic stage), and sometimes Choline PET-CT. Curative treatments are proposed to men with a probability of survival over 10years, suffering from localized or locally advanced cancer. Gold standard treatments are: active surveillance, radical prostatectomy, brachytherapy, radiotherapy alone or with surgery and/or hormone therapy. Experimental treatments of localized tumors are: focal treatments (phototherapy dynamic, high intensity focused ultrasound). For the more advanced forms, the interest of early chemotherapy is extensively studied.

      PubDate: 2017-08-19T05:26:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.009
       
  • TEP/TDM au 68Ga-PSMA-11 quand la 18F-fluorocholine ne localise pas la
           récidive biologique du cancer de la prostate : à propos d’un cas et
           revue de la littérature
    • Authors: M. Gauthé; O. Bélissant; J. Zhang Yin; A.S. Cottereau; V. Nataf; J. Ohnona; S. Balogova; J.N. Talbot
      Abstract: Publication date: Available online 4 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): M. Gauthé, O. Bélissant, J. Zhang Yin, A.S. Cottereau, V. Nataf, J. Ohnona, S. Balogova, J.N. Talbot
      L’augmentation de la concentration sérique de l’antigène spécifique de la prostate (PSA) est un problème croissant se produisant chez plus du tiers des patients qui ont bénéficié d’un geste radical pour la prise en charge initiale d’un cancer de la prostate. Chez ces patients, Il est donc très important d’identifier par imagerie les foyers de récidive avant de proposer un traitement loco-régional ou systémique. L’intérêt de la TEP/TDM à la 18F-fluorocholine (FCH) dans cette indication est démontré depuis plusieurs années. Récemment, des ligands de l’antigène transmembranaire PSMA, exprimé par pratiquement tous les cancers de la prostate, ont été marqués avec des nucléides pour l’imagerie TEP. La TEP/TDM au 68Ga-PSMA-11 (PSMA-11) a été décrite comme supérieure à la FCH, mais aussi à l’imagerie conventionnelle, pour déceler la récidive de cancer de la prostate. Nous présentons ici le cas d’un patient avec un antécédent de prostatectomie pour cancer de prostate et posant le problème d’une élévation du PSA sans cible suspecte de maladie résiduelle ni avec la FCH, ni sur l’IRM pelvienne. Le PSMA-11 a identifié une cible ganglionnaire pelvienne et a permis d’entreprendre une thérapeutique curative ciblée et d’éviter la mise en route d’une hormonothérapie « palliative ». Nous présentons ensuite une courte revue de la littérature sur ce sujet, avec présentation des performances publiées de la TEP au PSMA-11 et des principaux pièges d’interprétation. A rise in prostate-specific antigen serum level (PSA) is an increasing issue, which occurs in more than one third of the patients who underwent radical prostatectomy. Thus, imaging these patients is of importance in order to localize residual disease and then to propose suitable therapy. The usefulness of 18F-fluorocholine (FCH) PET/CT in this indication has been demonstrated for several years. Recently, specific ligands of the prostate-specific membrane antigen (PSMA), which is expressed by almost all prostate cancers, were labelled with PET radionuclides. 68Ga-PSMA-11 (PSMA-11) PET/CT has been described as superior to FCH and conventional imaging to detect prostate cancer recurrence. We present the case of a patient with history of prostate cancer, treated by surgery, referred for a rise in PSA serum level and without any residual disease targeted neither on FCH, nor on pelvic MRI. The PSMA-11 PET/CT demonstrated a pelvic lymph node, which was suspect of recurrence and allowed to initiate a specific curative therapy, replacing the “palliative” hormonotherapy, which was planned. A short review of the literature on this topic, focusing on the published PSMA-11 performances and main known interpretation pitfalls.

      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.05.001
       
  • Comment l’imagerie nucléaire modifie-t-elle la prise en charge par
           radiothérapie des cancers de prostate '
    • Authors: Supiot
      Abstract: Publication date: Available online 4 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): M. Doré, S. Supiot
      Avec la mise à disposition de nouveaux traceurs comme la fluorocholine ou le gallium-PSMA, la définition des cancers de prostate localisés et des rechutes tumorales se trouve profondément modifiée. La meilleure définition du volume tumoral intra-prostatique rend techniquement réalisable la radiothérapie par dose-painting. Face à des rechutes purement locales, des traitements de rattrapage locaux trouvent pleinement leur place en associant des techniques innovantes de radiothérapie. Dans des situations de maladie oligométastatique, l’irradiation occupe une place grandissante qui bénéficie directement du meilleur ciblage offert par ces nouveaux traceurs. Using new tracers such as fluorocholine or gallium-PSMA, the definition of localized prostate cancers and tumor relapses is profoundly altered. Moreover, the definition of intra-prostatic tumor volume makes dose-painting radiotherapy technically feasible. In case of local relapse, local aggressive treatments are now routinely offered. In case of oligometastatic disease, irradiation occupies a growing place, which benefits directly from the best targeting offered by these new tracers.

      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
       
  • Bone scintigraphy leading to diagnosis of malignant osteopetrosis in a
           six-year-old boy
    • Authors: I. Cillero; A. Mendiola; A. Gomez; P. Santesteban; L. Montes; A. Garin; G. Rios; F. Mazorriaga
      Abstract: Publication date: Available online 4 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): I. Cillero, A. Mendiola, A. Gomez, P. Santesteban, L. Montes, A. Garin, G. Rios, F. Mazorriaga
      Introduction Osteopetrosis is a rare disease but early detection is essential for future improvement of quality of life. Despite X-ray can be a diagnostic examination itself, bone scintigraphy can be helpful when the radiographic imaging is not typical. Case report We report a case of a 6-year-old boy with pain and limping of the left lower limb persisting 4 months after a left ankle sprain. He underwent a whole-body bone scintigraphy with HDP-99mTc and overlapping image focused on the hip, which showed abnormal increased diffuse uptake in proximal and distal epiphysis of femurs and tibias showing higher uptake in femurs. It also showed, involvement of proximal epiphysis of humerus. Kidneys were not visible, suggesting bone superscan. Differential diagnosis was recommended with osteopetrosis, osteomalacy. Conclusion Bone scintigraphy can contribute for extensive skeletal evaluation and patients follow-up. Thus, bone scintigraphy may be useful in symptomatic and in asymptomatic patients with OP.

      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.012
       
  • Apport d’un nouveau score visuel en TEP/TDM au 18Fluorodeoxyglucose
           (18FDG) lors des récidives ganglionnaires de cancer ORL après traitement
           initial
    • Authors: F. Borrelly; M. Colombié; E. Bardet; O. Malard; C. Ferron; K. Buquet; L. Campion; D. Goulon; V. Fleury; D. Rusu; F. Kraeber-Bodéré; C. Rousseau
      Abstract: Publication date: Available online 2 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): F. Borrelly, M. Colombié, E. Bardet, O. Malard, C. Ferron, K. Buquet, L. Campion, D. Goulon, V. Fleury, D. Rusu, F. Kraeber-Bodéré, C. Rousseau
      Le curage cervical réalisé lors des récidives ganglionnaires de cancers ORL après radiothérapie initiale présente une importante morbidité. La TEP/TDM 18FDG semble intéressante dans cette indication, mais mérite une standardisation des interprétations. Notre objectif était d’élaborer une méthode d’interprétation des TEP 18FDG réalisées dans les suspicions de récidive loco-régionale des cancers ORL. Vingt-sept patients suivis pour cancer ORL traités initialement par radiothérapie±chimiothérapie, suspects de récidive ganglionnaire, ont été inclus rétrospectivement. Une TEP 18FDG a été réalisée avant curage ganglionnaire et obtention d’une preuve histologique. Les compte rendus initiaux, une échelle visuelle binaire, une échelle visuelle 5 grades « Deauville like » et des index semi-quantitatifs ont été analysés par 2 relecteurs indépendants. Dix-neuf patients (70 %) étaient en récidive ganglionnaire sur l’histologie. L’analyse des compte rendus TEP retrouvait 6 faux positifs (FP), 2 vrais négatifs (VN) et 19 vrais positifs (VP) soit des sensibilité (se), spécificité (sp), valeurs prédictives positives (VPP) et négatives (VPN) respectives de 100 %, 25 %, 76 % et 100 %. L’échelle binaire a reclassé 1/6 FP. Avec l’échelle « Deauville like », 4/6 FP ont été reclassés par le premier relecteur (p <0,001) et 5/6 par le second (p <0,002), améliorant la Sp et la VPP à 66 % et 95 %, respectivement. Le coefficient de concordance inter-observateur kappa (k) pour l’échelle « Deauville like » était égal à 0,88. L’analyse des paramètres semi-quantitatifs mesurés sur les images tels que le SUVmax, SUVmean, SUVpeak, MTV, TLG et SAM n’était pas statistiquement significative. Ces résultats préliminaires montrent l’intérêt de l’utilisation d’une échelle visuelle standardisée, particulièrement l’échelle « Deauville like », pour l’interprétation des TEP 18FDG lors des suspicions de récidive ganglionnaire de cancer ORL. New visual score in PET/CT 18Fluorodeoxyglucose (18FDG) to evaluate lymph node recurrence of head and neck cancer after initial treatment. Neck dissection for node recurrence of head and neck cancer is known for important morbidity after initial radiation therapy. 18FDG PET/CT in this situation looks interesting but needs standardized interpretation. Our objective was to develop a PET/CT interpretation method in suspicious locoregional head and neck recurrence. Twenty-seven patients with suspicious lymph node recurrence after initial radiation±chemotherapy for head and neck cancer were retrospectively included. 18FDG PET/CT was performed before neck dissection and histological data. Initial PET records, binary visual scale, five-point visual scale “Deauville like” and semi-quantitative index were assessed by 2 reviewers. A lymph node recurrence was confirmed in 19 patients (70%) based on histological results. PET records analysis found 6 false positive (FP), 2 true negative (TN) and 19 true positive (TP), with a sensibility (Se), specificity (Sp), positive predictive value (PPV) and negative predictive value (NPV) of 100%, 25%, 76% and 100%, respectively. Binary visual scale reclassified 1/6 FP. “Deauville like” criteria, reclassified 4/6 FP with the first reviewer (P <0.001) and 5/6 with the second (P <0.002), improving Sp and PPV of 66% and 95%, respectively. Kappa concordance coefficient for “Deauville like” scale was 0.88. Semi-quantitative index like SUVmax, SUVmean, SUVpeak, MTV, TLG and SAM showed no statistical value. Those preliminary results warrant a standardized visual scale, particularly the “Deauville like” criteria for 18FDG PET/CT interpretation in suspected lymph node recurrence of head and neck cancer.

      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.05.002
       
  • Un numéro 4–2017 un peu spécial…
    • Authors: Cazaentre Couturier
      Abstract: Publication date: July–August 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 4
      Author(s): M. Colombié, T. Cazaentre, O. Couturier


      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
       
  • Place du scanner dans l’imagerie de l’hyperparathyroïdie
           primaire
    • Authors: S. Boury; O. Ernst
      Abstract: Publication date: Available online 17 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): S. Boury, O. Ernst
      L’hyperparathyroïdie primaire est un diagnostic biologique. Le traitement de référence est la chirurgie. Lorsqu’une chirurgie mini-invasive est envisagée, il est recommandé de réaliser une échographie cervicale et un examen scintigraphique pour localiser les glandes parathyroïdiennes hypertrophiées. Le scanner multiphasique (scanner 4D) est un examen très performant pour détecter et localiser précisément les adénomes parathyroïdiens. L’étude des densités permet de différencier l’adénome de la thyroïde et des ganglions qui sont les diagnostics différentiels. Sans injection, l’adénome est plus hypodense que la thyroïde avec un seuil fixé à 75UH. Sur la phase précoce après injection, l’adénome apparaît très hypervascularisé avec une densité>114UH. Le ganglion apparaît hypovascularisé avec une densité<114UH. Sur la phase tardive, il existe une baisse de la densité au sein de l’adénome, alors que la densité au sein du ganglion augmente. Le scanner parathyroïdien est indiqué en cas de négativité ou de discordance du couple échographie scintigraphie. Il est également fortement recommandé, en cas de persistance ou de récidive d’hyperparathyroïdie après chirurgie, ainsi que pour mieux étudier une ectopie parathyroïdienne. Primary hyperparathyroidism is a biological diagnosis. The reference treatment is surgery. When minimally invasive surgery is considered, it is recommended to perform a cervical ultrasound and a scintigraphic examination to localize the hypertrophied parathyroid glands. The multiphasic scanner (4D CT) is a very effective examination to detect and locate precisely the parathyroid adenomas. The study of densities makes it possible to differentiate the adenoma from the thyroid and the lymph nodes that are the differential diagnoses. Without injection, the adenoma is more hypodense than the thyroid with a threshold set at 75UH. On the early phase after injection, the adenoma appears very hypervascularized with a density>114UH. The ganglion appears hypovascularized with a density<114UH. In the late phase, there is a decrease in the density within the adenoma, while density within the ganglion increases. The parathyroid scan is indicated in case of negativity or discordance of the couple ultrasound scintigraphy. It is also strongly recommended, in case of persistence or recurrence of hyperparathyroidism after surgery, as well as to better study a parathyroid ectopy.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.010
       
  • Guide à la lecture et interprétation de l’imagerie PET des
           plaques amyloïdes
    • Authors: A. Denis; S. Dietemann; C. Noirot; P. Andryszak; S. Trombella; G.B. Frisoni; I. Mainta; V. Garibotto
      Abstract: Publication date: Available online 15 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A. Denis, S. Dietemann, C. Noirot, P. Andryszak, S. Trombella, G.B. Frisoni, I. Mainta, V. Garibotto
      Les dépôts extracellulaires de peptides bêta-amyloïdes constituent une des lésions histologiques nécessaires pour le diagnostic neuropathologique de la maladie d’Alzheimer. Pendant la dernière décennie, plusieurs traceurs PET ont été validés et ont maintenant une autorisation de mise sur le marché pour visualiser les plaques amyloïdes in vivo, avec des sensibilité et spécificité excellentes. L’objectif de cet article est de fournir un guide pratique à la lecture et à l’interprétation de ces images, ainsi que de décrire les perspectives de développement plus récentes ouvertes par cette modalité pour son intégration dans le processus diagnostique et la prise en charge des patients. The extracellular deposits of beta-amyloid are one of the histological lesions required for the neuropathological diagnosis of Alzheimer's disease. During the last decade, various PET tracers have been validated and have market authorization for the visualisation in vivo of amyloid plaques, with excellent sensitivity and specificity. The aim of this paper is to provide a practical guide for the visual read and interpretation of this image modality and to discuss its most recent developments for the integration in the diagnostic process and in patient management.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.008
       
  • Évaluation de la réponse thérapeutique après traitement par
           inhibiteurs des checkpoints (anticorps monoclonaux immunomodulateurs)
    • Abstract: Publication date: Available online 14 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): É. Fréneaux
      Une progression initiale suivie d’une réponse partielle ou complète prolongée (pseudoprogression) peut s’observer lors des traitements par inhibiteurs des checkpoints, notamment dans le mélanome. Ce schéma de réponse unique ne permet pas d’utiliser les critères de réponse métabolique ou morphologique habituels des chimiothérapies cytotoxiques. De nouveaux critères morphologiques spécifiques ont été proposés (irRC, iRECIST) introduisant notamment la notion de progression non confirmée, nécessitant une confirmation par une seconde évaluation avant de pouvoir conclure à une progression confirmée. Ces critères n’ont néanmoins pas encore été validés et doivent être utilisés comme tels en association avec les autres éléments d’évaluation, notamment cliniques. Il n’existe pas de critères de réponse métabolique pour cette catégorie de traitement, mais la possibilité de pseudoprogression métabolique doit être connue et nécessite, comme pour l’évaluation de la réponse morphologique, une confrontation au contexte clinique et, en l’absence de progression manifeste, une confirmation à distance avant de conclure à une progression métabolique confirmée. Early progression followed by partial or complete response (pseudoprogression) can be observed after treatment with immune checkpoint inhibitors, especially in melanoma. The metabolic and morphologic criteria usually recommended for cytotoxic chemotherapy response assessment are not suitable because of this unique pattern of response. New morphologic response criteria have been proposed (irRC, iRECIST), introducing the concept of unconfirmed progression requiring confirmation on a subsequent imaging assessment. These criteria have not yet been validated and should be used cautiously, along with the clinical status. No specific criteria have been proposed for metabolic response assessment but potential metabolic pseudoprogression should be kept in mind and, as well as morphologic assessment, requires consideration of the clinical status and, in the absence of an obvious progression, confirmation on a subsequent imaging before considering true metabolic progression.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
       
  • Que faire devant la découverte d’un nodule pulmonaire solide
           sur un CT ou un PET-CT
    • Authors: X. Montet; S.P. Martin; A.-L. Hachulla
      Abstract: Publication date: Available online 14 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): X. Montet, S.P. Martin, A.-L. Hachulla
      La découverte d’un nodule pulmonaire isolé sur un CT ou un PET-CT est un événement fréquent. Dès lorsqu’un nodule est découvert, la classification de ce nodule comme (1) très sûrement bénin, (2) très sûrement malin ou (3) de nature indéterminée devrait être entreprise. Les objectifs de cet article sont de présenter une approche diagnostique permettant une telle classification. Incidental discovery of pulmonary nodules is a frequent finding on a CT or a PET-CT examination. When found, those nodules should be classified as (1) certainly benign, (2) certainly malignant or (3) undetermined. The purpose of this paper is to present a diagnostic approach allowing such classification.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.007
       
  • Quantification and monitoring of PET/CT data in multicentre trials: The
           Swiss SAKK 56/07 trial experience
    • Authors: S. Gnesin; E. Deshayes; F. Camus; V. Dunet; J.O. Prior; F.R. Verdun
      Abstract: Publication date: Available online 14 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): S. Gnesin, E. Deshayes, F. Camus, V. Dunet, J.O. Prior, F.R. Verdun
      Aim To outline the importance of continuous monitoring of quantitative positron emission tomography (PET) data in multicentre trials to minimize quantitative bias in longitudinal intra-patient PET studies in light of the multicentre SAKK 56/07 experience in quantification and monitoring 18F-FDG PET/CT data. Patients and methods We collected 64 uniform phantom 18F-FDG PET acquisitions periodically at the enrolling centres (12 European institutions). A core-laboratory analysed them for standard uptake value (SUV) accuracy (desired 1.00±10%) and acceptable image noise was defined by a coefficient of variation (COV) less than 15%. In total, 151 patients 18F-FDG PET acquisitions (baseline and follow-up) were also collected and analysed to verify longitudinal coherence of main acquisition/reconstruction parameters (DICOM tags verification) and patient preparation, in particular the uptake time (desired uptake time [UT]=60±10min). Results Uniform phantom PET acquisition satisfied the inclusion criteria in 58/64 (89%) examinations. All PET scanner exhibited comparable SUV quantification, but we found large dispersion in terms of noise, with COV ranging 3–15%. Only 1 phantom PET acquisition was out of range with COV=21.5%. Patient data exhibited important variation in uptake time with UT=65±10min (mean±SD), with only 111/151 (74%) patients’ examinations satisfying inclusion criteria while 26% were out of range. Conclusions Regular monitoring of PET data in multicentre trials is capital to ensure longitudinal intra-patient PET data consistence and minimize quantitative bias while it helps to spread the culture of quality in participating centre. Recent EARL (EANM Research Ltd) standardization and unification of procedures is a welcome step in this direction.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.004
       
  • Comment je raisonne devant une masse rétropéritonéale
    • Authors: L. Vilcot; E. Bompas; A. Mervoyer; S. Houdebine; I. Doutriaux; P. Meingan; D. Geffroy; M. Ricaud; C. Labbe
      Abstract: Publication date: Available online 13 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): L. Vilcot, E. Bompas, A. Mervoyer, S. Houdebine, I. Doutriaux, P. Meingan, D. Geffroy, M. Ricaud, C. Labbe
      Les masses rétropéritonéales regroupent un ensemble de tumeurs très diverses comportant les tumeurs d’organe (reins, voies excrétrices et surrénales), les tumeurs rétropéritonéales primitives et secondaires. Les tumeurs rétropéritonéales primitives sont des tumeurs rares, le plus souvent malignes et de diagnostic tardif. Elles sont représentées pour plus de la moitié d’entre elles par des sarcomes. Leur rareté associée à une grande variété explique les difficultés diagnostiques. L’objectif de cet article est de répertorier les caractéristiques d’imagerie présentes sur le scanner et l’IRM permettant de proposer des hypothèses diagnostiques. En cas de suspicion de sarcome, il est recommandé avant toute prise en charge thérapeutique de se référer à un centre expert permettant une approche multidisciplinaire (pathologiste, radiologue, chirurgien et oncologue) et de pratiquer une analyse histologique par biopsie percutanée radioguidée par voie rétropéritonéale. The retroperitoneal masses are various and heterogeneous and include tumors from different organs (kidneys), the primary retroperitoneal tumors and metastasis. The primary retroperitoneal tumors are rare, frequently malignant with a delayed diagnosis. More than half of them are sarcoma. Rarity and heterogeneity of retroperitoneal tumors explain the difficulties of diagnostic. The goal of this article is to review the imaging characteristics of CT scan and RMN of retroperitoneal mass and to clarify the diagnosis. The management of sarcoma requires an expert multidisciplinary team (pathologist, radiologist, surgeon, oncologist) and pathology analysis by retroperitoneal transcutaneous biopsy.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.001
       
  • Rôle de l’échographie dans le diagnostic des kystes ovariens et des
           masses annexielles, en dehors de la grossesse et de la stimulation
           ovarienne
    • Authors: Loubeyre
      Abstract: Publication date: Available online 13 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): P. Loubeyre
      Cet article reprend les bases sémiologiques servant à la caractérisation des lésions ovariennes en imagerie, en particulier échographique. This article contains the semiological bases used to characterize ovarian lesions in imaging, especially ultrasound.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
       
  • Le bilan sénologique : indication et interprétation
    • Authors: Cassan
      Abstract: Publication date: Available online 13 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): T. Cassan
      Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme en France. L’objectif de cet article est d’énoncer les modalités du dépistage du cancer du sein en France et d’expliquer comment est réalisée l’interprétation des images et est réalisé le compte-rendu. Breast cancer is the most common cancer in women in France. The aim of this article is to describe modalities of detection and to explain how the images interpretation and the review are realized.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
       
  • Prise en charge thérapeutique des métastases osseuses en
           radiologie interventionnelle
    • Authors: A. David; R. Liberge; C. Labbe; C. Perret; F. Douane
      Abstract: Publication date: Available online 13 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A. David, R. Liberge, C. Labbe, C. Perret, F. Douane
      De multiples techniques de radiologie interventionnelle sont utilisées pour proposer des solutions antalgiques, consolidatrices et carcinologiques aux patients atteints de métastases osseuses. Les indications de ces traitements doivent être discutées en réunion de concertation pluridisciplinaire, en fonction de l’objectif (curatif ou palliatif), du risque fracturaire, ainsi que de l’état général du patient. Cet article a pour but de présenter les principales méthodes disponibles pour la prise en charge des métastases osseuses. La cimentoplastie consiste à injecter du polyméthylméthacrylate au sein des lésions osseuses par voie percutanée, dans un but de consolidation et de soulagement de la douleur. La thermoablation a pour objectif de détruire la lésion tumorale par le chaud (radiofréquence et micro-ondes) ou par le froid (cryothérapie), dans un but curatif ou palliatif (soulagement de la douleur). L’embolisation et la chimioembolisation artérielle consistent à dévasculariser une lésion tumorale hypervasculaire, à visée antalgique ou en prévision d’une chirurgie. Les différentes techniques peuvent être combinées dans les cas les plus complexes. A wide range of interventional radiology methods is currently available for the management of bone metastasis disease. Indications should be discussed in pluridisciplinary staff, depending of therapeutic intent (curative or palliative), risk of fracture, and general status of the patient. The aim of this article is to present these techniques. Cementoplasty, defined by percutaneous injection of polymethylmethacrylate into bone metastases, is used to relieve pain and prevent pathological fractures. Thermal ablation techniques are applied to achieve partial or complete destruction of bone lesions, by increasing (radiofrequency and micro-waves) or decreasing (cryoablation) intratumoral temperature. Arterial embolization and chemoembolization are used to reduce blood supply of bone tumors, in order to manage pain or before orthopedic surgery of hypervascular lesions. For the most complexes cases, combined treatment can be proposed.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.002
       
  • Imagerie moléculaire et biomarqueurs des cancers thyroïdiens de souche
           vésiculaire : recommandations 2017 de SFMN/SFE/SFP/SFBC/AFCE/SFORL
    • Authors: A.-L. Giraudet; S. Bardet; M.-E. Toubert; P.-J. Lamy; S. Zerdoud; S. Leboulleux; J. Clerc; L. Leenhardt; C. Bournaud; A. Al Ghuzlan; I. Keller; L. Groussin; F. Sebag; R. Garrel; E. Mirallié; D. Taïeb; E. Hindié
      Abstract: Publication date: Available online 29 May 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A.-L. Giraudet, S. Bardet, M.-E. Toubert, P.-J. Lamy, S. Zerdoud, S. Leboulleux, J. Clerc, L. Leenhardt, C. Bournaud, A. Al Ghuzlan, I. Keller, L. Groussin, F. Sebag, R. Garrel, E. Mirallié, D. Taïeb, E. Hindié


      PubDate: 2017-06-02T16:30:15Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.03.002
       
  • Le mot de la présidente
    • Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): F. Kraeber-Bodéré


      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
       
  • Synopsis du programme scientifique
    • Abstract: Publication date: Available online 25 March 2017
      Source:Médecine Nucléaire


      PubDate: 2017-03-28T21:09:48Z
       
 
 
JournalTOCs
School of Mathematical and Computer Sciences
Heriot-Watt University
Edinburgh, EH14 4AS, UK
Email: journaltocs@hw.ac.uk
Tel: +00 44 (0)131 4513762
Fax: +00 44 (0)131 4513327
 
Home (Search)
Subjects A-Z
Publishers A-Z
Customise
APIs
Your IP address: 54.167.44.32
 
About JournalTOCs
API
Help
News (blog, publications)
JournalTOCs on Twitter   JournalTOCs on Facebook

JournalTOCs © 2009-2016