for Journals by Title or ISSN
for Articles by Keywords
help
  Subjects -> BIOLOGY (Total: 2995 journals)
    - BIOCHEMISTRY (235 journals)
    - BIOENGINEERING (107 journals)
    - BIOLOGY (1424 journals)
    - BIOPHYSICS (46 journals)
    - BIOTECHNOLOGY (216 journals)
    - BOTANY (220 journals)
    - CYTOLOGY AND HISTOLOGY (28 journals)
    - ENTOMOLOGY (63 journals)
    - GENETICS (162 journals)
    - MICROBIOLOGY (255 journals)
    - MICROSCOPY (10 journals)
    - ORNITHOLOGY (25 journals)
    - PHYSIOLOGY (70 journals)
    - ZOOLOGY (134 journals)

BIOLOGY (1424 journals)

The end of the list has been reached or no journals were found for your choice.
Journal Cover Médecine Nucléaire
  [SJR: 0.119]   [H-I: 7]   [1 followers]  Follow
    
   Full-text available via subscription Subscription journal
   ISSN (Print) 0928-1258
   Published by Elsevier Homepage  [3043 journals]
  • Valeur pronostique des paramètres de texture TEP au diagnostic dans le
           myélome multiple symptomatique (MM)
    • Authors: T. Carlier; C. Bailly; R. Leforestier; C. Touzeau; P. Moreau; F. Kraeber Bodéré; C. Bodet Milin
      First page: 143
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): T. Carlier, C. Bailly, R. Leforestier, C. Touzeau, P. Moreau, F. Kraeber Bodéré, C. Bodet Milin
      Introduction Deux études prospectives (Bartel, Blood 2009 ; Zamagni, Blood 2011) ont montré la valeur pronostique de plus de 3 lésions focales (FL), de la SUVmax et des lésions extra-médullaires (EMD) sur la TEP-FDG réalisée au diagnostic chez des patients atteints de MM. L’intérêt potentiel du volume métabolique total (tMTV) et de la glycolyse totale (tTLG) a également été rapporté (McDonald, Clin Cancer Res 2016). Le but de cette étude est d’évaluer la valeur pronostique de métriques d’hétérogénéité (TF) déterminés sur la TEP-FDG au diagnostic chez 134 patients inclus dans l’étude prospective multicentrique IMAJEM (Moreau, ASH 2015). Méthodes Les paramètres suivants ont été extraits : présence d’EMD, nombre de FL, FL-SUVmax, SUVmax ostéo-médullaire, MTV et TLG des FL les plus intenses ainsi que 7 TF robustes en multicentrique et calculées sur la FL la plus intense (seuillage de 40 %-SUVmax). Trois méthodes différentes de ré-échantillonnage ont été évaluées pour le calcul des TF. L’âge, le sexe, la calcémie, l’ISS et la cytogénétique ont également été considérés. Les paramètres ont été évalués par Kaplan-Meier et le test log-rank exact pour la survie sans progression (PFS). La méthode binomiale SgoF a été utilisée pour corriger des tests multiples. Un modèle a été construit en utilisant des paramètres complémentaires avec au moins une TF. Résultats Au total, 62 des 134 patients avec FL ont été analysés pour le calcul des TF. Seuls la présence d’EMD (p= 0,031 ; HR=3,7) et de 2 TF (entropyGLCM avec ré-échantillonnage linéaire (p= 0,031 ; HR=6,1) et ZLNU (p= 0,032 ; HR=3,0)) étaient significativement associés à la PFS. Aucun des autres paramètres précédemment rapportés (y compris cliniques et biologiques) n’était pronostique. Comme la présence d’EMD est un facteur de mauvais pronostic, un modèle a été conçu en considérant les patients sans EMD et l’entropyGLCM. Ce modèle s’est révélé pertinent pour prédire la PFS (p= 0,005 ; HR=4,4). Conclusion EntropyGLCM s’est révélé pronostique au diagnostic initial de MM. Ce paramètre peut aider à stratifier le sous-groupe de patients sans EMD. L’entropyGLCM dans le MM pourrait révéler des aspects sous-jacents de la biologie tumorale concernant les populations sous-clonales ou les interactions cellulaires. Les paramètres pronostiques précédemment rapportés (FL SUVmax, nombre de FL) ne prédisaient pas la PFS dans cette étude, probablement en raison d’un traitement différent des précédentes études.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.021
       
  • La TEP au 18-FDG est hautement prédictive de la survie dans les
           lymphomes plasmablastiques
    • Authors: Y. Al Tabaa; E. Tchernonog; P. Faurie; A.S. Cottereau; H. Monjanel; E. Gyan; H. Ghesquieres; G. Cartron; D. Mariano Goulart
      First page: 143
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): Y. Al Tabaa, E. Tchernonog, P. Faurie, A.S. Cottereau, H. Monjanel, E. Gyan, H. Ghesquieres, G. Cartron, D. Mariano Goulart
      Introduction Les lymphomes plasmablastiques (LPB) constituent une entité rare parmi les lymphomes B diffus à grandes cellules (LBDGC) et sont caractérisés par un pronostic plus péjoratif. Peu de données cliniques et d’imagerie sont disponibles et sont essentiellement des cas isolés ou de petites séries. Le but de l’étude était d’évaluer l’avidité en 18-fluorodéoxyglucose (18-FDG) des LPB et l’intérêt de la tomographie par émission de positons (TEP) au 18-FDG dans l’évaluation de réponse au traitement. Méthodes Une étude multicentrique rétrospective a été réalisée. Les patients ayant été diagnostiqués LPB dans les centres du LYSA (Lymphoma Study Association) entre 2005 et 2015 ont été inclus avec pour critères d’inclusion la réalisation d’une TEP au 18-FDG en phase initiale et à la fin du traitement (fdtTEP), et reçu une première ligne de chimiothérapie intensive. Les fdtTEP ont été analysées en utilisant l’échelle visuelle à 5 points conformément aux critères Lugano et classées en réponse métabolique complète (RMC) ou non-RMC incluant la réponse métabolique partielle (RMP), la maladie stable (MS) et la maladie en progression (MP). Une évaluation des données de survie sans progression et de survie globale a été réalisée. Résultats Trente-cinq patients LPB ont respecté les critères d’inclusion. Le suivi médian était de 34 mois (2,8–120 mois). Une avidité 18-FDG a été retrouvée chez tous les patients au diagnostic. La majorité des patients (80 %) étaient en RMC et 20 % en non-RMC incluant 9 % de RMP, 6 % de MS et 6 % de MP. Une RMC après une première ligne de chimiothérapie intensive était associée à une meilleure survie sans progression (p< 0,0001) et survie globale (p= 0,0006). Conclusions Cette étude a confirmé l’avidité au 18-FDG du sous-type LPB et l’utilité de la TEP au 18-FDG dans la caractérisation de cette nouvelle entité, l’évaluation de la réponse au traitement et l’influence sur la survie globale et sans progression.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.022
       
  • Le volume métabolique initial et l’infection par l’EBV influencent la
           survie dans les lymphomes B diffus à grandes cellules
    • Authors: Y. Al Tabaa; J. Delage; A. Sanosyan; A.L. Gagez; E. Tuaillon; G. Cartron; D. Mariano Goulart
      First page: 144
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): Y. Al Tabaa, J. Delage, A. Sanosyan, A.L. Gagez, E. Tuaillon, G. Cartron, D. Mariano Goulart
      Introduction Le virus Epstein-Barr (EBV) est associé aux néoplasies, notamment les hémopathies malignes incluant les lymphomes B diffus à grandes cellules (LBDGC). Le volume de tumeur métabolique total initial (T-MTV0) a été proposé comme facteur pronostique dans ce sous-type de lymphome. Nous avons testé l’association entre l’ADN EBV libre circulant dans le plasma et la charge tumorale métabolique dans LBDGC. Méthodes Une étude rétrospective a été réalisée et a inclus des patients LBDGC diagnostiqués entre janvier 2012 et juillet 2015 dans le centre hospitalo-universitaire de Montpellier. La charge ADN-EBV libre circulante a été évaluée en utilisant une technique interne de PCR quantitative sur la région BamW1. Le T-MTV0 a été mesuré en utilisant un seuil fixe de 41 % de la SUVmax. Les caractéristiques des patients, le T-MTV0, l’ADN-EBV libre circulant, la survie sans progression et la survie globale ont été comparés. Résultats Quarante-sept patients diagnostiqués LBDGC non traités ont été inclus. La médiane de suivi était de 22,2 mois (0,8–43,6 mois). Sept patients (14,9 %) étaient EBV positifs. Le T-MTV0 s’étalait de 8 à 830 cm3 (médiane : 171 cm3). Une valeur de T-MTV0 de 206 cm3 et la présence EBV étaient prédictives de la survie sans progression et de la survie globale (p < 0,001 et p< 0,001, respectivement). De plus, l’analyse multivariée a identifié le T-MTV0 (p= 0,0342 ; HR : 18,72 ; 95 %IC : 1,2–281,8) et le statut EBV positif (P= 0,018 ; HR : 17,89 ; 95 %IC : 1,6–195,3) comme facteurs de pronostic péjoratif de la survie globale. Conclusions L’association T-MTV0 élevé et statut EBV positif influencent la survie des patients DLBCL nouvellement diagnostiqués, proposant des axes de recherche dans le développement de nouvelles stratégies de traitement.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.023
       
  • Le volume métabolique initial influence l’exposition au rituximab et la
           survie dans les lymphomes B diffus à grandes cellules
    • Authors: Y. Al Tabaa; M. Tout; O. Casasnovas; T. Lamy; F. Morschhauser; G. Salles; E. Gyan; D. Ternant; G. Cartron; M. Meignan
      First page: 144
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): Y. Al Tabaa, M. Tout, O. Casasnovas, T. Lamy, F. Morschhauser, G. Salles, E. Gyan, D. Ternant, G. Cartron, M. Meignan
      Introduction Le rituximab (MabThera®, Rituxan®) en association avec une chimiothérapie (CHOP ou ACVBP) a amélioré la survie dans les lymphomes B diffus à grandes cellules (LBDGC). Cependant, le pronostic reste mauvais chez les patients réfractaires ou en rechute précoce. Un modèle murin a montré que la charge tumorale pourrait affecter l’exposition au rituximab et son efficacité. Le but de cette étude était d’évaluer l’influence du volume métabolique tumoral total initial (T-MTV0) évalué par la TEP au 18-FDG et la pharmacocinétique du rituximab (PK) dans les LBDGC. Méthodes Une étude rétrospective a été réalisée, issue de deux études prospectives multicentriques (GOELAMS 0203 et GELA 073B). Les données T-MTV0 (seuil fixe de 41 % de la SUVmax) et pharmacocinétiques du rituximab (AUC) étaient disponibles pour 108 patients LBDGC qui ont reçu quatre injections de rituximab (375mg/m2), associées à la chimiothérapie tous les 14jours (CHOP-14 or ACVBP-14). La réponse métabolique a été évaluée après C4 selon des critères IHP. L’association T-MTV0 et exposition au rituximab (AUC) avec la réponse métabolique, la survie sans progression et la survie globale ont été évaluées. Résultats Les patients en stade localisé (n= 19) ont été inclus à partir de l’essai GOELAMS 0203, les patients en stade disséminé (n= 89) à partir de l’essai GELA 073B. La médiane du TMTV0 était de 313 cm3 (0,8–4339 cm3). La réponse métabolique complète après C4 était de 50,5 %. L’exposition au rituximab diminuait lorsque le TMTV0 augmentait (R2=0,41 ; p< 0,0001). Les patients ayant une exposition au rituximab à la première cure (AUC1) supérieure à 9600mg·h/L (n= 48 ; 44 %) avaient une meilleure réponse (OR=1,65 ; p= 0,0006), PFS (87 % vs 62 % ; HR=0,33, p= 0,025) et OS (96 % vs. 72 % ; HR=0,066, p <0,001). Par ailleurs, la dose standard de 375mg/m2 serait appropriée pour des patients avec un TMTV0 de 216 cm3. Conclusions Le TMTV0 influence significativement l’exposition au rituximab qui prédit la réponse et la survie dans les LBDGC traités par immunochimiothérapie, donnant des perspectives intéressantes dans l’évaluation de l’individualisation de dose en fonction du volume métabolique initial mesuré en TEP au 18-FDG.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.024
       
  • Intérêt de la TEP/TDM au 18FDG pour le bilan initial des lymphomes
           cérébraux : étude bi-centrique sur 80 patients
    • Authors: M. Bertaux; M.O. Habert; G. Bera; L. Rozenblum; B. Sgard; N. Yeni; C. Houiller; V. Edeline; C. Soussain; A. Kas
      Pages: 144 - 145
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): M. Bertaux, M.O. Habert, G. Bera, L. Rozenblum, B. Sgard, N. Yeni, C. Houiller, V. Edeline, C. Soussain, A. Kas
      Introduction Le diagnostic du lymphome cérébral primitif repose généralement sur la biopsie cérébrale et un bilan d’extension visant notamment à vérifier l’absence d’atteinte systémique concomitante. Celui-ci comprend classiquement une TDM thoraco-abdomino-pelvienne et une biopsie-ostéo-médullaire. Jusqu’à ce jour, seule une étude rétrospective d’effectif moyen a évalué l’utilisation de la TEP/TDM au 18FDG dans ce contexte et montrait l’intérêt de la méthode via la découverte de lésions occultes au bilan conventionnel. Méthode Entre 2008 et 2016, 80 patients (âge moyen 62±11 ans ; 42 hommes) ont été vus en TEP/TDM avant chimiothérapie dans ce contexte à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et au centre René-Huguenin (institut Curie). L’analyse histologique des lésions cérébrales retrouvait un lymphome B diffus à grandes cellules dans 96 % des cas. Les acquisitions étaient réalisées après injection de 4–5 MBq/kg de 18FDG (Gemini XLS Philips et Discovery 690 GE Healthcare). Les TEP/TDM étaient interprétées visuellement et de manière semi-quantitative au niveau cérébral et systémique. La survie sans évènement était calculée de la date de la biopsie cérébrale jusqu’à la date de progression ou de décès. Le suivi moyen était de 509jours. Résultats Six patients (7,5 %) ont été finalement considérés comme atteints de manière concomitante aux niveaux cérébral et systémique. Dans la moitié des cas, les lésions systémiques n’étaient visibles qu’en TEP/TDM et c’était notamment le cas de deux patients avec une atteinte ostéo-médullaire multifocale. Ceci a conduit à un changement thérapeutique chez 4 patients. Au niveau cérébral, la plupart des lésions étaient fortement hypermétaboliques (SUVmax 20,8±7,6 ; ratio au cortex controlatéral 2,7±0,9). Au moins une lésion était visible chez tous les patients qui n’étaient pas traités par plus d’une semaine de corticoïdes. La quantification du SUVmax au niveau cérébral n’avait pas de valeur pronostique en soi, mais l’absence de foyer pathologique était associée à un taux plus important de réponse complète et à une meilleure survie sans évènement en analyses uni- et multivariées. Conclusion La TEP/TDM au 18FDG est un moyen efficace de faire le bilan d’extension systémique des suspicions de lymphome cérébral primitif. Il permet la détection de lésions systémiques occultes au bilan conventionnel, ce qui implique généralement un changement de stratégie thérapeutique.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.025
       
  • Détection de l’infiltration médullaire sur la TEP FDG
           pré-thérapeutique des lymphomes folliculaires : analyse de 3 études
           prospectives
    • Authors: B. Emsen; A.S. Cottereau; A. Versari; L. Chartier; R.O. Casasnovas; M. Federico; E. Itti; J. Trotman; S. Luminari; M. Meignan
      First page: 145
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): B. Emsen, A.S. Cottereau, A. Versari, L. Chartier, R.O. Casasnovas, M. Federico, E. Itti, J. Trotman, S. Luminari, M. Meignan
      Introduction La TEP FDG remplace la biopsie osseuse dans la détection de l’infiltration médullaire (IM) dans le lymphome de Hodgkin et la majorité des lymphomes B diffus à grandes cellules, mais son rôle dans le lymphome folliculaire (LF) n’est pas établi. L’objectif est de déterminer à l’aide d’analyses visuelle et quantitative chez des patients atteints d’un LF de forte masse tumorale si la TEP FDG pré-thérapeutique détecte l’IM et quelle en est la valeur pronostique. Méthodes Cent soixante-huit TEP pré-traitement ont été rétrospectivement analysées (études PRIMA, PET-FL et FOLL05 du LYSA et de la FIL). Le suivi médian était de 64 mois. En analyse visuelle, le diagnostic d’IM (TEP+v) était défini par au moins un foyer hypermétabolique ; les patients étaient classés en 3 groupes : un foyer, 2 à 6 foyers et>6 foyers. Le SUVmax des foyers était mesuré. Pour l’analyse quantitative, le SUVmax de 8 pièces osseuses était systématiquement mesuré (T5, L4, L5, deux ailes iliaques, deux fémurs, sternum) et le rapport entre ces SUVmax et le SUVmax du foie calculé. Le diagnostic d’IM était défini (TEP+q) si le rapport était >1. Les résultats des biopsies de moelle étaient disponibles pour 159 patients. Résultats Soixante-deux patients présentaient des lésions focales : 17 avaient une seule lésion, 11≤ à 6 lésions et 34>6 lésions. Parmi les 87 patients positifs à la biopsie, seulement 31 étaient TEP+v, mais 31 patients étaient TEP +v avec biopsies négatives. Une biopsie positive prédisait une faible SSP (survie sans progression) 46,8 %, vs. 69,4 % p = 0,02 mais n’influençait pas la SG (Survie globale) (p =0,19). L’existence de lésions focales (TEP+v) n’avait pas de valeur pronostique (p= 0,12 pour la SSP et 0,61 pour la SG), et ce quel que soit le nombre de lésions. Combinée à la biopsie, la TEP stratifie mieux le risque, en identifiant 3 groupes ayant des pronostics significativement différents : ceux avec TEP-v et biopsie négatives, ceux avec une TEP+v ou une biopsie positive et ceux ayant les deux examens positifs ; respectivement, la SSP était de 72,6 %, 53 % et 38,5 % (p =0,03). L’approche quantitative n’améliore pas la prédiction du risque des patients avec un pronostic similaire à l’analyse visuelle. Conclusion La TEP FDG ne remplace pas la biopsie dans le FL. Cependant, le risque de progression augmente avec la présence de lésion focale chez les patients ayant une biopsie négative.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.026
       
  • Intérêt pronostique de la TEP/TDM au FDG pré-thérapeutique chez des
           patients atteints d’un lymphome de Hodgkin faisant partie du bras
           standard du protocole H10
    • Authors: A.S. Cottereau; A. Versari; M. Andre; M. Federico; V. Edeline; M. Hutchings; O. Casasnovas; F. Montravers; J.N. Talbot; M. Meignan
      Pages: 145 - 146
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): A.S. Cottereau, A. Versari, M. Andre, M. Federico, V. Edeline, M. Hutchings, O. Casasnovas, F. Montravers, J.N. Talbot, M. Meignan
      Objectifs Les paramètres quantitatifs mesurés sur la TEP/TDM au FDG pré-thérapeutique sont des facteurs pronostiques précoces supérieurs aux indices cliniques dans différents types de lymphomes de stade avancé. L’objectif de cette étude était d’analyser leur intérêt chez des patients atteints d’un lymphome de Hodgkin (LH) de stade localisé inclus dans le bras standard du protocole européen H10 par des centres LYSA (Lymphoma Study Association). Matériels et méthodes Critères d’inclusion : patients du bras standard de l’essai H10 (traitement par 4 cures d’ABVD suivies par radiothérapie), groupe défavorable (au moins un des critères : âge>50 ans, ≥4 aires ganglionnaires atteintes, rapport médiastino-thoracique (M/T) ≥0,35, vitesse de sédimentation VS≥50 ou VS≥30 avec symptômes B) ; TEP/TDM initiale avec données disponibles pour le calcul du SUVmax. Le volume métabolique tumoral total (TMTV) calculé avec un seuil fixe à 41 % du SUVmax des lésions ganglionnaires, l’indice de glycolyse totale (TLG) et le SUVmax ont été mesurés. Les courbes de survie sans progression (SSP) et de survie globale (SG) ont été calculées par méthode de Kaplan Meier, en fonction du TMTV ou du TLG, avec les seuils obtenus par analyse ROC. Résultats Cent cinquante et un patients (âge médian : 31 ans) ont été inclus : 32 % avaient une VS ≥30 avec symptômes B, 50 % une VS ≥50 sans symptômes B, 37 % un rapport M/T ≥0,35. Le SUVmax, le TMTV et le TLG médians (extrêmes) étaient de 10,9 (1,6–26,6), 86cm3 (3–678) et 419 (8–2775). La SSP et la SG à 5 ans étaient de 83 % et 92 %. Le paramètre le plus significatif pour prédire la SSP et la SG était le TLG (p = 0,0001 HR=5,6 ; p= 0,005, HR=6,7). Les patients avec un TLG élevé (>480) avaient une SSP et une SG à 5 ans de 72 % et 83 % contre 93 % et 98 % pour les patients avec un TLG inférieur. Le TMTV, avec un seuil de 145cm3, était aussi très prédictif de la SSP (p = 0,0001 HR=4,3) et de la SG (p = 0,033, HR=4,7). Un SUVmax élevé (>14) était associé à une SSP plus courte mais de façon moins significative (p = 0,03) et sans impact sur la SG (p = 0,4). Le rapport M/T, la VS>50 ou l’atteinte d’au moins 4 aires ganglionnaires n’étaient pas prédictifs de la SSP. Conclusions Le TLG et le TMTV mesurés sur la TEP/TDM pré-thérapeutique dans le LH de stade localisé sont prédictifs de la SG et de la SPP et pourraient permettre de détecter les patients à risque lors du diagnostic.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.027
       
  • Valeur de la TEP au FDG et de l’IRM cardiaque pour le diagnostic et le
           suivi thérapeutique de la sarcoïdose cardiaque
    • Authors: B. Sgard; S. Djelbani; G. Pop; D. Valeyre; M. Soussan
      First page: 147
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): B. Sgard, S. Djelbani, G. Pop, D. Valeyre, M. Soussan
      Introduction Il n’y a actuellement pas de recommandation consensuelle sur l’utilisation de la TEP au FDG au cours de l’exploration des atteintes cardiaques de la sarcoïdose. Du fait des difficultés logistiques des régimes sans glucides et du risque de faux positifs en TEP, nous avons ré-évalué les résultats de la TEP en comparaison avec ceux de l’IRM cardiaque au cours du diagnostic et du suivi thérapeutique de patients atteints de sarcoïdose. Matériels et méthodes Nous avons conduit une étude rétrospective monocentrique incluant 80 patients atteints de sarcoïdose prouvée histologiquement et présentant une suspicion d’atteinte cardiaque. La TEP et l’IRM étaient réalisées chez tous les patients dans un délai de moins de 2 mois d’intervalle. La TEP était réalisée après un régime pauvre en glucides et riche en lipides, la veille et le matin de l’examen, suivi d’un jeûne de 4heures. L’IRM était considérée comme positive s’il y avait un rehaussement tardif, non localisé en sous-endocardique, linéaire ou nodulaire. La TEP était considérée comme positive s’il y avait un hypermétabolisme focal ou multifocal et comme faux positif si la fixation était circonférentielle basale, diffuse±sur la paroi latérale, ou sur les piliers de la valve mitrale. Le suivi sous traitement était disponible chez 63 % (50/80) des patients, classés en répondeurs ou non sur le plan clinique et sur l’imagerie. Résultats Parmi les patients, 42,5 % (34/80) avaient une IRM positive et 14 % une TEP positive (n =11/80). Quatre-vingt-deux pour cent (n =9/11) des patients avec une TEP positive avaient aussi une IRM positive, avec une bonne concordance spatiale des lésions myocardiques (kappa=0,79 ; IC 95 % (0,65–0,94)). Vingt-sept pour cent des patients (n =22/80) présentaient un aspect de fixation résiduelle myocardique, sans différence significative de SUVmax avec les fixations pathologiques (p =0,92). Chez les patients avec une TEP initiale positive, il y avait une tendance à une meilleure réponse clinique en comparaison avec ceux ayant une TEP initiale négative (80 % n =8/10 vs 47 % n =19/40, p =0,07), ce qui n’était pas le cas avec les résultats de l’IRM initiale (p =0,48). Conclusion Une analyse visuelle en TEP permet d’identifier des lésions inflammatoires cardiaques de sarcoïdose, avec une bonne concordance spatiale des anomalies en IRM. Le risque de faux positifs en TEP semble positionner celle-ci en seconde intention en cas d’IRM positive. La TEP au FDG apparaît aussi comme un examen sensible pour l’évaluation sous traitement.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.029
       
  • Étude prospective comparant la scintigraphie aux leucocytes radiomarqués
           et la TEP au 18F-FDG chez des patients suspects d’infection de prothèse
           vasculaire
    • Authors: J.B. Pinaquy; M. Puges; C. Cazenave; S. Pereyre; L. Stecken; J.B. Ruiz; F. Debordeaux; L. Bordenave; X. Berard
      First page: 147
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): J.B. Pinaquy, M. Puges, C. Cazenave, S. Pereyre, L. Stecken, J.B. Ruiz, F. Debordeaux, L. Bordenave, X. Berard
      Introduction Les infections de prothèses vasculaires (IPV) sont associées à des taux de mortalité élevés. Le diagnostic est souvent difficile, surtout dans les infections latentes. Pour améliorer le résultat du traitement médical et chirurgical, un diagnostic précoce et précis est primordial et les critères de diagnostic réels sont souvent insuffisants. Si la tomographie par émission de positons marquée 18F-fludéoxyglucose (TEP) et la scintigraphie aux leucocytes radiomarqués (SLM) ont de bonnes performances dans cette indication, une seule étude et sur une petite série de patients a, à ce jour, comparé les deux examens. Notre étude a pour but de comparer de façon prospective, sur une plus large série de patient, les performances de la TEP et de la SLM pour le diagnostic d’IPV. Matériel et méthodes Étude prospective monocentrique incluant des patients bénéficiant d’une SLM et d’une TEP pour suspicion d’IPV entre avril 2013 et juin 2016 au CHU de Bordeaux. Ont été exclues les prothèses aortiques thoraciques. Le diagnostic d’IPV a été confirmé ou non en accord avec les critères de Fitzgerald à la fin du suivi. La précision des deux examens a été comparée pour chacune des 93 prothèses. Résultats Trente-quatre patients ont été inclus, 14 avaient une PVGI. Dix-huit des 93 prothèses analysées étaient infectées. La sensibilité, spécificité, VPP, VPN et exactitude étaient, respectivement, pour la scintigraphie de 94,4 %, 92 %, 73,9 %, 98,6 %, 92,5 % et pour la TEP de 94,4 %, 85,3 %, 60,7 %, 98,5 %, 87,1 %. Il n’y pas de différence significative (p =0,33). Le SUV max moyen était de 6,2 (4,9–9,1) pour les prothèses infectées et 3,7 (2,1–5,2) pour les prothèses non infectées. L’accord entre observateurs (1 senior et 1 junior) était excellent pour les deux examens (kappa=0,90 et 0,97). Conclusion Cette étude a mis en évidence d’excellentes performances diagnostiques de la TEP et de la SLM pour le diagnostic d’IPV avec un excellent accord inter observateur. Il n’est pas retrouvé dans cette étude comparative de différence significative. L’antibiothérapie ne semble pas influencer les performances de ces deux examens.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.030
       
  • Excellentes performances diagnostiques de la TEP au 82Rubidium pour la
           détection de la maladie coronaire chez les hommes en surpoids et les
           femmes
    • Authors: F. Hyafil; R. Chequer; E. Sorbets; F. Rouzet; H. Regaieg; M. Milliner; S. Leygnac; R. Ben Azzouna; P. Marie; D. Le Guludec
      First page: 148
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): F. Hyafil, R. Chequer, E. Sorbets, F. Rouzet, H. Regaieg, M. Milliner, S. Leygnac, R. Ben Azzouna, P. Marie, D. Le Guludec
      Introduction Les patients obèses et les femmes représentent un nombre croissant de patients adressés pour le dépistage de la maladie coronaire. Les performances diagnostiques des tests actuels sont, cependant, moins bonnes dans ces deux populations. Les gamma caméras cadmium-zinc-telluride (CZT) et les acquisitions TEP en mode 3D, du fait de leur plus grande sensibilité, permettent une nette augmentation du nombre de coups en provenance du myocarde, ce qui se traduit par un signal plus important en scintigraphie myocardique de perfusion et la possibilité de réduire les doses de radiopharmaceutiques injectées aux patients. Objectif L’objectif de cette étude était de comparer les performances diagnostiques et l’exposition aux rayonnements de la TEP myocardique de perfusion avec injection de 82Rubidium(Rb) et de la scintigraphie mono-photonique (SPECT) acquise avec des caméras CZT après injection de traceurs de perfusion technétiés (Tc) pour la détection de la maladie coronaire dans une population d’hommes en surpoids et de femmes. Méthodes Les hommes avec un IMC≥25 et les femmes avec une prévalence pré-test intermédiaire de maladie coronaire, adressés pour une scintigraphie myocarde de dépistage pouvaient être inclus dans l’étude. Tous les patients ont été imagés en Tc-SPECT et en TEP-Rb. Les patients avec au moins un examen scintigraphique classé comme anormal étaient évalués par une coronarographie. Les patients ont été classés comme positifs pour la présence d’une ischémie myocardique en présence d’une sténose coronaire significative (≥90 %, ou ≥50 % avec FFR ≤0,8) dans au moins un territoire artériel sur la coronarographie ou, en l’absence de coronarographie, la survenue d’un événement cardio-vasculaire durant l’année suivante. Résultats Un total de 311 patients (143 femmes) avec un BMI moyen de 31,8±6,5 a été inclus. La sensibilité pour la détection de la maladie coronaire était supérieure avec la TEP-Rb en comparaison avec la SPECT-Tc (82,6 % vs. 58,2 %, p <0,05) et la spécificité était élevée et similaire avec les deux techniques d’imagerie (92,6 % vs. 93,8 %, p =ns). La TEP-Rb était associée à un niveau plus faible d’exposition aux rayonnements que la SPECT-Tc (dose efficace : 4,1±1,4 mSv vs. 10,0±3,3 mSv, respectivement ; p <0,001). Conclusions Chez les femmes et les patients en surpoids, la TEP-Rb offre de meilleures performances diagnostiques pour la détection de la maladie coronaire et une exposition plus faible aux rayonnements.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.031
       
  • Discordance entre une épreuve d’effort pathologique et une
           scintigraphie myocardique sans ischémie dans le diagnostic et le suivi de
           la maladie coronaire
    • Authors: R.D. Seban; B. Songy; M. Guernou; D. Hivoux; D. Lussato; M. Queneau; G. Bonardel
      First page: 148
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): R.D. Seban, B. Songy, M. Guernou, D. Hivoux, D. Lussato, M. Queneau, G. Bonardel
      Introduction La scintigraphie myocardique d’effort (SME) est recommandée dans le diagnostic et le suivi de la maladie coronaire. Les discordances entre l’électrocardiogramme d’effort (EE) et la scintigraphie sont relativement nombreuses (∼ 20 %), du fait des moindres sensibilité et spécificité de l’EE. Les discordances entre une épreuve d’effort pathologique et une scintigraphie sans ischémie qui résistent à l’analyse intégrative clinico-électro-scintigraphique sont rares (discordances « vraies ») et leur analyse constitue l’objet de cette étude. Matériel et méthodes Cette étude rétrospective a analysé les SME réalisées dans notre service entre mai 2010 et octobre 2016. Elles comportaient une épreuve d’effort sur tapis ou bicyclette ergométrique, l’injection du radio-traceur, une acquisition scintigraphique immédiate avec une caméra à semi-conducteur CZT et une image de repos en cas d’anomalie initiale. Nous avons retenu comme discordances « vraies » les discordances persistant après relecture et confrontation par deux cardiologues et deux médecins nucléaires. Nous avons recueilli les antécédents, les résultats de coroscanner ou coronarographie réalisés dans les 3 mois, retenu les sténoses>70 % ou avec FFR (fractional flow reserve)<0,8 et noté les revascularisations effectuées. Résultats Parmi les 30 620 SME, 270 discordances vraies ont été retenues. Nous disposons du coroscanner ou de la coronarographie dans 138 cas (51 %), incluant 60 patients sans maladie coronaire connue (groupe S) et 78 avec maladie coronaire connue (groupeC). Dans le groupe S, les artères coronaires étaient normales ou athéromateuses sans sténose serrée dans 29 cas (48 %). Il existait des sténoses serrées chez 31 patients (52 %), traitées par angioplastie dans 22 cas (71 %) et pontage dans 6 cas (19 %). Dans le groupe C, il n’y avait pas de sténose significative dans 35 cas (45 %) et des lésions serrées dans 43 cas (55 %). Nous avons noté de nouvelles lésions (91 %), des resténoses intra-stents (12 % des patients précédemment traités par angioplastie) et 3 occlusions de pontage (20 % des patients précédemment pontés), traitées par angioplastie (81 %), pontage (14 %) ou traitement médical renforcé (5 %). Conclusion Les cas de discordance vraie ne représentent que 1 % des SME. Il n’y avait pas de lésion coronaire significative dans la moitié des cas. Chez les patients coronariens, il s’agissait rarement de re-sténoses mais plutôt de néo-lésions.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.032
       
  • Assessment of cardiac amyloidosis by using 18f-sodium fluoride PET/MR
           imaging
    • Authors: R. Abgral; M. Trivieri; M. Dweck; P. Robson; N. Karakatsanis; R. Gopalan; P. Gorevic; V. Fuster; J. Narula; Z. Fayad
      Pages: 148 - 149
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): R. Abgral, M. Trivieri, M. Dweck, P. Robson, N. Karakatsanis, R. Gopalan, P. Gorevic, V. Fuster, J. Narula, Z. Fayad
      Purpose Cardiac amyloidosis exists in two predominant forms called acquired monoclonal immunoglobulin light-chain (AL) and transthyretin-related (ATTR). Their differentiation is a real diagnostic challenge for treatment management and prognosis of patient. Magnetic resonance (MR) imaging is increasingly used to aid in the diagnosis of cardiac amyloidosis on the basis of characteristic appearances on late Gadolinium enhancement (LGE) but cannot distinguish ATTR and Al forms. Several series have showed that scintigraphy using bone 99mTc-bisphosphonate tracers preferentially bind ATTR versus AL myocardial deposit. Our aim was to use 18F-Sodium Fluoride (18F-NaF) positron emission tomography (PET) bone tracer in hybrid PET/MR imaging to aid in both the diagnosis of cardiac amyloidosis and differentiation of ATTR and AL forms within a single scan. Methods Consecutive patients with biopsy-proven ATTR or AL cardiac amyloidosis and as many healthy control subjects were included. All patients underwent simultaneous PET/MR (BiographTM mMR, Siemens) scans after IV injection of 370MBq of 18F-NaF. The selected data were reconstructed using a 3D breath-hold Dixon MR attenuation correction map. MR protocol included LGE sequences, pre- and post-contrast T1 mapping. Maximal target-to-background ratio (TBRmax) was recorded, defined as maximal myocardial FDG uptake (SUVmax) corrected for mean right atrium blood pool activity. Mean TBRmax in ATTR, AL and controls were compared using a Student t-test. The institutional review board approved the study and all patients gave written informed consent. Results Eighteen patients (61.3±10.5 yo, 12M/6F) were prospectively recruited (6 ATTR, 3 AL and 9 controls). All amyloid patients had characteristic LGE appearances. Mean TBRmax were respectively 1.29±0.31, 0.77±0.06 and 0.68±0.03 in ATTR, AL and control subjects. Mean TBRmax was significantly higher in ATTR than in AL patients (P =0.028) and in controls (P =0.0001). Mean TBRmax was significantly higher in AL patients than in controls (P =0.046). A TBRmax threshold of 0.85 appeared to differentiate all patients as having ATTR amyloidosis. There was no significant difference in terms of pre-contrast (P =0.48) and post-contrast T1 mapping (P =0.57) between ATTR and AL patients. Conclusion These results showed the potential of 18F-NaF PET/MR to diagnose cardiac amyloidosis and to differentiate ATTR and AL forms, confirming our preliminary published results (Trivieri et al. JACC 2016)

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.033
       
  • Comparaison du TEP au FDG et de l’angioscanner aortique pour la
           détection d’aortite au cours de la maladie de Horton
    • Authors: M. Soussan; M. Hommada; S. Djelbani; S. Abad; C. Larroche; R. Dhote; O. Fain; A. Mekinian
      First page: 149
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): M. Soussan, M. Hommada, S. Djelbani, S. Abad, C. Larroche, R. Dhote, O. Fain, A. Mekinian
      Introduction La fréquence de l’aortite au cours de la maladie de Horton (MH) est variable selon sa définition (histologique, radiologique ou clinique) et les techniques évaluées : inflammation pariétale, épaississement, anomalie structurale. Sa fréquence en TEP FDG est comprise entre 51 et 100 % selon les études, qui utilisent des critères diagnostiques très différents et sans comparaison avec l’angioscanner, méthode de référence. L’objectif de ce travail est la comparaison des résultats du TEP FDG et de l’angioscanner au cours de la MH. Patients et méthodes Cinquante-deux patients avec une MH (critères ACR>3) ont été inclus, avec un TEP FDG (Philips Gemini TOF, 60min post IV, 3 MBq/kg, ∼ 2min/pas) et un angioscanner aortique chez 31/52 patients, dans un intervalle<1 mois par rapport au TEP et sans mise en route de traitement dans l’intervalle. Une fixation vasculaire était pathologique si l’intensité était>foie sur au moins un segment, avec un aspect circonférentiel et, en angioscanner, un épaississement circonférentiel>3mm, et étendu. La concordance entre le TEP et l’angioscanner a été évaluée par un test kappa de Cohen. Un groupe contrôle de patients appariés sur le sexe, âge et tabagisme était constitué (n =27). Résultats Au diagnostic de MH (n =35), la TEP était positive sur l’aorte et/ou ses branches dans 14/35 (40 %) avec des fixations évocatrices de pseudopolyarthrite rhizomélique dans 15/35 (43 %). Au moment de la rechute (n =17), la TEP était positive sur l’aorte (2/17), l’aorte et les articulations (2/17) et les articulations seules (2/17). La comparaison avec le groupe contrôle montrait une spécificité de 100 % pour l’analyse visuelle, alors qu’un chevauchement des valeurs de SUVmax existait entre les MH et contrôles. Au bilan initial, on ne notait aucune discordance entre TEP et TDM pour le diagnostic d’aortite, et l’analyse par segment montrait de bonnes concordances (kappa entre 0,64 et 1). Deux discordances TEP vs. TDM (2/9) étaient observées au moment de la rechute, chez des patients classés TDM positif et TEP négative, et sous traitement par corticoïdes. Conclusion La fréquence de l’aortite chez les patients avec MH est d’environ 40 % en utilisant le TEP FDG, avec une excellente concordance avec l’angioscanner. L’analyse visuelle offre une excellente spécificité. Au cours des rechutes, la sensibilité de la TEP est possiblement abaissée du fait du traitement mais la TEP a aussi la capacité de détecter une activité articulaire.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.034
       
  • Impact of cardiac 99mTc-HMDP uptake on myocardial function and left
           ventricular filling pressure in patients with transthyretin amyloidosis
    • Authors: P. Pascal; S. Pradel; S. Brun; G. Victor; I. Berry
      First page: 149
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): P. Pascal, S. Pradel, S. Brun, G. Victor, I. Berry
      Background Pathophysiology of 99mTc-labeled phosphate agents cardiac uptake by scintigraphy in transthyretin-related (TTR) amyloidosis remains unclear. The impact of cardiac uptake on cardiac function is unknown. The aim of this study was to explore the pattern of 99mTc-labeled phosphate agents cardiac uptake by scintigraphy and its impact on left ventricular (LV) functions assessed by echocardiography. Methods Fifty patients with TTR cardiac amyloidosis underwent 99mTc- hydroxymethylene-diphosphonate (99mTc-HMDP) scintigraphy and echocardiography with measure of LV morphology, longitudinal strain (LS), systolic and diastolic functions. Cardiac retention by scintigraphy was assessed by visual scoring and the heart/whole body (H/B) ratio was calculated by dividing counts in the heart by counts in late whole body images. Results The mean population age was 79±10 years. Most of the patients (88%) were male. Visual score was 2 and 3 for 6 (12%) and 44 (88%) patients, respectively. Mean H/WB ratio was 12±7. Mean LV ejection fraction and global LS were 51±10% and -10±3%, respectively. H/WB ratio was correlated with global LS (R =0.408, P =0.003), Ea (R =-0.566, P <0.001) and mean left ventricular wall thickness (R =0.476, P <0.001) but not with LV ejection fraction (R =-0.109, P =0.453). Segmental myocardial uptake normalized by H/WB ratio was correlated with segmental LS (n =850 segments, R =0.162, P <0.001). H/WB ratio was not correlated with NT-proBNP levels (R =0.219, P =0.148) neither E/Ea ratio (R =0.204, P =0.184). Conclusion In patients with TTR cardiac amyloidosis, myocardial uptake by 99mTc-HMDP scintigraphy is correlated with decrease of myocardial LS.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.035
       
  • La mutation de l’IDH est associée à une plus forte augmentation du
           métabolisme TEP-18FDOPA dans les gliomes diffus de grade II et III
    • Authors: A. Verger; P. Metellus; Q. Sala; C. Colin; D. Taïeb; O. Chinot; D. Figarella Branger; E. Guedj
      First page: 150
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): A. Verger, P. Metellus, Q. Sala, C. Colin, D. Taïeb, O. Chinot, D. Figarella Branger, E. Guedj
      Introduction L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment mis à jour la classification des tumeurs du Système Nerveux Central (SNC) en intégrant des paramètres moléculaires diagnostiques et pronostiques, en particulier la mutation de l’IDH en tant que facteur de bon pronostic. La Tomographie par Émission de Positons (TEP) aux acides aminés est de plus en plus utilisée dans la prise en charge des gliomes, avec toutefois une valeur pronostique qui reste débattue. Cette étude vise à évaluer la relation entre la mutation de l’IDH et la fixation en TEP à la 18F-FDopa dans les gliomes diffus de grade II et III nouvellement diagnostiqués. Matériels et méthodes Quarante-trois patients présentant des tumeurs astrocytaires et oligo-dendrogliales diffuses de grade II et III et reclassées selon la classification 2016 des tumeurs du SNC de l’OMS ont été inclus rétrospectivement. Ils avaient tous bénéficié d’une TEP à la 18F-FDopa au diagnostic initial, avant la chirurgie et le diagnostic histologique. Les valeurs de fixation de la 18F-FDopa ont été comparées entre les patients avec et sans mutation de l’IDH en utilisant le TBR (Tumor Background Ratio) max de T/N (tumeur/cerveau controlatéral normal) et T/S (tumeur/striatum). Résultats Une hyperfixation en TEP à la 18F-FDopa était retrouvée chez les patients avec une mutation de l’IDH comparativement aux patients sans mutation de l’IDH (p <0,05) avec des valeurs respectives de TBRmax T/N (1,6 vs 1,2) et T/S (0,9 vs 0,6). Conclusion Cette étude révèle une augmentation paradoxale de la fixation de la 18F-FDopa dans les gliomes diffus de grade II et III avec mutation de l’IDH, considérés pourtant de meilleur pronostic. Malgré un intérêt évident dans la prise en charge des gliomes, surtout pour l’évaluation post-thérapeutique, le niveau d’intensité de fixation en TEP à la 18F-FDopa ne semble donc pas pouvoir être considéré comme un marqueur pronostique. Cet hypermétabolisme accru chez les patients présentant une mutation de l’IDH pourrait être lié à des différences dans la captation des acides aminés, leur métabolisme ou la différenciation cellulaire.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.037
       
  • Apport de l’imagerie TEP pour l’étude et de la
           neuropharmacocinétique de l’erlotinib et l’évaluation de stratégies
           d’optimisation de sa distribution cérébrale
    • Authors: N. Tournier; S. Goutal; S. Auvity; A. Traxl; S. Mairinger; T. Wanek; I. Buvat; M. Soussan; F. Caillé; O. Langer
      First page: 150
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): N. Tournier, S. Goutal, S. Auvity, A. Traxl, S. Mairinger, T. Wanek, I. Buvat, M. Soussan, F. Caillé, O. Langer
      Introduction Les métastases cérébrales du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) présentent une réponse insuffisante au traitement par erlotinib (Tarceva®) et restent une cause importante de mortalité. Cela pourrait notamment s’expliquer par l’activité de la P-glycoprotéine (P-gp, ABCB1) et de la Breast Cancer Resistance Protein (BCRP, ABCG2), deux transporteurs d’efflux qui limitent le passage cérébral de la plupart des inhibiteurs de tyrosine kinase au travers de la barrière hémato-encéphalique (BHE). Il est difficile de prédire l’impact de ces transporteurs sur l’exposition cérébrale de l’erlotinib, compte tenu d’importantes différences d’expression P-gp/BCRP entre rongeurs et humains. Matériel et méthode La cinétique cérébrale de l’erlotinib a été mesurée par imagerie dynamique TEP au [11C]erlotinib chez le babouin. La distribution basale (n =4) a été comparée à celles obtenues lors d’une perfusion i.v continue (i) d’élacridar, un puissant inhibiteur P-gp/BCRP (n =3 ; 12mg/kg/h) ou (ii) d’une forte dose d’erlotinib (10mg/kg/h ; n =4). Au cours des acquisitions, la cinétique plasmatique du [11C]erlotinib (radio-HPLC) ainsi que celles de l’erlotinib ou de l’élacridar (HPLC-UV) ont été mesurées. La modélisation pharmacocinétique a permis d’estimer le volume de distribution du [11C]erlotinib (VT, mL·cm−3), qui correspond au rapport tissu/plasma à l’équilibre. Résultats La distribution cérébrale du [11C]erlotinib (VT=0,22±0,015mL·cm−3) a été significativement augmentée (VT=0,81±0,21mL·cm−3 ; p <0,01 ; ANOVA puis test de Tukey) en présence d’élacridar (C=10μg·mL−1 ; 16,6μM). De fortes concentrations d’erlotinib (C=6,9μg·mL−1 ; 16,0μM) ont également permis, mais dans une moindre mesure, d’augmenter significativement la distribution cérébrale du [11C]erlotinib (VT=0,38±0,033mL·cm−3, p <0,05). Conclusion L’imagerie TEP a permis de montrer l’influence déterminante des transporteurs d’efflux sur la distribution cérébrale de l’erlotinib chez le primate, dont le niveau d’expression P-gp/BCRP est proche de celui de l’Homme. Une saturation partielle de l’efflux peut être obtenue à des concentrations plasmatiques élevées. Il a été montré que de telles concentrations peuvent être atteintes et sont bien tolérées chez des patients recevant de fortes doses hebdomadaires d’erlotinib (1500mg), induisant une réponse thérapeutique partielle vis-à-vis des métastases cérébrales du CBNPC.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.038
       
  • Évaluation de la biologie et de la dosimétrie de la [18F] FNM basée sur
           de l’imagerie préclinique PET
    • Authors: A.S. Salabert; E. Mora Ramirez; M. Beaurain; M. Alonso M; C. Fontan; H. Belhadg Tahar; M. Tafani; M. Bardiés; P. Payoux
      First page: 151
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): A.S. Salabert, E. Mora Ramirez, M. Beaurain, M. Alonso M, C. Fontan, H. Belhadg Tahar, M. Tafani, M. Bardiés, P. Payoux
      Introduction Les mécanismes physiopathologiques associés aux maladies neurodégénératives restent largement méconnus. La neurotoxicité induite par une activation excessive des récepteurs NMDA semble toutefois être régulièrement présente. Nous avons récemment développé un nouveau radioligand, dérivé de la mémantine qui cible ces récepteurs à l’état ouvert. Les caractéristiques prometteuses de la [18F] FNM font de ce traceur un bon candidat pour l’utilisation chez l’homme. L’objectif de ce travail a été d’effectuer une évaluation biologique de la [18F] FNM afin d’estimer sa dosimétrie humaine à l’aide d’une étude préclinique. Matériels et méthodes Concernant la biologie, la fraction libre et la stabilité dans le plasma humain ont été déterminées in vitro. Afin d’étudier le métabolisme in vivo, du plasma et de l’urine ont été recueillis chez des rats après injection de [18F] FNM. Pour l’étude dosimétrique, l’imagerie TEP/CT a été réalisée en dynamique sur des rats Sprague-Dawley (n =3). Les organes ont été identifiés et les volumes d’intérêt 3D (VOI) ont été tracés sur le CT au centre de chaque organe. Des courbes d’activité temps ont été créées permettant de calculer les temps de résidence de la [18F] FNM dans chaque organe. Pour confirmer ces valeurs, des mesures ex vivo des organes ont été effectuées (n =13). Ces données ont été extrapolées à l’humain et les doses absorbées ont été estimées en utilisant le logiciel OLINDA/EXM 2.0®. Résultats La [18F] FNM est stable dans le plasma humain et la fraction libre diffusible est de 53 %. Comme la mémantine, ce traceur est peu métabolisé in vivo (18 % à 1h). On retrouve les mêmes résultats de biodistribution en utilisant l’imagerie TEP ou les comptages ex vivo. La dose efficace totale était d’environ 1,20μSv/MBq (femelle) et 0,99μSv/MBq (mâle) pour les modèles dosimétriques humains de la CIPR-89. Cela correspond à des doses efficaces de 0,35 mSv (mâle) et de 0,42 mSv (femelle) pour une activité administrée de 350 MBq. Conclusion Cette étude montre que la [18F] FNM présente des propriétés biologiques très semblables à la mémantine. Sa dosimétrie est appropriée pour une utilisation chez l’homme en raison d’une dose efficace totale faible par rapport à d’autres radiotraceurs PET.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.039
       
  • Impact de la TEP au Florbetaben sur le diagnostic et la prise en charge de
           patients éligibles à une analyse du LCR pour une suspicion de maladie
           d’Alzheimer
    • Authors: E. Guedj; T. Jonveaux; A. Verger; P. Krolak Salmon; C. Houzard; O. Godefroy; T. Shields; A. Perrotin; R. Gismondi; S. Bullich; A. Jovalekic; N. Raffa; F. Pasquier; F. Semah; B. Dubois; M.O. Habert; D. Hannequin; M. Chastan; A. Stephens; M. Ceccaldi
      First page: 151
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): E. Guedj, T. Jonveaux, A. Verger, P. Krolak Salmon, C. Houzard, O. Godefroy, T. Shields, A. Perrotin, R. Gismondi, S. Bullich, A. Jovalekic, N. Raffa, F. Pasquier, F. Semah, B. Dubois, M.O. Habert, D. Hannequin, M. Chastan, A. Stephens, M. Ceccaldi
      Introduction La maladie d’Alzheimer (MA) est de diagnostic difficile, en particulier dans ses formes précoces et atypiques, ou cas de comorbidités. Dans ce contexte, l’analyse des biomarqueurs du Liquide Céphalo-Rachidien (LCR) est recommandée, mais reste non réalisable ou non-conclusive chez certains patients. Cette étude s’est intéressée à l’impact de la TEP amyloïde au 18F-Florbetaben sur le diagnostic et la prise en charge de ce groupe particulier de patients. Matériels & méthodes Cette étude multicentrique (ClinicalTrials.gov : NCT02681172) a été réalisée au sein de 19 CMRR (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche), et services de Médecine Nucléaire associés. Elle incluait les patients éligibles pour une analyse des biomarqueurs du LCR en référence aux recommandations formulées par la Haute Autorité de santé (HAS), mais pour lesquels la ponction lombaire (PL) était non réalisable (contre-indication ; refus) ou pour lesquels les résultats étaient considérés comme ambigus. La TEP amyloïde au 18F-Florbetaben était réalisée localement auprès de médecins nucléaires formés à l’interprétation de ces images. Après diffusion du compte-rendu, le diagnostic retenu et la prise en charge étaient comparés à l’évaluation initiale réalisée avant la TEP. Résultats Cette étude incluait au final 205 patients (103 hommes ; 70,9 ans±9,7) avec un examen TEP réalisé et interprétable. Parmi eux, 118 n’avaient pas eu de PL, avec un refus pour 75 de ces cas. Au total, 132 des 205 examens (64,4 %) étaient positifs (amyloïde+). Après diffusion des résultats des examens, 137/205 des diagnostics initiaux (66,8 %) étaient modifiés, plus particulièrement encore en cas de résultats négatifs (83,6 % vs. 57,6 % en cas d’amyloïde + ; p <0,0001). Une amélioration de la confiance diagnostique était retrouvée chez 81,5 % des cas après la TEP (p <0,0001), et les modifications de prise en charge retrouvées chez 80 % des patients (164/205). Conclusion L’interprétation visuelle de la TEP amyloïde au 18F-Florbetaben conduite localement par des médecins nucléaires formés à ces examens influence les décisions d’expertise clinique chez les patients pour qui la PL n’est pas réalisable ou pour qui les résultats du LCR restent ambigus. Ces résultats encouragent l’intégration de la TEP amyloïde au schéma d’expertise de prise en charge diagnostique de la MA. Financement : Piramal Imaging.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.040
       
  • Apports de l’imagerie tau et amyloïde par tomographie par émission de
           positons dans la maladie d’Alzheimer débutante et l’amnésie
           progressive non liée à une MA
    • Authors: M. Bottlaender; J. Lagarde; C. Leroy; L. Hamelin; P. Gervais; F. Caillé; A. Michel; S. Lehericy; M. Sarazin
      Pages: 151 - 152
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): M. Bottlaender, J. Lagarde, C. Leroy, L. Hamelin, P. Gervais, F. Caillé, A. Michel, S. Lehericy, M. Sarazin
      La maladie d’Alzheimer (MA) se caractérise par l’accumulation de deux types de protéines anormales, le peptide ß-amyloïde et la protéine tau anormalement phosphorylée. Le développement de radiotraceurs ciblant les dépôts amyloïdes a permis une avancée majeure dans la compréhension de la maladie, soulevant de nombreuses questions physiopathologiques. En effet, l’importance et la distribution régionale des dépôts amyloïdes ne reflètent pas l’évolution des déficits cognitifs. À l’inverse, les études post-mortem ont montré que la distribution et la progression des lésions tau sont corrélées aux déficits cognitifs. L’arrivée de radiotraceurs spécifiques des protéines tau anormales permet d’envisager l’étude de la pathologie tau chez les patients. L’objectif de l’étude est d’évaluer la quantification et la distribution régionale cérébrale de l’accumulation des protéinopathies amyloïdes et tau chez les patients répondant aux critères de MA (formes typiques ou atypiques), ainsi que chez des patients présentant une amnésie non liée à une MA. Quatre-vingt patients sélectionnés sur des critères cliniques et biologiques comprenant les biomarqueurs du LCR et 20 témoins seront inclus. Chaque sujet bénéficiera de 2 examens TEP réalisés le même jour par injection (∼370 MBq) de [11C]-PIB suivi de [18F]-AV1451 pour l’étude des dépôts amyloïdes et tau, respectivement. Les examens sont réalisés sur un tomographe à très haute résolution (HRRT, Siemens). Des images paramétriques de SUVratio sont construites voxel-à-voxel en utilisant la substance grise du cervelet comme région de référence et analysées après superposition sur l’image anatomique IRM. Les premiers résultats confirment l’accumulation du [11C]-PIB dans toutes les aires corticales associatives chez les patients Alzheimer, associée à une fixation du [18F]-AV-1451 importante (SUVR entre 4 et 8) dans les régions temporo-pariétales, dont l’extension et l’intensité sont cependant variables. Chez les volontaires sains et les sujets souffrant d’un syndrome amnésique non MA, nous n’avons pas observé d’accumulation significative du [18F]-AV1451 ni au niveau cortical global ni dans aucune des régions d’intérêt (SUVR moyen de 1,3, 3h après injection). L’apport de l’imagerie tau pour le diagnostic, le pronostic et la compréhension de la physiopathologie de la MA et des pathologies apparentées sera discuté.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.041
       
  • Imagerie TEP de la neuro-inflammation dans la maladie d’Alzheimer
           débutante : une étude avec le [18F]-DPA-714
    • Authors: M. Bottlaender; J. Lagarde; L. Hamelin; C. Leroy; H. Corne; P. Gervais; F. Caillé; B. Kuhnast; M. Sarazin
      First page: 152
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): M. Bottlaender, J. Lagarde, L. Hamelin, C. Leroy, H. Corne, P. Gervais, F. Caillé, B. Kuhnast, M. Sarazin
      De nombreuses études soulignent l’existence d’une réaction inflammatoire cérébrale au cours de la maladie d’Alzheimer (MA). Cependant, son implication est encore controversée et le rôle de l’activation microgliale reste à définir. Le [18F]-DPA-714 est un radoligand spécifique de la protéine translocase 18kDa (TSPO), qui est surexprimée par la microglie activée. Il est donc un biomarqueur pour l’étude in vivo par TEP de la réaction microgliale. L’objectif de l’étude est de détecter l’activation microgliale chez des patients atteints de MA à un stade précoce et de mesurer son impact sur la progression de la maladie. Trente-deux volontaires sains et 64 patients MA (38 au stade prodromal et 26 au stade de démence) ont bénéficié de deux examens TEP réalisés le même jour après injection de [11C]-PiB (∼370 MBq) et de [18F]-DPA-714 (∼185 MBq) sur un tomographe à très haute résolution (HRRT, Siemens). La fixation du [11C]-PiB et du [18F]-DPA-714 est étudiée dans différentes régions corticales après correction des mouvements et recalage sur une image anatomique IRM (3D T1) individuelle. Les données TEP sont normalisées par la valeur obtenue dans la substance grise du cervelet afin d’obtenir un SUVr. Tous les sujets sont génotypés pour la TSPO et classés par groupe d’affinité en : haute (HAB), mixte (MAB) et basse (LAB) affinité. Trente patients ont été classés selon leur évolutivité clinique (suivi à 2 ans) rapide (ER) ou lente (EL). Tous les patients présentent une charge amyloïde positive (index SUVr >1,45). Parmi les sujets sains, 8 sont amyloïde positifs et sont analysés séparément. La fixation du [18F]-DPA-714 est plus importante chez les patients MA comparés aux sujets sains, et ceci quel que soit leur groupe d’affinité. Elle est également plus élevée chez les patients au stade prodromal que chez ceux au stade de démence, particulièrement dans le cortex temporo-pariétal. Le SUVr est corrélé positivement avec le score de MMSE, le volume cortical global ainsi que la charge amyloïde. Les 8 sujets sains amyloïdes positifs présentent une fixation du [18F]-DPA-714 plus importante dans le cortex frontal que les sujets sains sans charge amyloïde. Enfin, les sujets EL présentent une fixation plus importante du [18F]-DPA-714 que les sujets ER, sans différence de la charge amyloïde. Nos résultats suggèrent que la réaction microgliale apparait au stade prodromal, voire préclinique de la MA et qu’elle pourrait jouer un rôle protecteur sur l’évolution de la maladie.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.042
       
  • TEP/TDM cérébrale à la 18F-DOPA dans le diagnostic des syndromes
           parkinsoniens : comparaison des résultats initiaux au suivi clinique
    • Authors: A. Wahart; M. Decousus; N. Prevot; E. Guedj
      First page: 152
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): A. Wahart, M. Decousus, N. Prevot, E. Guedj
      Introduction Le diagnostic clinique de la maladie de Parkinson (MP) est parfois difficile, même pour des experts, et les recommandations européennes conseillent alors de réaliser un DaTSCAN®. La 18FDOPA est une alternative au DaTSCAN, mais il semble moins sensible au stade précoce des syndromes parkinsoniens neurodégénératifs du fait de mécanismes de compensation. Plus de 3 ans après la réalisation de nos premières TEP FDOPA, notre but est de comparer nos résultats initiaux à l’évolutivité clinique des patients. Matériel et méthodes Depuis août 2013, une TEP cérébrale à la 18FDOPA est réalisée chez des patients adressés pour un SP. L’examen comporte une acquisition de 15min réalisée 90min après injection de 2 MBq/kg de 18F-DOPA sans préparation par carbidopa. Une interprétation visuelle a été réalisée. Le résultat de notre résultat initial a été comparé aux conclusions du suivi clinique effectué par les cliniciens. Résultats Trente-huit patients âgés en moyenne de 70,1 ans ont été inclus. L’analyse visuelle a permis de classer ces 38 patients en 25 normaux et 13 pathologiques. Le suivi clinique a été réalisé sur une durée moyenne de 10 mois allant de l’absence de réévaluation clinique à une consultation de surveillance réalisée 33 mois après l’examen. Sur les 38 examens, les 13 pathologiques l’étaient effectivement. Concernant les 25 normaux, le diagnostic de démence à corps de Lewy a été confirmé cliniquement et avec un DaTSCAN positif chez un patient ; le diagnostic de syndrome parkinsonien atypique est toujours incertain chez 3 patients malgré un DaTSCAN normal chez l’un d’entre eux. La sensibilité minimale est donc de 76,5 % si l’on considère, possiblement à tort, que les 3 résultats incertains sont des faux-négatifs, alors que la spécificité est de 100 %. Conclusion Le résultat de l’analyse visuelle d’une TEP 18FDOPA dans le diagnostic d’un syndrome parkinsonien a une bonne concordance avec le suivi clinique prolongé. La TEP FDOPA est donc une alternative acceptable au DaTSCAN, ce dernier pouvant être réalisé secondairement en cas de discordance clinique.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.043
       
  • Rôle fonctionnel du cervelet dans la maladie de Parkinson : étude en
           TEP-Scan chez 90 patients
    • Authors: A. Riou; G. Robert; J.F. Houvenaghel; S. Drapier; M. Verin; F. Le Jeune
      First page: 153
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): A. Riou, G. Robert, J.F. Houvenaghel, S. Drapier, M. Verin, F. Le Jeune
      Introduction Au-delà des symptômes moteurs, des troubles des fonctions exécutives et limbiques sont aussi maintenant bien décrits dans la maladie de Parkinson, en lien avec une tri-compartimentation fonctionnelle des noyaux gris centraux. Objectif Le but de cette étude est de confirmer l’hypothèse d’une organisation fonctionnelle similaire du cervelet dans la maladie de Parkinson selon une tri-compartimentation, motrice, limbique et exécutive, mettant en évidence son rôle moteur mais également non-moteur selon un mode lésionnel et/ou compensateur. Matériels et méthodes Nous avons étudié 90 patients parkinsoniens inclus dans un bilan pré-chirurgical pour une stimulation cérébrale profonde. Tous ont bénéficié d’une imagerie métabolique avec une TEP cérébrale au 18 FDG réalisée en condition ON-Dopa, ainsi qu’une exploration clinique exhaustive, motrice, neuropsychologique et psychiatrique. Une analyse en composante principale (PCA) a été appliquée sur les variables cliniques afin de conserver un score composite reflétant, respectivement, l’état moteur, cognitif et limbique. Chacun des trois scores a ensuite été corrélé au métabolisme cérébelleux, en utilisant un modèle de régression linéaire dans Statistical Parametric Mapping 8 et un masque cérébelleux. L’âge du patient ainsi que la dose totale quotidienne d’équivalent dopaminergique (LEDD) ont été intégrés comme co-variables. Résultats Une forte corrélation positive entre le score de PCA motrice et la variation du métabolisme cérébelleux a été mise en évidence dans un volumineux cluster, impliquant à la fois le lobe antérieur et postérieur, de manière bilatérale, ainsi que le vermis (p <0,001). Nous avons également mis en évidence une corrélation positive entre le score de PCA limbique et la variation du métabolisme cérébelleux dans les lobules postérieurs droits Crus I et Crus II (p <0,05). Enfin, une corrélation négative (p <0,05) a été retrouvée entre le score de PCA exécutive et le métabolisme cérébelleux, impliquant une région postéro-latérale droite du cervelet. Conclusion Ces résultats confortent avec une puissance statistique nettement supérieure les données récentes quant à l’organisation fonctionnelle topographique du cervelet et suggèrent son implication dans la symptomatologie motrice et non motrice dans la maladie de Parkinson. Afin de confirmer l’hypothèse de boucle de régulation entre cervelet et noyaux gris centraux, une étude de connectivité fonctionnelle sera ensuite réalisée.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.044
       
  • Théranostic : peut-on estimer l’activité cumulée thérapeutique à
           partir d’une TEP diagnostique?
    • Authors: E. Laffon; M. Thumerel; J. Jougon; R. Marthan
      First page: 154
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): E. Laffon, M. Thumerel, J. Jougon, R. Marthan
      Objectif Estimer l’activité cumulée (AC) thérapeutique à partir d’un TEP-scan diagnostique, en prenant un exemple théranostique publié chez le petit animal, et évaluer l’extension du calcul à la pratique clinique. Méthodes (1) Données immunoTEP/SPECT publiées chez la souris pour le 64Cu-/177Lu-cétuximab, anticorps diagnostique/thérapeutique dirigé sur l’EGFR du carcinome épidermoïde de l’œsophage [1] ; (2) Modèle cinétique publié, donnant AC pour un radiopharmaceutique quelconque en fonction de ses constantes de captation (K) et de relargage (kR) dans un tissu donné : AC=[K/(l+kR)] AUCIF où AUCIF est l’aire sous la courbe de la fonction d’entrée et l est la constante de décroissance radioactive du marqueur. Résultats AC théorique est estimée à 2,3 10(10)/4,1 10(12) désintégrations/g (tumeur TE-8 ; 64Cu-/177Lu-cétuximab ; pour 3,70/12,95 MBq injectés), à comparer avec AC expérimentale estimée à 2,5 10(10)/5,3 10(12) désintégrations/g. Discussion et conclusion L’exemple du 64Cu-/177Lu-cétuximab montre qu’il est possible d’estimer AC thérapeutique (ici du 177Lu-cétuximab) : (1) en calculant K et kR et donc AC (ici du 64Cu-cétuximab) à partir d’un TEP-scan diagnostique et (2) en connaissant le rapport moyen des activités cumulées entre diagnostique/thérapeutique. L’application de cette approche en pratique clinique dépendra des incertitudes de mesure de AC thérapeutique, qui devront être déterminées à partir de données expérimentales additionnelles, animales puis humaines.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.046
       
  • Segmentation tumorale par consensus : à propos de quelques propriétés
           étudiées dans deux populations tumorales distinctes
    • Authors: T. Carlier; C. Haumont; C. Bailly; C. Bodet Milin; C. Ansquer; F. Kraeber Bodéré
      First page: 154
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): T. Carlier, C. Haumont, C. Bailly, C. Bodet Milin, C. Ansquer, F. Kraeber Bodéré
      Introduction Plusieurs algorithmes de segmentation ont prouvé leur efficacité en TEP dans des conditions spécifiques. Des études récentes suggèrent néanmoins que l’utilisation d’une combinaison de plusieurs approches pourrait améliorer la fiabilité de l’étape de segmentation particulièrement utile dans un contexte de « radiomics ». Cette étude a pour premier objectif d’évaluer l’impact du nombre de méthodes de segmentation (nbSM) impliquées dans le calcul des approches par consensus et pour deuxième objectif de confirmer si un vote à majorité simple (MV) et la méthode STAPLE (simultaneous truth and performance level estimation) procurent des performances identiques. Matériels et méthodes L’étude a été conduite rétrospectivement à partir de dossiers de 42 patients porteurs de phéochromocytome puis de 61 enfants atteints d’ostéosarcome ou de sarcome d’Ewing pour valider le second objectif. Tous les patients ont bénéficié d’une TEP-FDG au diagnostic avant toute prise en charge thérapeutique spécifique. Quarante-sept lésions primitives de phéochromocytome ont été délimitées à l’aide de 5 algorithmes différents. Les algorithmes MV et STAPLE ont été calculés en utilisant 3 à 5 de ces algorithmes individuels. La taille maximale des lésions déterminée sur les pièces anatomopathologiques a été comparée par classement à celle mesurée par imagerie. Le deuxième objectif a été évalué en ajoutant les 63 lésions primitives de sarcomes pédiatriques. Les différences entre MV et STAPLE sur les 110 lésions primitives ont été évaluées à l’aide d’un modèle mixte linéaire corrigé pour comparaison multiple. Résultats Les méthodes MV et STAPLE ont été classées comme étant les meilleures dans plus de 40 % des cas et jamais comme étant la plus mauvaise, quel que soit le nbSM utilisé. Les erreurs liées à STAPLE et MV semblent diminuer avec le nbSM utilisé, mais sans que cela ne soit significatif (test de Levene : p >0,05). Aucune différence n’a été trouvée entre STAPLE et MV sur les 110 lésions quel que soit le nbSM utilisé, suggérant que les deux méthodes donnent des résultats similaires. Conclusion Ces résultats suggèrent que les méthodes STAPLE et par vote majoritaire simple peuvent être utilisées avec de 3 à 5 volumes d’entrée sans différence significative. Nous confirmons la similitude entre STAPLE et MV en utilisant un plus grand nombre de lésions que celui rapporté dans la littérature et pour la première fois quel que soit le nombre de méthodes en entrée du calcul.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.047
       
  • ParaPET : méthode d’obtention d’images TEP paramétriques de la
           fixation du FDG basée sur une approche mathématique intégrant un
           modèle d’erreur de mesures
    • Authors: E. Colard; L. Padovani; S. Delcourt; S. Thureau; B. Farman Ara; I. Gardin; P. Vera; D. Taïeb; D. Barbolosi; S. Hapdey
      Pages: 154 - 155
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): E. Colard, L. Padovani, S. Delcourt, S. Thureau, B. Farman Ara, I. Gardin, P. Vera, D. Taïeb, D. Barbolosi, S. Hapdey
      Objectifs Développement de ParaPET, une nouvelle méthode d’obtention d’images TEP paramétriques de la fixation du FDG et comparaison avec les méthodes de Hunter et Barbolosi, en utilisant l’analyse de Patlak comme référence, chez des patients atteints d’un cancer bronchique (CBNPC). Méthodes ParaPET est basée sur l’estimation de l’activité du FDG dans le compartiment sanguin à partir d’images TEP dynamiques, intégrant un modèle d’erreur de mesures et permettant la caractérisation de paramètres cinétiques à l’échelle du voxel. Afin de valider notre méthode, deux acquisitions TEP/TDM sont nécessaires. La première de 30minutes centrée sur le cœur est réalisée simultanément à l’injection du FDG. Elle permet de déterminer la fonction d’entrée artérielle (AIF) requise pour l’analyse de Patlak. La seconde de 15minutes, centrée sur la lésion, commence 80minutes post-injection. Elle est associée à cinq prélèvements sanguins réalisés toutes les 3minutes. Ces informations permettent la mise en œuvre des méthodes de Patlak, Hunter et Barbolosi. L’AIF tardive fournit l’activité moyenne du FDG présente dans le compartiment sanguin et sa variabilité, nécessaires pour le modèle d’erreur de mesures de ParaPET. Un ensemble d’images paramétriques de la tumeur est généré à l’issue de ParaPET. Deux paramètres cinétiques ont été étudiés : Ki, le débit net entrant de FDG et sa valeur maximale Ki-max au sein de la lésion. Résultats La faisabilité a été évaluée sur sept lésions présentes chez trois patients inclus dans l’essai clinique ParaPET (NCT02821936). Notre approche présente la meilleure corrélation avec Patlak (r 2 =0,998), comparée aux autres méthodes étudiées (r 2 =0,805, r 2 =0,968 et r 2 =0,989, respectivement pour Hunter, Barbolosi avec ou sans prélèvements). Les erreurs moyennes (±SD) dans l’estimation de Ki-max sont de 31,5 %±21,1 % pour Hunter,−7,0 %±10,0 % et 4,5 %±5,0 %, respectivement pour Barbolosi avec ou sans prélèvements, et 3,4 %±3,6 % pour ParaPET. Conclusion ParaPET présente la meilleure corrélation comparée à Patlak pour l’estimation du Ki au sein de la tumeur et est une alternative non invasive aux méthodes de quantification basées sur de multiples prélèvements sanguins. Elle permet la caractérisation de paramètres cinétiques à l’échelle du voxel, afin de créer une cartographie de l’hétérogénéité des lésions. L’étude ParaPET a été financée par le centre Henri-Becquerel (Rouen) et le Cancéropôle PACA.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.048
       
  • Distinction de différents tissus caractérisés par la même activité
           métabolique en TEP au FDG au moyen d’index de texture
    • Authors: F. Orlhac; S. Boughdad; C. Nioche; M. Soussan; I. Buvat
      First page: 155
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): F. Orlhac, S. Boughdad, C. Nioche, M. Soussan, I. Buvat
      Introduction Pour compléter les index conventionnels (SUVs, volume métabolique (VM), TLG), des index de texture (IT) peuvent être calculés à partir des images TEP. Cependant, suivant le mode de calcul, ils sont souvent corrélés soit au SUV, soit au VM, ce qui complique leur interprétation. Pour élucider leur sensibilité suivant la répartition spatiale de l’activité métabolique, nous avons étudié si deux types de tissu avec des SUVmean semblables pouvaient être distingués par les IT. Matériel et méthodes Cent onze patientes avec un cancer mammaire non métastatique ont bénéficié d’un examen TEP/TDM 75±9min après l’injection de 18F-FDG (Gemini TF TEP/TDM). Pour chaque patiente, 6 volumes d’intérêt (VOI) sphériques de 23mL ont été tracés dans 6 tissus sains : foie, rate, poumon, muscle, graisse et sein. Pour chaque VOI, le SUVmean et 6 IT ont été calculés (logiciel LIFEx, discrétisation absolue, pas de 0,3 SUV). Nous avons étudié la capacité des IT à distinguer les tissus à l’aide d’un test de Wilcoxon pour la cohorte entière et pour des couples de VOI ayant le même SUVmean (différence<0,01 SUV), pour (1) le foie et la rate, (2) le sein et la graisse, (3) le sein et le poumon et (4) le sein et le muscle. Résultats Pour la cohorte entière, tous les IT sont capables de distinguer tous les types de tissu, sauf Entropy. Pour la comparaison des VOI avec des SUVmean similaires, seuls Homogeneity, Entropy, SRE et LRE distinguent les 4 couples de tissu. Par exemple, Entropy mesuré dans le foie a une valeur moyenne de 1,06±0,14 alors que dans la rate, l’index est significativement plus élevé à 1,16±0,15 (p <1 %), suggérant une plus grande désorganisation de l’activité métabolique dans la rate que dans le foie. Le sein présente un index Homogeneity systématiquement plus faible que la graisse (0,90±0,05 versus 0,93±0,05, p <1 %) pour des SUVmean identiques. Les mêmes tendances sont observées entre le sein et le poumon (p <1 %) ou le muscle (p <1 %). Conclusion Nous avons prouvé que les IT calculés à partir des images TEP permettent de distinguer différents tissus présentant des SUVs voisins, démontrant leur capacité à refléter des différences dans l’organisation spatiale de l’activité métabolique. Ces résultats suggèrent que les IT peuvent distinguer deux régions présentant des valeurs similaires de SUVmean, mais l’une avec une faible densité de cellules fortement actives métaboliquement et l’autre avec une forte densité de cellules modérément actives.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.049
       
  • Une nouvelle méthodologie de contrôle qualité du SUV avec un TEP/IRM
           intégré
    • Authors: M. Soret; J.A. Maisonobe; M. Khalifé; V. Lebon; C. Jenny; A. Kas
      Pages: 155 - 156
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): M. Soret, J.A. Maisonobe, M. Khalifé, V. Lebon, C. Jenny, A. Kas
      Objectif La correction d’atténuation (CA) est le principal problème méthodologique en TEP/IRM. En routine, elle est effectuée après segmentation de l’IRM et classification des tissus. Cette méthode n’est pas adaptée aux fantômes composés de plastique et remplis d’eau, leur densité étant différente de celle des tissus humains. Pour le contrôle qualité (CQ) du SUV, une acquisition TEP d’un fantôme rempli de 18F est nécessaire. La CA implémentée alors par le constructeur utilise un TDM. Par conséquent, les SUV mesurés en routine ne sont pas entièrement contrôlés lors de la réalisation du CQ. L’objectif de cette étude était d’évaluer une nouvelle méthode pour valider le SUV sans utiliser de TDM pour la CA en TEP/IRM. Méthode L’étude a été faite sur le SIGNA PET/MR (GE Healthcare). Le fantôme SUV a initialement été rempli d’eau et les coefficients d’atténuation (μ) dérivés du TDM prédéfini pour obtenir SUV-TDM comme préconisé par le constructeur. Deuxièmement, le protocole clinique a été utilisé : les μ ont été calculés à partir de l’IRM pour obtenir SUV-IRM-clin. Finalement, le fantôme a été rempli avec un mélange d’agent de contraste iodé, de sel et d’eau, pour obtenir μ=0,1cm−1 à 511 keV. De la vaseline a été placée à la surface du fantôme pour améliorer la classification tissulaire. Les μ et le SUV-IRM ont été calculés comme précédemment. Dans les 3 cas, un TEP de 10minutes (30 MBq de 18F) a été acquis et reconstruit. SUV-TDM, SUV-IRM-clin et SUV-IRM ont été mesurés avec une ROI positionnée sur 10 coupes. Résultats La détermination de μ avec le protocole constructeur dédié au CQ du SUV est correcte, comme attendu. Avec le protocole de routine, un μ incorrect a été attribué au liquide (0,086cm−1 au lieu de 0,096cm−1 pour l’eau). Avec notre nouveau protocole, le système a classé le liquide comme tissu mou et lui a attribué un μ correct (0,1cm−1). Les erreurs moyennes sur le SUV sont, respectivement, de 3,7 % (SUV-TDM=1,037±0,005), −14,0 % (SUV-IRM-clin=0,860±0,004) et 5,4 % (SUV-IRM=1,054±0,007). Conclusion Le protocole de routine ne peut être utilisé en TEP/IRM pour le CQ du SUV. En modifiant l’atténuation du liquide et en augmentant le contraste de l’IRM, notre protocole pour le CQ du SUV permet l’utilisation de la CA basée sur l’IRM avec des résultats équivalents à la CA dérivée du TDM. Notre méthode augmente la robustesse du CQ du SUV car la CA est semblable à celle utilisée en routine, ce qui est particulièrement important dans le contexte PET/IRM.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.050
       
  • Une approche originale pour réduire la variabilité multicentrique en
           analyse de texture des images TEP
    • Authors: F. Orlhac; S. Boughdad; C. Nioche; J.L. Alberini; M. Soussan; I. Buvat
      First page: 156
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): F. Orlhac, S. Boughdad, C. Nioche, J.L. Alberini, M. Soussan, I. Buvat
      Objectifs Plusieurs études ont montré que les index de texture (IT) issus des images TEP sont influencés par les paramètres d’acquisition et de reconstruction, ce qui complique la réalisation d’études multicentriques et empêche l’analyse conjointe de données acquises dans différentes conditions. Nous proposons une méthode de standardisation afin de comparer les IT provenant de différents centres. Matériel et méthodes Dans le centre A, 110 patientes avec un cancer mammaire ont bénéficié d’un examen TEP (Gemini TOF PET/CT) reconstruit avec un algorithme itératif (BLOB-OS-TF, 2 itérations, 33 sous-ensembles) et une taille de voxel de 4×4 × 4mm3. Dans le centre B, les examens TEP de 69 patientes avec un cancer mammaire ont été inclus (GE Discovery LS, algorithme OSEM avec 2 itérations et 24 sous-ensembles, taille de voxel=2,7×2,7×3,3 mm3). Pour chaque patiente, des VOI de 23mL ont été tracés dans le tissu hépatique, pulmonaire et mammaire sain. Pour chaque VOI, 6 IT ont été calculés pour former un vecteur de biomarqueurs. Nous avons étudié la similarité moyenne (SM) entre vecteurs pour tous les couples de patientes (1) issues de A, (2) issues de B, (3) dont l’une est issue de A et l’autre de B. La valeur de SM tend vers 0 pour 2 vecteurs similaires. Nous avons comparé les valeurs de SM obtenues dans trois conditions : d’après les images natives (C1), les images ré-échantillonnées avec la même taille de voxel (=2×2 × 2mm3, interpolation cubique B-spline, C2) et d’après les images C2 et en divisant les IT par le SUVmean mesuré dans le foie (C3). Résultats Dans le tissu pulmonaire en C1, nous obtenons une SM de 0,14±0,09 dans A, 0,19±0,12 dans B, mais de 0,27±0,15 pour des couples de patientes entre les centres A et B. Ceci suggère que le vecteur des IT d’une patiente de A est plus différent de celui d’une patiente de B (variabilité inter-centre) que de celui d’une autre patiente de A (variabilité intra-centre). Quand les IT sont issus de C2, la SM est de 0,25±0,16 pour des couples de patientes des centres A et B, contre 0,12±0,04 pour C3. Les mêmes tendances sont observées dans le tissu hépatique et mammaire sain. Conclusion La méthode de standardisation proposée consiste à calculer les IT d’après des images de même taille de voxel puis de normaliser leur valeur par le SUVmean hépatique. Elle permet d’obtenir des IT comparables entre des centres utilisant des protocoles d’imagerie différents et donc de faciliter la réalisation d’études multicentriques.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.051
       
  • Évaluation du TEP/IRM temps de vol dans la stadification et
           re-stadification des cancers colorectaux
    • Authors: M. Soussan; S. Djelbani; J. Negroni; S. Louafi; B. Helal; P. Wind; I. Buvat
      First page: 156
      Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): M. Soussan, S. Djelbani, J. Negroni, S. Louafi, B. Helal, P. Wind, I. Buvat
      Objectifs En cancérologie digestive, l’interprétation de la TEP FDG se heurte à plusieurs problèmes : mouvements des viscères, fixations physiologiques, détectabilité des petites lésions. Le TEP/IRM permet de résoudre en partie ces problèmes : acquisition simultanée des images (meilleur recalage), image TEP mieux contrastée et mieux résolue, couplage avec une IRM multi-contraste, possibilité de synchronisation respiratoire. L’objectif était de comparer le TEP/IRM aux méthodes conventionnelles pour les bilans des cancers colorectaux (CCR). Méthodes Quarante-quatre patients avec CRC ont passé un TEP/IRM au FDG (Signa, GE Healthcare) après stadification conventionnelle incluant : TEP/FDG (n =44), scanner abdominal (n =27) et IRM (n =12). Les patients étaient explorés pour un bilan initial (n =5), une suspicion de récidive (n =12) ou une évaluation post-thérapeutique (n =25). Protocole TEP/IRM : 4 pas de 6min synchronisés à la respiration (SR), des séquences Dixon, axiales T2 SR, diffusion, foie multi-phases après injection et T1 post injection (abdomen, pelvis) ; durée de l’examen 45min. Les deux méthodes ont été évaluées en comparaison avec l’évaluation chirurgicale ou le suivi lorsqu’ils étaient disponibles. Résultats Les deux méthodes, conventionnelle vs. TEP/IRM, ont montré des résultats pathologiques chez 75 % (33/44) et 86 % (38/44) des patients, respectivement. Une meilleure délimitation des lésions et/ou l’identification de lésions suspectes supplémentaires par rapport aux procédures conventionnelles ont été observées en TEP/IRM chez 41 % des patients (18/44). La stadification hépatique a été améliorée en TEP/IRM chez 4 patients avec, cependant, un résultat faux positif (granulome). L’évaluation péritonéale a été améliorée chez 6 patients avec une meilleure délimitation des petits implants (<5mm), surtout en cas d’histologie mucineuse (faible fixation de FDG). Une meilleure évaluation de l’atteinte ganglionnaire et pulmonaire a été observée chez 5 et 2 patients, respectivement. Conclusions Le TEP/IRM, intégrant une imagerie hépatique et des séquences de diffusion, est réalisable en une session de 45min., pour les évaluations pré ou post thérapeutiques des CCR. Une modification des résultats, en comparaison avec les procédures conventionnelles, était observée chez plus d’un tiers des patients, principalement en raison du taux de détection élevé de la TEP digitale et de l’intégration pendant le processus d’interprétation des résultats de l’IRM multicontraste.

      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.02.052
       
  • Les hormones sexuelles : comment les doser et quelles performances en
           clinique '
    • Authors: V. Moal; J. Brossaud
      Abstract: Publication date: Available online 18 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): V. Moal, J. Brossaud


      PubDate: 2017-08-19T05:26:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.07.002
       
  • Epidémiologie, diagnostic et pronostic du cancer de la prostate
    • Authors: M. Terrier; J.E. Terrier; P. Paparel; N. Morel-Journel; A. Baldini; A. Ruffion
      Abstract: Publication date: Available online 10 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): M. Terrier, J.E. Terrier, P. Paparel, N. Morel-Journel, A. Baldini, A. Ruffion
      Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers et représente la 3e cause de mortalité par cancer chez les hommes de 50 ans ou plus, en France et en Europe. L’incidence diminue grâce à une pratique plus ciblée du dépistage et à l’amélioration des outils diagnostiques. Le dépistage de masse n’est pas recommandé. Le diagnostic individuel précoce repose sur un dosage du taux de Prostate Specific Antigene (PSA) associé au toucher rectal, annuellement, chez les hommes entre 50 et 75 ans ayant une espérance de vie supérieure à 10 ans. En cas de suspicion clinique et/ou biologique de cancer de prostate, des biopsies prostatiques sont réalisées. Les examens recommandés dans le bilan d’extension des cancers prostatiques de risque intermédiaire et élevé sont l’IRM prostatique, la scintigraphie osseuse, le TDM TAP (forme métastatique) et, parfois, le PET scan à la choline. Les thérapeutiques curatives sont proposées aux hommes ayant une probabilité de survie≥10 ans, atteints d’un cancer localisé ou localement avancé. Les prises en charge standards pour les tumeurs localisées sont la surveillance active, la curiethérapie, la chirurgie (prostatectomie) et la radiothérapie externe, seule avec l’hormonothérapie et/ou la chirurgie. Les prises en charge expérimentales pour des tumeurs localisées sont les traitements focaux (photothérapie dynamique, ultrasons focalisés). Pour les formes les plus agressives, l’intérêt de la chimiothérapie est en cours d’étude. Le cancer de la prostate évolue lentement. Il est de bon pronostic s’il est pris en charge précocement. La mortalité est tardive et en diminution. Prostate cancer is the most frequent of cancers and represents the third leading cause of death by cancer, for men over 50years, in France and Europe. The incidence decreases since about ten years. Mass screening is not recommended. Individual early diagnosis is based on a yearly exam including Prostate Specific Antigene (PSA) blood test and a digital rectal exam. The target for this diagnostic approach are men from 50to 75years with more than 10years of life expectancy. A series of prostatic biopsy are carried out in case of clinical and/or biological prostate cancer suspicion. The additional examinations recommended in the assessment of extension of prostate cancer with intermediate and high risk are: MRI, bones scintigraphy, scan CAP (metastatic stage), and sometimes Choline PET-CT. Curative treatments are proposed to men with a probability of survival over 10years, suffering from localized or locally advanced cancer. Gold standard treatments are: active surveillance, radical prostatectomy, brachytherapy, radiotherapy alone or with surgery and/or hormone therapy. Experimental treatments of localized tumors are: focal treatments (phototherapy dynamic, high intensity focused ultrasound). For the more advanced forms, the interest of early chemotherapy is extensively studied.

      PubDate: 2017-08-19T05:26:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.009
       
  • TEP/TDM au 68Ga-PSMA-11 quand la 18F-fluorocholine ne localise pas la
           récidive biologique du cancer de la prostate : à propos d’un cas et
           revue de la littérature
    • Authors: M. Gauthé; O. Bélissant; J. Zhang Yin; A.S. Cottereau; V. Nataf; J. Ohnona; S. Balogova; J.N. Talbot
      Abstract: Publication date: Available online 4 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): M. Gauthé, O. Bélissant, J. Zhang Yin, A.S. Cottereau, V. Nataf, J. Ohnona, S. Balogova, J.N. Talbot
      L’augmentation de la concentration sérique de l’antigène spécifique de la prostate (PSA) est un problème croissant se produisant chez plus du tiers des patients qui ont bénéficié d’un geste radical pour la prise en charge initiale d’un cancer de la prostate. Chez ces patients, Il est donc très important d’identifier par imagerie les foyers de récidive avant de proposer un traitement loco-régional ou systémique. L’intérêt de la TEP/TDM à la 18F-fluorocholine (FCH) dans cette indication est démontré depuis plusieurs années. Récemment, des ligands de l’antigène transmembranaire PSMA, exprimé par pratiquement tous les cancers de la prostate, ont été marqués avec des nucléides pour l’imagerie TEP. La TEP/TDM au 68Ga-PSMA-11 (PSMA-11) a été décrite comme supérieure à la FCH, mais aussi à l’imagerie conventionnelle, pour déceler la récidive de cancer de la prostate. Nous présentons ici le cas d’un patient avec un antécédent de prostatectomie pour cancer de prostate et posant le problème d’une élévation du PSA sans cible suspecte de maladie résiduelle ni avec la FCH, ni sur l’IRM pelvienne. Le PSMA-11 a identifié une cible ganglionnaire pelvienne et a permis d’entreprendre une thérapeutique curative ciblée et d’éviter la mise en route d’une hormonothérapie « palliative ». Nous présentons ensuite une courte revue de la littérature sur ce sujet, avec présentation des performances publiées de la TEP au PSMA-11 et des principaux pièges d’interprétation. A rise in prostate-specific antigen serum level (PSA) is an increasing issue, which occurs in more than one third of the patients who underwent radical prostatectomy. Thus, imaging these patients is of importance in order to localize residual disease and then to propose suitable therapy. The usefulness of 18F-fluorocholine (FCH) PET/CT in this indication has been demonstrated for several years. Recently, specific ligands of the prostate-specific membrane antigen (PSMA), which is expressed by almost all prostate cancers, were labelled with PET radionuclides. 68Ga-PSMA-11 (PSMA-11) PET/CT has been described as superior to FCH and conventional imaging to detect prostate cancer recurrence. We present the case of a patient with history of prostate cancer, treated by surgery, referred for a rise in PSA serum level and without any residual disease targeted neither on FCH, nor on pelvic MRI. The PSMA-11 PET/CT demonstrated a pelvic lymph node, which was suspect of recurrence and allowed to initiate a specific curative therapy, replacing the “palliative” hormonotherapy, which was planned. A short review of the literature on this topic, focusing on the published PSMA-11 performances and main known interpretation pitfalls.

      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.05.001
       
  • Comment l’imagerie nucléaire modifie-t-elle la prise en charge par
           radiothérapie des cancers de prostate '
    • Authors: Supiot
      Abstract: Publication date: Available online 4 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): M. Doré, S. Supiot
      Avec la mise à disposition de nouveaux traceurs comme la fluorocholine ou le gallium-PSMA, la définition des cancers de prostate localisés et des rechutes tumorales se trouve profondément modifiée. La meilleure définition du volume tumoral intra-prostatique rend techniquement réalisable la radiothérapie par dose-painting. Face à des rechutes purement locales, des traitements de rattrapage locaux trouvent pleinement leur place en associant des techniques innovantes de radiothérapie. Dans des situations de maladie oligométastatique, l’irradiation occupe une place grandissante qui bénéficie directement du meilleur ciblage offert par ces nouveaux traceurs. Using new tracers such as fluorocholine or gallium-PSMA, the definition of localized prostate cancers and tumor relapses is profoundly altered. Moreover, the definition of intra-prostatic tumor volume makes dose-painting radiotherapy technically feasible. In case of local relapse, local aggressive treatments are now routinely offered. In case of oligometastatic disease, irradiation occupies a growing place, which benefits directly from the best targeting offered by these new tracers.

      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
       
  • Bone scintigraphy leading to diagnosis of malignant osteopetrosis in a
           six-year-old boy
    • Authors: I. Cillero; A. Mendiola; A. Gomez; P. Santesteban; L. Montes; A. Garin; G. Rios; F. Mazorriaga
      Abstract: Publication date: Available online 4 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): I. Cillero, A. Mendiola, A. Gomez, P. Santesteban, L. Montes, A. Garin, G. Rios, F. Mazorriaga
      Introduction Osteopetrosis is a rare disease but early detection is essential for future improvement of quality of life. Despite X-ray can be a diagnostic examination itself, bone scintigraphy can be helpful when the radiographic imaging is not typical. Case report We report a case of a 6-year-old boy with pain and limping of the left lower limb persisting 4 months after a left ankle sprain. He underwent a whole-body bone scintigraphy with HDP-99mTc and overlapping image focused on the hip, which showed abnormal increased diffuse uptake in proximal and distal epiphysis of femurs and tibias showing higher uptake in femurs. It also showed, involvement of proximal epiphysis of humerus. Kidneys were not visible, suggesting bone superscan. Differential diagnosis was recommended with osteopetrosis, osteomalacy. Conclusion Bone scintigraphy can contribute for extensive skeletal evaluation and patients follow-up. Thus, bone scintigraphy may be useful in symptomatic and in asymptomatic patients with OP.

      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.012
       
  • Apport d’un nouveau score visuel en TEP/TDM au 18Fluorodeoxyglucose
           (18FDG) lors des récidives ganglionnaires de cancer ORL après traitement
           initial
    • Authors: F. Borrelly; M. Colombié; E. Bardet; O. Malard; C. Ferron; K. Buquet; L. Campion; D. Goulon; V. Fleury; D. Rusu; F. Kraeber-Bodéré; C. Rousseau
      Abstract: Publication date: Available online 2 August 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): F. Borrelly, M. Colombié, E. Bardet, O. Malard, C. Ferron, K. Buquet, L. Campion, D. Goulon, V. Fleury, D. Rusu, F. Kraeber-Bodéré, C. Rousseau
      Le curage cervical réalisé lors des récidives ganglionnaires de cancers ORL après radiothérapie initiale présente une importante morbidité. La TEP/TDM 18FDG semble intéressante dans cette indication, mais mérite une standardisation des interprétations. Notre objectif était d’élaborer une méthode d’interprétation des TEP 18FDG réalisées dans les suspicions de récidive loco-régionale des cancers ORL. Vingt-sept patients suivis pour cancer ORL traités initialement par radiothérapie±chimiothérapie, suspects de récidive ganglionnaire, ont été inclus rétrospectivement. Une TEP 18FDG a été réalisée avant curage ganglionnaire et obtention d’une preuve histologique. Les compte rendus initiaux, une échelle visuelle binaire, une échelle visuelle 5 grades « Deauville like » et des index semi-quantitatifs ont été analysés par 2 relecteurs indépendants. Dix-neuf patients (70 %) étaient en récidive ganglionnaire sur l’histologie. L’analyse des compte rendus TEP retrouvait 6 faux positifs (FP), 2 vrais négatifs (VN) et 19 vrais positifs (VP) soit des sensibilité (se), spécificité (sp), valeurs prédictives positives (VPP) et négatives (VPN) respectives de 100 %, 25 %, 76 % et 100 %. L’échelle binaire a reclassé 1/6 FP. Avec l’échelle « Deauville like », 4/6 FP ont été reclassés par le premier relecteur (p <0,001) et 5/6 par le second (p <0,002), améliorant la Sp et la VPP à 66 % et 95 %, respectivement. Le coefficient de concordance inter-observateur kappa (k) pour l’échelle « Deauville like » était égal à 0,88. L’analyse des paramètres semi-quantitatifs mesurés sur les images tels que le SUVmax, SUVmean, SUVpeak, MTV, TLG et SAM n’était pas statistiquement significative. Ces résultats préliminaires montrent l’intérêt de l’utilisation d’une échelle visuelle standardisée, particulièrement l’échelle « Deauville like », pour l’interprétation des TEP 18FDG lors des suspicions de récidive ganglionnaire de cancer ORL. New visual score in PET/CT 18Fluorodeoxyglucose (18FDG) to evaluate lymph node recurrence of head and neck cancer after initial treatment. Neck dissection for node recurrence of head and neck cancer is known for important morbidity after initial radiation therapy. 18FDG PET/CT in this situation looks interesting but needs standardized interpretation. Our objective was to develop a PET/CT interpretation method in suspicious locoregional head and neck recurrence. Twenty-seven patients with suspicious lymph node recurrence after initial radiation±chemotherapy for head and neck cancer were retrospectively included. 18FDG PET/CT was performed before neck dissection and histological data. Initial PET records, binary visual scale, five-point visual scale “Deauville like” and semi-quantitative index were assessed by 2 reviewers. A lymph node recurrence was confirmed in 19 patients (70%) based on histological results. PET records analysis found 6 false positive (FP), 2 true negative (TN) and 19 true positive (TP), with a sensibility (Se), specificity (Sp), positive predictive value (PPV) and negative predictive value (NPV) of 100%, 25%, 76% and 100%, respectively. Binary visual scale reclassified 1/6 FP. “Deauville like” criteria, reclassified 4/6 FP with the first reviewer (P <0.001) and 5/6 with the second (P <0.002), improving Sp and PPV of 66% and 95%, respectively. Kappa concordance coefficient for “Deauville like” scale was 0.88. Semi-quantitative index like SUVmax, SUVmean, SUVpeak, MTV, TLG and SAM showed no statistical value. Those preliminary results warrant a standardized visual scale, particularly the “Deauville like” criteria for 18FDG PET/CT interpretation in suspected lymph node recurrence of head and neck cancer.

      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.05.002
       
  • Un numéro 4–2017 un peu spécial…
    • Authors: Cazaentre Couturier
      Abstract: Publication date: July–August 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 4
      Author(s): M. Colombié, T. Cazaentre, O. Couturier


      PubDate: 2017-08-08T05:17:52Z
       
  • Place du scanner dans l’imagerie de l’hyperparathyroïdie
           primaire
    • Authors: S. Boury; O. Ernst
      Abstract: Publication date: Available online 17 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): S. Boury, O. Ernst
      L’hyperparathyroïdie primaire est un diagnostic biologique. Le traitement de référence est la chirurgie. Lorsqu’une chirurgie mini-invasive est envisagée, il est recommandé de réaliser une échographie cervicale et un examen scintigraphique pour localiser les glandes parathyroïdiennes hypertrophiées. Le scanner multiphasique (scanner 4D) est un examen très performant pour détecter et localiser précisément les adénomes parathyroïdiens. L’étude des densités permet de différencier l’adénome de la thyroïde et des ganglions qui sont les diagnostics différentiels. Sans injection, l’adénome est plus hypodense que la thyroïde avec un seuil fixé à 75UH. Sur la phase précoce après injection, l’adénome apparaît très hypervascularisé avec une densité>114UH. Le ganglion apparaît hypovascularisé avec une densité<114UH. Sur la phase tardive, il existe une baisse de la densité au sein de l’adénome, alors que la densité au sein du ganglion augmente. Le scanner parathyroïdien est indiqué en cas de négativité ou de discordance du couple échographie scintigraphie. Il est également fortement recommandé, en cas de persistance ou de récidive d’hyperparathyroïdie après chirurgie, ainsi que pour mieux étudier une ectopie parathyroïdienne. Primary hyperparathyroidism is a biological diagnosis. The reference treatment is surgery. When minimally invasive surgery is considered, it is recommended to perform a cervical ultrasound and a scintigraphic examination to localize the hypertrophied parathyroid glands. The multiphasic scanner (4D CT) is a very effective examination to detect and locate precisely the parathyroid adenomas. The study of densities makes it possible to differentiate the adenoma from the thyroid and the lymph nodes that are the differential diagnoses. Without injection, the adenoma is more hypodense than the thyroid with a threshold set at 75UH. On the early phase after injection, the adenoma appears very hypervascularized with a density>114UH. The ganglion appears hypovascularized with a density<114UH. In the late phase, there is a decrease in the density within the adenoma, while density within the ganglion increases. The parathyroid scan is indicated in case of negativity or discordance of the couple ultrasound scintigraphy. It is also strongly recommended, in case of persistence or recurrence of hyperparathyroidism after surgery, as well as to better study a parathyroid ectopy.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.010
       
  • Guide à la lecture et interprétation de l’imagerie PET des
           plaques amyloïdes
    • Authors: A. Denis; S. Dietemann; C. Noirot; P. Andryszak; S. Trombella; G.B. Frisoni; I. Mainta; V. Garibotto
      Abstract: Publication date: Available online 15 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A. Denis, S. Dietemann, C. Noirot, P. Andryszak, S. Trombella, G.B. Frisoni, I. Mainta, V. Garibotto
      Les dépôts extracellulaires de peptides bêta-amyloïdes constituent une des lésions histologiques nécessaires pour le diagnostic neuropathologique de la maladie d’Alzheimer. Pendant la dernière décennie, plusieurs traceurs PET ont été validés et ont maintenant une autorisation de mise sur le marché pour visualiser les plaques amyloïdes in vivo, avec des sensibilité et spécificité excellentes. L’objectif de cet article est de fournir un guide pratique à la lecture et à l’interprétation de ces images, ainsi que de décrire les perspectives de développement plus récentes ouvertes par cette modalité pour son intégration dans le processus diagnostique et la prise en charge des patients. The extracellular deposits of beta-amyloid are one of the histological lesions required for the neuropathological diagnosis of Alzheimer's disease. During the last decade, various PET tracers have been validated and have market authorization for the visualisation in vivo of amyloid plaques, with excellent sensitivity and specificity. The aim of this paper is to provide a practical guide for the visual read and interpretation of this image modality and to discuss its most recent developments for the integration in the diagnostic process and in patient management.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.008
       
  • Évaluation de la réponse thérapeutique après traitement par
           inhibiteurs des checkpoints (anticorps monoclonaux immunomodulateurs)
    • Abstract: Publication date: Available online 14 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): É. Fréneaux
      Une progression initiale suivie d’une réponse partielle ou complète prolongée (pseudoprogression) peut s’observer lors des traitements par inhibiteurs des checkpoints, notamment dans le mélanome. Ce schéma de réponse unique ne permet pas d’utiliser les critères de réponse métabolique ou morphologique habituels des chimiothérapies cytotoxiques. De nouveaux critères morphologiques spécifiques ont été proposés (irRC, iRECIST) introduisant notamment la notion de progression non confirmée, nécessitant une confirmation par une seconde évaluation avant de pouvoir conclure à une progression confirmée. Ces critères n’ont néanmoins pas encore été validés et doivent être utilisés comme tels en association avec les autres éléments d’évaluation, notamment cliniques. Il n’existe pas de critères de réponse métabolique pour cette catégorie de traitement, mais la possibilité de pseudoprogression métabolique doit être connue et nécessite, comme pour l’évaluation de la réponse morphologique, une confrontation au contexte clinique et, en l’absence de progression manifeste, une confirmation à distance avant de conclure à une progression métabolique confirmée. Early progression followed by partial or complete response (pseudoprogression) can be observed after treatment with immune checkpoint inhibitors, especially in melanoma. The metabolic and morphologic criteria usually recommended for cytotoxic chemotherapy response assessment are not suitable because of this unique pattern of response. New morphologic response criteria have been proposed (irRC, iRECIST), introducing the concept of unconfirmed progression requiring confirmation on a subsequent imaging assessment. These criteria have not yet been validated and should be used cautiously, along with the clinical status. No specific criteria have been proposed for metabolic response assessment but potential metabolic pseudoprogression should be kept in mind and, as well as morphologic assessment, requires consideration of the clinical status and, in the absence of an obvious progression, confirmation on a subsequent imaging before considering true metabolic progression.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
       
  • Que faire devant la découverte d’un nodule pulmonaire solide
           sur un CT ou un PET-CT
    • Authors: X. Montet; S.P. Martin; A.-L. Hachulla
      Abstract: Publication date: Available online 14 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): X. Montet, S.P. Martin, A.-L. Hachulla
      La découverte d’un nodule pulmonaire isolé sur un CT ou un PET-CT est un événement fréquent. Dès lorsqu’un nodule est découvert, la classification de ce nodule comme (1) très sûrement bénin, (2) très sûrement malin ou (3) de nature indéterminée devrait être entreprise. Les objectifs de cet article sont de présenter une approche diagnostique permettant une telle classification. Incidental discovery of pulmonary nodules is a frequent finding on a CT or a PET-CT examination. When found, those nodules should be classified as (1) certainly benign, (2) certainly malignant or (3) undetermined. The purpose of this paper is to present a diagnostic approach allowing such classification.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.007
       
  • Quantification and monitoring of PET/CT data in multicentre trials: The
           Swiss SAKK 56/07 trial experience
    • Authors: S. Gnesin; E. Deshayes; F. Camus; V. Dunet; J.O. Prior; F.R. Verdun
      Abstract: Publication date: Available online 14 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): S. Gnesin, E. Deshayes, F. Camus, V. Dunet, J.O. Prior, F.R. Verdun
      Aim To outline the importance of continuous monitoring of quantitative positron emission tomography (PET) data in multicentre trials to minimize quantitative bias in longitudinal intra-patient PET studies in light of the multicentre SAKK 56/07 experience in quantification and monitoring 18F-FDG PET/CT data. Patients and methods We collected 64 uniform phantom 18F-FDG PET acquisitions periodically at the enrolling centres (12 European institutions). A core-laboratory analysed them for standard uptake value (SUV) accuracy (desired 1.00±10%) and acceptable image noise was defined by a coefficient of variation (COV) less than 15%. In total, 151 patients 18F-FDG PET acquisitions (baseline and follow-up) were also collected and analysed to verify longitudinal coherence of main acquisition/reconstruction parameters (DICOM tags verification) and patient preparation, in particular the uptake time (desired uptake time [UT]=60±10min). Results Uniform phantom PET acquisition satisfied the inclusion criteria in 58/64 (89%) examinations. All PET scanner exhibited comparable SUV quantification, but we found large dispersion in terms of noise, with COV ranging 3–15%. Only 1 phantom PET acquisition was out of range with COV=21.5%. Patient data exhibited important variation in uptake time with UT=65±10min (mean±SD), with only 111/151 (74%) patients’ examinations satisfying inclusion criteria while 26% were out of range. Conclusions Regular monitoring of PET data in multicentre trials is capital to ensure longitudinal intra-patient PET data consistence and minimize quantitative bias while it helps to spread the culture of quality in participating centre. Recent EARL (EANM Research Ltd) standardization and unification of procedures is a welcome step in this direction.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.004
       
  • Comment je raisonne devant une masse rétropéritonéale
    • Authors: L. Vilcot; E. Bompas; A. Mervoyer; S. Houdebine; I. Doutriaux; P. Meingan; D. Geffroy; M. Ricaud; C. Labbe
      Abstract: Publication date: Available online 13 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): L. Vilcot, E. Bompas, A. Mervoyer, S. Houdebine, I. Doutriaux, P. Meingan, D. Geffroy, M. Ricaud, C. Labbe
      Les masses rétropéritonéales regroupent un ensemble de tumeurs très diverses comportant les tumeurs d’organe (reins, voies excrétrices et surrénales), les tumeurs rétropéritonéales primitives et secondaires. Les tumeurs rétropéritonéales primitives sont des tumeurs rares, le plus souvent malignes et de diagnostic tardif. Elles sont représentées pour plus de la moitié d’entre elles par des sarcomes. Leur rareté associée à une grande variété explique les difficultés diagnostiques. L’objectif de cet article est de répertorier les caractéristiques d’imagerie présentes sur le scanner et l’IRM permettant de proposer des hypothèses diagnostiques. En cas de suspicion de sarcome, il est recommandé avant toute prise en charge thérapeutique de se référer à un centre expert permettant une approche multidisciplinaire (pathologiste, radiologue, chirurgien et oncologue) et de pratiquer une analyse histologique par biopsie percutanée radioguidée par voie rétropéritonéale. The retroperitoneal masses are various and heterogeneous and include tumors from different organs (kidneys), the primary retroperitoneal tumors and metastasis. The primary retroperitoneal tumors are rare, frequently malignant with a delayed diagnosis. More than half of them are sarcoma. Rarity and heterogeneity of retroperitoneal tumors explain the difficulties of diagnostic. The goal of this article is to review the imaging characteristics of CT scan and RMN of retroperitoneal mass and to clarify the diagnosis. The management of sarcoma requires an expert multidisciplinary team (pathologist, radiologist, surgeon, oncologist) and pathology analysis by retroperitoneal transcutaneous biopsy.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.001
       
  • Rôle de l’échographie dans le diagnostic des kystes ovariens et des
           masses annexielles, en dehors de la grossesse et de la stimulation
           ovarienne
    • Authors: Loubeyre
      Abstract: Publication date: Available online 13 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): P. Loubeyre
      Cet article reprend les bases sémiologiques servant à la caractérisation des lésions ovariennes en imagerie, en particulier échographique. This article contains the semiological bases used to characterize ovarian lesions in imaging, especially ultrasound.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
       
  • Le bilan sénologique : indication et interprétation
    • Authors: Cassan
      Abstract: Publication date: Available online 13 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): T. Cassan
      Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme en France. L’objectif de cet article est d’énoncer les modalités du dépistage du cancer du sein en France et d’expliquer comment est réalisée l’interprétation des images et est réalisé le compte-rendu. Breast cancer is the most common cancer in women in France. The aim of this article is to describe modalities of detection and to explain how the images interpretation and the review are realized.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
       
  • Prise en charge thérapeutique des métastases osseuses en
           radiologie interventionnelle
    • Authors: A. David; R. Liberge; C. Labbe; C. Perret; F. Douane
      Abstract: Publication date: Available online 13 July 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A. David, R. Liberge, C. Labbe, C. Perret, F. Douane
      De multiples techniques de radiologie interventionnelle sont utilisées pour proposer des solutions antalgiques, consolidatrices et carcinologiques aux patients atteints de métastases osseuses. Les indications de ces traitements doivent être discutées en réunion de concertation pluridisciplinaire, en fonction de l’objectif (curatif ou palliatif), du risque fracturaire, ainsi que de l’état général du patient. Cet article a pour but de présenter les principales méthodes disponibles pour la prise en charge des métastases osseuses. La cimentoplastie consiste à injecter du polyméthylméthacrylate au sein des lésions osseuses par voie percutanée, dans un but de consolidation et de soulagement de la douleur. La thermoablation a pour objectif de détruire la lésion tumorale par le chaud (radiofréquence et micro-ondes) ou par le froid (cryothérapie), dans un but curatif ou palliatif (soulagement de la douleur). L’embolisation et la chimioembolisation artérielle consistent à dévasculariser une lésion tumorale hypervasculaire, à visée antalgique ou en prévision d’une chirurgie. Les différentes techniques peuvent être combinées dans les cas les plus complexes. A wide range of interventional radiology methods is currently available for the management of bone metastasis disease. Indications should be discussed in pluridisciplinary staff, depending of therapeutic intent (curative or palliative), risk of fracture, and general status of the patient. The aim of this article is to present these techniques. Cementoplasty, defined by percutaneous injection of polymethylmethacrylate into bone metastases, is used to relieve pain and prevent pathological fractures. Thermal ablation techniques are applied to achieve partial or complete destruction of bone lesions, by increasing (radiofrequency and micro-waves) or decreasing (cryoablation) intratumoral temperature. Arterial embolization and chemoembolization are used to reduce blood supply of bone tumors, in order to manage pain or before orthopedic surgery of hypervascular lesions. For the most complexes cases, combined treatment can be proposed.

      PubDate: 2017-07-21T17:06:45Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.06.002
       
  • Imagerie moléculaire et biomarqueurs des cancers thyroïdiens de souche
           vésiculaire : recommandations 2017 de SFMN/SFE/SFP/SFBC/AFCE/SFORL
    • Authors: A.-L. Giraudet; S. Bardet; M.-E. Toubert; P.-J. Lamy; S. Zerdoud; S. Leboulleux; J. Clerc; L. Leenhardt; C. Bournaud; A. Al Ghuzlan; I. Keller; L. Groussin; F. Sebag; R. Garrel; E. Mirallié; D. Taïeb; E. Hindié
      Abstract: Publication date: Available online 29 May 2017
      Source:Médecine Nucléaire
      Author(s): A.-L. Giraudet, S. Bardet, M.-E. Toubert, P.-J. Lamy, S. Zerdoud, S. Leboulleux, J. Clerc, L. Leenhardt, C. Bournaud, A. Al Ghuzlan, I. Keller, L. Groussin, F. Sebag, R. Garrel, E. Mirallié, D. Taïeb, E. Hindié


      PubDate: 2017-06-02T16:30:15Z
      DOI: 10.1016/j.mednuc.2017.03.002
       
  • Le mot de la présidente
    • Abstract: Publication date: May–June 2017
      Source:Médecine Nucléaire, Volume 41, Issue 3
      Author(s): F. Kraeber-Bodéré


      PubDate: 2017-05-12T16:18:20Z
       
  • Synopsis du programme scientifique
    • Abstract: Publication date: Available online 25 March 2017
      Source:Médecine Nucléaire


      PubDate: 2017-03-28T21:09:48Z
       
 
 
JournalTOCs
School of Mathematical and Computer Sciences
Heriot-Watt University
Edinburgh, EH14 4AS, UK
Email: journaltocs@hw.ac.uk
Tel: +00 44 (0)131 4513762
Fax: +00 44 (0)131 4513327
 
Home (Search)
Subjects A-Z
Publishers A-Z
Customise
APIs
Your IP address: 54.166.199.43
 
About JournalTOCs
API
Help
News (blog, publications)
JournalTOCs on Twitter   JournalTOCs on Facebook

JournalTOCs © 2009-2016