for Journals by Title or ISSN
for Articles by Keywords
help

Publisher: Elsevier   (Total: 3032 journals)

 A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z  

  First | 7 8 9 10 11 12 13 14 | Last   [Sort by number of followers]   [Restore default list]

Showing 2001 - 2200 of 3031 Journals sorted alphabetically
Life Sciences in Space Research     Hybrid Journal   (Followers: 1, SJR: 0.626, h-index: 5)
Limnologica - Ecology and Management of Inland Waters     Hybrid Journal   (Followers: 6, SJR: 0.668, h-index: 32)
Linear Algebra and its Applications     Full-text available via subscription   (Followers: 4, SJR: 0.837, h-index: 65)
Lingua     Hybrid Journal   (Followers: 16, SJR: 0.768, h-index: 37)
Linguistics and Education     Hybrid Journal   (Followers: 12, SJR: 0.669, h-index: 28)
Literatura Mexicana     Open Access  
Lithos     Hybrid Journal   (Followers: 13, SJR: 2.92, h-index: 110)
Livestock Science     Hybrid Journal   (Followers: 6, SJR: 0.837, h-index: 81)
Long Range Planning     Hybrid Journal   (Followers: 13, SJR: 1.958, h-index: 69)
Lung Cancer     Hybrid Journal   (Followers: 11, SJR: 1.923, h-index: 98)
LWT - Food Science and Technology     Hybrid Journal   (Followers: 5, SJR: 1.3, h-index: 84)
Machine Intelligence and Pattern Recognition     Full-text available via subscription   (Followers: 13)
Magister : Revista de Investigación Educativa     Full-text available via subscription  
Magnetic Resonance Imaging     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 1.139, h-index: 87)
Magnetic Resonance Imaging Clinics of North America     Full-text available via subscription   (Followers: 3, SJR: 0.746, h-index: 40)
Mammalian Biology - Zeitschrift für Säugetierkunde     Hybrid Journal   (Followers: 4, SJR: 0.863, h-index: 29)
Management Accounting Research     Hybrid Journal   (Followers: 13, SJR: 1.913, h-index: 56)
Manual Therapy     Hybrid Journal   (Followers: 22, SJR: 0.863, h-index: 64)
Manufacturing Letters     Full-text available via subscription   (SJR: 0.608, h-index: 5)
Manufacturing Research and Technology     Full-text available via subscription   (Followers: 3)
Marine and Petroleum Geology     Hybrid Journal   (Followers: 21, SJR: 1.372, h-index: 75)
Marine Chemistry     Hybrid Journal   (Followers: 6, SJR: 1.389, h-index: 99)
Marine Environmental Research     Hybrid Journal   (Followers: 27, SJR: 1.113, h-index: 69)
Marine Genomics     Hybrid Journal   (Followers: 1, SJR: 0.984, h-index: 17)
Marine Geology     Hybrid Journal   (Followers: 36, SJR: 1.489, h-index: 98)
Marine Micropaleontology     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 1.1, h-index: 68)
Marine Policy     Hybrid Journal   (Followers: 58, SJR: 1.567, h-index: 60)
Marine Pollution Bulletin     Hybrid Journal   (Followers: 27, SJR: 1.264, h-index: 113)
Marine Structures     Hybrid Journal   (Followers: 5, SJR: 1.746, h-index: 41)
Materials & Design     Hybrid Journal   (Followers: 42)
Materials Characterization     Hybrid Journal   (Followers: 33, SJR: 1.267, h-index: 61)
Materials Chemistry and Physics     Full-text available via subscription   (Followers: 15, SJR: 0.733, h-index: 104)
Materials Discovery     Full-text available via subscription  
Materials Letters     Hybrid Journal   (Followers: 12, SJR: 0.807, h-index: 99)
Materials Research Bulletin     Hybrid Journal   (Followers: 24, SJR: 0.753, h-index: 79)
Materials Science and Engineering: A     Hybrid Journal   (Followers: 43, SJR: 1.803, h-index: 162)
Materials Science and Engineering: B     Hybrid Journal   (Followers: 21, SJR: 0.723, h-index: 87)
Materials Science and Engineering: C     Hybrid Journal   (Followers: 20, SJR: 1.332, h-index: 80)
Materials Science and Engineering: R: Reports     Hybrid Journal   (Followers: 17, SJR: 7.616, h-index: 107)
Materials Science in Semiconductor Processing     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 0.577, h-index: 38)
Materials Science Monographs     Full-text available via subscription   (Followers: 1)
Materials Today     Open Access   (Followers: 14, SJR: 6.876, h-index: 98)
Materials Today : Proceedings     Hybrid Journal   (SJR: 0.529, h-index: 2)
Materials Today Communications     Full-text available via subscription   (Followers: 1, SJR: 0.138, h-index: 2)
Mathematical Biosciences     Hybrid Journal   (Followers: 2, SJR: 0.719, h-index: 65)
Mathematical Social Sciences     Hybrid Journal   (Followers: 1, SJR: 0.493, h-index: 27)
Mathematics and Computers in Simulation     Hybrid Journal   (Followers: 4, SJR: 0.677, h-index: 54)
Mathematics in Science and Engineering     Full-text available via subscription  
Matrix Biology     Hybrid Journal   (Followers: 1, SJR: 1.902, h-index: 93)
Matter and Radiation at Extremes     Open Access  
Maturitas     Hybrid Journal   (Followers: 11, SJR: 1.107, h-index: 78)
Measurement     Hybrid Journal   (Followers: 2, SJR: 0.721, h-index: 47)
Meat Science     Hybrid Journal   (Followers: 5, SJR: 1.963, h-index: 113)
Mechanical Systems and Signal Processing     Hybrid Journal   (Followers: 4, SJR: 1.887, h-index: 100)
Mechanics of Materials     Hybrid Journal   (Followers: 21, SJR: 1.311, h-index: 74)
Mechanics Research Communications     Hybrid Journal   (Followers: 2, SJR: 0.937, h-index: 43)
Mechanism and Machine Theory     Hybrid Journal   (Followers: 9, SJR: 1.264, h-index: 72)
Mechanisms of Ageing and Development     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 1.737, h-index: 91)
Mechanisms of Development     Hybrid Journal   (Followers: 5, SJR: 1.368, h-index: 124)
Mechatronics     Hybrid Journal   (Followers: 4, SJR: 1.019, h-index: 62)
Médecine & Droit     Full-text available via subscription   (SJR: 0.115, h-index: 5)
Médecine & Longévité     Full-text available via subscription   (Followers: 1, SJR: 0.103, h-index: 3)
Médecine des Maladies Métaboliques     Full-text available via subscription   (Followers: 1, SJR: 0.111, h-index: 6)
Médecine du Sommeil     Full-text available via subscription   (SJR: 0.107, h-index: 4)
Médecine et Maladies Infectieuses     Full-text available via subscription   (SJR: 0.605, h-index: 23)
Médecine Nucléaire     Full-text available via subscription   (SJR: 0.119, h-index: 7)
Médecine Palliative : Soins de Support - Accompagnement - Éthique     Full-text available via subscription   (Followers: 2, SJR: 0.155, h-index: 8)
Medical Clinics of North America     Full-text available via subscription   (Followers: 5, SJR: 0.796, h-index: 67)
Medical Dosimetry     Hybrid Journal   (Followers: 4, SJR: 0.532, h-index: 30)
Medical Engineering & Physics     Hybrid Journal   (Followers: 9, SJR: 0.784, h-index: 76)
Medical Hypotheses     Hybrid Journal   (Followers: 6, SJR: 0.464, h-index: 65)
Medical Image Analysis     Hybrid Journal   (Followers: 7, SJR: 2.048, h-index: 89)
Medical J. Armed Forces India     Full-text available via subscription  
Medical Mycology Case Reports     Open Access   (Followers: 1, SJR: 0.37, h-index: 5)
Medical Photonics     Hybrid Journal   (Followers: 2)
Medicina     Open Access   (Followers: 1, SJR: 0.252, h-index: 24)
Medicina Clínica     Full-text available via subscription   (Followers: 7, SJR: 0.221, h-index: 55)
Medicina Clínica (English Edition)     Hybrid Journal   (Followers: 1)
Medicina General y de Familia     Open Access  
Medicina Intensiva     Open Access   (Followers: 3, SJR: 0.334, h-index: 18)
Medicina Intensiva (English Edition)     Hybrid Journal  
Medicine     Full-text available via subscription   (Followers: 10, SJR: 0.147, h-index: 22)
Medicine - Programa de Formación Médica Continuada Acreditado     Full-text available via subscription   (SJR: 0.108, h-index: 3)
Membrane Protein Transport     Full-text available via subscription   (Followers: 2)
Membrane Science and Technology     Full-text available via subscription   (Followers: 4)
Membrane Technology     Full-text available via subscription   (Followers: 5, SJR: 0.135, h-index: 15)
Mendeleev Communications     Full-text available via subscription   (SJR: 0.436, h-index: 29)
Mental Health & Prevention     Hybrid Journal   (SJR: 0.262, h-index: 3)
Mental Health and Physical Activity     Hybrid Journal   (Followers: 13, SJR: 0.772, h-index: 19)
Meta Gene     Open Access   (SJR: 0.339, h-index: 4)
Metabolic Engineering     Hybrid Journal   (Followers: 13, SJR: 3.655, h-index: 75)
Metabolic Engineering Communications     Open Access   (Followers: 3, SJR: 1.215, h-index: 3)
Metabolism     Hybrid Journal   (Followers: 12, SJR: 1.978, h-index: 105)
Metal Finishing     Full-text available via subscription   (Followers: 18, SJR: 0.148, h-index: 20)
Metal Powder Report     Full-text available via subscription   (Followers: 21, SJR: 0.113, h-index: 14)
Metamaterials     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 0.344, h-index: 21)
Methods     Hybrid Journal   (Followers: 11, SJR: 2.377, h-index: 108)
Methods in Cell Biology     Full-text available via subscription   (Followers: 6, SJR: 1.15, h-index: 59)
Methods in Enzymology     Full-text available via subscription   (Followers: 11, SJR: 1.501, h-index: 141)
Methods in Geochemistry and Geophysics     Full-text available via subscription   (SJR: 0.102, h-index: 3)
Methods in Microbiology     Full-text available via subscription   (Followers: 6, SJR: 0.544, h-index: 23)
Methods in Molecular Genetics     Full-text available via subscription   (Followers: 7)
Methods in Neurosciences     Full-text available via subscription   (Followers: 5)
Methods in Oceanography : An Intl. J.     Hybrid Journal   (Followers: 4, SJR: 0.95, h-index: 7)
MethodsX     Open Access   (Followers: 2, SJR: 0.249, h-index: 2)
Mexican Law Review     Open Access  
Microbes and Infection     Full-text available via subscription   (Followers: 5, SJR: 1.328, h-index: 114)
Microbial Pathogenesis     Hybrid Journal   (Followers: 7, SJR: 0.932, h-index: 58)
Microbial Risk Analysis     Full-text available via subscription  
Microbiological Research     Hybrid Journal   (Followers: 6, SJR: 0.939, h-index: 48)
Microchemical J.     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 0.93, h-index: 61)
Microelectronic Engineering     Hybrid Journal   (Followers: 6, SJR: 0.551, h-index: 76)
Microelectronics J.     Hybrid Journal   (Followers: 9, SJR: 0.362, h-index: 49)
Microelectronics Reliability     Hybrid Journal   (Followers: 16, SJR: 0.675, h-index: 66)
Micron     Hybrid Journal   (SJR: 0.868, h-index: 63)
Microporous and Mesoporous Materials     Hybrid Journal   (Followers: 7, SJR: 1.243, h-index: 116)
Microprocessors and Microsystems     Hybrid Journal   (Followers: 11, SJR: 0.333, h-index: 29)
Microvascular Research     Hybrid Journal   (Followers: 2, SJR: 1.03, h-index: 75)
Middle East Fertility Society J.     Open Access   (Followers: 2, SJR: 0.202, h-index: 10)
Midwifery     Hybrid Journal   (Followers: 47, SJR: 0.902, h-index: 44)
Minerals Engineering     Hybrid Journal   (Followers: 13, SJR: 1.164, h-index: 67)
Mitochondrion     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 1.797, h-index: 60)
Modelling of Mechanical Systems     Full-text available via subscription   (Followers: 1)
Modern Cartography Series     Full-text available via subscription   (Followers: 3, SJR: 0.101, h-index: 4)
Modern Electronic Materials     Open Access  
Molecular and Biochemical Parasitology     Hybrid Journal   (Followers: 2, SJR: 1.273, h-index: 93)
Molecular and Cellular Endocrinology     Hybrid Journal   (Followers: 9, SJR: 2.116, h-index: 113)
Molecular and Cellular Neuroscience     Hybrid Journal   (Followers: 6, SJR: 2.342, h-index: 113)
Molecular and Cellular Probes     Hybrid Journal   (SJR: 0.61, h-index: 57)
Molecular Aspects of Medicine     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 6.371, h-index: 95)
Molecular Astrophysics     Full-text available via subscription  
Molecular Cell     Full-text available via subscription   (Followers: 48, SJR: 13.658, h-index: 316)
Molecular Genetics and Metabolism     Hybrid Journal   (Followers: 5, SJR: 1.52, h-index: 86)
Molecular Genetics and Metabolism Reports     Open Access   (Followers: 2, SJR: 0.344, h-index: 3)
Molecular Immunology     Hybrid Journal   (Followers: 12, SJR: 1.524, h-index: 95)
Molecular Metabolism     Open Access   (Followers: 3, SJR: 4.107, h-index: 18)
Molecular Phylogenetics and Evolution     Hybrid Journal   (Followers: 24, SJR: 2.287, h-index: 124)
Molecular Plant     Hybrid Journal   (Followers: 8, SJR: 3.14, h-index: 58)
Molecular Therapy     Hybrid Journal   (Followers: 5, SJR: 3.374, h-index: 136)
Mondo Ortodontico     Full-text available via subscription   (SJR: 0.101, h-index: 4)
Monograph Series on Nonlinear Science and Complexity     Full-text available via subscription  
Morphologie     Full-text available via subscription   (SJR: 0.162, h-index: 11)
Motricité Cérébrale : Réadaptation, Neurologie du Développement     Full-text available via subscription   (SJR: 0.188, h-index: 5)
Multiple Sclerosis and Related Disorders     Hybrid Journal   (Followers: 4, SJR: 0.616, h-index: 9)
Mutation Research/Fundamental and Molecular Mechanisms of Mutagenesis     Hybrid Journal   (Followers: 4, SJR: 0.703, h-index: 12)
Mutation Research/Genetic Toxicology and Environmental Mutagenesis     Hybrid Journal   (Followers: 10, SJR: 1.052, h-index: 88)
Mutation Research/Reviews in Mutation Research     Hybrid Journal   (Followers: 6, SJR: 2.494, h-index: 99)
Nano Communication Networks     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 0.618, h-index: 19)
Nano Energy     Open Access   (Followers: 13, SJR: 4.169, h-index: 44)
Nano Today     Hybrid Journal   (Followers: 18, SJR: 6.475, h-index: 86)
Nano-Structures & Nano-Objects     Full-text available via subscription  
Nanomedicine: Nanotechnology, Biology and Medicine     Hybrid Journal   (Followers: 7, SJR: 1.886, h-index: 76)
Natural Gas Industry B     Open Access  
Natureza & Conservação : Brazilian J. of Nature Conservation     Open Access   (SJR: 0.726, h-index: 12)
NDT & E Intl.     Hybrid Journal   (Followers: 52, SJR: 1.427, h-index: 59)
Nefrología (English Edition)     Open Access  
Neoplasia     Open Access   (SJR: 2.541, h-index: 101)
Néphrologie & Thérapeutique     Full-text available via subscription   (Followers: 1, SJR: 0.224, h-index: 21)
Network Security     Full-text available via subscription   (Followers: 14, SJR: 0.173, h-index: 12)
Neural Networks     Hybrid Journal   (Followers: 11, SJR: 1.629, h-index: 108)
Neurobiology of Aging     Hybrid Journal   (Followers: 7, SJR: 2.613, h-index: 142)
Neurobiology of Disease     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 2.875, h-index: 130)
Neurobiology of Learning and Memory     Hybrid Journal   (Followers: 10, SJR: 1.94, h-index: 92)
Neurobiology of Sleep and Circadian Rhythms     Open Access   (Followers: 1)
Neurobiology of Stress     Open Access   (Followers: 3)
Neurochemistry Intl.     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 1.345, h-index: 94)
Neurochirurgie     Full-text available via subscription   (Followers: 1, SJR: 0.223, h-index: 23)
Neurocomputing     Hybrid Journal   (Followers: 7, SJR: 1.202, h-index: 84)
Neuroepigenetics     Open Access   (Followers: 1)
NeuroImage     Hybrid Journal   (Followers: 58, SJR: 4.464, h-index: 265)
NeuroImage : Clinical     Open Access   (Followers: 10, SJR: 2.145, h-index: 19)
Neuroimaging Clinics of North America     Full-text available via subscription   (Followers: 2, SJR: 0.625, h-index: 45)
NeuroImmune Biology     Full-text available via subscription   (Followers: 1)
Neurología     Full-text available via subscription   (SJR: 0.385, h-index: 25)
Neurología (English Edition)     Full-text available via subscription  
Neurología Argentina     Full-text available via subscription   (SJR: 0.122, h-index: 3)
Neurologia i Neurochirurgia Polska     Full-text available via subscription   (SJR: 0.34, h-index: 15)
Neurologic Clinics     Full-text available via subscription   (Followers: 2, SJR: 0.626, h-index: 64)
Neurology, Psychiatry and Brain Research     Hybrid Journal  
Neuromuscular Disorders     Hybrid Journal   (Followers: 5, SJR: 1.447, h-index: 76)
Neuron     Full-text available via subscription   (Followers: 154, SJR: 11.464, h-index: 372)
Neuropeptides     Hybrid Journal   (Followers: 2, SJR: 1.165, h-index: 55)
Neuropharmacology     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 2.506, h-index: 133)
Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology     Full-text available via subscription   (SJR: 0.931, h-index: 48)
Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence     Full-text available via subscription   (SJR: 0.194, h-index: 13)
Neuropsychologia     Hybrid Journal   (Followers: 31, SJR: 2.072, h-index: 163)
Neuroscience     Hybrid Journal   (Followers: 35, SJR: 1.768, h-index: 179)
Neuroscience & Biobehavioral Reviews     Hybrid Journal   (Followers: 21, SJR: 5.29, h-index: 172)
Neuroscience Letters     Hybrid Journal   (Followers: 21, SJR: 1.035, h-index: 137)
Neuroscience Research     Hybrid Journal   (Followers: 10, SJR: 0.985, h-index: 80)
Neurosurgery Clinics of North America     Full-text available via subscription   (Followers: 4, SJR: 0.629, h-index: 47)
NeuroToxicology     Hybrid Journal   (Followers: 1, SJR: 1.245, h-index: 88)
Neurotoxicology and Teratology     Hybrid Journal   (Followers: 3, SJR: 1.093, h-index: 76)
New Astronomy     Hybrid Journal   (Followers: 26, SJR: 0.657, h-index: 58)
New Astronomy Reviews     Full-text available via subscription   (Followers: 16, SJR: 3.956, h-index: 46)
New Biotechnology     Hybrid Journal   (Followers: 4, SJR: 1.092, h-index: 63)
New Carbon Materials     Full-text available via subscription   (Followers: 19)
New Horizons in Translational Medicine     Hybrid Journal   (SJR: 0.356, h-index: 1)
New Ideas in Psychology     Hybrid Journal   (Followers: 6, SJR: 0.763, h-index: 28)
New Microbes and New Infections     Open Access   (SJR: 0.566, h-index: 4)

  First | 7 8 9 10 11 12 13 14 | Last   [Sort by number of followers]   [Restore default list]

Journal Cover Archives de Pédiatrie
  [SJR: 0.198]   [H-I: 32]   [0 followers]  Follow
    
   Full-text available via subscription Subscription journal  (Not entitled to full-text)
   ISSN (Print) 0929-693X
   Published by Elsevier Homepage  [3032 journals]
  • Évaluation d’un protocole simple d’induction de tolérance à
           l’arachide en pratique quotidienne
    • Authors: A. Bouchaud; C. Du Boisbaudry; M.D. Donnou; P. Cros
      First page: 229
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): P. Cros, A. Bouchaud, C. du Boisbaudry, M.D. Donnou
      L’induction de tolérance orale à l’arachide n’est pour l’instant pas recommandée en pratique quotidienne. Elle présente une perspective intéressante dans l’allergie à l’arachide dont le régime d’éviction altère la qualité de vie. Elle n’est décrite aujourd’hui qu’encadrée par des protocoles de recherche souvent difficiles à mettre en place. Cette étude descriptive présente l’impact en vie réelle d’un protocole simplifié d’induction de tolérance orale à l’arachide réalisée au CHRU de Brest. L’objectif principal est de déterminer la proportion de patients ayant obtenu un élargissement de leur régime alimentaire. Méthode Quatre-vingt-six enfants allergiques ou sensibilisés à l’arachide ayant bénéficié d’un Test de Provocation Orale à l’arachide de janvier 2011 à septembre 2015 suivi d’une induction de tolérance orale ont été inclus. Le protocole, personnalisé en fonction de la dose seuil réactogène, était mené au domicile au moyen d’aliments du commerce. L’évolution du régime d’éviction et du mode d’alimentation en collectivité était recueillie par un questionnaire téléphonique. Résultats Soixante-quatorze patients ont répondu. Un élargissement du régime alimentaire a été obtenu dans 44,59 % des cas (p <0,01). Il était associé à une amélioration de la qualité de vie (p <0,01), à une réaction moins sévère au TPO initial (p =0,042) et à moins d’effets indésirables (p =0,026). L’observance était moyenne (35 % d’abandon), en lien avec un mauvais vécu (p =0,008). Un dégoût majeur (57 % des enfants) et la peur d’une réaction allergique (54 %) en sont les causes principales sans lien statistique retrouvé. Des réticences à l’arrêt du régime d’éviction ont également été soulignées. Parmi les patients, 44,6 % ont présenté un effet indésirable dont 2,7 % (n =2) ayant nécessité de l’adrénaline. Conclusion Ce protocole simple a permis d’obtenir un élargissement du régime alimentaire bien que modéré. Ce résultat nuancé nous incite à revoir nos indications et à améliorer le suivi des patients. En cas de dégoût, une autre forme de protéine d’arachide pourrait être envisagée.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.reval.2017.02.045
       
  • Bilan français des effets indésirables du vaccin Prévenar
           13®
    • Authors: M.-S. Agier; S. Marchand; N. Paret; S. Gautier; A.-P. Jonville-Béra
      Pages: 439 - 444
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): M.-S. Agier, S. Marchand, N. Paret, S. Gautier, A.-P. Jonville-Béra
      Objectif Décrire le profil et l’incidence des effets indésirables (EI) notifiés avec Prévenar 13® depuis sa commercialisation. Méthode Analyse de tous les effets indésirables notifiés en France entre le 1er juillet 2010 et le 31 octobre 2014. Résultats En 4 ans et 4 mois, 376 déclarations d’EI dont 252 graves (67 %) ont été enregistrées, parmi lesquels 83 étaient survenus au décours d’une injection de Prévenar 13® seul. Il s’agissait de 39 EI cutanés et 16 neurologiques, de 4 malaises, de 9 fièvres et d’une thrombopénie. L’évolution a été favorable pour 88 % des EI graves et aucun des 12 décès rapportés n’a été attribué à un EI de la vaccination. Cinquante-neuf cas d’infection pneumococcique faisant suspecter une inefficacité vaccinale ont été rapportés, mais seuls 16 ont pu être considérés comme un réel échec de la vaccination. Discussion Dans de nombreux cas, le Prévenar 13® avait été administré le même jour qu’un vaccin hexavalent avec lequel l’EI rapporté était attendu. Le profil des EI rapportés au décours de l’injection de Prévenar 13® seul est similaire à celui observé avec le Prévenar 7®. Conclusion Le suivi de pharmacovigilance de Prévenar 13® mis en place en France depuis sa commercialisation en 2010 et qui porte à ce jour sur plus de 11 800 000 doses distribuées n’a pas mis en évidence de fait nouveau de sécurité. Objective To describe the profile and the incidence of adverse events (AEs) reported with Prevenar 13® since its commercialization. Method Analysis of all adverse events reported with Prevenar 13® in France between 1st July 2010 and 31 October 2014. Results In 4 years and 4 months, 376 AEs, including 252 severe (67%), were recorded, 83 of which occurred following an injection of Prevenar 13® alone: 39 cutaneous AEs, 16 neurological AEs, four cases of collapse or shock, nine cases of fever, and one of thrombocytopenia. For the serious AEs, the outcome was favorable in 88% of cases and none of the 12 reported deaths were attributed to a side effect of vaccination. Fifty-nine cases of pneumococcal disease that suggest an ineffective vaccine were reported, but only 16 can be considered as a real failure of the vaccination. Discussion In many cases, Prevenar 13® was administered on the same day as a hexavalent vaccine with which the AEs reported were expected. The profile of AEs reported following Prevenar 13® alone is similar to that seen with Preven...
      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.01.018
       
  • Hallucinations : analyse étiologique chez des enfants admis en service
           d’accueil des urgences
    • Authors: D. Vareilles; C. Bréhin; C. Cortey; A.-L. Chevrin; T. Hamon; M. Vignes; Y. Chaix; I. Claudet
      Pages: 445 - 452
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): D. Vareilles, C. Bréhin, C. Cortey, A.-L. Chevrin, T. Hamon, M. Vignes, Y. Chaix, I. Claudet
      Les hallucinations de l’enfant posent le double challenge du diagnostic d’une possible urgence médicale et le dépistage d’une pathologie psychiatrique débutante. Objectif Analyser les causes des hallucinations d’enfants admis dans un service d’accueil des urgences pédiatriques. Matériel et méthodes Étude monocentrique, observationnelle, rétrospective incluant tous les enfants âgés de moins de 15 ans admis entre 2007 et 2015 pour le motif d’hallucinations. Les données recueillies étaient : démographiques ; cliniques : antécédents médicaux et psychiatriques, traitement en cours, signes cliniques ou psychiatriques associés, type et caractère des hallucinations, durée et caractère récurrent des symptômes et explorations. Résultats Soixante-huit patients ont été inclus (29 garçons). La moyenne d’âge était de 9,1±2,9 ans. Les hallucinations avaient été essentiellement visuelles (90 %), aiguës (77 %) et complexes (63 %). Quinze enfants avaient des antécédents psychiatriques et avaient déjà présenté des manifestations hallucinatoires identiques (93 %). Les hallucinations étaient associées à d’autres symptômes non psychiatriques chez 47 patients (69 %). Vingt enfants avaient un traitement en cours. Des explorations neurologiques avaient été réalisées dans la moitié des cas. La recherche de toxiques, prescrite chez 19 enfants, avait été positive dans 5 cas. Une hospitalisation avait été décidée dans 53 % des cas et un suivi spécialisé (psychiatre ou neurologue) chez 51 enfants. Une origine non psychiatrique avait été diagnostiquée chez 29 patients. Conclusion Les hallucinations d’origine psychiatrique (n =39) se différenciaient par un âge supérieur ou égal à 10 ans (p =0,004), leur récurrence (p =0,014), des antécédents familiaux psychiatriques (p =0,036), des hallucinations auditives (p =0,0009) et des symptômes négatifs du spectre schizophrénique (p =0,02). Children's hallucinations pose the dual challenge of diagnosing a possible medical emergency and a possible psychiatric disorder. Purpose The main objective was to analyze the causes of such hallucinations in children presenting to a pediatric emergency department. Material and methods We conducted a single-center, observational, retrospective study including all children aged less than 15 years experiencing hallucinations and admitted to our tertiary level pediatric emergency department between 1 January 2007 and 31 December 2015. The data collected were demographic; medical: previous medical or psychiatric history, current medications, associated clinical or psychiatric symptoms, type and character of hallucinations, length and recurrence of hallucinatory phenomena; and other biological, radiological and neurological explor...
      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.01.017
       
  • Nodules plantaires congénitaux
    • Authors: E. Tella; M.-A. Dommergues; C.-D. Frund-Frésard; E. Mahé
      Pages: 480 - 482
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): E. Tella, M.-A. Dommergues, C.-D. Frund-Frésard, E. Mahé


      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.01.016
       
  • Hamartomes fibrolipomateux congénitaux précalcanéens
    • Authors: E. Tella; M.-A. Dommergues; C.-D. Frund-Frésard; E. Mahé
      Pages: 499 - 500
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): E. Tella, M.-A. Dommergues, C.-D. Frund-Frésard, E. Mahé


      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.01.015
       
  • Évaluation de la prise en charge de la bronchiolite en Tunisie
    • Authors: I. Bel Hadj; F. Khalsi; S. Hamouda; M. Ben Romdhane; F. Tinsa; K. Boussetta
      First page: 507
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): I. Bel Hadj, F. Khalsi, S. Hamouda, M. Ben Romdhane, F. Tinsa, K. Boussetta
      Introduction La bronchiolite représente un problème de santé publique dans le monde et en Tunisie. Afin d’unifier sa prise en charge, la Société tunisienne de pédiatrie a établi en 2013 des recommandations de diagnostic et de traitement de la bronchiolite. Notre travail avait pour objectifs d’analyser la prise en charge de la bronchiolite par les médecins et d’évaluer leur adhérence aux recommandations tunisiennes. Méthodes Il s’agissait d’une étude transversale évaluative. Un questionnaire anonyme a été distribué aléatoirement aux médecins prenant en charge les nourrissons, durant la période du 1er mars 2013 au 30 novembre 2015. Résultats L’analyse de 140 questionnaires a révélé que 32,1 % des médecins interrogés exerçaient dans un CHU, 37,1 % dans le secteur privé, 17,9 % dans un dispensaire local et 12,9 % dans un hôpital régional. Les béta2mimétiques ont été prescrits par 54,3 % des médecins interrogés, avec une prescription plus fréquente par les médecins du secteur privé (65,4 %, p =0,009). Parmi les médecins interrogés, 61,4 % ont prescrit l’épinéphrine en nébulisation, avec une prescription plus importante par les médecins du secteur privé (46,5 %, p =0,001). Parmi les médecins interrogés, 82,1 % ont prescrit des corticoïdes, avec une prescription plus fréquente dans les formes sévères par les médecins des CHU (66,7 %, p =0,02). Les médecins interrogés ont largement prescrit les antibiotiques (92,9 %), avec le choix de l’amoxicilline–acide clavulanique pour les médecins du secteur privé (50,8 %) et les C3G pour ceux des CHU (55 %, p =0,003). La majorité des médecins n’ont jamais prescrit de mucolytiques ni d’antitussifs (respectivement 71,4 % et 74,3 %). La kinésithérapie a été indiquée par 96,4 % des médecins et l’oxygénothérapie par 98,6 % des médecins. La radiographie thoracique et un bilan biologique ont été demandés par respectivement 99,3 % et 94,3 % des médecins. Parmi les médecins, 66,4 % étaient informés des dernières recommandations, mais la moitié d’entre eux ont déclaré ne pas les suivre. L’analyse de nos résultats a montré que seuls 1,4 % des médecins interrogés ont adhéré de manière réelle et complète aux recommandations. Conclusion Trois années après l’élaboration des recommandations, le taux d’adhésion à ces dernières reste très faible. Une meilleure sensibilisation et une diffusion plus large des recommandations de prise en charge de la bronchiolite sont nécessaires.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.003
       
  • Contrôle et sévérité de l’asthme dans l’année suivant une
           hospitalisation pour exacerbation sévère
    • Authors: S. Brisset; C. Mordacq; G. Pouessel; C. Thumerelle; S. Lejeune; A. Deschildre
      Pages: 507 - 508
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): S. Brisset, C. Mordacq, G. Pouessel, C. Thumerelle, S. Lejeune, A. Deschildre
      L’étude VIRASTHMA a été initiée dans le but d’évaluer le statut clinique, virologique, immun, et inflammatoire d’une cohorte d’enfants asthmatiques allergiques, inclus lors d’une exacerbation sévère et suivis au décours. L’objectif du traitement de l’asthme est d’obtenir son contrôle. Le non-contrôle d’un asthme peut favoriser la survenue d’exacerbations, avec un retentissement sur la fonction respiratoire et la qualité de vie. Objectifs Préciser le contrôle et la sévérité et identifier les facteurs associés au non-contrôle et à la sévérité de l’asthme chez les enfants de la cohorte VIRASTHMA, 1 an après une hospitalisation pour exacerbation sévère (corticothérapie générale≥3jours). Méthodes Étude prospective, multicentrique. Les enfants asthmatiques allergiques de 6 à 18 ans étaient inclus au cours d’une hospitalisation pour une exacerbation asthmatique sévère, entre novembre 2008 et novembre 2012. Les caractéristiques démographiques et anamnestiques, la sévérité (GINA, selon le traitement de fond) et le contrôle de l’asthme (GINA ; score ACT ou pACT), la sévérité de l’exacerbation (durée oxygénothérapie, hospitalisation), la fonction respiratoire (VEMS, VEMS/CV, pré et post β2), et le traitement de fond (dont dose de corticoïdes inhalés en μg/j équivalent fluticasone) étaient recueillis à l’inclusion, lors d’une visite de contrôle à 8 semaines puis à 1 an. Résultats Soixante-douze patients d’âge moyen de 9,7 ans étaient inclus. Soixante-quatre pour cent des exacerbations étaient liées à une infection virale, dont 80 % des cas à rhinovirus. Quarante-quatre pour cent des patients recevaient déjà un traitement de fond à l’inclusion. À 8 semaines, 33 % des 66 patients revus étaient non contrôlés et 22 % avaient un score ACT/pACT<20. À 1 an (62 patients revus), 56 % avaient un asthme sévère, 42 % n’étaient pas contrôlés et 16 % avaient un score ACT/pACT<20. Les principaux facteurs associés à un non-contrôle à 1 an étaient la présence d’une polysensibilisation aux aéroallergènes (p =0,004) et la présence d’un traitement de fond à l’inclusion (p =0,004). Un score ACT bas à 1 an était associé à un score ACT bas à 8 semaines (p =0,037) et au non-contrôle à 8 semaines (p =0,023). Les facteurs associés à un asthme classé sévère à 1 an de l’exacerbation étaient les antécédents de dermatite atopique (p =0,001), la présence d’un traitement de fond à l’inclusion (p <0,0001), un asthme non contrôlé (p =0,003) ou un score ACT/pACT<20 à 8 semaines (0,016). Conclusion Les enfants asthmatiques allergiques aux antécédents d’hospitalisation pour exacerbation ont un asthme fréquemment sévère et difficile à contrôler. Peu nombreux en regard de la fréquence de l’asthme, ils se caractérisent par une forte morbidité et un coût élevé de santé. La sévérité ou le non-contrôle sont associés à un terrain allergique plus marqué. Ces données illustrent le lien entre allergie, exacerbation (virus), contrôle et sévérité...
      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.004
       
  • Intérêt microbiologique du palivizumab chez les nourrissons atteints de
           mucoviscidose : étude rétrospective, multicentrique, cas-témoins
    • Authors: C. Buchs; M.-L. Dalphin; S. Sanchez; M. Perceval; B. KasaÏ; P. Reix
      First page: 508
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): C. Buchs, M.-L. Dalphin, S. Sanchez, M. Perceval, B. KasaÏ, P. Reix
      Introduction Un lien entre les infections respiratoires par le virus respiratoire syncytial (VRS) et la primocolonisation précoce par Pseudomonas aeruginosa (PA) a été établi pour les jeunes patients atteints de mucoviscidose. À ce titre, l’immunoprophylaxie par palivizumab (Synagis®), anticorps monoclonaldirigé contre la protéine F du VRS, chez ces patients, est actuellement controversée. Objectif L’objectif principal de notre étude était de déterminer l’intérêt du palivizumab à retarder la primocolonisation par PA. Les objectifs secondaires étaient de préciser l’intérêt de cette molécule à retarder la primocolonisation par Staphylococcus aureus (SA), Haemophilus influenzae (Hp) et à réduire le nombre d’hospitalisation pour infections respiratoires aiguës par VRS. Matériel et méthodes Nous avons réalisé une étude rétrospective, cas-témoins comparant des nourrissons ayant reçu du palivizumab au centre de ressources et de compétences de Besançon (CRCM) (n =40) et des témoins n’en ayant pas reçu au CRCM de Lyon (n =140). Les patients ont été suivis pendant leurs trois premières années de vie. Résultats Nous n’avons pas montré de différence statistiquement significative pour l’âge de primocolonisation par PA entre les cas (16,6±16,5 mois) et les témoins (12,9±8,8 mois ; p =0,143). Aux termes des trois premières années de vie, 41,4 % des nourrissons–cas avaient été primocolonisés par PA et 40 % des nourrissons–témoins (p =0,384). En comparaison, ce taux est de 37,2 % dans la cohorte du registre national français (n =2171). Nous n’avons pas observé de différence statistiquement significative pour les âges moyens de primocolonisation par SA et Hp entre les cas et les témoins (respectivement, 10,0±9,1 mois pour les cas et 8,2±9,6 mois pour les témoins [p =0,397] ; 7,7±6,1 pour les cas et 10,1±8,7 mois pour les témoins [p =0,127]). Les taux d’hospitalisations au cours des trois premières années de vie n’étaient pas différents entre les deux centres (17,5 % pour les cas, 22,9 % pour les témoins ; p =0,06). Les infections respiratoires basses à VRS étaient rares dans les deux groupes (5 % pour les cas ; 2,8 % pour les témoins [p =0,634]). Conclusion Les résultats de notre étude indiquent que les bénéfices cliniques et microbiologiques ne sont pas en faveur d’une utilisation systématique du palivizumab chez les nourrissons atteints de mucoviscidose.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.005
       
  • L’allergie alimentaire a-t-elle un impact sur la morbidité de
           l’asthme ?
    • Authors: M. Cap; E. Drumez; S. Lejeune; C. Thumerelle; C. Mordacq; V. Nève; A. Deschildre
      Pages: 508 - 509
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): M. Cap, E. Drumez, S. Lejeune, C. Thumerelle, C. Mordacq, V. Nève, A. Deschildre
      Objectif L’allergie alimentaire (AA) est souvent associée à l’asthme. Nous avons étudié l’impact de l’AA sur le contrôle de l’asthme. Les exacerbations, le niveau de traitement et la fonction respiratoire étaient également évalués. Sujets et méthodes Étude prospective, monocentrique réalisée entre août 2015 et mars 2016. Les enfants suivis pour asthme allergique âgés d’au moins 7 ans, avec ou sans AA étaient inclus. Les caractéristiques de l’asthme et de l’AA étaient recueillies. Le contrôle de l’asthme était défini par les critères du GINA 2014. Le score ACT ou ACT pédiatrique, le nombre d’exacerbations, de corticothérapies systémiques et d’hospitalisations dans l’année précédente, le niveau de traitement, la dose de corticostéroïdes inhalés (CSI) et la fonction respiratoire (VEMS, VEMS/CV, FeNO) étaient étudiés dans les groupes d’enfants avec et sans AA. Résultats Deux cent douze patients asthmatiques (âge médian : 11,5 ans) étaient inclus, dont 57 avaient une AA (27 %) (fruits à coque=26, arachide=23, œuf=11, lait=3, autre=20, AA multiples=41). L’antécédent d’asthme aigu grave n’était pas différent entre les 2 groupes (p =0,4). Trente-neuf enfants avaient un antécédent d’anaphylaxie. Trente et un enfants (15 %) étaient traités par Omalizumab, dont 10 avaient une AA. Trente-huit enfants avec AA (67 %) avaient un asthme contrôlé versus 94 enfants sans AA (61 %) (p =0,42) ; il n’y avait pas de différence pour le score ACT/pACT (p =0,26). Le nombre d’exacerbations (p =0,1), de corticothérapies systémiques (p =0,08) et d’hospitalisations (p =0,41), le niveau de traitement selon GINA (p =0,17), la dose de CSI (p =0,16), le VEMS/CV [moyenne 84 % si AA versus 83 % ; p =0,12] et la FeNO [médiane : 42 ppb si AA versus 24 ppb (p =0,55)] n’étaient pas différents. Le type, le nombre d’aliments et la sévérité des réactions allergiques n’influaient pas sur le contrôle de l’asthme. Le sous-groupe de patients « asthme-dermatite atopique-AA » (A-DA-AA) avait plus d’exacerbations (p =0,0094) et une dose de CSI quotidienne plus élevée (p =0,017) par rapport aux patients avec asthme et AA sans DA. Conclusion Notre étude ne montre pas une morbidité de l’asthme plus importante chez les enfants ayant une AA. Toutefois, l’association DA-AA paraît être associée à un phénotype d’A plus sévère.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.006
       
  • Pression positive continue nocturne au long cours chez l’enfant obèse:
           épidémiologie, caractéristiques et prise en charge
    • Authors: J. Durin; J. Taytard; A. Karsenty; B. Dubern; G. Aubertin
      First page: 509
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): J. Durin, J. Taytard, A. Karsenty, B. Dubern, G. Aubertin
      Introduction Le Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) touche 10 à 60 % des enfants obèses. La Pression Positive Continue (PPC) nocturne est un élément clé du traitement du SAOS. Objectif Décrire une cohorte d’enfants obèses traités pour un SAOS par PPC pour déterminer les caractéristiques spécifiques de ces patients. Matériel et méthodes Étude rétrospective incluant des enfants présentant une obésité constitutionnelle et un SAOS confirmé par une polysomnographie (PSG) et traités par PPC, appariés à des témoins sans SAOS d’âge, de sexe et de corpulence similaires. Résultats Douze patients, d’âge médian de 11,2 ans (4,3–18) et de Z-score d’indice de masse corporelle médian à +6,1 DS (3,5–9) ont été inclus. Ni la sévérité de l’obésité ni l’âge n’étaient liés à la sévérité du SAOS. Par comparaison aux témoins, les patients présentaient tous des ronflements et des apnées du sommeil associés à un ou plusieurs autres signes cliniques. La PPC avait réduit les signes cliniques de tous les patients avec normalisation de la PSG. Les patients traités n’avaient pas un poids de naissance plus élevé ni une obésité plus précoce que les témoins. La fréquence des complications liées à l’obésité n’était pas plus élevée par rapport aux témoins. Discussion/conclusion Le SAOS nécessite un dépistage systématique chez l’enfant obèse quel que soit son âge, quel que soit son niveau d’obésité, avec recherche de ronflements associés à d’autre(s) signe(s). Sa prise en charge par PPC doit s’intégrer dans une prise en charge globale et pluridisciplinaire.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.008
       
  • Séquence de Pierre Robin : intérêt de la polygraphie en période
           néonatale
    • Authors: O. Félix; M. Lubrano-Lavadera; C. Lardennois; C. Marguet
      Pages: 509 - 510
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): O. Félix, M. Lubrano-Lavadera, C. Lardennois, C. Marguet
      Introduction La séquence de Pierre Robin (SPR) est une pathologie néonatale fréquente liée à une anomalie de fermeture des bourgeons faciaux. Elle se définit par l’association glossoptose-micrognathisme-fente vélopalatine. La prise en charge des nouveau-nés atteints est centrée sur la levée de l’obstruction des voies aériennes supérieures : couchage en décubitus ventral, chirurgie, ventilation non invasive, voire trachéotomie. La gravité du trouble respiratoire obstructif du sommeil (TROS) est évaluée selon des critères cliniques regroupés dans le score de Couly. Notre centre de compétence régional a intégré la polygraphie ventilatoire (PV) nocturne dans le bilan initial des SPR depuis 2006. Nous avons comparé les résultats des évaluations cliniques et polygraphiques dans notre cohorte. Matériel et méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2014, descriptive, monocentrique incluant les nouveau-nés hospitalisés à la naissance présentant une SPR et ayant bénéficié d’au moins un enregistrement polygraphique ventilatoire nocturne durant le 1er mois de vie au CHU de Rouen. Résultats Sur la période étudiée, 47 patients sont nés atteints de SPR (40 % de diagnostic anténatal). Quinze ont été exclus pour données cliniques manquantes et 3 pour échecs de PV. La SPR était isolée dans trois quart des cas, les formes associées ou syndromiques présentaient une forme d’emblée plus grave que les SPR isolées : 27 % de recours à une trachéotomie versus 6 % (p <0,01), 45 % de gastrostomie versus 9 % (p <0,01). Vingt-neuf enfants ont bénéficié d’une PV à 3 semaines de vie, montrant : un index d’apnées-hypopnées obstructives (IAH) médian de 5,2/h [2–30], un index d’apnées centrales de 0,3/h [0–34,9], une SpO2 moyenne de 97 % [96–100], une SpO2 minimale de 82 % [70–94], et un temps passé à SpO2 <90 % de 0,6min [0–69]. L’incidence du SAOS (définie par IAH>1,5/h) est de 72 % dans cette population. La répartition de ces patients selon le score de Couly est homogène : 30 % de stade I, 36 % de stade II et 34 % de stade III. L’analyse polygraphique permet d’individualiser 3 groupes : PV normale ou SAOS léger (IAH<5/h) dans 45 % des cas, SAOS modéré (IAH 5–10/h) dans 24 %, et SAS sévère (IAH≥10/h) dans 31 %. Nous ne retrouvons pas de corrélation exacte entre les scores de gravité clinique et polygraphique. La prise en charge a consisté en : un traitement positionnel (52 %), une mise sous VNI (28 %), une oxygénothérapie transitoire (28 %), une trachéotomie (11 %) ou une sonde naso-pharyngée (2 %). Le taux global de recours à un support ventilatoire est de 48 % des patients. Un IAH>5/h, et la présence d’une hypoxémie nocturne (SaO2 moyenne<92 % et/ou plus de 10 % du temps passé à SaO2 <90 %) en sont des facteurs prédictifs. Conclusion Les troubles respiratoires obstructifs du sommeil sont fréquents chez les nouveau-nés atteints de SPR. Les enregistrements polygraphiques ont un rôle clé dans leur évaluation. Ils permettent de dépister des atteintes infracliniques, de chiffrer leur gravité et de poser précocement l’indication d’une VNI.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.009
       
  • Identification des mutations dans les gènes codant pour les protéines de
           surface G et F des virus respiratoires syncytiaux chez les enfants
           traités par palivizumab
    • Authors: A. Flammang; J. Dina; J. Hamel; L. Adamon; A. Vabret; J. Brouard
      First page: 510
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): A. Flammang, J. Dina, J. Hamel, L. Adamon, A. Vabret, J. Brouard
      Introduction Le palivizumab est un anticorps monoclonal humanisé utilisé pour la prévention des infections respiratoires sévères dues au virus respiratoire syncytial (VRS) dans les populations pédiatriques à risque. Il inhibe l’étape de fusion du virus avec la cellule en se liant à la glycoprotéine de surface F. Des VRS résistants au palivizumab ont été mis en évidence in vitro et chez des patients ayant présenté une infection à VRS au cours du traitement par palivizumab. Chez ces virus, seules les mutations situées au niveau du site de liaison de l’anticorps à la protéine F (acides aminés 258 à 276) ont été décrites comme associées à la résistance au palivizumab. Le gène codant pour la glycoprotéine d’attachement G a rarement été séquencé dans ce contexte. Objectif Le but de cette étude est d’analyser les gènes G et F complets de VRS retrouvés chez des enfants traités par palivizumab, afin d’identifier des mutations susceptibles d’être en lien avec l’échec thérapeutique. Matériels et méthodes Les VRS sélectionnés provenaient de prélèvements naso-pharyngés réalisés entre octobre 2011 et février 2016, au CHU de Caen, chez des nourrissons ayant présenté une infection à VRS pendant la période d’efficacité du palivizumab. Des VRS témoins, identifiés chez des patients non traités, ont été inclus. L’extraction des acides nucléiques totaux a été réalisée avec le kit Qiagen EZ1 DRP Virus Kit 48®. Le groupe antigénique, A ou B, a été déterminé par transcription inverse suivie d’une réaction en chaîne par polymérase (RT-PCR) en temps réel. L’amplification et le séquençage des gènes G et F complets ont été réalisés avec le kit Qiagen One Step RT-PCR®. Les séquences obtenues ont été analysées et comparées avec le logiciel BioEdit 7.1.9® et l’analyse phylogénique a été réalisée avec le logiciel Mega 6.0®, en utilisant la méthode du neighbor-joigning. Résultats Parmi les 273 nourrissons traités par palivizumab pendant la période de l’étude, 15 (8,4 %) ont présenté une infection à VRS pendant la période d’efficacité du traitement et 8 (2,9 %) après la période d’efficacité. Douze VRS A et 11 VRS B ont été identifiés par RT-PCR en temps réel. Dix-neuf gènes F et 17 gènes G complets ont été amplifiés et séquencés en totalité. L’analyse phylogénique a montré que les VRS A appartenaient aux génotypes NA3 et ON1 et les VRS B au génotype BA, sous-génotypes BA11 ou BA4/BA9. Il n’y avait pas de différence phylogénique entre les virus identifiés chez les patients traités et les témoins. La comparaison des séquences obtenues avec des souches de référence a mis en évidence plusieurs mutations ponctuelles dans les gènes G et F, mais aucun changement d’acide aminé au niveau du site de liaison du palivizumab. Conclusion D’autres études doivent être menées pour préciser le rôle des mutations identifiées et mieux caractériser les mécanismes de résistances du VRS au palivizumab.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.010
       
  • Primo-colonisation à Stenotrophomonas maltophilia : quel lien avec la
           colonisation à Pseudomonas aeruginosa ?
    • Authors: A. Herzog; J. Bletterer-Causin; L. Weiss
      Pages: 510 - 511
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): A. Herzog, J. Bletterer-Causin, L. Weiss
      Introduction La colonisation à Pseudomonas aeruginosa est un facteur de déclin pulmonaire connu dans la mucoviscidose. La prévalence du Stenotrophomonas maltophilia est plus rare mais en constante augmentation dans cette population. L’objectif principal de notre étude était de décrire la prévalence de la primo-colonisation à ce germe, et d’évaluer le rôle éventuel de la colonisation à P. aeruginosa et de son traitement dans l’augmentation de prévalence du S. maltophilia. Matériel et méthodes Nous avons mené une étude épidémiologique descriptive, rétrospective, dans la cohorte pédiatrique suivie au CRCM de Strasbourg, incluant tous les enfants ayant présentés une primo-colonisation à S. maltophilia entre 2002 et 2015. Résultats La prévalence cumulée de la primo-colonisation à S. maltophilia dans notre cohorte était de 48,5 %. Parmi eux, 80 % des patients primo-colonisés à S. maltophilia avaient également présenté une colonisation à P. aeruginosa. La primo-colonisation à P. aeruginosa précédait celle à S. maltophilia dans 66 % des cas. De plus, 80 % des patients colonisés aux deux germes ont évolué vers l’absence d’éradication du S. maltophilia (p <0,01). Conclusion Cette étude préliminaire met en évidence des liens entre la primo-colonisation à S. maltophilia et la colonisation à P. aeruginosa. D’autres études sont nécessaires pour préciser la nature de ces liens : interactions synergiques entre ces deux germes, pression de sélection exercée par les antibiotiques utilisés dans la primo-colonisation à P. aeruginosa ?

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.011
       
  • Spectre étiologique des pneumopathies infiltrantes diffuses chez
           l’enfant
    • Authors: F. Khalsi; S. Hamouda; I. Belhadj; M. Ben Romdhane; I. Brini; F. Tinsa; K. Boussetta
      First page: 511
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): F. Khalsi, S. Hamouda, I. Belhadj, M. Ben Romdhane, I. Brini, F. Tinsa, K. Boussetta
      Introduction Les pneumopathies infiltrantes diffuses chroniques (PIDC) chez l’enfant sont peu étudiées en Tunisie. Nos objectifs étaient d’analyser leurs étiologies ainsi que les caractéristiques cliniques et évolutives relatives à chaque étiologie. Patients et méthodes Notre étude était rétrospective incluant tous les patients ayant une PIDC quels que soient sa cause et les suivis dans le service de médecine infantile B de l’hôpital d’Enfants de Tunis de 2010 à 2015. Étaient exclues les suspicions de PIDC sans confirmation tomodensitométrique. Résultats Les PIDC de nos 8 patients étaient en rapport avec : un déficit en protéines du surfactant (DPS) (n =4), une protéïnose alvéolaire primitive (PAP) (n =2), et une sarcoïdose (S) (n =2). Les patients âgés en moyenne de 30 mois (3 mois–10 ans). Les circonstances de découverte étaient une pneumopathie traînante dans 3 cas, des broncho-pneumopathies récidivantes avec oxygéno-dépendance dans 3 cas, et des adénopathies cervicales avec une fièvre prolongée dans 2 cas. La TDM thoracique montrait une pneumopathie interstitielle diffuse dans tous les cas. Tous les patients ont eu un LBA. Une biopsie pulmonaire a été pratiquée chez les 4 patients atteints de DPS. Le traitement reposait sur la corticothérapie (n =6)±OLD (n =4). Les 2 cas de PAP ont eu des LBA thérapeutiques avec une guérison dans un cas (recul de 4 ans). Conclusion Étant méconnues, les pathologies liées aux protéines du surfactant (DPS et PAP) étaient de diagnostic tardif. Leur pronostic était variable. La sarcoïdose, observée chez le grand enfant, était caractérisée par des manifestations extra-respiratoires rares.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.012
       
  • Projet Virasthma 2 : profils cliniques et microbiologiques dans
           l’asthme du jeune enfant (<5 ans) au moment d’une exacerbation
           sévère : analyse intermédiaire à 14 mois
    • Authors: S. Lejeune; P. Gosset; I. Engelman; A. Dewilde; R. Dessein; M. Pichavant; E. Vilain; E. Ducoin; S. Mitha; G. Pouessel; C. Delvart; S. Boileau; A. Le Mee; C. Bonnel; L. Béghin; C. Thumerelle; C. Mordacq; A. Deschildre
      Pages: 511 - 512
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): S. Lejeune, P. Gosset, I. Engelman, A. Dewilde, R. Dessein, M. Pichavant, E. Vilain, E. Ducoin, S. Mitha, G. Pouessel, C. Delvart, S. Boileau, A. Le Mee, C. Bonnel, L. Béghin, C. Thumerelle, C. Mordacq, A. Deschildre
      La physiopathologie de l’asthme du jeune enfant (<5 ans), permettant notamment d’en comprendre l’hétérogénéité, reste mal connue. On sait que le terrain allergique et la sévérité des manifestations sont associés au risque de persistance chez le grand enfant et à l’âge adulte. Dans ce contexte, l’étude VIRASTHMA 2 a comme objectif principal de préciser le statut inflammatoire et microbiologique au moment et à distance d’une exacerbation, puis de suivre les enfants inclus jusque l’âge de 7 ans. Objectif Décrire les caractéristiques cliniques dont l’atopie, le statut microbiologique (virologique et bactériologique) au moment d’une exacerbation et à l’état stable à partir des données préliminaires recueillies chez des enfants asthmatiques d’âge préscolaire. Matériels et méthodes Étude observationnelle prospective multicentrique dans la région Hauts-de-France initiée en février 2015. Les enfants âgés de 1 à 5 ans, répondant à la définition de l’asthme sont inclus lors d’une hospitalisation pour une exacerbation sévère, définie par le recours à la corticothérapie générale, en l’absence d’autre maladie connue. Les données cliniques sont relevées à 2 temps : T1=exacerbation ; T2=état stable soit au moins 8 semaines plus tard. Le statut virologique par écouvillonnage (polymerase chain reaction [PCR]) et le statut bactériologique par ECBC (enfants inclus au CHRU de Lille) sont relevés aux 2 temps. L’analyse porte sur les 51 patients inclus au 15/04/2016. Résultats Nous avons noté des antécédents familiaux d’atopie au 1er degré chez 78 % des enfants, dont 53 % d’asthme. Nous avons observé : une rhinite allergique chez 10 patients (20 %) ; une allergie alimentaire chez 4 patients (8 %), une dermatite atopique chez 20 patients (39 %), une atopie (positivité des pricks-tests avec diamètre ≥ à 3mm et/ou des IgE spécifiques ≥0,35 kUA/L et/ou d’un test multiallergénique de dépistage) dans 51 % des cas. Trente-six enfants (71 %) présentaient un phénotype exacerbateur fréquent (≥2 exacerbations nécessitant une corticothérapie générale sur les 6 derniers mois). Quatre-vingt-dix pour cent des prélèvements viraux étaient positifs, dont plus de 80 % à Rhinovirus, avec une co-infection virale fréquente (22 %). Les principales bactéries mises en évidence sur les 15 des 22 ECBC disponibles ont été : Moraxella catarrhalis (n =8) et Haemophilus influenzae (n =8). Parmi ces 15 patients, un seul patient n’avait pas d’infection virale. Tous les enfants ont bénéficié d’un traitement de fond par corticostéroïdes inhalés. Au temps T2, quarante-trois enfants ont été revus (84 %). Cinquante-six pour cent des enfants ont fait une nouvelle exacerbation et 57 % ont un asthme non contrôlé. Les PCR virales ont été de nouveau positives chez 44 % des patients, majoritairement à Rhinovirus, avec de nouveau une co-infection virale dans 37 % des cas. Conclusion Dans une population de jeunes enfants présentant majoritairement un asthme sévère, difficile à contrôler, nous confirmons la grande fréquence de l’atopie, personnelle et familiale, et le rôle majeu...
      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.013
       
  • Étude PACA urgences : pollution atmosphérique et consultations pour
           asthme aux urgences
    • Authors: J. Mazenq; J.C. Dubus; J. Gaudart; D. Charpin; G. Viudes; G. Noel
      First page: 512
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): J. Mazenq, J.C. Dubus, J. Gaudart, D. Charpin, G. Viudes, G. Noel
      Introduction La pollution atmosphérique a des effets néfastes sur la santé et l’environnement. Les particules en suspension, le dioxyde d’azote (NO2) et l’ozone (O3) sont reconnus comme étant les 3 polluants les plus significatifs en termes d’incidence sur la santé. L’asthme est multifactoriel avec notamment l’exposition à la pollution atmosphérique, les conditions météorologiques, les allergènes, les infections virales qui sont fortement impliqués. Cependant, le lieu de résidence des patients est rarement étudié en rapport avec ces facteurs. L’objectif principal de notre étude est de mesurer l’impact de la pollution atmosphérique, au plus proche du domicile des patients, sur les consultations pour asthme dans les services d’accueil des urgences (SAU) dans la région Provence-Alpes-Côte-D’azur (PACA) en 2013. Méthodes Initialement, les variables ont été sélectionnées par un arbre de classification et de régression concernant les patients asthmatiques et traumatologiques, âgés de 3 à 99 ans, ayant consulté dans un SAU en PACA du 01 janvier au 31 décembre 2013. Puis, dans une étude cas-témoins emboîtée dans une cohorte, chaque contrôle traumatologique a été randomisé de manière aléatoire sur le jour, quel que soit le SAU de consultation. Les facteurs environnementaux et la charge virale ont été reliés au code INSEE de résidence des patients. Résultats Un total de 794 884 consultations a été reporté chez les patients de 3 à 99 ans dont 6250 pour asthme et 278 192 pour traumatisme. L’exposition à court terme au NO2, mesurée au plus proche du domicile des patients, est associée à un excès de risque de consultation aux urgences pour asthme (OR ajusté : 1,35 [5 % CI : 1,17–1,57 ; p = <0,01] avec un niveau d’O3 au sol faible et OR ajusté : 1,28 [95 % CI : 1,04–1,58 ; p =0,02] avec un niveau d’O3 au sol élevé). Le sexe féminin, l’association température basse et humidité élevée et la charge virale élevée sont les autres facteurs de risque retrouvés. Conclusion Une association significative a été trouvée entre l’exposition à court terme entre les concentrations élevées de NO2, quel que soit le niveau d’O3, mesurée au plus proche du domicile des patients, et les consultations aux urgences pour asthme chez les patients de 3 à 99 ans dans la région PACA en 2013.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.014
       
  • Évaluation de l’oxygénothérapie à haut débit cher l’enfant
           atteint de pneumopathie hypoxémiante en réanimation
    • Authors: C. Ohlmann; R. Pouyau; F. Subtil; P. Reix; E. Javouhey
      First page: 512
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): C. Ohlmann, R. Pouyau, F. Subtil, P. Reix, E. Javouhey
      Introduction La pneumopathie est une pathologie extrêmement fréquente et représente la première cause mondiale de décès de pathologie infectieuse chez l’enfant de moins de 5 ans. La prise en charge respiratoire de la pneumopathie en cas d’hypoxémie repose sur une oxygénothérapie. L’oxygénothérapie à haut débit (OHD) est une méthode de ventilation récente permettant d’administrer à haut débit de l’oxygène réchauffé et humidifié avec un effet PEP et une diminution du travail respiratoire. Matériel et méthodes Notre étude rétrospective, menée dans le service de réanimation de l’HFME à Lyon, portait sur 92 patients âgés de 1 à 18 ans, atteints de pneumopathie hypoxémiante. Notre objectif était d’évaluer l’OHD chez ces patients et de mettre en évidence des facteurs favorisant la réussite ou l’échec de ce mode de ventilation. Pour cela, nous avons comparé des critères clinico-biologiques et radiologiques à différents temps pendant les 48 premières heures. Résultats La prise en charge respiratoire des pneumopathies hypoxémiantes par OHD a été une réussite chez deux tiers des patients. Aucun effet indésirable n’a été rapporté et la tolérance de l’OHD a été bonne pour tous. Le risque d’échec d’OHD était plus important chez les enfants présentant initialement une FiO2 haute (p =0,001), un rapport SpO2/FiO2 bas (p =0,001) ainsi qu’un score PELOD élevé (p =0,042). Ce risque persistait dans les 48 premières heures. Une atteinte de plus de 2 quadrants sur la radiographie pulmonaire augmentait de manière significative le risque d’échec d’OHD (p =0,006). Les patients immunodéprimés présentaient également un risque d’échec d’OHD plus important que les autres patients de notre cohorte (p =0,047). Conclusion L’OHD semble être un support ventilatoire prometteur dans les pneumopathies hypoxémiantes, cependant le taux d’échec pourrait être plus élevé chez des patients immunodéprimés ou plus graves sur le plan respiratoire.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.015
       
  • Suivi des patients pédiatriques atteints de mucoviscidose au décours
           d’une première sérologie aspergillaire positive
    • Authors: H. Petat; C. Marguet
      First page: 513
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): H. Petat, C. Marguet
      Introduction La mucoviscidose est la maladie génétique autosomique récessive la plus fréquente dans la population caucasienne ; l’évolution des traitements a permis d’augmenter significativement l’espérance de vie. L’aspergillose broncho-pulmonaire allergique (ABPA) est une des complications de la mucoviscidose, dont le diagnostic repose sur la clinique et le dosage des IgE. Depuis plusieurs années se développent des dosages d’IgG spécifiques, dont la signification clinique reste discutée. Nous avons mené une étude rétrospective cas-témoins afin d’évaluer l’évolution des patients ayant présenté une première séroconversion aspergillaire. Patients et méthodes Étude pédiatrique cas-témoin monocentrique conduite au CRCM mixte de Rouen. Chaque patient ayant présenté une séroconversion aspergillaire a été apparié à un patient séronégatif sur l’âge et le sexe. Les données cliniques, fonctionnelles respiratoires, radiologiques et biologiques ont été recueillies, un an avant, un an après et au moment de la séroconversion aspergillaire. Résultats Nous avons inclus 36 patients parmi les cas, appariés à 36 témoins. L’âge médian était de 8 ans. Le sexe, l’indice de masse corporelle et les valeurs de test de la sueur étaient comparables entre les populations. Nous avons montré qu’il existe un déclin significatif du volume expiratoire maximal en une seconde (VEMS) l’année suivant la séroconversion aspergillaire (p =0,025), ainsi qu’une diminution significative de la capacité vitale forcée (CVF) lors de la séroconversion par rapport aux témoins (p =0,027). Il existe une augmentation significative des exacerbations pulmonaires chez les cas (p =0,047). Au niveau biologique, il existe une augmentation significative du taux d’IgE spécifiques contre A. fumigatus lors de la séroconversion (p =0,014), un an avant (p =0,001) et un an après (p =0,029). Les IgG totales sont significativement plus élevées lors de la séroconversion chez les cas (p =0,04). Au niveau radiologique, les dilatations des bronches et les infiltrats pulmonaires sont significativement plus importants chez les cas (p =0,01 et p =0,003 respectivement). Discussion La séroconversion aspergillaire est accompagnée de modifications des paramètres cliniques, fonctionnels respiratoires, biologiques et radiologiques chez les patients pédiatriques atteints de mucoviscidose. Conclusion La séroconversion aspergillaire est donc un élément important au cours de l’évolution de la mucoviscidose. Sa recherche systématique est à intégrer dans les bilans réguliers de la maladie, et une conduite à tenir est intéressante à évaluer.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.016
       
  • Impact de l’Omalizumab dans l’asthme sévère de l’enfant :
           évaluation après plus de 2 ans de traitement
    • Authors: J. Roussel; C. Marguet; R. Abou-Taam; C. Rames; P. Le Roux; G. Pouessel; M. Scalbert; C. Bonnel; S. Mitha; S. Boileau; A. Deschildre
      First page: 513
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): J. Roussel, C. Marguet, R. Abou-Taam, C. Rames, P. Le Roux, G. Pouessel, M. Scalbert, C. Bonnel, S. Mitha, S. Boileau, A. Deschildre
      Contexte L’Omalizumab est proposé chez les enfants de plus de 6 ans présentant un asthme sévère allergique non contrôlé, résistant à un traitement inhalé à forte dose (niveau IV du GINA). Son impact à long terme n’a pas été évalué chez l’enfant ni l’évolution de l’asthme après son arrêt. Objectif Évaluer l’évolution de l’asthme (objectif principal=contrôle, critères GINA) chez les enfants ayant eu au moins 2 ans de traitement par omalizumab, en distinguant ceux l’ayant poursuivi de ceux l’ayant arrêté. Méthodes Cent enfants (10 centres) étaient inclus. Nous relevions (1) les caractéristiques de l’asthme et la durée du traitement par omalizumab, (2) le niveau de contrôle, le nombre d’exacerbations sévères sur l’année la dose de corticoïdes inhalés (CSI, μg/jour équivalent fluticasone), le VEMS à 2 ans de traitement, à l’arrêt du traitement par omalizumable cas échéant, puis au moment de la dernière visite programmée, et (3) les effets secondaires. Résultats L’âge médian à l’initiation de l’omalizumab était de 11,32 ans[8,7–13,1], le terrain atopique marqué : IgE totales(moyenne, DS) : 1079 kU/L (1103),>2 sensibilisations : 40 %, dermatite atopique (DA) : 51 %, allergie alimentaire (AA) : 24 %. L’asthme n’était jamais contrôlé et les exacerbations fréquentes (moyenne : 3,7 [2,6] sur l’année) malgré une dose moyenne de CSI de 812μg/j (312). Le VEMS moyen était à 86 % (21) de la valeur prédite. L’omalizumab était toujours en cours chez 65 enfants et avait été interrompu chez 35, définitivement chez 27 (durée moyenne=44,8 mois), repris chez 8 pour non contrôle (durée moyenne avant arrêt=37,3 mois ; p =0,07). Chez les patients toujours traités (durée moyenne de traitement=37,2 mois), on observait au dernier recueil une amélioration significative du contrôle (bon contrôle : 72 % ; non contrôle : 3 %), du nombre moyen d’exacerbations (n =0,34), de la dose moyenne de CSI (396μg/j), de la fonction (VEMS=+12,5 %). Chez les patients ayant arrêté le traitement sans reprise, on observait au recueil et par rapport au moment de l’arrêt un maintien de l’amélioration du contrôle (bon contrôle : 92 %), des exacerbations (n =0,41), de la dose de CSI (492μg/j), de la fonction (VEMS=+10 %). Chez les patients ayant arrêté puis repris, on observait par rapport aux patients sans reprise une tendance à une fréquence plus importante de l’AA (50 %, p =0,07) et de l’association DA et AA (25 %, p =0,06), et à un traitement plus court (p =0,07). Enfin, aucun effet indésirable sérieux n’était recensé. Conclusion Le bénéfice important du traitement par Omalizumab se maintient au long cours, sans effet secondaire significatif. L’arrêt peut être proposé après un traitement prolongé (>3 ans) en cas d’asthme durablement contrôlé. En cas d’arrêt, le risque de perte de contrôle justifie un suivi rapproché.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.017
       
  • Intérêt prédictif du score de Wang sur la durée d’oxygénothérapie
           dans la bronchiolite du nourrisson
    • Authors: C. Vallet; S. Lefeuvre; G. Bouzillé; E. Deneuville; P. Pladys
      Pages: 513 - 514
      Abstract: Publication date: May 2017
      Source:Archives de Pédiatrie, Volume 24, Issue 5
      Author(s): C. Vallet, S. Lefeuvre, G. Bouzillé, E. Deneuville, P. Pladys
      Introduction La bronchiolite du nourrisson est responsable de nombreuses hospitalisations saisonnières. La durée d’hospitalisation, difficilement prévisible, occasionne des difficultés d’organisation dans les services. L’oxygénothérapie est le principal facteur conditionnant la durée d’hospitalisation. L’objectif de notre étude est de déterminer si le score de Wang peut prédire la durée d’oxygénothérapie de nourrissons hospitalisés pour une bronchiolite. Matériels et méthodes Il s’agit d’une étude prospective observationnelle entre octobre 2015 et février 2016 au CHU de Rennes incluant des nourrissons de moins de 2 ans hospitalisés pour un premier ou deuxième épisode de bronchiolite. Le score de Wang était réalisé à l’admission et la durée d’oxygénothérapie relevée à la fin du séjour. D’autres facteurs pouvant moduler la durée d’oxygénothérapie étaient recherchés. Une analyse de corrélation de Pearson et des courbes ROC ont été effectuées. Résultats Cent cinq nourrissons d’âge moyen 91jours ont été inclus (48,57 % de garçons). Quarante et un enfants (39 %) avaient moins de 6 semaines. Durée moyenne d’oxygénothérapie 82heures. Le coefficient de Pearson entre le score de Wang et la durée d’oxygénothérapie était à 0,111. La durée d’oxygénothérapie était liée à la saturation percutanée à l’admission (p =0,000141) et à l’âge de l’enfant (p =0,00745). Un score de Wang inférieur à 8 était corrélé à une durée d’oxygénothérapie inférieure à 24heures (sensibilité : 86,2 %, VPN : 84,6 %). Une saturation inférieure à 97 % (sensibilité : 93,1 %, VPN : 94,6 %) ainsi que la fréquence respiratoire supérieure à 44 par minute (sensibilité : 62,1 %, VPN : 81,4 %) à l’admission étaient corrélées à une durée d’oxygénothérapie supérieure à 24heures. Conclusion Le score de Wang n’est pas prédictif d’une durée d’oxygénothérapie, la saturation et la fréquence respiratoire à l’entrée paraissent intéressantes pour estimer cette durée.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.018
       
  • Évaluation de la transition pédiatrie-gastroentérologie d’adultes des
           enfants atteints de maladie inflammatoire cryptogénique intestinale
    • Abstract: Publication date: Available online 24 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): A. Gerfaud, L. Bridoux-Henno, J.-F. Bretagne, L. Siproudhis, G. Bouguen, A. Dabadie
      Objectif Évaluer la transition en gastroentérologie d’adultes (GE) des enfants suivis pour maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI). Patients et méthode Étude épidémiologique, monocentrique. L’étude a été menée auprès des parents et des patients, par questionnaires adressés par courrier. Quatre-vingt-deux patients atteints de MICI suivis en gastropédiatrie (GP) et ayant été transférés en GE entre 2000 et 2014 ont été inclus. Les données recueillies étaient : l’état médical du patient, ses traitements, le type de suivi en GE, libéral ou hospitalier, et son ressenti, ainsi que celui des parents, sur le relais. Une consultation commune de transition (CCT) avait été proposée aux patients transférés au sein du CHU. Leurs réponses ont été comparées à celles des patients n’ayant pas bénéficié de CCT. Résultats Cinquante patients avaient été transférés dans le CHU dont 33 avaient bénéficié d’une CCT. Le taux de réponse des patients a été de 56 % et celui des parents de 63 %. Trente-neuf patients (87 %) s’étaient sentis prêts à la transition (79 % des parents). Trente-six patients étaient toujours suivis par le même GE. La CCT a été jugée par les patients comme bénéfique ou très bénéfique (74 %) sur la suite de la prise en charge. Tous les patients ont jugé qu’elle apportait un bénéfice sur la connaissance du dossier médical par le GE. Les réponses des parents étaient similaires. Conclusion La préparation de la transition et la mise en place de CCT ont été jugées bénéfiques par les patients et leurs parents. Aim Assess the transition of children followed for inflammatory bowel disease (IBD) to the adult gastroenterology care unit and the development of joint medical visits (JMVs). Patients and method This study was conducted at the Rennes University Hospital (Brittany, France). All patients with IBD and relayed to an adult gastroenterologist (GE) between 2000 and 2014 were included. The following medical data were collected: age, gender, clinical status, disease activity, type of follow-up (freelance or at hospital), medical history, disease locations, and treatments received. Patients who were relayed in the same hospital attended a JMV with both the pediatric and adult gastroenterologists. Patients and parents were interviewed with a questionnaire sent by mail. They were asked how they had perceived the transition with questionnaires containing specific items about the JMV. The answers of the patients who attended JMVs were compared to those who did not attend. Results Eighty-two patients were included. The patient response rate was 56 % (parents, 59 %). The average age at transition was 18±0.8years. Fifty patients were relayed in the same hospital with 30 attending a JMV. These patients suffered from more severe disease than other patients. Thirty-nine patients felt ready to transition (87 %). The JMV was deemed beneficial or very beneficial (74 %) for both follow-up and the benefits of the GE's knowledge of the medical file. The parents’ responses did not differ from the patients’.
      PubDate: 2017-04-25T18:39:24Z
       
  • Hémangiomes infantiles cutanés
    • Abstract: Publication date: Available online 24 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): M. Barreau, A. Dompmartin
      Les anomalies vasculaires superficielles forment un groupe hétérogène de pathologies développées aux dépens de vaisseaux de tous types et se différenciant par leur présentation clinique, leur évolution et leur pronostic. En 1982, une classification de ces anomalies a été établie par Mulliken et Glowacki. Celle-ci a ensuite été adoptée par la Société internationale d’étude des anomalies vasculaires (ISSVA) en 1996 et mise à jour en 2014. Cette classification sépare les anomalies vasculaires en 2 catégories : les tumeurs vasculaires caractérisées par une prolifération cellulaire et les malformations vasculaires qui sont des anomalies structurales des vaisseaux sanguins. L’hémangiome infantile (HI) appartient aux tumeurs vasculaires. C’est la tumeur bénigne la plus fréquente de l’enfant. Dans la plupart des cas, les HI sont de petite taille, involuent progressivement sans ou avec peu de séquelles et aucun traitement n’est nécessaire. Néanmoins, dans certaines localisations ou dans les cas d’HI compliqués, une prise en charge médicale s’avère indispensable (environ 10 % des cas) pour limiter la croissance de ces tumeurs et accélérer leur involution. Ce traitement repose actuellement en première intention sur le propranolol, dont l’efficacité et la sécurité d’emploi ont été démontrées. Superficial vascular anomalies are a heterogeneous group of diseases, developed from various types of vessels and differentiated by their clinical presentation, progression, and prognosis. Their classification was first published by Mulliken and Glowacki in 1982, then endorsed by the International society of the study of vascular anomalies (ISSVA) in 1996 and updated in 2014. It separates vascular anomalies into two categories: vascular tumors characterized by cellular proliferation and vascular anomalies that are structural anomalies of blood vessels. Infantile hemangiomas (IHs) are the most frequent childhood vascular tumor. In most cases, IHs are small, involute progressively with or without a few sequelae, and do not require any treatment. However, in particular localizations or in complicated hemangiomas, treatment is essential to limit tumor growth and accelerate their involution. Propranolol is now the first-line treatment. Its efficacy and safety have been clearly demonstrated.

      PubDate: 2017-04-25T18:39:24Z
       
  • Somnambulisme avec mise en danger vital (syndrome d’Elpénor)
           chez un enfant
    • Abstract: Publication date: Available online 23 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): M.-A. Madigand-Tordjman, P.-J. Egler, F. Bertran, M. Jokic, F. Guénolé
      Introduction Bien que généralement bénin, le somnambulisme peut causer des accidents dus, entre autres, à des chutes. Ces accidents peuvent parfois comporter une mise en danger vital – situation dénommée « syndrome d’Elpénor » (en référence à un accident survenant à un personnage de L’odyssée d’Homère) – en particulier par défenestration. Ce syndrome a été décrit chez l’adulte et l’adolescent ; nous relatons un cas chez une enfant. Observation Cette enfant de 10ans a été admise au service d’accueil des urgences en pleine nuit suite à une chute du premier étage de son domicile, compliquée de fractures. La défenestration était survenue aux alentours de 1h. L’enfant s’était endormie à 23h, dans des conditions inhabituelles de couchage et dans un contexte de dette de sommeil. L’examen clinique réalisé au décours des soins d’urgence n’a montré aucun signe de trouble mental ni d’idéation suicidaire, ni aucune autre anomalie clinique ; l’enfant présentait une amnésie de l’accident. Il existait des antécédents personnels et familiaux de somnambulisme. Le diagnostic d’un épisode de somnambulisme avec une mise en danger vital a été porté ; l’enfant et ses parents ont bénéficié d’une éducation thérapeutique et une sécurisation de l’environnement nocturne a été prescrite. Il n’a pas été instauré de traitement pharmacologique. Au cours des 18 mois suivants, un seul épisode somnambulique a été observé, sans comportement à risque. Conclusion le syndrome d’Elpénor existe chez l’enfant, il est donc important d’informer l’entourage d’un enfant somnambule de la nécessité de toujours sécuriser l’environnement nocturne. Though benign in the majority of cases, sleepwalking sometimes causes injuries due, among other causes, to falls. Such accidents can be life-threatening — a situation that has been termed Elpenor syndrome (in reference to an accident experienced by a character in Homer's epic The Odyssey) — in particular when entailing defenestration. This syndrome has been described in adults and adolescents; we report here a case in a child. Observation This 10-year-old girl was admitted at night to our hospital after a 3-m fall at home. She was alert (Glasgow score, 15) at admission; a frontal wound and a deformation of the right wrist were noted. Brain CT scans showed a frontal skull fracture and frontal lobe contusion, wrist x–rays showed a displaced right fracture. The patient underwent urgent neurosurgery (wound excision and suture after reduction of skull fracture) and closed reduction and immobilization of the wrist fracture, both under general anesthesia. She underwent a psychiatric assessment in the intensive care unit 3 days after her fall. She was alert, well-oriented in time and space, and spoke fluently. She had no memory of her fall, only remembering going to bed in the evening before the accident and waking up in the ambulance on the way to the hospital. She displayed no sign of a concurrent mental illness and no suicidal ideas. Her parents reported that the evening of the accident she and her two brothers had all fallen asleep about 11:00 pm while watching TV, in the double bed of the guest room, placed just beside its window. At approximately 1:00 am, her father, who was going to bed and had just made noise in the hall, heard a cry from the guest room. He entered the room immediately and saw the opened window and his daughter lying on the outside ground; the brothers only awakened after the fall. The family had returned 2 days before from a 6-month stay in the United States, with jet–lag, sleep deprivation, and a disorganized sleep/wake rhythm in the patient. There was no medication before the accident, no substance use (including caffeine), and no concurrent medical problem. Over the 2 ...
      PubDate: 2017-04-25T18:39:24Z
       
  • Tuberculose chez l’adolescent à Brazzaville
    • Abstract: Publication date: Available online 21 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): A.R. Okoko, G. Ekouya Bowassa, E. Moyen, G.M. Moyen


      PubDate: 2017-04-25T18:39:24Z
       
  • Pemphigoïde bulleuse d’installation brutale chez un enfant de
           12 ans
    • Authors: N. Ilham El Makrini; H. Zaouri; O. El Anzi; M. Meziane; N. Ismaili; L. Benzekri; K. Senouci; B. Hassam
      Abstract: Publication date: Available online 17 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): N. Ilham El Makrini, H. Zaouri, O. El Anzi, M. Meziane, N. Ismaili, L. Benzekri, K. Senouci, B. Hassam
      La pemphigoïde bulleuse est une maladie auto-immune acquise qui touche principalement les personnes âgées. Elle est rare chez l’enfant. Nous en rapportons un cas assez polymorphe d’installation brutale chez un enfant âgé de 12 ans. Bullous pemphigoid (BP) is an acquired autoimmune disease that mainly affects the elderly. It is very rare in children. We report a sudden polymorphic case of BP in a 12-year-old child.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.010
       
  • Leucémie aiguë découverte par imagerie par résonance magnétique
           osseuse : deux observations pédiatriques
    • Authors: C. Flatrès; A. Pennanéach; G. Blondin; E. Rivoal; S. Haro; P. Vic
      Abstract: Publication date: Available online 17 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): C. Flatrès, A. Pennanéach, G. Blondin, E. Rivoal, S. Haro, P. Vic
      Les douleurs ostéo-articulaires sont des motifs de consultation fréquents chez l’enfant et de causes variées, le plus souvent traumatiques, infectieuses ou inflammatoires. Les leucémies aigües (LA) peuvent parfois débuter par des signes ostéo-articulaires et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) peut mettre en évidence des anomalies en faveur d’une hémopathie. Nous rapportons deux cas pédiatriques de LA révélés par des signes ostéo-articulaires pour lesquels l’IRM a permis d’orienter le diagnostic. Chez ces deux enfants, les premiers signes étaient des douleurs récidivantes, sans anomalie des bilans hématologiques initiaux. Un délai est intervenu entre l’apparition des arthralgies et le diagnostic du fait de la présentation atypique et peu spécifique de la maladie. Les IRM ont orienté les investigations et permis de poser le diagnostic de LA. Ainsi, la persistance de douleurs de type inflammatoire doit faire envisager une IRM osseuse et recontrôler le bilan sanguin afin de ne pas méconnaître le diagnostic de cette hémopathie. Bone and joint pain are common causes of pediatric consultation for a variety of etiologies. The causes are mostly traumatic or infectious or have an inflammatory origin. Acute leukemia (AL) can sometimes begin with osteoarticular signs and radiological investigations such as magnetic resonance imaging (MRI) can help guide the diagnosis. We report on two cases of pediatric AL revealed by osteoarticular signs, with MRI helpful in the diagnostic procedure. In these children, the first signs were recurrent joint pain, with no blood count anomalies. There was a delay between the onset of arthralgia and diagnosis due to atypical presentation of the disease. MRI guided the investigations to the diagnosis of AL. The persistence of pain or inflammation must lead to considering a bone MRI and a complete blood count must be repeated in case of persistent inflammatory bone pain to avoid a missed diagnosis of blood disease.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.015
       
  • Recours initial à une équipe régionale ressource de soins palliatifs
           pédiatriques : étude observationnelle prospective
    • Authors: L. Marty; F. Bernard; M. Pierre; S. Bringuier-Branchereau; N. Sirvent; A. Ribrault
      Abstract: Publication date: Available online 14 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): L. Marty, F. Bernard, M. Pierre, S. Bringuier-Branchereau, N. Sirvent, A. Ribrault
      Introduction En France, 26 équipes régionales ressources de soins palliatifs pédiatriques (ERRSPP) ont été créées entre 2008 et 2012. Nous avons conduit la première étude prospective française visant à décrire les caractéristiques du recours initial à une ERRSPP et analyser les réponses apportées par cette équipe. Matériel et méthodes Toutes les demandes d’interventions formulées à l’ERRSPP entre septembre 2013 et septembre 2014 ont été recueillies de façon prospective à l’aide d’un questionnaire comportant : les éléments démographiques et cliniques du patient (âge, sexe, pathologie), les caractéristiques de la demande (origine du demandeur, spécialité du service, motif de la demande) et de la réponse apportée par l’ERRSPP (intervalle diagnostic initial–demande, durée de la prise en charge, décès éventuel, modifications de la demande initiale). Les pathologies ont été classées dans l’un des 6 groupes de maladies de soins palliatifs pédiatriques (SPP), selon les normes édictées par l’Association canadienne de soins palliatifs. Résultats Nous avons recensé 67 demandes, concernant 61 patients (37 garçons). L’âge médian était de 49,8 mois [2,3–145]. Les motifs de demande ont été multiples : réunion éthique pluridisciplinaire (42 %), coordination (34 %), aide à la prise en charge symptomatique (21 %), aide au domicile (19 %), soutien psychologique (15 %), enseignement (9 %) et discussion autour d’un cas (6 %). La demande d’une réunion éthique a été prédominante pour la période néonatale (61 %) alors que la coordination de la prise en charge l’a été pour les enfants et adolescents (78 % au-delà de 4 ans). Le délai médian « diagnostic–demande » rapporté aux groupes de maladies a été court pour le groupe 5 (néonatalogie : 0,36 mois) et long pour le groupe 4 (maladies irréversibles et non évolutives : 54,6 mois) (p <0,001). À la fin de l’étude, 50,8 % des patients étaient toujours suivis par l’ERRSPP (durée médiane de prise en charge : 3,4 mois) [0,2–5,5]. Aucun pédiatre libéral n’a formulé de demande. Conclusion Cette étude montre l’hétérogénéité du premier recours à une équipe de SPP, validant ainsi les différentes missions dévolues aux ERRSPP et la nécessité d’une équipe pluridisciplinaire. La réponse de l’ERRSPP a été élargie dans la moitié des cas, démontrant une modulation des besoins dans le temps. Introduction In France, 26 regional pediatric palliative care teams (ERRSPP) were created between 2008 and 2012. We conducted the first prospective French study to describe the main specifications of the initial contact with an ERRSPP and to analyze the responses given. Design and methods All the requests for interventions on the part of the ERRSPP were collected between September 2013 and September 2014. We prospectively completed a questionnaire on the patient's clinical and demographic data (age, sex, disease), details regarding the request (type of applicant, unit's specialty, request pattern), and the answers provided (interval between diagnosis and request, duration of care by ERRSPP, death, changes compared to the initial request). The diseases were classified within one of the six gro...
      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.002
       
  • Place de l’assistance respiratoire et circulatoire extracorporelle de
           courte durée (ECMO), post-cardiotomie exclue, dans la prise en charge des
           défaillances graves du nouveau-né et de l’enfant
    • Authors: J. Rambaud; J. Guilbert; I. Guellec; S. Jean; A. Durandy; M. Demoulin; A. Amblard; R. Carbajal; P.-L. Leger
      Abstract: Publication date: Available online 14 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): J. Rambaud, J. Guilbert, I. Guellec, S. Jean, A. Durandy, M. Demoulin, A. Amblard, R. Carbajal, P.-L. Leger
      L’assistance respiratoire et circulatoire extracorporelle (ECMO), hors situation postopératoire d’une cardiotomie, correspond à l’ensemble des techniques de réanimation utilisées chez le nouveau-né comme chez l’enfant, ayant pour objectif la suppléance cardiaque et pulmonaire. L’ECMO comprend différentes modalités techniques selon le type de défaillance d’organe pris en charge. Les principales indications des ECMO sont à la fois respiratoires (syndrome de détresse respiratoire aigu, asthme aigu grave, pleuropneumopathie hypoxémiante, inhalation méconiale et hypertension artérielle pulmonaire) et hémodynamiques (choc cardiogénique, choc septique réfractaire, arrêt cardiorespiratoire réfractaire). Les principales contre-indications sont la prématurité<34 semaines d’aménorrhée et un poids de naissance<2kg, l’existence d’une pathologie pulmonaire sévère irréversible, d’un déficit immunitaire sévère, d’une pathologie neurodégénérative ou d’une anomalie congénitale de l’hémostase ne permettant pas une anticoagulation efficace. Les principales complications sont d’ordre hémorragique (saignement intracrânien), infectieux (infections secondaires), neurologique (convulsions et accidents vasculaires cérébraux) et néphrologique (nécrose tubulaire aiguë). Le taux de survie global est de 60 % mais il varie de 80 % pour les inhalations de liquide méconial à moins de 10 % pour les arrêts cardiaques réfractaires extra-hospitaliers. Depuis plus récemment, les patients atteints d’une défaillance vitale circulatoire ou respiratoire trop instable pour être transportés peuvent bénéficier de l’implantation d’une ECMO sur leur lieu d’hospitalisation par une unité mobile d’assistance circulatoire (UMAC). Extracorporeal membrane oxygenation is used as a last resort during neonatal and pediatric resuscitation in case of refractory circulatory or respiratory failure under maximum conventional therapies. Different types of ECMO can be used depending on the initial failure. The main indications for ECMO are refractory respiratory failure (acute respiratory distress syndrome, status asthmaticus, severe pneumonia, meconium aspiration syndrome, pulmonary hypertension) and refractory circulatory failure (cardiogenic shock, septic shock, refractory cardiac arrest). The main contraindications are a gestational age under 34 weeks or birth weight under 2kg, severe underlying pulmonary disease, severe immune deficiency, a neurodegenerative disease and hereditary disease of hemostasis. Neurological impairment can occur during ECMO (cranial hemorrhage, seizure or stroke). Nosocomial infections and acute kidney injury are also frequent complications of ECMO. The overall survival rate of ECMO is about 60 %. This survival rate can change depending on the initial disease: from 80 % for meconium aspiration syndrome to less than 10 % for out-of-hospital refractory cardiac arrest. Recently, mobile ECMO units have been created. These units are able to perform ECMO out of a referral center for untransportable critically ill patients.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.001
       
  • Anomalie réductionnelle transverse et fibrodysplasie ossifiante
           progressive atypique, à propos d’un cas de diagnostic tardif
    • Authors: J. Paysal; C. Sarret; E. Merlin; R. Ravazzolo; R. Bocciardi; J.-M. Garcier; S. Monnot; F. Laffargue; G. Baujat; S. Echaubard
      Abstract: Publication date: Available online 14 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): J. Paysal, C. Sarret, E. Merlin, R. Ravazzolo, R. Bocciardi, J.-M. Garcier, S. Monnot, F. Laffargue, G. Baujat, S. Echaubard
      La fibrodysplasie ossifiante progressive (FOP) est une maladie rare, peu connue, associant des anomalies osseuses congénitales à des poussées d’ossification musculo-aponévrotiques. Des présentations atypiques peuvent faire errer le diagnostic, dont l’enjeu est important pour la prévention des poussées. Nous rapportons le cas d’une jeune patiente atteinte d’une forme atypique de FOP chez qui la prépondérance d’anomalies réductionnelles des extrémités a fait errer le diagnostic. L’évolution a été marquée par des poussées d’ossification extrasquelettique et une fibrose progressive qui ont entraîné un handicap moteur important. Nous discutons les présentations cliniques de la FOP et les principaux diagnostics différentiels, en insistant sur l’importance d’un diagnostic précoce. Fibrodysplasia ossificans progressiva (FOP) is a rare disease characterized by the association of congenital bone abnormalities and extraskeletal ossification flare-ups occurring in muscles and fasciae. Early diagnosis is important to prevent ossification flare-ups, but some atypical presentations can lead to errors in diagnosis and therefore delay. Here, we report on a case of an atypical presentation of FOP in a girl, in whom prominent transverse reductional abnormalities delayed diagnosis. The patient developed extraskeletal ossifications and progressive fibrosis that led to motor restrictions. Since early diagnosis is important, we discuss the clinical presentations of FOP and the differential diagnoses.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.007
       
  • La loi Jardé, un nouvel encadrement législatif pour une simplification
           de la recherche clinique ?
    • Authors: C. Levy; A. Rybak; R. Cohen; C. Jung
      Abstract: Publication date: Available online 14 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): C. Levy, A. Rybak, R. Cohen, C. Jung
      La loi Jardé a été votée en 2012 et ses décrets d’application ont été publiés en novembre 2016. Ce délai souligne les difficultés rencontrées, liées aux profonds changements qu’elle apporte. En effet, selon cette loi toutes les recherches impliquant la personne humaine, interventionnelles ou non, doivent recevoir l’avis d’un comité de protection des personnes tiré au sort sur la France après dépôt d’un dossier auprès d’un guichet unique de la Direction générale de la santé. L’approche ici repose sur le risque en trois niveaux : études interventionnelles, études interventionnelles à risque et contrainte minimes et études non interventionnelles. Les modifications principales portent sur certains « allègements » pour les consentements notamment en pédiatrie et sur la possibilité d’inclure dans les recherches non interventionnelles des personnes non affiliées à un régime de sécurité sociale. La loi apporte des précisions pour les changements de finalité des collections biologiques. Pour la vigilance, sont apparus les notions de « faits nouveaux » et de « mesures urgentes de sécurité ». Même si pour de nombreux aspects cette loi apparaît comme un progrès, certains points inquiètent et méritent encore d’être clarifiés. Le principal problème vient de l’allongement prévisible des délais entre le moment de l’élaboration du projet de recherche et sa mise en place effective risquant d’handicaper une fois de plus la recherche française : la recherche médicale est une compétition, donnons aux chercheurs français les moyens de gagner. Nos collègues travaillant sur les recherches en cosmétiques ont déjà anticipé ces difficultés puisque le 8 février 2017, une ordonnance a fait suspendre l’exécution du décret de la loi Jardé. La suspension de l’exécution est-elle extrapolable à l’ensemble des recherches cliniques ? The Jardé law was voted in 2012 and its implementing decrees were published in November 2016. The delay between the vote and the decrees highlights the difficulties encountered. This law concerns all research, interventional and otherwise, involving the human person. Each research study must receive the approval of a randomly assigned ethics committee or Committee for the Protection of Persons. The approach here is based on risk in three types of study: interventional studies, studies with minimal risk and intervention, and non-interventional studies (observational studies). The main changes are: simplified informed consent for pediatric studies and possible enrolment for people not affiliated with a social health care system in non-interventional research. The law provides clarification for changes in the purpose of biological collections. For vigilance, the notions of “new facts” and “urgent security measures” have emerged. Although this law appears to be an advancement, some concerns still need to be clarified. The main problem arises from the foreseeable extension of the delay to implement research. Medical research is a competition where time is valuable. Colleagues working on cosmetics research have already anticipated these difficulties. On February 8, 2017, the decrees of the Jardé law were suspended for cosmetics studies. Will the Jardé law be suspended for all French clinical research?

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.012
       
  • Gastro-entérite aiguë chez l’enfant hospitalisé : réduction des
           durées de réhydratation et d’hospitalisation grâce à la
           réhydratation par sonde naso-gastrique
    • Authors: B. Rébeillé-Borgella; C. Barbier; R. Moussaoui; A. Faisant; A.-P. Michard-Lenoir; A. Rubio
      Abstract: Publication date: Available online 14 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): B. Rébeillé-Borgella, C. Barbier, R. Moussaoui, A. Faisant, A.-P. Michard-Lenoir, A. Rubio
      Introduction Dans la gastroentérite aigüe (GEA), le traitement de 2e ligne recommandé depuis 2008 en cas d’échec de réhydratation orale (RO) est la réhydratation par sonde nasogastrique (RSNG) plutôt que la réhydratation intraveineuse (RIV). Cependant, cette recommandation est peu suivie en France. Objectifs Comparer la durée d’hospitalisation chez les enfants réhydratés par RSNG versus par RIV et, secondairement, comparer les durées de réhydratation initiale, les taux d’échec et de complications. Méthodes Étude rétrospective menée sur deux périodes, chez les enfants de moins de 3 ans hospitalisés pour déshydratation légère à moyenne liée à une GEA : RIV au cours de la première période (hiver 2010–2011) et RSNG au cours de la 2e période (hiver 2011–2012). L’échec a été défini par la nécessité de pratiquer une 2e réhydratation, ou de changer de mode de réhydratation. Résultats Cent trente-deux patients ont été inclus : 67 ont bénéficié d’une RIV et 65 d’une RSNG. La durée d’hospitalisation avait été significativement plus basse dans le groupe RSNG chez les enfants hospitalisés uniquement dans un service de post-urgence (23,6h vs 40,1h, p <0,05), de même que la durée de réhydratation initiale (10,5h vs 22,0h). Le groupe RSNG n’avait pas présenté plus d’effets indésirables graves, mais plus d’effets indésirables bénins et plus d’échecs (15 % vs 3 %, p =0,013). Conclusion La RSNG permet de réduire significativement la durée de réhydratation initiale et d’hospitalisation, sans augmentation des complications sévères, chez les enfants hospitalisés pour GEA avec déshydratation légère à modérée en échec de RO. Introduction When oral rehydration is not feasible, enteral rehydration via the nasogastric route has been the ESPGHAN recommended method of rehydration since 2008, rather than intravenous rehydration (IVR), for children with acute gastroenteritis. However, these recommendations are rarely followed in France. Since 2011, in case of failure of oral rehydration, enteral rehydration has been used as a first-line therapy in the Children's Emergency Department at the Grenoble-Alpes University Hospital. Purpose The aims of the study were to compare the length of the hospital stay, the duration of initial rehydration, and the incidence of complications and failure with the use of enteral nasogastric versus intravenous rehydration. Methods This study compared two cohorts of children (<3 years of age) with mild-to-moderate dehydration caused by acute gastroenteritis and failure of rehydration via the oral route. The first group (winter 2010–2011) was managed according to the previous protocol (intravenous rehydration). The second group (winter 2011–2012)...
      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.006
       
  • Paralysie faciale bilatérale au cours d’une infection à virus
           d’Epstein–Barr
    • Authors: M. Grassin; A. Rolland; N. Leboucq; A. Roubertie; F. Rivier; P. Meyer
      Abstract: Publication date: Available online 14 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): M. Grassin, A. Rolland, N. Leboucq, A. Roubertie, F. Rivier, P. Meyer
      La paralysie faciale bilatérale est une affection rare de diagnostic clinique parfois difficile dont les causes sont multiples. Nous rapportons le cas d’un garçon de 3 ans qui a présenté une paralysie faciale périphérique (PFP) bilatérale au cours d’une infection à virus d’Epstein–Barr (EBV), confirmée par une sérologie témoignant d’une infection récente, une méningite lymphocytaire et une PCR (amplification génique) pour l’EBV positive dans le sang. L’imagerie par résonance magnétique cérébrale a objectivé une prise de contraste des 3 portions intra-pétreuses des deux nerfs faciaux. L’évolution clinique a été lentement favorable. La PFP bilatérale est rare et, à la différence de la PFP unilatérale, elle n’est idiopathique que dans 20 % des cas ; elle nécessite de ce fait des investigations étiologiques poussées. La maladie de Lyme est le premier diagnostic à évoquer chez l’enfant, particulièrement en zone d’endémie, et un traitement antibiotique probabiliste doit être instauré jusqu’à infirmation du diagnostic. Le bilan complémentaire doit comprendre un bilan immunologique, la recherche sérologique des principaux agents infectieux neurotropes, une ponction lombaire et une imagerie cérébrale afin d’éliminer les causes graves ou curables. Une atteinte neurologique est observée dans 7 % des infections à EBV : le nerf facial est le nerf crânien le plus souvent atteint et sa paralysie est bilatérale dans 35 % des cas. La physiopathologie de l’atteinte est mal connue et l’évolution est le plus souvent favorable. Bilateral facial nerve palsy is a rare and sometimes difficult diagnosis. We describe a case of bilateral simultaneous facial nerve palsy associated with Epstein–Barr virus (EBV) infection in a 3-year-old boy. Several symptoms led to the diagnosis of EBV infection: the clinical situation (fever, stomachache, and throat infection), white blood cell count (5300/mm3 with 70% lymphocyte count), seroconversion with EBV-specific antibodies, lymphocytic meningitis, and a positive blood EBV polymerase chain reaction (9.3×103 copies of EBV-DNA). An MRI brain scan showed bilateral gadolinium enhancement of the facial nerve. A treatment plan with IV antibiotics (ceftriaxone) and corticosteroids was implemented. Antibiotics were stopped after the diagnosis of Lyme disease was ruled out. The patient's facial weakness improved within a few weeks. Bilateral facial nerve palsy is rare and, unlike unilateral facial palsy, it is idiopathic in only 20% of cases. Therefore, it requires further investigation and examination to search for the underlying etiology. Lyme disease is the first infectious disease that should be considered in children, especially in endemic areas. An antibiotic treatment effective against Borrelia burgdorferi should be set up until the diagnosis is negated or confirmed. Further examination should include a blood test (such as immunologic testing, and serologic testing for viruses and bacterium with neurological tropism), a cerebrospinal fluid test, and an MRI brain scan to exclude any serious or curable underlying etiology. Facial bilateral nerve palsy associated with EBV is rarely described in children. Neurological complications have been reported in 7% of all EBV infections. The facial nerve is the most frequently affected of all cranial nerves. Facial palsy described in EBV infections is bilateral in 35% of all cases. The physiopathology is currently unknown. Prognosis is good most of the time.

      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.009
       
  • Une exostose atypique chez un enfant de 5 ans
    • Authors: L. Brahim; A. Eid; B. Marquès da Silva; A. Courvoisier
      Abstract: Publication date: Available online 14 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): L. Brahim, A. Eid, B. Marquès da Silva, A. Courvoisier


      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.005
       
  • Lésion de Nora fémorale chez un enfant de 5 ans
    • Authors: L. Brahim; A. Eid; B. Marquès da Silva; A. Courvoisier
      Abstract: Publication date: Available online 14 April 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): L. Brahim, A. Eid, B. Marquès da Silva, A. Courvoisier


      PubDate: 2017-04-18T18:32:13Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.03.005
       
  • Implementation and assessment of a training course for residents in
           neonatology and pediatric emergency medicine
    • Authors: D. Brossier; A. Bellot; F. Villedieu; L. Fazilleau; J. Brouard; B. Guillois
      Abstract: Publication date: Available online 30 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): D. Brossier, A. Bellot, F. Villedieu, L. Fazilleau, J. Brouard, B. Guillois
      Background and aims Residents must balance patient care and the ongoing acquisition of medical knowledge. With increasing clinical responsibilities and patient overload, medical training is often left aside. In 2010, we designed and implemented a training course in neonatology and pediatric emergency medicine for residents in pediatrics, in order to improve their medical education. The course was made of didactic sessions and several simulation-based seminars for each year of residency. We conducted this study to assess the impact of our program on residents’ satisfaction and self-assessed clinical skills. Methods A survey was conducted at the end of each seminar. The students were asked to complete a form on a five-point rating scale to evaluate the courses and their impact on their satisfaction and self-assessed clinical skills, following the French National Health Institute's adapted Kirkpatrick model. Results Sixty-four (84%) of the 76 residents who attended the courses completed the form. The mean satisfaction score for the entire course was 4.78±0.42. Over 80% of the students felt that their clinical skills had improved. Conclusion Medical education is an important part of residency training. Our training course responded to the perceived needs of the students with consistently satisfactory evaluations. Before the evaluation of the impact of the course on patient care, further studies are needed to assess the acquisition of knowledge and skills through objective evaluations.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.020
       
  • Info-médicaments
    • Authors: Beau-Salinas Bouquet; Vrignaud Simon M.-S. Agier A.-P.
      Abstract: Publication date: Available online 30 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): F. Beau-Salinas, E. Bouquet, L. Vrignaud, C. Simon, M.-S. Agier, A.-P. Jonville-Béra


      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
       
  • La maladie de Kikuchi-Fujimoto ; un diagnostic différentiel méconnu du
           lymphome chez l’adolescent
    • Authors: A. Escudier; S. Courbage; V. Meignin; S. Abbou; S. Sauvion; M. Houlier; A. Galerne; J. Gaudelus; L. de Pontual; M. Simonin
      Abstract: Publication date: Available online 30 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): A. Escudier, S. Courbage, V. Meignin, S. Abbou, S. Sauvion, M. Houlier, A. Galerne, J. Gaudelus, L. de Pontual, M. Simonin
      La maladie de Kikuchi-Fujimoto ou lymphadénite histiocytaire nécrosante est une cause rare et bénigne de poly-adénopathie dont la présentation fait fortement suspecter un lymphome. Elle touche principalement les adolescents et adultes jeunes. Son étiopathogénie est inconnue, trois hypothèses ont été évoquées : l’implication de facteurs viraux, une prédisposition génétique ou une origine auto-immune (association plus fréquente avec le lupus érythémateux disséminé). Dans la littérature, les cas sont peu nombreux et concernent principalement des patients jeunes d’origine asiatique. Nous rapportons trois cas, non apparentés, pour lesquels nous avions initialement fortement suspecté un lymphome. Ces trois cas concernaient des adolescents qui présentaient une adénopathie isolée ou associée à une altération de l’état général avec asthénie, perte de poids et fièvre. Dans ces trois cas, la mise en évidence d’adénopathies hypermétaboliques à la tomographie par émission de positons (TEP) au 18-Fluoro-désoxyglucose (18FDG) avait fait évoquer à tort une pathologie maligne du spectre des lymphomes et c’est la biopsie ganglionnaire qui a permis de corriger le diagnostic de maladie de Kikuchi-Fujimoto. Ces observations soulignent que la réalisation d’une TEP en première intention, dans ce contexte, peut amener à suspecter à tort une pathologie maligne. C’est la biopsie ganglionnaire qui doit rester l’examen central dans la démarche diagnostique initiale après avoir éliminé les diagnostics infectieux les plus fréquents. Par ailleurs, la survenue très rapprochée de trois cas d’une maladie si rare dans la même région interroge fortement sur l’éventuelle implication de facteurs environnementaux ou infectieux. Kikuchi-Fujimoto disease, also known as histiocytic necrotizing lymphadenitis, is a rare cause of lymphadenopathy in children. This benign disease can mimic lymphoma and misleads doctors. It was first described in Asia, where it occurred especially in young women. Recent publications show that it can also affect teenagers and young adults in Caucasian populations. The pathophysiology remains unknown. Three hypotheses have been raised for this disease: the role of viruses (in particular HHV-8), genetic predisposition (two alleles in HLA class II genes were found more frequently in patients with Kikuchi disease), and an autoimmune cause because of the correlation with lupus erythematosus. Few cases have been reported in Europe so far. In this article, we report three cases of Kikuchi disease observed in less than 2 months in a single hospital in France. All three patients were teenagers who presented with lymphadenopathy, either isolated or combined with fever, weakness, and weight loss. In all of them, the hypermetabolic activity of the lymph node on the PET scanner misled us to suspect lymphoma. The diagnosis of Kikuchi disease was finally made, for all patients, after 2 weeks in the hospital based on lymph node biopsy. Based on this report, we highlight that early biopsy in presence of lymphadenopathy can avoid unnecessary extensive investigations. Moreover, in this rare disease, it is very surprising to come across three cases that are not family-related, in such a short period of time. This strengthens the hypothesis of the possible implication of an environmental factor in the pathophysiology of Kikuchi disease.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.027
       
  • Lipome mésentérique géant chez l’enfant : à
           propos d’un cas
    • Authors: M. Hida; A. Azahouani; D. Elazzouzi
      Abstract: Publication date: Available online 27 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): M. Hida, A. Azahouani, D. Elazzouzi
      Le lipome du mésentère est une affection rare chez l’enfant. Moins de 50 cas ont été rapportés dans la littérature. Révélé par l’examen clinique, son diagnostic repose sur l’échographie et la tomodensitométrie. Seule l’étude histologique de la pièce au cours d’une laparotomie ou d’une laparoscopie permet de le confirmer. Nous rapportons un cas de lipome géant du mésentère chez une fillette de 7 ans admise dans un tableau de douleurs abdominales paroxystiques avec syndrome subocclusif évoluant depuis une semaine. Mesenteric lipoma is an extremely rare disease in children. Fewer than 50 cases have been reported in the literature. Diagnosis is based on clinical examination, ultrasound, and computed tomography (CT). However, only the histological study of the specimen during laparotomy or laparoscopy can confirm the diagnosis. Thus, surgery, be it by laparotomy or laparoscopic, is both a means of exploration and treatment in mesenteric lipoma. We report on a case of giant lipoma of the mesentery in a 7-year-old girl presenting paroxysmal abdominal pain with a subocclusive syndrome lasting 1 week.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.022
       
  • Découverte d’une hémophilie A sévère lors du test de dépistage
           néonatal
    • Authors: B. Boumahni; M.-L. Jacquemont; C. Stoven
      Abstract: Publication date: Available online 27 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): B. Boumahni, M.-L. Jacquemont, C. Stoven


      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.025
       
  • Troubles organiques à expression psychiatrique, quel soin
           pédopsychiatrique ? Réflexions autour de cas d’encéphalites
           dysimmunitaires
    • Authors: R. Ozelle; A. Doudard; A.-L. Bodin; S. Gueden; P. Duverger; E. Riquin
      Abstract: Publication date: Available online 25 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): R. Ozelle, A. Doudard, A.-L. Bodin, S. Gueden, P. Duverger, E. Riquin
      Les troubles organiques à expression psychiatrique sont divers et davantage mis en évidence aujourd’hui du fait des recherches de plus en plus avancées. Certains restent néanmoins mal connus, dépourvus de consensus, posant des questions cliniques, diagnostiques, thérapeutiques et concernant, du fait de leur présentation, différents intervenants tels que pédiatres et pédopsychiatres. Ces troubles justifient la mise en place par les praticiens d’une collaboration efficace dont les enjeux sont multiples (diagnostique, thérapeutique, pronostique) et dont la complexité clinique ne doit pas faire disparaître le sujet derrière sa symptomatologie. Autour de trois cas d’encéphalite dysimmunitaire, nous proposons une réflexion autour de la prise en charge de ces pathologies et de la collaboration nécessaire entre somaticiens et pédopsychiatres. Il semble essentiel dans ces cas où la frontière entre psychique et organique est difficile à établir qu’une évaluation conjointe puisse s’établir, l’une ne devant pas se substituer à l’autre, dans l’optique d’une prise en charge optimale. Il s’agit de dépasser le clivage initial posé par une clinique singulière en apportant un éclairage sur la place du pédopsychiatre et de son expertise clinique l’orientant, ou non, vers une cause psychiatrique. Cela n’exclut pas la nécessité d’une prise en charge du symptôme, au-delà du lieu de soins, de la place du sujet et de son vécu. L’accompagnement est nécessaire du fait des possibles conséquences fonctionnelles mais également psychiques, souvent d’ordre traumatique. Plus largement, il s’agit d’articuler la présence de chacun quand le symptôme psychiatrique vient traduire une affection organique et d’accompagner au mieux le sujet dans son corps en souffrance. Organic mental disorders are different and further revealed by increasingly advanced research. They are nevertheless misunderstood, without consensus, and raise clinical, diagnostic, and therapeutic questions. These disorders require effective collaboration between practitioners such as pediatricians and child psychiatrists. The subject should not disappear behind the complexity related to the clinical expression of these symptoms. Based on three cases of autoimmune encephalitis, we offer a reflection on the management and assessment of these diseases by a multidisciplinary team with the intention of providing optimal management. The aim of this paper is to override an initial divide posed by a particular clinical presentation. We would like to shed light on the place and legitimacy of child psychiatrists and their clinical expertise. This does not exclude the need for care of the symptoms, considering each subject and her experience. Follow-up is necessary because of the possible, often traumatic, functional and psychological consequences. Finally, the presence of each professional should be specified when the psychiatric symptoms appear to be the result of an organic disease in order to better support the subject in his suffering body.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.030
       
  • Bride mésentérique congénitale simulant un volvulus de l’intestin
           grêle sur anomalie de rotation mésentérique
    • Authors: E. Haraux; F. Leroux; R. Gouron; X. Delforge; P. Buisson
      Abstract: Publication date: Available online 24 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): E. Haraux, F. Leroux, R. Gouron, X. Delforge, P. Buisson
      La bride mésentérique congénitale est une cause rare d’occlusion digestive. Nous décrivons un cas d’occlusion digestive haute sur une bride congénitale jéjunale chez un enfant âgé de 2 ans. La difficulté est d’évoquer le diagnostic chez un enfant sans aucun antécédent d’intervention chirurgicale. A congenital mesenteric band is a rare cause of intestinal obstruction. We describe a case of upper gastrointestinal obstruction on a jejunal congenital band in a 2-year-old child. The challenge is to make the diagnosis in a patient with no history of previous surgery.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.029
       
  • Transient neonatal diabetes mellitus and activating mutation in the KCNJ11
           gene in two siblings
    • Authors: T. Kamoun; I. Chabchoub; S. Ben Ameur; S. Kmiha; H. Aloulou; H. Cave; M. Polak; M. Hachicha
      Abstract: Publication date: Available online 24 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): T. Kamoun, I. Chabchoub, S. Ben Ameur, S. Kmiha, H. Aloulou, H. Cave, M. Polak, M. Hachicha
      Transient neonatal diabetes mellitus is a rare disease usually associated with chromosome 6 abnormalities. Mutations of the genes encoding the potassium channel are rarely associated with these transitional forms. Herein, we report the clinical features of two siblings with a heterozygous mutation C679 G>A in the KCNJ11 gene.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.021
       
  • Syndrome de détresse respiratoire aiguë de l’enfant : évolution de
           
    • Authors: S. Dauger; F. Le Bourgeois; J. Guichoux; O. Brissaud
      Abstract: Publication date: Available online 23 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): S. Dauger, F. Le Bourgeois, J. Guichoux, O. Brissaud
      Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est une insuffisance respiratoire aiguë hypoxémiante rapidement progressive par comblement alvéolaire liée à une altération de la barrière alvéolocapillaire suite à une agression pulmonaire directe ou indirecte. Beaucoup moins fréquent en pédiatrie qu’à l’âge adulte, les pédiatres réanimateurs ont longtemps dû extrapoler les recommandations faites pour l’adulte pour leur pratique clinique quotidienne. En 2015, les experts de la Pediatric Acute Lung Injury Consensus Conference (PALICC) ont publié les premières recommandations internationales spécifiquement dédiées au SDRA de l’enfant. Après une synthèse de l’évolution de la définition du SDRA depuis sa première description en 1967, nous proposons de détailler les principales recommandations tant diagnostiques que thérapeutiques de la PALICC. Acute respiratory distress syndrome (ARDS) is a rapidly progressive hypoxemic respiratory insufficiency induced by alveolar filling mainly caused by alveolocapillary wall disruption, following direct or indirect pulmonary injury. Much less frequent in children than in adults, pediatric intensivists had long applied adult guidelines to their daily practice. In 2015, experts from the Pediatric Acute Lung Injury Consensus Conference (PALICC) published the first international guidelines specifically dedicated to pediatric ARDS. After a short summary of the history of the ARDS definition since its first report in 1967, we describe the main diagnostic and therapeutic guidelines for PALICC.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.019
       
  • A contemporary description of French newborns’ growth using the
           Efemeris cohort
    • Authors: A.-B. Beau; M. Tauber; C. Chollet; C. Hurault-Delarue; C. Bouilhac; J.-L. Montastruc; I. Lacroix; C. Damase-Michel
      Abstract: Publication date: Available online 23 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): A.-B. Beau, M. Tauber, C. Chollet, C. Hurault-Delarue, C. Bouilhac, J.-L. Montastruc, I. Lacroix, C. Damase-Michel
      Background Overweight and obesity in childhood are a major concern in developed countries. Reference growth curves are used in current practice to identify children at risk, especially at risk of overweight or obesity. National reference growth curves were published 35 years ago from children born in the 1950s to study growth from birth to adulthood. Additionally, more recent national curves exist to study birth weight and height according to gestational age. The primary objective was to describe anthropometric measurements of French children born in the 2000s and to compare them with the French references. The secondary objective was to describe overweight indicators during infancy. Methods A total of 77,315 singletons live-born from 1 July 2004 to 31 December 2013 recorded in the Efemeris (a French cohort of women and their children) were included. The z-score means based on the French references for weight, height, and body mass index (BMI) at birth, 9 months, and 24 months were calculated. Results At birth, the weight and height of the cohort did not deviate from the recent French references taking into account gestational age. At 9 and 24 months, the cohort was between 0.12 and 0.39 standard deviations (SD) heavier and between 0.70 and 0.97 SD taller than the old French reference population. Between 0 and 2 years, 28.6% of the children underwent a rapid weight gain (change in SD scores>0.67). The prevalence of overweight at 2 years was between 5 and 6% using the International obesity task force (IOTF) references. Conclusion The distributions of the height, weight, and BMI during early childhood differ from those of children in the national growth references. Contemporary children at 2 years are taller and heavier than children born in the 1950s. Approximately one in 20 children is overweight at 2 years.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.023
       
  • Musculoskeletal pain in children, when hypermobility is the problem
    • Authors: M. Cattalini; R. Cimaz
      Abstract: Publication date: Available online 23 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): M. Cattalini, R. Cimaz


      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.01.021
       
  • Actinomycose disséminée traitée par clindamycine
    • Authors: S. Bouttefroy; C. Faure Conter; A. Tristan; F. Valour; T. Perpoint; P. Reix; P. Thiesse; F. Dijoud; G. Catho
      Abstract: Publication date: Available online 23 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): S. Bouttefroy, C. Faure Conter, A. Tristan, F. Valour, T. Perpoint, P. Reix, P. Thiesse, F. Dijoud, G. Catho
      L’actinomycose est rare en pédiatrie. Sa présentation clinique peut mimer une affection maligne, souvent responsable d’un retard diagnostique, voire de thérapeutiques inadaptées. Nous rapportons le cas d’une actinomycose disséminée à Actinomyces israelii, associant une atteinte cervico-faciale et thoracique, survenue chez un garçon de 8 ans. Sa présentation pseudo-tumorale a d’abord fait évoquer une affection maligne et instaurer une chimiothérapie inappropriée. La présence de structures filamenteuses à l’examen histologique a conduit à réaliser des cultures prolongées, mettant en évidence A. israelii. L’antibiothérapie initiale (piperacilline/tazobactam) a été modifiée en raison de la survenue d’une réaction allergique sévère. L’association ceftriaxone–metronidazole a été introduite, relayée après un mois par de la clindamycine par voie orale poursuivie pendant 9 mois. Ce traitement, non rapporté chez l’enfant, a permis d’obtenir un succès thérapeutique avec une excellente tolérance clinique. Actinomycosis is a rare bacterial disease caused by Actinomyces spp., an anaerobic bacteria from the oropharynx, digestive, and female genital tracts. Initial clinical presentation often mimics malignancy, which can lead to a delay in diagnosis. Cervico-facial, genitourinary, digestive, and respiratory features are the most frequent. Few cases are reported in children and risk factors are not well known in this population. We report on the case of an 8-year-old boy with disseminated actinomycosis with cervico-facial, pulmonary, and bone involvement caused by Actinomyces israelii. The infiltrative appearance initially suggested malignancy and the patient was started on chemotherapy for presumed histiocytosis. Evaluation of subsequent tissue samples demonstrated the presence of filamentous structures consistent with fungal or filamentous bacterial infection. Prolonged culture yielded the correct diagnosis. The patient had a severe allergic reaction to piperacillin/tazobactam and was therefore transitioned to clindamycin to complete a 9-month course. This treatment, which has not been reported in children, led to a favorable clinical, biological, and radiological response, with a good clinical tolerance.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.024
       
  • Maladie de Moya-Moya associée à une angiodysplasie rénale
           chez un enfant
    • Authors: A. Dibi; Z. Maana; F. Jabourik; A. Bentahila
      Abstract: Publication date: Available online 22 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): A. Dibi, Z. Maana, F. Jabourik, A. Bentahila
      Introduction La maladie de Moya-Moya est une maladie vasculaire occlusive progressive et chronique des artères du polygone de Willis conduisant au développement d’une circulation collatérale pour compenser l’occlusion. Observation Une fille de 11 ans a présenté une perte de connaissance brutale associée à un déficit moteur de l’hémicorps droit. À l’examen clinique, il existait une hypertension artérielle (HTA) à 220/120 mmHg. L’imagerie par résonance magnétique cérébrale a montré un large foyer ischémique hémisphérique gauche. L’artériographie cérébrale a objectivé la présence d’un réseau vasculaire anastomotique anormal avec un fin chevelé artériolaire en « volutes de fumée » intéressant plusieurs territoires, en faveur d’une maladie de Moya-Moya. L’artériographie rénale a révélé, par ailleurs, un aspect dysplasique des branches polaires supérieures du rein droit. Conclusion La maladie de Moya-Moya est une cause rare d’accident vasculaire cérébral chez l’enfant. Son association avec l’angiodysplasie rénale est inhabituelle et peut être responsable d’une HTA maligne. L’altération cognitive et la dépendance sociale liées à cette maladie ont été récemment soulignées, ces enfants nécessitant une prise en charge aussi bien médicochirugicale que sociale et psychologique. Introduction Moyamoya disease is a progressive, chronic occlusive vascular disease of the circle of Willis arteries leading to the development of collateral circulation to compensate the occlusion. Case report An 11-year-old girl presented an abrupt loss of consciousness and a right-sided motor deficit. Clinical examination found hypertension with 220/120mmHg arterial blood pressure. Brain magnetic resonance imaging showed a large left hemispheric ischemic lesion. Cerebral arteriography demonstrated an abnormal anastomotic vascular network with fine arteriolar ends in several territories, with a “wisp of smoke” aspect arguing in favor of moyamoya disease. Renal arteriography revealed dysplasia of the upper polar branches of the right kidney. Conclusion Moyamoya disease is a rare cause of stroke in children. Its association with renal angiodysplasia is unusual and may be responsible for malignant hypertension. Cognitive impairment and social dependence have recently been recognized as an important unresolved social issue. Affected children require medical-surgical, social, and psychological care.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.026
       
  • Diagnostic post-natal d’un volvulus gastrique révélant une hernie
           diaphragmatique congénitale
    • Authors: A. Aprahamian; V. Nouyrigat; D. Grévent; E. Hervieux; G. Chéron
      Abstract: Publication date: Available online 21 March 2017
      Source:Archives de Pédiatrie
      Author(s): A. Aprahamian, V. Nouyrigat, D. Grévent, E. Hervieux, G. Chéron
      Les hernies diaphragmatiques congénitales (CDH) de diagnostic post-natal sont rares et de pronostic souvent meilleur que pour celles découvertes lors des échographies anténatales. Les symptômes post-natals peuvent être respiratoires, digestifs ou mixtes. Le volvulus gastrique est un mode de révélation des CDH. Les symptômes en sont des douleurs, une distension abdominale ou des vomissements. La réalisation d’un transit œso-gastroduodénal en permet le diagnostic. Le pronostic est lié à la précocité de la prise en charge chirurgicale en cas de forme compliquée d’occlusion ou de sub-occlusion digestive. Nous rapportons le cas d’un nourrisson amené à l’hôpital pour des vomissements qui ont révélé un volvulus gastrique associé à une CDH. L’évolution a été favorable après un traitement chirurgical. Postnatally diagnosed congenital diaphragmatic hernias (CDH) are rare and have a better prognosis than those diagnosed prenatally. Postnatal symptoms can be respiratory, digestive, or mixed. Gastric volvulus can reveal CDH. Symptoms are pain, abdominal distension, and/or vomiting. Upper gastrointestinal barium X-ray radiography provides the diagnosis. Prognosis is related to early surgical management in complicated forms with intestinal occlusion or sub-occlusion. We report on an infant who presented with vomiting, which revealed gastric volvulus associated with a CDH. Progression was favorable after surgical treatment.

      PubDate: 2017-04-10T18:10:09Z
      DOI: 10.1016/j.arcped.2017.02.028
       
 
 
JournalTOCs
School of Mathematical and Computer Sciences
Heriot-Watt University
Edinburgh, EH14 4AS, UK
Email: journaltocs@hw.ac.uk
Tel: +00 44 (0)131 4513762
Fax: +00 44 (0)131 4513327
 
Home (Search)
Subjects A-Z
Publishers A-Z
Customise
APIs
Your IP address: 54.198.190.185
 
About JournalTOCs
API
Help
News (blog, publications)
JournalTOCs on Twitter   JournalTOCs on Facebook

JournalTOCs © 2009-2016