for Journals by Title or ISSN
for Articles by Keywords
help

Publisher: Elsevier   (Total: 2817 journals)

 A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z  

The end of the list has been reached or no journals were found for your choice.
Journal Cover Diabetes & Metabolism
  [SJR: 0.971]   [H-I: 62]   [60 followers]  Follow
    
   Full-text available via subscription Subscription journal
   ISSN (Print) 1262-3636
   Published by Elsevier Homepage  [2817 journals]
  • Association between metformin and vitamin B12 deficiency in patients with
           type 2 diabetes: A systematic review and meta-analysis
    • Abstract: Publication date: Available online 26 April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): L.E. Chapman, A.L. Darling, J.E. Brown
      Aim Metformin is the most widely used oral hypoglycaemic drug, but it may lower B12 status, which could have important clinical implications. We undertook a systematic review and meta-analysis of the relationship between metformin use and vitamin B12 deficiency in persons with type 2 diabetes. Methods Electronic database searches were undertaken (1st January 1957–1st July 2013) using the Cochrane library, Scopus, CINAHL, Grey literature databases, Pub Med Central, NICE Clinical Guidelines UK, and ongoing clinical trials. Included studies were of any study design, with data from patients with type 2 diabetes of any age or gender, taking any dose or duration of metformin. Planned primary outcomes were serum vitamin B12 levels, % prevalence or incidence of vitamin B12 deficiency and risk of vitamin B12 deficiency. Results Twenty-six papers were included in the review. Ten out of 17 observational studies showed statistically significantly lower levels of vitamin B12 in patients on metformin than not on metformin. Meta-analysis performed on four trials demonstrated a statistically significant overall mean B12 reducing effect of metformin of 57pmol/L [WMD (fixed)=–0.57 (95% CI: –35 to –79pmol/L)] after 6weeks to 3months of use. Conclusion The evidence from this review demonstrates an association between metformin usage and lower levels of vitamin B12 by 57pmol/L, which leads to frank deficiency or borderline status in some patients with type 2 diabetes. This suggests that it is prudent to monitor B12 levels in these patients who are at increased risk of deficiency.


      PubDate: 2016-04-29T22:41:22Z
       
  • The association between endostatin and kidney disease and mortality in
           patients with type 2 diabetes
    • Abstract: Publication date: Available online 11 April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): A.C. Carlsson, C.J. Östgren, T. Länne, A. Larsson, F.H. Nystrom, J. Ärnlöv
      Aim Circulating endostatin, a biologically active derivate of collagen XVIII, is considered to be a marker of kidney disease and a risk factor for its related mortality. However, less is known of the role of endostatin in diabetes and the development of diabetic nephropathy. For this reason, our study investigated the associations between circulating endostatin and the prevalence and progression of kidney disease, and its mortality risk in patients with type 2 diabetes (T2D). Methods This was a cohort study of 607 patients with T2D (mean age: 61 years, 44% women). Estimated glomerular filtration rate (eGFR), calculated using the Chronic Kidney Disease Epidemiology Collaboration (CKD-EPI) creatinine equation, was used to assess the patients’ kidney function decline and mortality. Results Of the total study cohort, 20 patients declined by ≥20% in eGFR over 4 years, and 44 died during the follow-up (mean duration: 6.7 years). At baseline, participants with diabetic nephropathy (defined as eGFR<60mL/min/1.73m2) and/or microalbuminuria [defined as a urinary albumin-to-creatinine ratio (ACR)>3g/mol] had higher median levels of endostatin than those without nephropathy (62.7μg/L vs 57.4μg/L, respectively; P =0.031). In longitudinal analyses adjusted for age, gender, baseline eGFR and ACR, higher endostatin levels were associated with a higher risk of decline (≥20% in eGFR, OR per 1 SD increase: 1.73, 95% CI: 1.13–2.65) and a higher risk of mortality (HR per 1 SD increase: 1.57, 95% CI: 1.19–2.07). Conclusion In patients with T2D, circulating endostatin levels can predict the progression of kidney disease and mortality independently of established kidney disease markers. The clinical usefulness of endostatin as a risk marker in such patients merits further studies.


      PubDate: 2016-04-29T22:41:22Z
       
  • Sustained effects of a protein and lipid preload on glucose tolerance in
           type 2 diabetes patients
    • Abstract: Publication date: Available online 12 April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): D. Tricò, E. Filice, S. Baldi, S. Frascerra, A. Mari, A. Natali
      Background Small amounts of nutrients given as a ‘preload’ can reduce post-meal hyperglycaemic peaks in type 2 diabetes (T2D) patients by activating a number of mechanisms involved in glucose homoeostasis. This study was undertaken to ascertain whether this positive effect extends to the late absorptive phase and to identify the main mechanisms involved. Material and methods Eight well-controlled T2D patients, aged 40–70 years, were randomized to consume a ‘preload’ of either water or non-glucidic nutrients (50g of Parmesan cheese, one boiled egg) 30min before a 300-min oral glucose tolerance test. Results After the nutrient preload, significant reductions were observed in peak glucose (−49%; P <0.02), total plasma glucose (iAUC: −28%; P <0.03), exogenous glucose (iAUC: −30%; P <0.03) and insulin clearance (−28%; P <0.04), with enhancement of insulin secretion (iAUC: +22%; P <0.003). These effects were associated with higher plasma levels of GLP-1 (iAUC: +463%; P <0.002), GIP (iAUC: +152%; P <0.0003) and glucagon (iAUC: +144%; P <0.0002). Conclusion In T2D patients, a protein and lipid preload improves glucose tolerance throughout the whole post-absorptive phase mainly by reducing the appearance of oral glucose, and improving both beta-cell function and insulin bioavailability.


      PubDate: 2016-04-29T22:41:22Z
       
  • Deletion of microRNA miR-146a does not prevent streptozotocin-induced
           murine autoimmune type 1 diabetes
    • Abstract: Publication date: Available online 25 April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): C. Yin, M. Weiland, Z.-M. Miao, C. Li, L. Zhou, Q.-S. Mi



      PubDate: 2016-04-29T22:41:22Z
       
  • Using continuous glucose monitoring to assess contributions of premeal and
           
    • Abstract: Publication date: Available online 7 April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): S.-D. Lin, S.-L. Su, S.-Y. Wang, S.-T. Tu, S.-R. Hsu
      Aim This study aimed to determine the contributions of basal excess glycaemia (BEG) and prandial excess glycaemia (PEG) to overall excess glycaemia in type 2 diabetes (T2D) patients treated with metformin alone. Methods Outpatients with T2D treated with metformin alone (n =46) who underwent continuous glucose monitoring (CGM) were divided into tertiles according to glycated haemoglobin (HbA1c) levels. For each CGM trace, the glucose area under the curve (AUC)>5.5mmol/L was expressed as the AUCoverall, representing overall excess glycaemia. The sum of glucose AUCs above the premeal glucose level at 4h after breakfast, lunch and dinner was expressed as the AUCpeg, representing PEG. The contribution of PEG to overall excess glycaemia was calculated as (AUCpeg/AUCoverall)×100%. The contribution of BEG was calculated as [(AUCoverall −AUCpeg)/AUCoverall]×100%. Factors related to PEG contribution were also analysed. Results BEG constituted more than half the overall excess glycaemia in all HbA1c tertiles. The contribution of PEG was negatively correlated with HbA1c and mean glucose values before each meal. Prebreakfast and predinner glucose values were the dominant factors affecting PEG contribution and was independent of HbA1c. Conclusion In patients treated with metformin alone, BEG was the major contributor to excess glycaemia at HbA1c levels ≥7.7%, while PEG and BEG contributions were similar and stable below this level. For HbA1c levels ≥7.7%, add-on therapy to metformin should preferentially target control of BEG, whereas targeting both BEG and PEG could be of equivalent importance with lower HbA1c levels.


      PubDate: 2016-04-09T08:04:41Z
       
  • Effect of insulin analogues on frequency of non-severe hypoglycaemia in
           patients with type 1 diabetes prone to severe hypoglycaemia: The
           HypoAna trial
    • Abstract: Publication date: Available online 7 April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): R.M. Agesen, P.L. Kristensen, H. Beck-Nielsen, K. Nørgaard, H. Perrild, J.S. Christiansen, T. Jensen, P. Hougaard, H.H. Parving, B. Thorsteinsson, L. Tarnow, U. Pedersen-Bjergaard
      Aim Insulin analogues reduce the risk of hypoglycaemia compared with human insulin in patients with type 1 diabetes (T1D) and minor hypoglycaemia problems. The HypoAna trial showed that, in patients with recurrent severe hypoglycaemia, treatment based on insulin analogues reduces the risk of severe hypoglycaemia. The present study aims to assess whether this also applies to non-severe hypoglycaemia events during the day and at night. Methods This 2-year investigator-initiated multicentre, prospective, randomized, open, blinded endpoint (PROBE) trial involved patients with T1D and at least two episodes of severe hypoglycaemia during the previous year. Using a balanced crossover design, patients were randomized to basal–bolus therapy based on analogue (detemir/aspart) or human (NPH/regular) insulins. A total of 114 participants were included. Endpoints were the number of severe hypoglycaemic events and non-severe events, including documented symptomatic and asymptomatic episodes occurring during the day and at night (ClinicalTrials.gov number: NCT00346996). Results Analogue-based treatment resulted in a 6% (2–10%; P =0.0025) overall relative risk reduction of non-severe hypoglycaemia. This was due to a 39% (32–46%; P <0.0001) reduction of non-severe nocturnal hypoglycaemia, seen for both symptomatic (48% [36–57%]; P <0.0001) and asymptomatic (28% [14–39%]; P =0.0004) nocturnal hypoglycaemia episodes. No clinically significant differences in hypoglycaemia occurrence were observed between the insulin regimens during the day. The time needed to treat one patient with insulin analogues to avoid one episode (TNT1) of non-severe nocturnal hypoglycaemia was approximately 3 months. Conclusion In T1D patients prone to severe hypoglycaemia, treatment with analogue insulin reduced the risk of non-severe nocturnal hypoglycaemia compared with human insulin.


      PubDate: 2016-04-09T08:04:41Z
       
  • A common variation of the PTEN gene is associated with peripheral insulin
           resistance
    • Abstract: Publication date: Available online 8 April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): L. Grinder-Hansen, R. Ribel-Madsen, J.F.P. Wojtaszewski, P. Poulsen, L.G. Grunnet, A. Vaag
      Aim Phosphatase and tensin homologue (PTEN) reduces insulin sensitivity by inhibiting the phosphatidylinositol 3-kinase (PI3K)/v-akt murine thymoma viral oncogene homologue (Akt) pathway. This study investigated how a common single nucleotide polymorphism near PTEN, previously associated with fasting levels of plasma insulin and glucose, influences in vivo glucose metabolism and insulin signalling. The primary outcome measure was the gene variant's association with peripheral glucose disposal rate and, secondarily, whether this association was explained by altered activities of PTEN targets PI3K and Akt. Methods A total of 183 normoglycaemic Danes, including 158 twins and 25 singletons, were genotyped for PTEN rs11202614, which is in complete linkage disequilibrium with rs2142136 and rs10788575, which have also been reported in association with glycaemic traits and type 2 diabetes (T2D). Hepatic and peripheral insulin sensitivity was measured using tracer and euglycaemic–hyperinsulinaemic clamp techniques; insulin secretion was assessed by intravenous glucose tolerance test; and muscle biopsies were taken during insulin infusion from 150 twins for measurement of PI3K and Akt activities. Results The minor G allele of PTEN rs11202614 was associated with elevated fasting plasma insulin levels and a decreased peripheral glucose disposal rate, but not with the hepatic insulin resistance index or insulin secretion measured as the first-phase insulin response and disposition index. The single nucleotide polymorphism was not associated with either PI3K or Akt activities. Conclusion A common PTEN variation is associated with peripheral insulin resistance and subsequent risk of developing T2D. However, the association with insulin resistance is not explained by decreased proximal insulin signalling in skeletal muscle.


      PubDate: 2016-04-09T08:04:41Z
       
  • CO-11: Augmentation de la réponse au stress chez des souris
           dépourvues de néoglucogenèse intestinale
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): F. Sinet, M. Soty, B. Guiard, G. Malleret, A. Stefanutti, M. Raffin, G. Mithieux, A. Gautier-stein
      Introduction Plusieurs études épidémiologiques suggèrent un lien entre diabète de type 2 (DT2) et dépression. Un taux élevé de glucocorticoïdes circulants, lié à une dérégulation de l'axe hypothalamique-hypophysaire-adrénalien (HPA), pourrait être un mécanisme commun aux deux pathologies. La néoglucogenèse intestinale (NGI) a des effets bénéfiques contre le développement du DT2 via la stimulation des nerfs vagal et spinal ciblant l'hypothalamus. La suppression spécifique de la NGI induit un état de prédiabète associé à une élévation des glucocorticoïdes circulants. Nous avons étudié si l'absence de NGI induisait en parallèle un phénotype dépressif associé à une dérégulation de l'axe HPA. Matériels et Méthodes Étude de l'état anxio-dépressif de souris dépourvues de NGI (invalidées spécifiquement pour la glucose-6-phosphatase intestinale (I-G6pc-/-)) et de souris sauvages (WT) par différents tests de comportement, étude de la neurogenèse hippocampique et dosage de la sécrétion de corticostérone (condition basale et stress aigu). Étude des voies moléculaires impliquées dans la résistance aux glucocorticoïdes par western blots. Résultats Les souris I-G6pc-/- développent des altérations phénotypiques et neurobiologiques caractéristiques d'un état anxio-dépressif. La latence est diminuée de 11 % et le temps d'immobilité augmenté de 8 % chez les souris I-G6pc-/- dans le test de la nage forcée (p <0,05). Les souris I-G6pc-/- pré-sentent dans l'hippocampe une diminution de 39 % du marquage Ki67 et d'au moins 20 % des protéines régulatrices de la neurogenèse (Bran-Derived Neurotrophic Factor, CREB). Les souris I-G6pc-/- présentent des taux plasmatiques de corticostérone 1,7X plus élevés que les souris WT (p <0,05) ainsi qu'une diminution du rétrocontrôle négatif de l'axe HPA exercé par les glucocorticoïdes. Ce rétrocontrôle s'exerce notamment au niveau de l'hippocampe qui inhibe la production hypothalamique de corticolibérine. Les souris I-G6pc-/- présentent une augmentation de 20 % de l'expression de corticolibérine dans l'hypothalamus et une diminution de 19 % de l'expression du récepteur aux glucocorticoïdes au niveau de l'hippocampe, par rapport aux souris WT (p <0,05). Conclusions: La suppression de la NGI induit une résistance aux glucocorticoïdes associée aux caractéristiques phénotypiques et neurobiologiques de la dépression. La NGI pourrait donc être un régulateur clef des fonctions de l'hypothalamus, contrôlant le métabolisme glucidique et le comportement émotionnel.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-07: Réseaux de Gènes en Interaction dans le Muscle En
           Surnutrition (étude RÉGIMES)
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): G. Grenet, M. Laville, H. Vidal, E. Meugnier, S. Ballereau, L. Tappy, C. Auffray
      Introduction Nous avons observé une diminution de l'oxydation lipidique au cours de surnutritions expérimentales. Nous en avons recherché les mécanismes en caractérisant l'adaptation du transcriptome musculaire à ces alimentations hypercaloriques. Matériels et Méthodes Deux études de surnutrition ont été réalisées chez des hommes adultes en bonne santé : une lipidique (LPD) de 56 jours (+2,6±1,5kg) et une en fructose (FRC) de 7 jours (+0,8±0,8 kg). L'oxydation lipidique à jeun était mesurée par calorimétrie indirecte. L'effet de la surnutrition sur l'expression des gènes a été mesurée par puce à ADN dans des biopsies musculaires. Les gènes différemment exprimés (DEG) entre avant et après surnutrition ont été recherchés pour chacune puis pour les deux études (méta-analyse). Une annotation fonctionnelle a été réalisée sur les DEG pour identifier les voies métaboliques significativement représentées. 1 000 permutations aléatoires entre les puces avant et après ont été réalisées pour éliminer des faux positifs. Résultats Les données transcriptomiques de 12 sujets pour LPD et de 10 pour FRC ont été analysées. La voie métabolique de la béta-oxydation des acides gras (BOAG) était significativement représentée parmi les 1 573 DEG stimulés par LPD et les 802 réprimés par FRC, une dizaine de gènes de la BOAG tels que CPT2, HADHA, étant parmi les DEG. L'expression de CPT1 était diminuée dans FRC mais non modifiée dans LPD, qui augmentait l'expression d'ACACA. La méta-analyse confirmait ces résultats et montrait des modifications d'expression de gènes liés à la voie mTOR. Les permutations aléatoires n'identifiaient pas ces voies métaboliques comme de faux positifs. Conclusions L'excès calorique induisait une diminution de l'oxydation lipidique à jeun et une modification de l'expression musculaire des gènes de la BOAG de façon différente selon le nutriment en excès. L'augmentation de l'expression constatée avec LPD pourrait être réactionnelle à une diminution de l'entrée des acides gras libres dans la mitochondrie. Une analyse des réseaux de co-expressions différentielles est en cours.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-13: Association du gène FTO au syndrome métabolique ou à
           ses composantes chez la population tunisienne
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): S. Elouej, H. Belfki-Benali, M. Nagara, R. Attaoua, O. Sallem, I. Kamoun, M. Chargui, L. Romdhane, H. Jamoussi, Z. Turki, A. Abid, C. Ben Slama, S. Bahri, S. Abdelhak, F. Grigorescu, R. Kefi
      Introduction Plusieurs études ont rapporté une association entre les polymorphismes du gène FTO (fat mass and obesity associated gene) et l'indice de masse corporelle (IMC) ou l'obésité. Cependant, cette association n'a pas encore été étudiée chez la population tunisienne. Dans le contexte du projet Européen MEDIGENE (FP7-279171-1), nous avons proposé de tester l'association du polymorphisme rs9939609 du gène FTO et ses haplotypes avec le syndrome métabolique (SMet) et ses composantes chez la population tunisienne. Patients et Méthodes Un total de 685 sujets tunisiens bien caractérisés sur le plan métabolique ont été génotypés pour le polymorphisme rs9939609 T>A. Le génotypage par descrimination allélique a été effectué en utilisant la techniqueTaqMan. Deux polymorphismes rs1421085 T>C et rs8057044 A>G déjà génotypés dans une étude précédente ont été investigués pour tester l'association des haplotypes du gène FTO au SMet. Les analyses statistiques ont été réalisées à l'aide des logiciels Haploview et R. Résultats Nos résultats on montré que la répartition des génotypes du polymorphisme rs9939609 était différente entre les patients atteints de SMet et les contrôles (P =0,017). Les individus porteurs du génotype TA avaient un risque significativement plus élevé au SMet (OR=1,54 ; 95 % CI=1,11 – 2,14 ; p =0,009) indépendamment de l'IMC ou de l'âge. Le variant rs9939609 a également été associé à des valeurs de glycémie à jeun plus élevé (OR=1,7 ; 95 % CI=1,23-2,43 ; p =0,002). L'association haplotypique a montré que parmi les huit haplotypes observés chez la population étudiée, l'haplotype GCA était significativement associé à un risque plus élevé de développer un SMet (OR=3,81 ; 95 % CI=0,987-9,86 ; p =0,015). Cet haplotype était aussi associé à une élévation de la pression artérielle systolique, des niveaux plus élevés de la glycémie à jeun et de triglycérides. Conclusions: Cette étude fournit la première évidence de l'association des polymorphismes du gène FTO avec le syndrome métabolique et ses composantes chez la population tunisienne.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-19: Effets neuroprotecteurs de l'activation des récepteurs B1 des
           kinines chez la souris diabétique soumise à une ischémie
           cérébrale
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): D. Desposito, G. Zadigue, C. Taveau, C. Adam, N. Bouby, F. Alhenc-Gelas, R. Roussel
      Introduction L'accident vasculaire cérébral est une cause majeure de décès et d'handicap. Le diabète est un facteur important de mauvais pronostic. Aujourd'hui, il n'existe aucun traitement neuroprotecteur efficace. L'activation du Sytème Kallicréine-Kinine a déjà montré des effets bénéfiques dans l'ischémie cardiaque et périphérique mais le rôle de ce système dans l'ischémie cérébrale est très controversé. L'objectif de cette étude expérimentale a été de rechercher les effets de l'activation spécifique des récepteurs B1 ou des récepteurs B2 des kinines dans un modèle d'ischémie cérébrale transitoire chez la souris diabétique ou non. Matériels et Méthodes L'ischémie-reperfusion cérébrale a été induite par la technique du monofilament chez des souris présentant un diabète de type 1 (occlusion 60min, 8 semaines de diabète, diabète induit par la streptozotocine). Les agonistes des RB1 et des RB2 ont été administrés dès la reperfusion par minipompes (720 ou 240nmol/kg.j-1). À J2, l'atteinte comportementale a été mesurée par un score neurologique basé sur une batterie de tests comportementaux. L'atteinte tissulaire a été mesurée après coloration au TTC et à l'hématoxyline-éosine. Résultats Le diabète aggrave l'atteinte comportementale et l'atteinte neurologique après ischémie cérébrale. Le traitement par l'agoniste RB2 augmente la mortalité après une ischémie cérébrale chez la souris non-diabétique (> 60 %) et chez la souris diabétique (> 80 %). Malgré une augmentation des niveaux d'ARNm de RB1 (x2,3) en réponse à l'ischémie, le traitement par l'agoniste RB1 n'a pas d'effet chez la souris non-diabétique. En revanche, chez la souris diabétique, le traitement par le RB1, testé à deux doses différentes (720 ou 240nmol/kg.j-1), réduit significativement le déficit comportemental et la taille de la zone infarcie (− 68 % en moyenne) deux jours après l'ischémie. Conclusions L'activation des RB2 augmente la mortalité par des mécanismes impliquant probablement un œdème cérébral, une hypotension et une insuffisance rénale. L'activation des RB1 n'a aucun effet chez les souris non-diabétiques, mais chez les souris diabétiques, il réduit la taille de l'infarctus et améliore la récupération comportementale. Des études supplémentaires sont nécessaires pour rechercher les mécanismes associés aux effets neuroprotecteurs de l'activation des RB1.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-12: Guérison du diabète de la souris Ob après chirurgie
           bariatrique indépendamment du poids, du GLP-1 et de la flore
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): C. Amouyal, J. Castel, J. Denom, S. Migrenne, A. Lacombe, M. Berthault, E. Prifti, K. Clement, S. Luquet, C. Magnan, F. Andreelli
      Introduction Le diabète de type 2 est rapidement amélioré par la chirurgie bariatrique. Nous avons étudié la masse et la fonctionnalité du pancréas endocrine après l'entéro-gastro-anastomose (EGA) chez la souris Ob. Matériels et Méthodes Des souris mâles Ob/ob ont été opérées soit d'une EGA (Ob-EGA) soit d'une chirurgie contrôle (groupe Ob-Sham) et comparés à un groupe de souris Ob traitées par leptine (Ob-Leptine). Pour chaque groupe sont obtenus avant et 30 jours après les paramètres suivants : prise alimentaire, poids et composition corporelle, tolérance orale au glucose (sécrétion de l'insuline, du C peptide et du GLP-1), tolérance à l'insuline (ITT), flore caecale (analyse 16S). Au sacrifice, les pancréas sont prélevés pour une étude immunohistochimique. Résultats Trente jours après l'intervention, l'EGA n'induisait pas de changement de prise alimentaire ni de poids corporel par rapport aux Ob-sham. Malgré la persistance de cette obésité, la glycémie basale et la tolérance au glucose étaient significativement diminuées dans le groupe Ob-EGA par rapport aux Ob-Sham (glycémie basale : 1,25±0,15g/L vs 2,06 +/0,29g/L, p <0,05 ; AUC glucose : 232±14 vs 396±96, p <0,05 respectivement). Cette amélioration de l'homéostasie glucidique était en rapport avec une amélioration de l'insulino-sécrétion et contrastait avec l'absence d'augmentation du GLP-1 circulant durant la charge en glucose et l'absence d'amélioration significative de la sensibilité à l'insuline durant l'ITT. Seule une amélioration très partielle de la tolérance au glucose était constatée dans le groupe Ob-Leptine malgré une réduction significative de la prise alimentaire et du poids corporel. Enfin, la flore caecale ne différait pas entre les groupes Ob-EGA et Ob-sham. En post-opératoire, la masse des cellules bêta pancréatiques était deux fois plus élevée dans le groupe Ob-EGA que dans le groupe Ob-sham. Discussions Notre étude montre que chez la souris Ob, la disparition du diabète après EGA est liée à l'amélioration de la fonctionnalité du pancréas endocrine par des mécanismes spécifiques non reproduits par le traitement par leptine. Cet effet est indépendant du poids, de la prise alimentaire, de la flore ceacale et de la sécrétion de GLP-1.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-06: Mortalité associée au diabète de l'enfant au
           Cameroun
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): G. Lemdjo, M. Etoa, S. Ngo Um, M. Dehayem, E. Sobngwi, J. Mbanya
      Introduction Le diabète de l'enfant est associé à un très fort taux de mortalité en Afrique noire sub-saharienne faute de diagnostic précoce et d'accès limité aux soins de qualité de la majorité des enfants concernés. Le but de cette étude était de déterminer le taux de mortalité et les causes des décès du diabète de l'enfant cinq ans après la mise en place d'un projet offrant la gratuité des soins à tout enfant vivant avec le diabète au Cameroun. Matériels et Méthodes Durant la période d'octobre 2010 à octobre 2015, nous avons répertorié tous les cas de décès d'enfants diabétiques suivis dans le projet « Changing Diabetes in Children (CDiC) ». Il s'agit d'un projet qui offre des soins gratuits du diabète au Cameroun à tous les enfants âgés d'au plus 18 ans à l'inclusion. Nous avons analysé les dossiers médicaux des enfants concernés et interrogé les médecins/infirmiers et les parents sur les circonstances et les causes possibles de décès. Résultats Cinq cent vingt-huit enfants (277 garçons, 251 filles), âgés de 16±4 ans et avec majoritairement un diabète de type 1 (97 %) ont été enrôlés dans le projet pendant la période d'étude. Cinquante-trois décès (10 %) ont été enregistrés avec un taux de décès variant entre 5 à 17,5 % suivant la région des enfants. Les principales causes de décès étaient l'acido-cétose (10 cas soit 18,8 %), les infections (6 cas soit 11,3 %), l'insuffisance rénale (5 cas soit 9,4 %), les hypoglycémies sévères (4 cas soit 7,5 %). Quarante-quatre décès sont survenus en dehors du milieu hospitalier. Certains décès liés à l'acido-cétose étaient dus à la soustraction du projet de l'enfant par ses parents au profit de médications indigènes ou des prières. Conclusions Bien qu'en forte régression avec la gratuité des soins, le taux de mortalité du diabète de l'enfant reste très élevé au Cameroun comparé à l'occident du fait de l'environnement, des comportements de la population mais aussi de l'organisation du système de santé.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-18: Intérêt pronostique du score de risque
           génétique pour la prédiction du déclin de la fonction
           rénale chez les patients diabétiques de type 2
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): P. Barbieux, E. Gand, P. Zaoui, P. Saulnier, S. Ragot, G. Ducrocq, J. Halimi, C. Hulin-Delmotte, P. Llaty, D. Montaigne, V. Rigalleau, R. Roussel, P. Sosner, S. Hadjadj
      Introduction La néphropathie diabétique est une pathologie complexe comprenant l'interaction des facteurs environnementaux et génétiques. L'hypothèse selon laquelle l'information génétique permettrait une prédiction du risque d'insuffisance rénale chronique chez les patients diabétiques de type 2 n'a pas été testée. Matériels et Méthodes Nous avons sélectionné 18 polymorphismes mononucléotidiques (SNPs) identifiés par le CKD consortium comme associés avec la fonction rénale ou l'insuffisance rénale terminale et construit un score de risque génétique compris entre 0 et 100 %. Nous avons déterminé ce score de risque génétique chez les patients diabétiques de type 2 d'origine Caucasienne issus de la cohorte SUR-DIAGENE. Le critère de jugement principal était la survenue d'événements rénaux, définis par le doublement de la créatinine soutenue plus d'un mois et/ou l'insuffisance rénale terminale. Les critères secondaires étaient les évolutions du débit de filtration glomérulaire, et le risque de mort toute cause. Résultats Dans notre population d'étude (n =1 316), le score de risque génétique médian était de 50,0 % (min =27,8 %, max=72,2 %). À l'inclusion, le score de risque génétique n'était pas différent selon le stade d'insuffisance rénale (p =0,296). Au cours du suivi (médiane 67 mois), 80 événements rénaux sont survenus, soit une incidence de 1,1 % personne.années (IC 95 % : 0,8 %-1,3 %). Il n'y avait pas de différence significative entre les scores de risque génétique des 80 patients ayant un événement rénal au cours du suivi et les autres patients : HR=1,08 (IC 95 % : 0,82-1,44) ; p =0,578. Le score de risque génétique n'était pas lié à la trajectoire des DFG (p =0,491). Au cours du suivi, 383 patients sont décédés. Il n'y avait pas de différence entre les scores des patients décédés pendant le suivi et les autres : HR=1,06 (IC 95 % : 0,84-1,09) ; p =0,526. Conclusions Dans notre cohorte de patients diabétiques de type 2, le score de risque génétique basé sur 18 SNPs identifiés par le CKD consortium n'a pas de valeur pronostique pour l'insuffisance rénale ou la vitesse de déclin de fonction rénale.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-05: Diabète : quel coût pour l'assurance maladie en 2012, par
           poste de dépense et par région '
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): A. Aguade, G. De Lagasnerie, P. Denis, C. Gastaldi-Ménager, A. Fagot-Campagna, C. Gissot, D. Polton
      Objectif Réalisée sur la population du régime général en France (59 millions d'individus), cette étude estime le coût du diabète pour l'Assurance maladie, aux niveaux national et régional, en distinguant notamment les remboursements spécifiques à la prise en charge du diabète (antidiabétiques, HbA1c, matériel d'injection et de surveillance, hospitalisations pour diabète, consultations d'endocrinologie, etc.) des autres dépenses mobilisées pour la prise en charge de cette pathologie et de ses complications. Matériels et Méthodes Un algorithme appliqué aux données du SNIIRAM (Système National d'Information Inter-Régimes de l'Assurance Maladie) repère une personne diabétique sur la base d'au moins trois remboursements d'antidiabétiques en 2012, ou en 2011, ou si elle est exonérée au titre d'une Affection de Longue Durée diabète en 2012. Les postes de dépenses spécifiques au diabète sont affectés intégralement au coût de cette pathologie. Pour les postes de dépenses non-spécifiques, le surcroît de remboursements versé aux patients diabétiques est mesuré par modélisation par rapport aux témoins d'âge et sexe comparables. Une comparaison régionale des dépenses moyennes remboursées par patient est également effectuée en contrôlant sur l'âge et le sexe. Résultats La population diabétique représentait 5 % de la population assurée par le régime général (qui couvre 86 % de la population) en 2012. La dépense remboursée pour la prise en charge du diabète et de ses complications s'élevait à 10 milliards d'euros, soit 8 % des remboursements totaux versés à toute la population. Les remboursements spécifiques au diabète représentaient 20 % des dépenses totales pour diabète et le surcroît de remboursements pour les autres postes de dépenses non spécifiques, 80 %. Les séjours hospitaliers (tous motifs) représentaient une part importante du coût global du diabète (22 %). La dépense moyenne par patient était estimée à 3 400 €, avec des disparités régionales (3 040 € à 5 080 €) liées aux caractéristiques des patients (insulinothérapie) et à leur recours aux soins (hospitalier). Conclusions Cette étude identifie les postes de dépenses, en particulier hospitalières mais aussi non spécifiques du diabète, qui représentent un enjeu dans le cadre de la prise en charge du diabète et de ses complications, et leur variabilité régionale.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-17: Polymorphismes du gène de la t-cadhérine (CDH13),
           
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): A. Nicolas, N. Bellili-Munoz, R. Aubert, B. Balkau, F. Bonnet, G. Velho, M. Marre, R. Roussel, F. Fumeron
      Introduction Le Fatty Liver Index (FLI), indice de stéatose hépatique, prédit la survenue du diabète de type 2 à 9 ans dans l'étude D.E.S.I.R. L'adiponectine est une adipocytokine insulino-sensibilisatrice inversement associée à la stéatose hépatique. Nous avons montré que les polymorphismes du gène de la t-cadhérine (CDH13), récepteur des formes actives de l'adiponectine, sont associés au diabète de type 2 et à l'adiponectinémie. Le but de notre étude est d'approfondir les relations entre variations génétiques de CDH13 et le FLI. Patients et Méthodes Quatre polymorphismes de CDH13 (rs11646213, rs12051272, rs3865188, rs4783244) ont été génotypés dans la cohorte issue de la population générale, D.E.S.I.R. Nous avons sélectionné les sujets consommant des doses d'alcool < 30g/jour pour les hommes et < 20g/jour pour les femmes (n =3 650). Les concentrations initiales d'adiponectine ont été dosées chez des sujets devenus hyperglycémiques à 3 ans et des témoins normoglycémiques appariés pour le sexe, l'âge et l'indice de masse corporelle (IMC) (N =400). Nous avons réparti le FLI en deux classes en fonction du seuil discriminant pour la survenue du diabète de type 2 dans D.E.S.I.R. (< 70 et≥70). Les relations entre polymorphismes et FLI ont été estimées par régression logistique, avec ajustement sur les facteurs confondants (sexe, âge, IMC, consommation d'alcool). Résultats Dans D.E.S.I.R., le FLI est inversement corrélé à la concentration d'adiponectine (p <0,0001). Les 4 polymorphismes sont associés au FLI. Le risque d'avoir un FLI≥70, à l'entrée et à la fin de l'étude, est diminué chez les porteurs de l'allèle mineur du rs3865188 (début : OR=0,72 [95 % IC 0,57-0,92] ; fin : OR=0,75 [0,61-0,92]) et du rs4783244 (début : OR=0,74 [0,58-0,95] ; fin : OR=0,77 [0,62-0,94]). Ce risque est augmenté en début d'étude pour les porteurs de l'allèle mineur du rs12051272 (OR=5,55 [1,19-26,0]) et en fin d'étude pour les porteurs de l'allèle mineur du rs11646213 (OR=1,22 [1-1,49]). Les résultats restent significatifs après ajustement sur l'HbA1c. Conclusions Les polymorphismes de CDH13, associés au diabète de type 2, sont également associés au FLI dans la population française. Cette association pourrait s'expliquer par des variations d'adiponectinémie et suggérer un lien de causalité.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-16: Nouveaux marqueurs épigénétiques spécifiques du
           foie chez les obèses diabétiques de type 2
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): S. Cauchi, L. Yengo, M. Canouïl, A.S. Régent, P. Benoit, S. Lobbens, J. Maillet, G. Lassailly, R. Caïazzo, V. Raverdy, A. Abderrahmani, C. Ling, J. Hampe, F. Pattou, P. Froguel
      Introduction Le foie joue un rôle majeur mais encore mal connu dans le risque de diabète de type 2 (DT2) dont l'héritabilité est en partie expliquée par des facteurs génétiques et épigénétiques. Notre projet a pour but d'identifier des variations de la méthylation de l'ADN associées au DT2 dans le tissu hépatique. Patients et Méthodes Nous avons analysé le méthylome et le transcriptome (puces Illumina) du tissu hépatique de 96 patientes DT2 et 96 normoglycémiques françaises appariées sur l'âge et l'indice de masse corporelle. Les participantes étaient des femmes obèses qui allaient subir une chirurgie bariatrique. Résultats La méthylation globale, en considérant l'ensemble des sites analysés par la puce, n'était pas différente entre les patients DT2 et les individus contrôles. Cependant, l'étude site par site a pu mettre en évidence 389 marqueurs épigénétiques du DT2 dans le foie (p <1,2×10-7). Par la suite, les individus ont été catégorisés en quartiles sur la base d'un score de méthylation de l'ADN combinant l'effet cumulé des 389 sites. Nous avons observé une augmentation du risque de DT2 (multiplié par 6, p =4×10-8), de l'insulinorésistance sytémique (+60 %, p =8×10-4) et de la stéatose hépatique (+20 %, p =0,002) entre le quatrième et le premier quartile. D'autre part, l'analyse comparée du transcriptome a permis l'identification de six marqueurs épigénétiques associés à l'expression de cinq gènes jouant un rôle dans le métabolisme du glucose et des lipides. Enfin, nous avons pu montrer que ces modifications épigénétiques présentes dans le foie n'étaient pas retrouvées dans le sang total des mêmes individus. Conclusions Nous avons mis en évidence des marqueurs épigénétiques spécifiques du foie qui pourraient expliquer une partie des liens qui existent entre la stéatose, l'insulinorésistance et le développement du DT2 chez les obèses. Il est maintenant nécessaire d'établir si ces variations de la méthylation de l'ADN sont des causes ou des conséquences du DT2.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-15: Application du NGS au diagnostic moléculaire des diabètes
           MODY : analyse de 1 100 cas
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): C. Bellanné-Chantelot, C. Saint-Martin, C. Ciangura, D. Dubois-Laforgue, J. Timsit
      Introduction Les MODYs sont les diabètes monogéniques les plus fréquents et se caractérisent par une grande hétérogénéité clinique et génétique. Leur diagnostic moléculaire a des conséquences pronostiques et thérapeutiques qui dépendent du gène impliqué. La méthode classique (séquençage Sanger), restreinte le plus souvent à l'analyse des 2 ou 3 gènes de MODY les plus fréquents, ou des gènes suggérés par l'histoire clinique, a un rendement diagnostique de 10-15 %. L'objectif de ce travail était d'évaluer l'apport du séquençage nouvelle génération (NGS) dans le diagnostic des MODYs. Patients et Méthodes 1 100 patients (825 adultes, 275 âgés<18 ans) ayant une histoire clinique évocatrice de MODY (≥ 2 cas diabétiques avant 40 ans, absence d'anticorps) ont été analysés par NGS par PCR multiplex (Kit MODY-MASTRTM, Multiplicom) des régions codantes de 7 gènes (GCK, HNF1A, HNF4A, HNF1B, ABCC8, KCNJ11, INS). Résultats 1. Le diagnostic de MODY a été confirmé dans 274/1 100 cas (42 % GCK, 25 % HNF1A, 10 % HNF4A, 6 % HNF1B, 10 % ABCC8, 4 % KCNJ11, 3 % INS), soit un taux de détection de mutations de 25 % (adultes 20 %, cas pédiatriques 39 %). 2. La mise en évidence de mutations de gènes dont l'implication n'était pas prédite par le phénotype remet en question les corrélations génotype/phénotype antérieurement décrites dans les MODYs. 3. Une fréquence élevée de mutations affectant les gènes ABCC8/KCNJ11 codant les sous-unités du canal potassique a été observée (14 % des diagnostics vs 1 % dans la littérature). 4. Environ 1 % des patients mutés étaient porteurs de mutations considérées comme pathogènes dans deux gènes différents, suggérant l'existence de cas de digénisme. 5. La fréquence des variants de signification inconnue (VSI), i.e. dont le caractère pathogène ne pouvait être affirmé, était de 18 %. Conclusions L'approche NGS permet d'augmenter le taux de détection des MODYs, souvent classés à tort comme diabète de type 1 ou de type 2. Nos résultats remettent en question les fréquences relatives des gènes impliqués dans les MODYs et les corrélations phénotypes/génotypes antérieurement établies. La fréquence des VSI pose des difficultés d'interprétation et souligne l'importance d'un dialogue étroit entre généticiens et cliniciens.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-02: Syndromes grippaux chez les diabétiques en milieu hospitalier
           : caractéristiques et complications
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): F. Letois, P. Vanhems, P. Loulergue, X. Duval, S. Jouneau, D. Postil, N. Samih-Lenzi, P. Loubet, C. Merle, B. Lina, F. Carrat, O. Launay, F. Galtier
      Objectif Analyser les caractéristiques virologiques et les complications des syndromes grippaux chez les diabétiques en période hivernale. Patients et Méthodes Étude conduite dans 6 hôpitaux (Montpellier, Lyon, Cochin, Bichat, Limoges, Rennes) au cours de 3 saisons grippales (2012-2013, 2013-2014 et 2014-2015), sur 1 451 adultes hospitalisés avec syndrome grippal récent (début ≤ 7 jours), associant un signe respiratoire (toux, dys-pnée) et un signe systémique (fièvre, céphalées, malaise, myalgies). Les virus respiratoires étaient recherchés par RT-PCR sur prélèvement naso-pharyngé ou LBA (Centre National de Référence, Lyon). La vaccination anti-grippale, la présence d'un diabète, les comorbidités, les complications en cours d'hospitalisation (insuffisance rénale, cardiaque, respiratoire, pneumonie, décès) et la durée moyenne de séjour (DMS) étaient enregistrées. Les facteurs de risque de complications ont été étudiés par régression logistique multivariée ajustée sur âge, sexe, infection grippale, vaccination, diabète et antécédents de pathologies rénale, cardiaque ou respiratoire. Résultats Les hospitalisations ont eu lieu dans des services de maladies respiratoires, médecine interne, MIT et réanimation. Un diabète était présent chez 368 sujets (non traités : 15 %, ADO : 41 %, insuline : 27 %, mixte : 17 %). Les diabétiques étaient plus âgés (71±15 vs 65±20 ans, P <0,001) et présentaient plus souvent un antécédent de pathologie rénale (18 % vs 8 %, P <0,00001) ou cardiaque (19 % vs 11 %, P <0,001). Leur couverture vaccinale était meilleure (60 % vs 46 %). Les données virologiques étaient comparables : grippe 38,9 % (76,1 % type A) vs 39,2 % ; (74,1 % type A) ; autres virus respiratoires : 17,0 % vs 19,9 %. La DMS était un peu plus élevée chez les diabétiques (9,1±9 vs 8,9±11, P =0,015), avec une tendance à un risque de décès plus élevé (6,25 % vs 3,97 %, P 0,07). En analyse multivariée, le diabète était un facteur de risque de complications à type d'insuffisance rénale (OR : 1,66, IC 95 % : 1,10-2,52) mais pas d'insuffisance cardiaque, respiratoire ou de décès. Les complications n'étaient pas modi-fiées par les résultats virologiques. Conclusions Le diabète est un facteur de risque de complications rénales chez les patients hospitalisés avec syndrome grippal.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-04: Coût du diabète de type 2 en France
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): B. Charbonnel, D. Simon, J. Dallongeville, I. Bureau, S. Leproust, L. Levy-Bachelot, J. Gourmelen, B. Detournay
      Objectif Estimer les coûts directs de prise en charge du diabète de type 2 (DT2) en France, en 2013, en distinguant la consommation totale des res-sources utilisées pour les patients DT2 des coûts directement attributables au diabète et ses complications Patients et Méthodes Les données sont issues de la base EGB (Echantillon Généraliste des Bénéficiaires), échantillon aléatoire de ≈600 000 patients enregistrés dans la base de données de l'assurance maladie. Les patients DT2 ont été identifiés à partir de leurs consommations de médicaments hypoglycémiants, de l'existence d'un statut ALD pour diabète et/ou d'un code diagnostic diabète au cours d'une hospitalisation. Les coûts directs ont été estimés selon une perspective collective. Le fardeau du DT2 a été évalué en comparant les coûts des dépenses de santé observées chez les patients DT2 versus une population témoin appariée sur l'âge, le sexe et la région de résidence Résultats L'analyse a été réalisée dans l'ensemble de la population DT2, soit 25 987 patients (âge moyen 67,5 ans (SD 12,5), 53,9 % d'hommes) appariée à un groupe témoin de 76 406 sujets non diabétiques et présents dans la base en 2013. Les dépenses annuelles totales de santé par patient s'élévaient à6 506 € (SD 10 106) dans la population DT2 versus 3 668 € (SD 6 954) pour lestémoins (X1,8). Parmi les patients diabétiques, les postes de dépenses les plus élevés étaient les hospitalisations (33,2 % des dépenses totales), les dépenses de pharmacie ou produits dérivés en ville (23,8 %), auxiliaires médicaux (13,5 %), consultations ou actes médicaux en ville (11,5 %). Peu de différences de coûts étaient observées parmi les patients traités par monothérapie, bithérapie ou multithérapie (respectivement : 4,779, 4,555, 4,75 € par patient). En revanche, les dépenses de santé étaient beaucoup plus éle-vées chez les patients traités par insuline versus ceux sans insuline (12,88 € versus 4,84 €). Conclusions En extrapolant à l'ensemble de la population de DT2 en France, les coûts directs totaux du DT2 en 2013 ont été estimés à plus de 9 milliards € en France. Cette estimation met en évidence le fardeau économique considérable que cette pathologie impose à la société.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-14: Dimorphisme sexuel vis-à-vis de l'influence de
           l'hérédité du diabète sur le risque de diabète
           incident dans la cohorte DESIR
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): B. Balkau, J. Tichet, F. Bonnet
      Introduction Le diabète de type 2 a une héritabilité non-négligeable qui demeure néanmoins mal quantifiée en population générale. De plus, l'influence des antécédents familiaux en deuxième ligne (grand-parents, oncles et tantes) sur le risque de développer un diabète reste mal connue. Le but de cette étude est d'évaluer l'héritabilité du diabète de type 2 dans une population générale française, recrutée en 1994-1996. Matériels et Méthodes 5 054 individus de la cohorte D.E.S.I.R. qui ont rempli un questionnaire détaillé sur les antécédents familiaux ont été étudiés. Le lien entre le diabète du cas index (survenu au cours du suivi de 9 ans) et la présence d'antécédents de diabète a été évalué par les modèles de régression logistique, après ajustement pour l'âge et l'IMC du cas index. Résultats Le risque de diabète incident était augmenté de 83 % (P =<0001) chez les femmes pour chaque cas de diabète dans la famille sur deux générations mais de seulement 8 % (P =0,5) chez les hommes. Chez les femmes le risque de diabète était augmenté lorsque le père était diabétique (OR ajusté : 2,64 (1,25-5,55), P =0,01), avec un effet plus marqué encore lorsque la mère était diabétique (OR ajusté : 3,52 (1,82-6,77), P =0,0002), suggérant un effet plus fort de la lignée maternelle sur le risque de diabète. Le risque de diabète chez les parents du cas index était associé à la présence d'un diabète chez leurs propres parents (grand-pères et grand-mères du cas index), mais également chez les oncles et tantes du cas index. L'augmentation du risque de diabète lié à la présence d'un diabète à la seconde génération était plus importante chez les femmes que chez les hommes. Conclusions Le nombre de cas d'antécédents de diabète dans la famille augmente fortement le risque de diabète incident avec un effet plus marqué chez les femmes que chez les hommes.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-10: Le récepteur nucléaire FXR inhibe la sécrétion
           de GLP-1 en réponse aux acides gras à chaîne courte par les
           cellules entéroendocrines de type L
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): S. Ducastel, M. Trabelsi, V. Touche, A. Tailleux, S. Caron, K. Bantubungi, B. Staels, S. Lestavel
      Introduction Nous avons récemment démontré que l'activation du récepteur nucléaire aux acides biliaires Farnesoid X Receptor (FXR) dans les cellules entéroendocrines de type L diminue la transcription du proglucagon et la sécrétion de GLP-1 en réponse au glucose. Il existe de nombreux autres sécrétagogues de GLP-1. Nous nous intéressons en particulier aux acides gras à chaîne courte (SCFA), métabolites produits par le microbiote intestinal par fermentation des polysaccharides et des fibres non digérés. Ils se lient à leur récepteur membranaire GPR43 et induisent la sécrétion de GLP-1 par les cellules L. L'objectif de notre étude est d'étudier le rôle de FXR dans la réponse des cellules L aux SCFA. Matériels et Méthodes FXR a été activé par son agoniste synthétique GW4064 in vitro dans la lignée de cellules L murines GLUTag et in vivo chez la souris. Des tests de sécrétion de GLP-1 en réponse aux SCFA ont été réalisés in vitro avec les cellules L GLUTag et ex vivo avec des explants de colon de ces souris. L'expression du gène codant GPR43 a été évaluée par qPCR dans le colon des souris traitées par le GW4064, de souris invalidées pour FXR (FXR KO) et de souris traitées avec le colesevelam, séquestrant des acides biliaires. Résultats L'activation de FXR diminue la sécrétion de GLP-1 en réponse au butyrate (l'un des SCFA) à la fois in vitro par les cellules GLUTag et également ex vivo par les explants de colon de souris. En parallèle, l'activation de FXR in vivo diminue l'ARNm de GPR43 dans le colon. À l'inverse, les souris FXR KO présentent une augmentation de l'ARNm de GPR43 dans le colon, de même chez les souris traitées avec le colesevelam. Conclusions L'activation de FXR diminue l'expression de GPR43 et la sécrétion de GLP-1 en réponse au butyrate, un SCFA, par les cellules L entéroendocrines.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-03: Évolution de la surmortalité des personnes
           diabétiques traitées pharmacologiquement entre 2002-2006 et
           2007-2012 – Cohortes Entred2001 et Entred2007
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): L. Mandereau-Bruno, A. Fagot-Campagna, G. Rey, A. Latouche, S. Fosse-Edorh
      Objectif Étudier l'évolution entre les périodes 2002-2006 et 2007-2012 de la surmortalité globale et par cause spécifique des personnes diabétiques par rapport à la population générale. Matériels et Méthodes Deux cohortes d'adultes affiliés au régime général de l'Assurance Maladie résidant en France métropolitaine et ayant bénéficié d'au moins un remboursement d'antidiabétiques oraux et/ou d'insuline au cours des 3 mois précédant le tirage au sort, ont été constituées en 2001 et 2007. Les périodes de suivi ont été respectivement 01/01/2002-31/12/2006 et 01/08/2007-31/07/2012. Une pondération sur l'âge, le sexe et le traitement antidiabétique en début de suivi a été appliquée pour tenir compte des don-nées manquantes liées au refus de participer (respectivement < 1 % et 16 % pour chacune des cohortes). Les taux de décès ont été standardisés sur l'âge de la population européenne (Eurostat). Les causes médicales de décès ont été analysées en causes multiples et des ratios standardisés de mortalité (SMR) calculés pour l'étude de la surmortalité. Résultats Le statut vital était connu pour 9 086 personnes de la cohorte Entred2001 (hommes : 54 % ; âge médian au 01/01/2002, hommes 64 ans et femmes 68 ans) et 6 344 personnes de la cohorte Entred2007 (hommes : 52 % ; âge médian au 01/08/2007, hommes 64 ans et femmes 67 ans). Respectivement 1 505 et 871 décès ont été recensés au cours des 2 périodes, soit des taux bruts pour 1000 personnes-années de 36,1% et 30,7%. Les taux standardisés, respectivement 23,1% et 18,8%, étaient significativement différents entre les 2 périodes (CMF = 1,2 IC 95 % [1,1-1,3]). Les excès de risque de mortalité toutes causes par rapport à la population générale étaient de 1,55 (IC 95 % [1,47-1,63]) et 1,41 (IC 95 % [1,33-1,50]) dans chacune des cohortes. L'évolution de la surmortalité sera déclinée par cause spécifique et dans certaines sous-populations démographiques. Conclusions On observe entre les 2 périodes une diminution de la mortalité des personnes diabétiques. Toutefois cette dernière restait supérieure à la mortalité générale. L'étude de l'évolution de la surmortalité dans certaines sous-populations permettra de cibler la mise en place de mesures de prévention des complications du diabète.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-09: Interferon Regulatory Factor-5 (irf5) orchestre la fibrogenèse
           hépatique
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): F. Alzaid, I. Hainault, L. Orliaguet, R. Ballaire, P. Mesdom, A. Lehuen, V. Paradis, F. Foufelle, N. Venteclef
      Introduction Le facteur de transcription Interferon Regulatory Factor-5 (irf5) est connu pour exercer un rôle crucial dans la polarisation des macrophages ainsi que dans l'activation de la réponse immunitaire adaptative. Récemment, nous avons révélé l'importance d'IRF5 dans la progression du diabète de type-2 (DT2) en favorisant le développement de l'obésité viscérale et la résistance à l'insuline (Dalmas, Toubal, Alzaid et al 2015 ; Nat Med). Le DT2 est souvent lié au développement d'une stéatohépatite non-alcoolique (NASH), caractérisée par le développement d'une fibrose suite à l'activation du système immunitaire. Dans cette étude, nous nous sommes intéressés au rôle d'irf5 dans l'inflammation et la fibrogenèse hépatique. Matériels et Méthodes Des souris invalidées pour irf5 dans les cellules myéloïdes (IRF5MacKO) et des souris sauvages ont été sujettes à 1) un régime gras (HFD) et un régime déficient en méthionine et choline (MCD) pour induire une stéatose hépatique et 2) des injections tétrachlorure de carbone (CCl4) pour induire une fibrose hépatique. Une caractérisation phénotypique de ces souris a été réalisée sur le plan histologique, immunitaire et moléculaire. De plus, l'activation d'irf5 dans le foie de patients atteint de NASH a été quantifiée. Résultats L'analyse phénotypique des macrophages hépatiques (cellules de Kupffer) suite aux traitements de souris sauvages démontre une augmentation de l'expression d'irf5. De plus, les marqueurs de la NASH corrèlent positivement avec l'augmentation d'IRF5 (e.g. accumulation des macrophages, augmentation des transaminases plasmatiques et de la fibrose). De manière intéressante, les souris IRF5MacKO soumises au régime MCD ou au traitement CCl4 ne développent pas de fibrose en comparaison des souris sauvages. Ce phénotype protecteur est notamment orchestré par le changement de la polarisation des macrophages et la modification de la réponse immunitaire inhibant les processus de fibrogènese. L'activation d'irf5 a été également vérifiée dans l'analyse de foies de patients humains présentant différents stades de NASH. Conclusions Notre étude met en évidence l'effet délétère de l'activation d'irf5 dans les cellules myéloïdes au cours de la progression de la NASH. Le contrôle de la réponse immunitaire apparaît une stratégie thérapeutique prometteuse afin de limiter la NASH.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-08: Le binôme CX3CR1/CX3CL1 : un mécanisme régulateur du
           microbiote intestinal pour le contrôle du diabète de type 2
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): C. Pomie, L. Gardidou, P. Klopp, V. Douin, R. Burcelin
      Introduction Le diabète de type 2 est caractérisé par une infiltration du foie et du tissu adipeux par des cellules immunitaires causalement impliquées dans le développement de la résistance à l'insuline. Les facteurs initiant cette inflammation métabolique sont en partie d'origine bactérienne, résultant d'une augmentation de la translocation de bactéries et/ou fragments bactériens de l'intestin vers le foie et tissu adipeux. Cette dysbiose du microbiote tissulaire est consécutive à un changement de microbiote et de perméabilité intestinal. La dysbiose du microbiote intestinal est causal du diabète. Or le système immunitaire intestinal est un des principaux acteurs du maintien de l'écologie du microbiote. Ainsi, un dysfonctionnement du système immunitaire intestinal pourrait modifier microbiote intestinal et ainsi favoriser le développement du diabète de type 2. Nous étudierons le rôle d'un régulateur moléculaire essentiel, le récepteur à la fractalkine CX3CR1, impliqué dans la maturation du système immunitaire en réponse aux antigènes microbiens. Matériels et Méthodes le métabolisme énergétique des souris CX3CR1 KO sera étudié. Le microbiote sera séquencé et transféré à des souris axéniques pour étudier sa causalité. Résultats Les souris CX3CR1 KO développent une intolérance au glucose ainsi qu'une augmentation de la translocation bactérienne et de l'inflammation hépatique. Elles sont également caractérisées par une dysbiose du microbiote de l'iléon causal de l'hyperglcyémie car des souris axéniques colonisées avec ce microbiote sont intolérantes au glucose. La modification du microbiote intestinal, par un traitement prébiotique ou antibiotique, prévient le développement d'un diabète de type 2 chez les souris déficientes pour CX3CR1. Conclusions Une déficience en CX3CR1 conduit à une dysbiose du micro-biote intestinal qui est causalement impliqué dans le développement d'une intolérance au glucose.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • Lactic acidosis due to attempted suicide with metformin overdose: A case
           report
    • Abstract: Publication date: Available online 1 April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): T. Yamada, N. Shojima, T. Yamauchi, T. Kadowaki



      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • Fetal gender is not associated with either gestational diabetes mellitus
           or placental weight: A cohort study
    • Abstract: Publication date: Available online 29 March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): E. Cosson, A. Diallo, M. Docan, D. Sandre-Banon, I. Banu, C. Cussac-Pillegand, S. Chiheb, I. Pharisien, P. Valensi, L. Carbillon
      Aim This study assessed whether male fetal gender increases the risk of maternal gestational diabetes mellitus (GDM) and investigated the association with placental weight. Methods The study included 20,149 women without pregestational diabetes who delivered singletons at our hospital between January 2002 and December 2010. There was universal screening for GDM, and all placentas were weighed at delivery. Results GDM (affecting 14.2% of women) was not associated with fetal gender (male fetuses in women without and with GDM: 51.8% vs. 51.7%, respectively; P =0.957), and remained likewise after logistic-regression analysis of risk factors for GDM (OR: 1.007, 95% CI: 0.930–1.091; P =0.858). Placental weights were 600±126g, 596±123g, 584±118g and 587±181g in women with GDM/female, GDM/male, no GDM/female and no GDM/male fetuses, respectively (GDM effect: P =0.017; gender effect: P =0.41; GDM * gender effect: P =0.16). Conclusion The present results suggest that fetal gender is not associated with GDM and, while placental weights were higher in cases of GDM, there were still no gender effects.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • Glycaemia and autistic traits in very low birth weight infants in
           adulthood
    • Abstract: Publication date: Available online 29 March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): R. Sato, K. Shirai, M. Maekawa, R. Genma, S. Ohki, H. Morita, T. Suda, H. Watanabe



      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • Bienvenue à Lyon !
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): Philippe Moulin



      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-01: Étude du lien entre la consommation d'acides gras et leurs
           principales sources alimentaires et le risque de diabète de type 2
           incident dans la cohorte française E3N
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): C. Dow
      Introduction La littérature concernant le lien entre la consommation d'acides gras (AG) et le risque de diabète de type 2 (DT2) est insuffisante et les résultats sont souvent contradictoires et dépendants de la région d'étude (Asie, Europe, États-Unis). De plus, les études se concentrent souvent sur un seul groupe d'AG et ne considèrent ni la consommation des autres AG, ni les corrélations entre eux, ce qui rend l'interprétation des résultats difficiles. Matériels et Méthodes Un total de 71 334 femmes de la cohorte prospective française E3N a été suivi de 1993 à 2011, et 2 610 cas de DT2 ont été observés. Les tertiles de consommations des principaux AG ainsi que les principaux groupes alimentaires contributeurs d'AG ont été étudiés en relation avec le risque de DT2 à l'aide de modèles de Cox multivariés, ajustés sur les principaux facteurs de risque de DT2. Des hazard ratios (HR) de DT2 ainsi que leurs intervalles de confiance à 95 % ont été estimés. Résultats En comparaison avec les premiers tertiles de consommation, les tertiles supérieurs de consommation d'AG saturés (HR = 1,20 [1,09-1,32]), d'AG polyinsaturés oméga 3 (HR = 1,21 [1,09-1,35]) et d'AG trans insaturés (HR = 1,14 [1,04-1,25]) sont associés à un sur-risque significatif de DT2. En revanche, les AG mono insaturés et AG polyinsaturés oméga 6 ne sont pas associés à l'incidence de DT2. Des apports élevés en produits laitiers (HR = 1,24 [1,13-1,37]), en matières grasses (HR = 1,31 [1,19-1,44]), viandes de tout type (HR = 1,89 [1,71-2,08]), sauces (HR = 1,10 [1,00-1,21]), poissons et fruits de mer (HR = 1,35 [1,23-1,48]) et œufs (HR = 1,50 [1,37-1,64]) sont également associés à un risque élevé de DT2. Les fruits oléagineux et olives ne sont pas associés au risque de DT2. Conclusions Certaines catégories d'AG (saturés, oméga 3 et trans) et la consommation des principaux aliments sources sont associées à une augmentation du risque de DT2 après ajustement sur des facteurs confondants. Des études similaires devraient être menées sur une population française afin de confirmer ces résultats.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-20: Caractérisation de la cardiomyopathie associée à la
           lipodystrophie congénitale généralisée de
           Berardinelli-Seip
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): M. Joubert, B. Jagu, X. Marechal, A. Tesse, L. Dollet, C. Le May, B. Staels, G. Toumaniantz, J. Magre, D. Montaigne, B. Cariou, X. Prieur
      Introduction La lipodystrophie congénitale de Berardinelli-Seip (BSCL) est un syndrome rare caractérisé par une absence généralisée de tissu adipeux, une insulino-résistance sévère et une atteinte cardiaque encore mal caractérisée. Une des deux formes de BSCL est associée à des mutations de la seipine (Bscl2). Nous avons utilisé le modèle des souris déficientes en seipine (Bscl2-/-) pour analyser les conséquences cardiaques de la BSCL. Matériels et Méthodes Les souris Bscl2-/- ont été étudiées en échographie et en IRM cardiaque. Le métabolisme cardiaque a été évalué in-vivo : internalisation du glucose (TEP 18F-FDG), oxydation (TEP 11c-Acétate), internalisation des VLDL (14C) et signalisation de l'insuline. Résultats Chez les souris Bscl2-/-, comparativement aux contrôles, l'écho-graphie a révélé une dysfonction diastolique associée en IRM à une hyper-trophie ventriculaire gauche (épaisseur télédiastolique VG : 1,03 vs 0,93mm ; p <0,01) et à une diminution de la déformation myocardique (strain longitudinal : 0,111 vs 0,139 ; p <0,05). L'hypertrophie ventriculaire était positivement corrélée à la glycémie (r=0,62 ; p <0,05). Un test à l'effort sur tapis-roulant a mis en évidence une diminution significative de l'endurance chez les souris Bscl2. L'analyse tissulaire myocardique a montré des signes de stress oxydant et une altération de la machinerie calcique (baisse de l'expression de la pompe calcique SERCA et de l'activation de son partenaire P-lamban). Nous avons analysé le métabolisme énergétique cardiaque de ces souris : l'analyse lipidomique n'a pas révélé de stéatose myocardique et l'internalisation des VLDL n'était pas affecté. Par ailleurs, nous avons mis en évidence un insulinorésistance (baisse de la phosphorylation d'Akt et des niveaux de Glut4) paradoxalement associée à une augmentation de la captation myocardique de 18F-FDG en TEP (2,8 vs 1,5μmol/g/min ; p <0,01). Enfin, la diminution de la consommation d'oxygène observée en TEP 11c-acétate suggère que le glucose est le substrat énergétique majori-taire de ces cœurs. Conclusions Les souris Bscl2-/- présentent toutes les caractéristiques de la cardiomyopathie diabétique : dysfonction diastolique, hypertrophie ventriculaire et insulinorésistance. Ces atteintes phénotypiques sont associées à un stress oxydant et semblent être secondaires à la glucotoxicité prédominante de ce modèle.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-21: L'angiopoiétine like-2 est associée au risque de
           mortalité chez les patients diabétiques de type 2
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): M. Fraty, B. Gellen, S. Hadjadj, S. Laugier-robiolle, E. Gand, S. Ragot, N. Thorin-Trescases, E. Thorin, R. Roussel, P. Sosner, D. Montaigne, V. Rigalleau, J. Halimi
      Introduction L'Angiopoiétine-like 2 (Angptl2) joue un rôle important dans la physiopathologie de l'insulinoresistance et de l'athérosclérose. Nous avons cherché à évaluer l'intérêt pronostique de l'Angptl2 sur la mortalité des patients diabétiques de type 2 (DT2). Matériels et Méthodes Il s'agissait d'une étude prospective menée sur des patients DT2 (SURDIAGENE), pour lesquels l'Angptl2 avait été dosée à l'inclusion. Le critère de jugement principal était la survenue d'un décès toute cause. La survenue d'événements cardiovasculaires majeurs (infarctus, accident vasculaire cérébral et décès d'origine cardiovasculaire) était également recherchée. Résultats 1 353 patients étaient inclus dans l'étude, âgés de 64±11 ans et dont la médiane de suivi était de 6,0 ans. 367 patients (4,5 % personne-années PA, IC à 95 % (4-5)) sont décédés au cours du suivi, et 290 patients (3,7 % PA, IC à 95 %(3,3-4,1)) ont présenté un événement cardio-vasculaire majeur. Lorsque l'on divise la population en quartiles, les personnes du 4e quartile (taux d'Angptl2≥19,5ng/ml) avaient un risque plus élevé de décès et d'événements cardiovasculaires que les autres. En prenant en compte les autres marqueurs pronostics de décès identifiés dans la population DT2 (sexe, âge, ATCD personnel d'IDM et d'AVC, rythme sinusal, le NT-proBNP, le DFG estimé, le TNFR1 et thérapeutiques), l'Angptl2 lorsque le taux est >19,5ng/ml est significativement associé au risque de décès (HR à 1,36 (1,07-1,24)) et apporte une information pronostique significative (IDI=0,006±0,001, p =0,0001). Conclusions Dans la population DT2, le taux d'Angptl2 est associé au risque de décès et de survenue d'événements cardiovasculaires majeurs. Le dosage d'Angptl2 apparait donc comme un biomarqueur interéssant pour la stratification du risque de complication et de décès dans cette population à risque.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • CO-22: Faible prévalence actuelle de l'ischémie myocardique
           silencieuse chez le diabétique : utilité de score calcique
           coronaire dans la stratégie de dépistage '
    • Abstract: Publication date: March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Supplement 1
      Author(s): M. Docan, E. Cosson, I. Banu, Y. Jaber, V. Eder, P. Valensi
      Introduction Au delà du traitement optimisé des facteurs de risque chez les patients diabétiques de type 2, le dépistage du l'ischémie myocardique silencieuse (IMS) pourrait réduire le risque résiduel en dépistant des sténoses coronaires (SC) revascularisables. Patients et Méthodes Prospectivement entre 2009 et 2014, nous avons recherché une IMS par scintigraphie myocardique d'effort ou après dipyridamole et évalué le score calcique coronaire (CAC) par scanner cardiaque chez 235 diabétiques, sans antécédent cardiovasculaire, asymptomatiques cliniquement, avec ECG standard normal, et présentant une néphropathie ou une atteinte macroangiopa-thique non coronarienne ou ≥ 3 facteurs de risque associés. Nous avons recherché chez 102 patients une neuropathie autonome cardiaque (NAC : épreuves standards analysant les variations de fréquence cardiaque). Résultats Une IMS a été diagnostiquée chez 24 patients (10,2 % de la population totale), 18 d'entre eux ont eu une coronarographie, et 8 présentaient une/des SC significatives (3,4 %). Parmi ces 8 patients, 2 ont eu une angioplastie, 2 un pontage et 4 un traitement médical seul (1 pontage refusé). Des scores CAC ≥100ou 400 unités Agatston, une NAC débutante et avérée étaient présents chez 34,9 ; 17,9 ; 74,5 et 46,1 % des patients respectivement. Un score CAC≥100 était associé au statut coronaire (pas d'IMS : 33,2 ; IMS sans SC 40,0 et IMS avec SC 75,0 % de patients avec score CAC élevé, p <0,05) ainsi qu'un score CAC≥400 (15,6 ; 30,0 et 62,5 % respectivement, p <0,01) ; mais pas la NAC. Le score CAC corrélait avec le % maximum de SC lorsqu'une coronarographie a été réalisée (p =0,009). La sensibilité du CAC score ≥ 100 était de 50 % pour l'IMS, avec 6 des 8 SC identifiées, dont 4 des 5 justifiant une revascularisation. Conclusions Chez les diabétiques à très haut risque cardiovasculaire, la prévalence de lésions coronaires calcifiées est élevée mais celle de l'IMS est actuellement faible. Dépister l'IMS seulement chez les patients avec un CAC≥100 permet de réduire de 2/3 les explorations et de dépister 80 % des SC revascularisables.


      PubDate: 2016-04-02T06:57:25Z
       
  • Osteoprotegerin levels are associated with liver fat and liver markers in
           dysmetabolic adults
    • Abstract: Publication date: Available online 24 March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): M. Monseu, S. Dubois, J. Boursier, C. Aubé, F. Gagnadoux, G. Lefthériotis, P.-H. Ducluzeau
      Aim This study aimed to determine the association between visceral adipose tissue (VAT), liver fat (LF) content, and other markers of the metabolic syndrome (MetS) and osteoprotegerin (OPG) in dysmetabolic adults. Methods Subjects from the NUMEVOX cohort were included if they fulfilled at least one MetS criterion. They then underwent a thorough metabolic and cardiovascular evaluation, including arterial stiffness, atherosclerotic plaques, homoeostasis model assessment for insulin resistance (HOMA-IR) indices and OPG. VAT and LF content were measured by magnetic resonance imaging (MRI). Ultrasound examination of arteries and arterial stiffness were recorded, and age- and gender-adjusted paired correlations calculated. Results Body mass index, waist circumference and MRI-derived VAT correlated with OPG, whereas abdominal subcutaneous fat did not. OPG levels were strongly correlated with LF content (r =0.25, P =0.003), liver markers such as alanine aminotransferase (r =0.39, P <0.001) and HOMA-IR index (r =0.39, P <0.0001). Plasma OPG also correlated with arterial stiffness and the number of atherosclerotic sites. Conclusion Plasma OPG levels are positively associated with both liver markers and increased LF content, but not with subcutaneous fat in dysmetabolic men. These findings suggest that elevated OPG levels may play a role in the link between fatty liver disease and enhanced cardiovascular risk.


      PubDate: 2016-03-29T05:20:30Z
       
  • Determining the association between types of sedentary behaviours and
           cardiometabolic risk factors: A 6-year longitudinal study of French adults
           
    • Abstract: Publication date: April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Issue 2
      Author(s): M. Menai, H. Charreire, E. Kesse-Guyot, V.A. Andreeva, S. Hercberg, P. Galan, J.-M. Oppert, L.K. Fezeu
      Aim This study identified the longitudinal associations between leisure-time sedentary behaviours [television (TV) viewing, computer use and reading (h/week)] and cardiometabolic risk factors, including the metabolic syndrome. Methods A total of 2517 participants (mean±SD age: 55.5±4.9years) were assessed in 2001 and in 2007 for physical activity and leisure-time sedentary behaviours, anthropometry, body composition, blood pressure, fasting blood glucose and lipids, using standardized methods. Multivariate generalized linear (beta, 95% CI and P values) and logistic (OR and 95% CI) regression models were used to assess cross-sectional associations between sedentary behaviours and cardiometabolic risk factors, while a 6-year longitudinal study explored these associations as well as the odds of developing the metabolic syndrome, as defined by the NCEP ATPIII. Results Increased TV viewing time over the follow-up period was positively associated with increases in body mass index (BMI; P <0.01) and percent body fat (P <0.001), and marginally with waist circumference (P =0.06). Reverse associations were also found, with changes in BMI, percent fat mass and waist circumference positively associated with TV viewing and computer use. Associations between reading and cardiometabolic risk factors were less consistent. Each 1-h/week increase in baseline TV viewing and in reading was associated with an increase in the chances of developing the metabolic syndrome (OR=1.031, 95% CI: 0.998–1.060, P =0.07; and OR=1.032, 95% CI: 1.002–1.065, P =0.02; respectively). Conclusion The present study data emphasizes the notion of differential associations of specific sedentary behaviours with cardiometabolic risk factors. They are also evidence that different longitudinal associations should be taken into account when designing public health objectives of interventions aimed at improving cardiometabolic health.


      PubDate: 2016-03-29T05:20:30Z
       
  • Neuregulin 1 improves glucose tolerance in adult and old rats
    • Abstract: Publication date: April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Issue 2
      Author(s): K. Caillaud, N. Boisseau, G. Ennequin, V. Chavanelle, M. Etienne, X. Li, P. Denis, D. Dardevet, A. Lacampagne, P. Sirvent
      Aim Studies both in vitro and ex vivo of rodent skeletal muscle have highlighted the potential involvement of neuregulin 1 (NRG1) in glucose metabolism regulation, yet nothing is known of the role of NRG1 in systemic glucose homoeostasis. For this reason, it was hypothesized that systemic delivery of NRG1 might improve glucose tolerance and that the effect might be age-dependent. Methods Glucose tolerance tests were performed in 6-month-old (adult) and 22-month-old (old) male Wistar rats 15min after a single injection of either NRG1 (50μg/kg) or saline (controls). Skeletal muscle and liver samples were also collected 30min after the acute NRG1 or saline treatment, while the phosphorylation status of ErbB receptors and AKT was assessed by Western blotting. Results Acute NRG1 treatment decreased the glycaemic response to an oral glucose load in both adult and old rats. NRG1 injection did not activate ErbB receptors in skeletal muscle, whereas phosphorylation of ErbB3 and AKT was markedly increased in the liver of NRG1-treated adult and old rats compared with controls. Conclusion This study shows that NRG1 has a possible glucose-lowering effect in the liver and via an ErbB3/AKT signaling pathway. This NRG1 effect is also maintained in old rats, suggesting that the NRG1/ErbB signaling pathway might represent a promising therapeutic target in insulin resistance states.


      PubDate: 2016-03-29T05:20:30Z
       
  • Potential influence of Type A personality on plasma C-reactive protein
           levels in people with diabetes
    • Abstract: Publication date: April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Issue 2
      Author(s): J.-C. Chauvet-Gélinier, B. Trojak, C. Lemogne, L.-S. Aho-Glélé, M.-C. Brindisi, B. Bouillet, E. Ponavoy, V. Meille, I. Simoneau, K. Chahraoui, G. Vaillant, J.-M. Petit, S.M. Consoli, B. Bonin, B. Vergès
      Aim Type A personality, although classically known as a factor linked to increased vascular risk, has recently been associated with increased survival in patients with diabetes. As low-grade inflammation predicts a poor outcome, the present study explored the potential associations between Type A and plasma levels of C-reactive protein (CRP) in diabetes. Methods Type A personality was assessed by the Bortner questionnaire in people with diabetes. The association between Type A and plasma CRP levels was examined by multivariable linear regression, and structural equation modelling (SEM) was performed to determine the impact of the major clinical, biological and psychological confounders. Results The study included 626 participants with type 1 and type 2 diabetes from the Diabetes and Psychological Profile study. Multivariable analyses showed an independent inverse association between Type A score and CRP levels. The structural model adjusted for age, gender, diabetes type and duration, body mass index (BMI), smoking status, alcohol abuse, oral antidiabetic and statin treatments, HbA1c levels, lipids, perceived stress, anxiety and depression revealed significant associations between CRP and Type A (β =−0.135, 95% CI: −0.242, −0.028; P =0.014), BMI (β =0.194, 95% CI: 0.038, 0.350; P =0.015) and HDL cholesterol (β =−0.132, 95% CI: −0.245, −0.020; P =0.014). Conclusion Our present study data indicate that Type A personality is independently associated with lower CRP levels. This lower level of inflammation might explain the better clinical outcomes associated with Type A personality in patients with diabetes.


      PubDate: 2016-03-29T05:20:30Z
       
  • Editorial board
    • Abstract: Publication date: April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Issue 2




      PubDate: 2016-03-29T05:20:30Z
       
  • Coffee consumption and risk of the metabolic syndrome: A meta-analysis
    • Abstract: Publication date: April 2016
      Source:Diabetes & Metabolism, Volume 42, Issue 2
      Author(s): F. Shang, X. Li, X. Jiang
      Aims The association between coffee consumption and risk of the metabolic syndrome (MetS) remains controversial. For this reason, a meta-analysis including dose–response analysis was conducted to quantitatively summarize the association between coffee intakes and MetS risk. Methods A search was made of PubMed and the China National Knowledge Infrastructure (CNKI) for relevant articles published between 1 January 1999 and 31 May 2015. All observational studies related to the relationship of coffee consumption and risk of MetS were included in the meta-analysis. The result was estimated by a random-effects model, while the dose–response relationship was assessed by a restricted cubic spline model. Results Eleven published reports including 13 studies with a total of 159,805 participants were eligible for our meta-analysis. The aggregated result (and 95% CI) for the highest vs lowest category of coffee consumption was 0.872 (0.781–0.975). After excluding one study with a relative risk (RR)<0.300, the aggregated result (and 95% CI) was 0.889 (0.801–0.986). A non-linear relationship was found between coffee consumption and the MetS in the dose–response analysis. Conclusion This meta-analysis suggests that coffee consumption is associated with a low risk of MetS, and further studies to address the question of causality are now needed.


      PubDate: 2016-03-29T05:20:30Z
       
  • Long-term efficacy of real-time continuous glucose monitoring in patients
           with brittle or high-hypoglycaemic-risk type 1 diabetes treated by insulin
           pump: A single-centre experience
    • Abstract: Publication date: Available online 22 March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): P. Thuillier, E. Sonnet, N. Roudaut, D. Hervé, V. Kerlan



      PubDate: 2016-03-24T04:34:52Z
       
  • Bone mineral density is associated with left ventricular diastolic
           function in men with type 2 diabetes
    • Abstract: Publication date: Available online 10 March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): R.-T. Wang, H.-T. Liu, Y.-L. Zhao, N. Li, T. Liu, X. Kong, K.-J. Yu
      Aims Type 2 diabetes (T2DM) is associated with chronic heart failure and cardiomyopathy. Furthermore, low bone mineral density (BMD) predicts incident heart failure. Abnormal diastolic function reflects early changes in cardiac function and plays a key role in the development of heart failure. The purpose of this study was to investigate the association between BMD with left ventricular (LV) diastolic function in men with T2DM. Methods In all, 344 men with T2DM and 331 age-matched control subjects were enrolled. BMD measurements were performed. LV diastolic function and structure were assessed by echocardiographic evaluation. Results BMD was lower in men with T2DM than in controls. There were significant differences in the level of parameters reflecting cardiac structure and LV diastolic function between two groups. Moreover, LV diastolic function and structure parameters also showed significant differences as BMD reduced in T2DM group. BMD at femoral neck was correlated with LV diastolic function parameters in T2DM after adjusting for confounding factors. Multivariable logistic analysis revealed that osteopenia and osteoporosis were associated with diastolic dysfunction compared to the control in men with T2DM. However, no association between BMD and LV diastolic function was found in subjects without T2DM. Conclusion Osteoporosis may be an independent factor for LV diastolic dysfunction in men with T2DM. Our data suggested that early detection of abnormal BMD should warrant for early search of undetected LV diastolic dysfunction in diabetic men.


      PubDate: 2016-03-10T23:07:22Z
       
  • Effects of glycaemic variability on cardiac remodelling after reperfused
           myocardial infarction: Evaluation of streptozotocin-induced diabetic
           Wistar rats using cardiac magnetic resonance imaging
    • Abstract: Publication date: Available online 10 March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): M. Joubert, J. Hardouin, D. Legallois, K. Blanchart, N. Elie, M. Nowoczyn, P. Croisille, L. Coulbault, C. Bor-Angelier, S. Allouche, A. Manrique
      Aims In addition to hyperglycaemia, glycaemic variability seems to be associated with poor outcomes after acute myocardial infarction. This study explored the impact of glycaemic variability in diabetic Wistar rats subjected to myocardial ischaemia/reperfusion. Methods Animals with streptozotocin-induced diabetes received insulin either to maintain stable hyperglycaemia (Dh group) or to generate glycaemic variability (Dv). After experimental myocardial ischaemia/reperfusion was surgically induced, 7T cardiac magnetic resonance imaging (CMR) was performed at weeks 1 (w1) and 3 (w3). Results Twenty-six rats were randomized [sham group (S): n =5; control group (C): n =7; Dh group: n =6; and Dv group: n =8]. The mean amplitude of glucose reflecting glycaemic variability was higher in the Dv than in the Dh group (9.1±2.7mmol/L vs 5.9±1.9mmol/L; P <0.05). CMR assessment at w3 revealed ventricular enlargement in both Dh and Dv groups compared with the C and S groups (end-diastolic volume: 1.60±0.22 and 1.36±0.30mL/kg compared with 1.11±0.13 and 0.87±0.11mL/kg, respectively; P <0.05). Circumferential strain was altered between w1 and w3 in the remote area only in the Dv group, resulting in a lower value in this group than in the S, C and Dh groups (−0.11±0.01 vs −0.17±0.05, −0.15±0.03 and −0.16±0.03, respectively; P <0.05). In addition, at w3, oedema was also higher in the remote area in the Dv than in the C group (18.3±4.9ms vs 14.5±1.7ms, respectively; P <0.05). Conclusion In the context of experimental myocardial ischaemia/reperfusion, our results suggest that glycaemic variability might have a potentially deleterious impact on myocardial outcomes beyond the classical glucose metrics.


      PubDate: 2016-03-10T23:07:22Z
       
  • Association between current perceived stress and incident diabetes is
           dependent on occupational status: Evidence from the IPC cohort study
    • Abstract: Publication date: Available online 4 March 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): E. Wiernik, H. Nabi, F. Thomas, B. Pannier, O. Hanon, T. Simon, J.-M. Simon, N. Danchin, F. Limosin, S. Czernichow, C. Lemogne
      Aim The role of stress in the onset of type 2 diabetes is a widespread lay belief, yet observational studies have produced inconsistent results. This study aimed to test the hypothesis that the association between perceived stress and incident diabetes might depend on occupational status (OS). Methods The four-item Perceived Stress Scale (PSS-4) was completed at baseline by 22,567 participants in the labour force (16,193 men, 6374 women; mean age: 44.5±9.8 years) who had undergone two health checkups subsidized by the French national healthcare system. All subjects were free from diabetes at baseline, defined as a fasting blood glycaemia≥7mmol/L or the use of antidiabetic drugs. Results After a mean follow-up of 5.3±2.1 years, 527 participants (2.3%) had incident diabetes. After adjusting for sociodemographic, behavioural and biomedical risk factors as well as self-rated health, the association between baseline perceived stress and diabetes at follow-up was non-significant for the total study population. However, perceived stress was significantly associated with incident diabetes in participants of low OS [odds ratio (OR) for a five-point increment: 1.39; 95% confidence interval (CI): 1.02–1.90]. In contrast, there was a negative association between perceived stress and diabetes among those of high OS (OR: 0.60; 95% CI: 0.41–0.88) and no association within other occupational categories. The interaction between perceived stress and OS was significant (P <0.01). Conclusion This study suggests that the association between perceived stress and diabetes onset is dependent on OS. Furthermore, this association does not appear to be explained by the classical risk factors for diabetes.


      PubDate: 2016-03-05T21:16:50Z
       
  • Reduction in cardiovascular and all-cause mortality in the EMPA-REG
           OUTCOME trial: A critical analysis
    • Abstract: Publication date: Available online 5 February 2016
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): André J. Scheen



      PubDate: 2016-02-12T14:22:31Z
       
  • Relationship between vitamin D levels and glucose tolerance in an adult
           population with cystic fibrosis
    • Abstract: Publication date: Available online 3 December 2015
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): A. Coriati, C. Lehoux Dubois, M. Phaneuf, M. Mailhot, A. Lavoie, Y. Berthiaume, R. Rabasa-Lhoret



      PubDate: 2016-01-22T11:00:12Z
       
  • Indicators of iron status are correlated with adiponectin expression in
           adipose tissue of patients with morbid obesity
    • Abstract: Publication date: Available online 8 December 2015
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): F. Pihan-Le Bars, F. Bonnet, O. Loréal, A.-G. Le Loupp, M. Ropert, E. Letessier, X. Prieur, K. Bach, Y. Deugnier, B. Fromenty, B. Cariou
      Aim The aim of this study was to assess interactions between glucose and iron homoeostasis in the adipose tissue (AT) of obese subjects. Methods A total of 46 obese patients eligible for bariatric surgery were recruited into the study. Anthropometric and biochemical characteristics were assessed, and biopsies of subcutaneous (SCAT) and visceral adipose tissue (VAT) performed. The mRNA levels of genes involved in iron and glucose homoeostasis were measured in their AT and compared with a pool of control samples. Results Gene expression of hepcidin (HAMP) was significantly increased in the SCAT and VAT of obese patients, while transferrin receptor (TFRC) expression was reduced, compared with non-obese controls, suggesting a higher iron load in obese patients. Also, mRNA levels of adiponectin (ADIPOQ) were decreased in both SCAT and VAT in obese patients, and correlated negatively with hepcidin expression, while adiponectin expression was positively correlated with TFRC expression in both SCAT and VAT. Interestingly, TFRC expression in VAT correlated negatively with several metabolic parameters, such as fasting blood glucose and LDL cholesterol. Conclusion Iron content appears to be increased in the SCAT and VAT of obese patients, and negatively correlated with adiponectin expression, which could be contributing to insulin resistance and the metabolic complications of obesity.


      PubDate: 2016-01-22T11:00:12Z
       
  • The new long-acting insulin glargine U300 achieves an early steady
           state with low risk of accumulation
    • Abstract: Publication date: Available online 10 December 2015
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): L. Monnier, D.R. Owens, G.B. Bolli



      PubDate: 2016-01-22T11:00:12Z
       
  • Perinatal outcome in a Caucasian population with gestational diabetes and
           preexisting diabetes first diagnosed in pregnancy
    • Abstract: Publication date: Available online 21 December 2015
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): F. Corrado, B. Pintaudi, R. D’Anna, A. Santamaria, L. Giunta, A. Di Benedetto
      Aim Our objective was to compare, in a Caucasian population, the perinatal outcomes of pregnancies complicated by pregestational diabetes diagnosed in the first-trimester of pregnancy with those of pregnancies complicated by gestational diabetes. Methods A retrospective evaluation of maternal and neonatal outcomes was performed for all consecutive pregnancies complicated by gestational or pregestational diabetes that happened between 2005 and 2011. Pregestational diabetes was diagnosed for the first time in pregnancy if the first-trimester fasting glycaemia was≥126mg/dL. Gestational diabetes was diagnosed according to Carpenter–Coustan criteria until May 2010, and then according to the International Association of Diabetes and Pregnancy Study Groups (IADPSG) panel criteria modified by the American Diabetes Association. A specific diet, self-monitoring of blood glucose and, if required, insulin treatment were prescribed. Results Overall, 411 pregnant women were considered eligible for the study (379 with gestational diabetes and 32 with pregestational diabetes). Women with pregestational vs. gestational diabetes were diagnosed earlier in pregnancy (11.6±1.0 weeks vs. 25.9±1.7 weeks; P =0.0001), had a higher mean first-trimester fasting glycaemic level (129.5±3.6mg/dL vs. 81.6±10.5mg/dL; P =0.0001), more often had a family history of diabetes (46.9% vs. 25.9%; P =0.02) and more often needed insulin treatment (78.1% vs. 14.0%; P =0.0001). Furthermore, a higher rate of fetal malformations in women with pregestational diabetes was detected (9.4% vs. 1.6%, P =0.02). No other differences in neonatal outcomes were identified. Conclusion In a Caucasian population, the prevalence of fetal malformations and insulin requirements with pregestational diabetes first diagnosed in pregnancy were significantly higher compared with women with gestational diabetes. In any case, glucose impairment in pregnancy needs to be diagnosed in a timely fashion and appropriately treated to improve both maternal and fetal outcomes.


      PubDate: 2016-01-22T11:00:12Z
       
  • Carbohydrate metabolism improvement after Helicobacter pylori eradication
    • Abstract: Publication date: Available online 23 December 2015
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): M.M. Roca-Rodríguez, L. Coín-Aragüez, I. Cornejo-Pareja, J. Alcaide, C. Clu-Fernández, A. Muñoz-Garach, E. Durán-Martín, L. Mora-Navas, A.M. Gómez-Pérez, M. Molina-Vega, C. Díaz-Perdigones, I. Mancha-Doblas, F.J. Tinahones



      PubDate: 2016-01-22T11:00:12Z
       
  • Association between multiple skin tags and metabolic syndrome: A
           multicentre cross-sectional study in primary care
    • Abstract: Publication date: Available online 22 December 2015
      Source:Diabetes & Metabolism
      Author(s): E.S.Y. Hui, B.H.K. Yip, K.W. Tsang, F.T.T. Lai, K. Kung, S.Y.S. Wong



      PubDate: 2016-01-22T11:00:12Z
       
 
 
JournalTOCs
School of Mathematical and Computer Sciences
Heriot-Watt University
Edinburgh, EH14 4AS, UK
Email: journaltocs@hw.ac.uk
Tel: +00 44 (0)131 4513762
Fax: +00 44 (0)131 4513327
 
About JournalTOCs
API
Help
News (blog, publications)
JournalTOCs on Twitter   JournalTOCs on Facebook

JournalTOCs © 2009-2015